Bataille de Legnica (1241)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Bataille de Legnica
Bataille de Legnica
Bitwa pod Legnicą.jpg
Informations générales
Date 9 avril 1241
Lieu Legnickie Pole (Pologne)
Issue Victoire des Mongols et repli de ces derniers au sud-est
Belligérants
Herb Polski.svg Pologne
Cross Templar.svg Chevaliers du Temple
Mongols
Commandants
Herb Polski.svg Henri II le Pieux Orda, frère aîné de Batu, selon Jean de Plan Carpin et Rashid al-Din
Forces en présence
environ 28 000 hommes 20 000 hommes
Pertes
L'armée d'Henri II est annihilée
~ 500 templiers[1]
Légères
Invasions mongoles
Coordonnées 51° 08′ 43″ N 16° 13′ 22″ E / 51.145277777778, 16.22277777777851° 08′ 43″ Nord 16° 13′ 22″ Est / 51.145277777778, 16.222777777778  

Géolocalisation sur la carte : Pologne

(Voir situation sur carte : Pologne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Legnica (1241).

La Bataille de Legnica (ou Bataille de Liegnitz ou Bataille de Wahlstatt) s’est déroulée en 1241 à Legnickie Pole (Wahlstatt en allemand), à proximité de la ville de Legnica (en Basse-Silésie) et a opposé les envahisseurs mongols (Tatars) aux Polonais commandés par Henri II le Pieux, renforcés par de nombreux chevaliers européens (y compris les Teutoniques) accourus pour défendre l’Europe contre les infidèles, et par des paysans et des mineurs.

Traditionnellement, on considère que la bataille aurait eu lieu le 9 avril 1241, bien qu’aucune source historique ne confirme cette date. Comme pour beaucoup de grandes batailles médiévales, les détails exacts sur la composition des forces en présence, sur les tactiques utilisées ou sur le déroulement de la bataille ne sont pas connus et les informations qui nous sont parvenues sont parfois contradictoires.

L’issue finale de la bataille a parfois été interprétée de manière très différente. Ainsi, certains historiens parlent de la bataille de Legnica comme de la bataille qui a permis à Henri II le Pieux d’arrêter l’invasion mongole. La plupart des historiens contemporains considèrent plutôt qu’Henri II a été surclassé par l’habileté de ses ennemis et qu’il a subi une cinglante défaite.

La force mongole, formée d’une division de l’armée de Batu, petit-fils de Gengis Khan, et de Subötai, son second, commandée par Orda, frère de Batu, (selon Jean de Plan Carpin et Rashid al-Din) a gagné la bataille tactique, grâce à sa mobilité supérieure et à la rapidité des archers-cavaliers, sur une opposition très lourdement armée mais trop peu mobile. La principale force des armées occidentales (le choc frontal de la charge de cavalerie lourde) est mise en échec par des groupes de cavaliers mobiles armés d'arcs[2] . La tactique des Mongols consistait à entreprendre de nombreuses petites attaques et à feindre de nombreux replis, attirant les forces ennemies dans des embuscades où des groupes plus importants les attaquaient sur les flancs.

Le nombre total de combattants est difficile à estimer. Les Européens ont sans doute été enclin à exagérer le nombre des ennemis, parlant parfois de plus de 100 000 Mongols ayant participé à la bataille. Tenant compte de leur faiblesse logistique au XIIIe siècle, on pense aujourd’hui qu'ils ne devaient pas dépasser 20 000 hommes (cavaliers équipés d’arcs). Henri II le Pieux commandait une armée composée de Polonais et d’Allemands, bien que certains historiens actuels pensent pouvoir affirmer que la présence germanique était très réduite, voir inexistante. Selon leurs estimations, et en supposant une participation substantielle de Germains, l’armée d’Henri II aurait compté environ 28 000 hommes (10 000 hommes composant l’infanterie lourde, 8 000 archers et 10 000 hommes composant la cavalerie lourde).

Le déroulement de la bataille est mal connu. L’armée d’Henri II a été totalement détruite et celui-ci est mort au combat. Pratiquement tous les combattants de son armée ont été tués ou blessés. Un des moments clé de la bataille est la charge de la cavalerie lourde mongole commandée par Orda, frère aîné de Batu[3]. On ignore les pertes subies par l’armée d'Orda, mais elles ont été légères, la victoire étant totale.

Malgré leur victoire, les Mongols ont arrêté leur progression vers l’ouest, le but de leur campagne étant de protéger le flanc nord-est de leur invasion en Hongrie. Peu de temps après, les Mongols se replièrent vers l'est : ils n'étaient pas préparés pour prolonger leur invasion plus loin.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Demurger 2008, p. 253
  2. Gérard Chaliand, Les Empires nomades de la Mongolie au Danube : Ve s. av. J.-C. - XVIe s., Perrin, 1995, chap.3
  3. Jean Bérenger, « L’influence des peuples de la steppe (Huns, Mongols, Tatares, Turcs) sur la conception européenne de la guerre de mouvement et l’emploi de la cavalerie », Revue Internationale d'Histoire Militaire, n° 49, 1980, p. 35

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :