Révolte du Caire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Révolte du Caire
Révolte du Caire (Girodet-Trioson)
Révolte du Caire (Girodet-Trioson)
Informations générales
Date
Lieu Le Caire, Égypte
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau français République française Flag of the Ottoman Empire (1453-1517).svg Égypte
Commandants
Bonaparte
Forces en présence
80000 hommes
Pertes
300 tués et 500 blessés entre 5 000/6 000 tués et blessés
Campagne d'Égypte
Batailles
Guerre de la Deuxième Coalition

St George's Caye (navale) — Copenhague (navale) — Algésiras (navale)


Campagne de Hollande
Callantsoog — Vlieter — Krabbendam — Bergen — Alkmaar — Castricum


Campagne de Suisse
Ostrach — 1re Stockach — Winthertur — 1re Zurich — 2e Zurich — Biberach — Engen  — 2e Stockach — Moesskirch — Höchstädt — Ampfing — Hohenlinden


Campagne d'Égypte
Prise d'Alexandrie — Chebreiss — Pyramides — 1re Aboukir — Sédiman — Nicopolis — Caire — El Arish — Jaffa — Saint-Jean-d'Acre — Mont-Thabor — 2e Aboukir — Damiette — Héliopolis — 3e Aboukir — Mandora — Canope — Siège d'Alexandrie


2e Campagne d'Italie
Magnano — Cassano — Bassignana — Trebbia — Mantoue — Novi — Montebello — Gênes — Marengo — Pozzolo

La révolte du Caire est un épisode de l’expédition d’Égypte menée par Bonaparte. Elle oppose les Français aux Égyptiens. La révolte se déroule le 21 octobre 1798.

Cette ville fut prise par les Français le 5 thermidor an VI, et Bonaparte y établit le siège du gouvernement républicain pendant la campagne d’Égypte. Bonaparte organise le pays et crée un conseil formé d’ulémas et de notables qui tente de mieux répartir l’impôt foncier en exigeant des titres de propriété. Ces dispositions, si étrangères aux usages, provoquèrent le 21 octobre 1798 (30 vendémiaire) le soulèvement populaire des habitants de la ville, sous le prétexte qu’ils étaient trop imposés.

Ayant perdu 800 soldats dont le général Dupuy ainsi que son aide de camp préféré le polonais Joseph Sulkowski, Bonaparte répond le lendemain avec férocité. Les insurgés y furent littéralement écrasés et vaincus après avoir perdu 5 à 6 000 hommes.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Alain Pigeard, Dictionnaire des batailles de Napoléon, éditions Tallandier, Paris, 2004, ISBN 978-2-84734-073-0