Bataille de Moesskirch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Moeskirch (1800)
Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Mœsskirch : image votive en souvenir des victimes.
Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Mœsskirch : image votive en souvenir des victimes.
Informations générales
Date 4 et 5 mai 1800
Lieu Messkirch
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau français République française Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Commandants
Victor Moreau Pál Kray
Forces en présence
~ 35 000 hommes
Pertes
477 morts
1 919 blessés
1 571 prisonniers[1]
Deuxième coalition
Batailles
Guerre de la Deuxième Coalition

St George's Caye (navale) · Copenhague (navale) · Algésiras (navale)


Campagne de Hollande
Callantsoog · Vlieter · Krabbendam · Bergen · Alkmaar · Castricum


Campagne de Suisse
Ostrach · 1re Stockach · Winthertur · 1re Zurich · 2e Zurich · Biberach · Engen · 2e Stockach · Moesskirch · Höchstädt · Ampfing · Hohenlinden


Campagne d'Égypte
Prise d'Alexandrie · Chebreiss · Pyramides · 1re Aboukir · Sédiman · Nicopolis · Caire · El Arish · Jaffa · Saint-Jean-d'Acre · Mont-Thabor · 2e Aboukir · Damiette · Héliopolis · 3e Aboukir · Mandora · Canope · Siège d'Alexandrie


2e Campagne d'Italie
Magnano · Cassano · Bassignana · Trebbia · Mantoue · Novi · Montebello · Gênes · Marengo · Pozzolo

La bataille de Moesskirch se déroule pendant la guerre de la Deuxième coalition.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le 25 avril 1800, l'armée d'Allemagne, sous les ordres de Moreau, passe le Rhin entre Kehl et Schaffhouse. La 1re demi-brigade fait partie du corps Gouvion Saint-Cyr. Débouchant de Vieux-Brisach, elle se bat à Saint-Georgen et à Fribourg, passe la Forêt-Noire, s'empare de Stuhlingen, à 25 km au sud de Donaueschingen, et participe le 3 mai au combat du plateau d'Engen. Les Autrichiens se retirent sur Messkirch et s'établissent sur une position favorable à la défensive, leur donnant des vues étendues. Les 4 et 5 mai, les assauts des français sont repoussés mais aussitôt renouvelés. Les Autrichiens se renforcent sur leur droite, à l'ouest de Messkirch. La 1re demi-brigade, jusqu'alors en réserve, est engagée. Malgré le feu nourri de l'adversaire, les soldats français s'emparent de Krumbach et des hauteurs qui dominent le village à l'ouest et au nord. Les Autrichiens, débordés eux-mêmes, se replient sur Sigmaringen (5 mai 1800). L'armée française ne relâche pas son étreinte et se porte à Biberach, où l'adversaire a d'importants magasins. Avec audace, elle aborde l'armée autrichienne qui couvre la ville. Bien que supérieurs en nombre, les Autrichiens cèdent le terrain après une journée de combat, au cours de laquelle la 1re demi-brigade se fait remarquer entre toutes, par la vigueur de son attaque, selon le rapport du chef d'états-majors de l'armée (10 mai 1800). La progression des Français continue en direction de Memmingen.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le spectateur militaire, Recueil de science, d'art et d'histoire, tome XXII, p.571-572.