Pál Kray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le baron Pál Kray fut l’un des principaux généraux autrichiens pendant les guerres de la 1ère coalition.

Le baron Pál Kray de Krajova et Topolya (en allemand Paul Freiherr Kray von Krajova und Topola), né le 5 février 1735 à Késmárk (en allemand Käsmark, aujourd'hui Kežmarok en Slovaquie) et mort le 19 janvier 1804 à Pest, est un général de l’Empire des Habsbourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Il débute sa carrière dans les guerres contre l’Empire ottoman. Durant les guerres révolutionnaires, il commande l’avant-garde alliée. Il se distingue à Famars, Charleroi, Fleurus, Weissenberg. Dans la campagne de 1796, sur le Rhin et le Danube, il commande un corps d’armée. Il défait le général Kléber à Wetzlar, et contribue largement aux victoires de l’archiduc Charles aux batailles de Amberg et de Wurtzbourg. L’année suivante, il est battu deux fois, sur le Lahn et le Main[1].

Contre les Français en Italie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Campagne d'Italie (1799-1800).

En 1799, il est envoyé en Italie, et reprend la Lombardie à la France. Après ses victoires de Vérone, siège de Mantoue, Legnago et Magnano, il est promu « Feldzeugmeister (de) » (lieutenant général d’artillerie). Il achève la campagne par d’autres victoires, à Novi et Fossano[1].

Retour en Allemagne[modifier | modifier le code]

L’année suivante, il commande à nouveau sur le Rhin, face à Moreau. Battu à bataille de Höchstadt, il doit faire retraite après Biberach et Moesskirch. Il recule sur Ulm, mais par une habile manœuvre, il contourne Moreau et parvient à rejoindre la Bohême. Il est relevé de son commandement en 1800, et prend sa retraite en Hongrie[1].

Personnalité[modifier | modifier le code]

Kray est l’un des meilleurs représentants de l’ancienne armée autrichienne. Attaché à une manière devenue obsolète de conduire la guerre, il ne parvint pas à se défaire de ses habitudes, ce qui le fit échouer. Cependant, ses ennemis le tenaient en estime et lui ont rendu les égards dus à un général habile, brave et chevaleresque. C’est lui qui s’est inquiété de la mort du général Marceau à Altenkirchen, et qui a mêlé le blanc de son uniforme (et des uniformes de ses aides de camp) au bleu des Français dans le cortège funéraire du jeune général[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Kray von Krajova, Paul », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [détail de l’édition] [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Karl Friedrich Hermann Albrecht: Kray, Paul Freiherr von, dans: Allgemeine Deutsche Biographie (ADB). Volume 17, Duncker & Humblot, Leipzig 1883, p. 93-96
  • Constantin von Wurzbach, Biographisches Lexikon des Kaiserthums Oesterreich, vol. 13, Vienne, k.k. Hof- und Staatsdruckerei,‎ 1865 (lire en ligne), « Kray von Krajow, Paul Freiherr von », p. 161–163
  • (de) Paul von Kray, Lettres à Alexander Von Kray, Vienne, Verlag Seidl & Sohn,‎ 1909, Commentées et augmentées d'une biographie par le capitaine Dr. Just, un portrait et des cartes militaires, 420 p. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]