Novo Banco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Banco Espírito Santo)
Aller à : navigation, rechercher

Novo Banco

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du Novo Banco

Création 1920 (comme Banco Espírito Santo)
2014 renommé Novo Banco
Fondateurs José Maria do Espírito Santo e Silva
Personnages clés Eduardo Stock da Cunha
Siège social Drapeau du Portugal Lisbonne (Portugal)
Direction Eduardo Stock da Cunha
Actionnaires Fonds Résolution
Activité Banque
Site web www.novobanco.pt
Dette €3,5 milliards
Chiffre d’affaires €72,5 milliards

Novo Banco est la troisième banque portugaise, née en août 2014 du sauvetage de Banco Espirito Santo (BES) et qui doit être vendue au début de 2015[1]. Novo Banco, est contrôlée par le Fonds de résolution des banques portugaises, créé en 2012 à la demande des autorités européennes pour affronter les crises bancaires. Novo Banco, qui regroupe les actifs sains de BES, a été renfloué à hauteur de €4,9 milliards alimenté par les banques opérant au Portugal[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

1915 - 1980 : développement, nationalisation[modifier | modifier le code]

En 1915, les héritiers de l'homme d'affaires José Maria do Espírito Santo e Silva créent la banque Casa Bancária Espírito Santo Silva & Cª, qui devient en 1920 une société anonyme et adopte le nom de Banco Espírito Santo. En 1937, la banque fusionne avec la Banco Comercial de Lisbao, pour devenir Banco Espírito Santo e Comercial de Lisboa (BESCL) (qui redeviendra BES en 1999). Jusque dans les années 1970, la BESCL se développe à l'international, principalement aux États-Unis, en Angola et au Royaume-Uni. En 1975, la banque est nationalisée et le marché national portugais lui est alors retiré, ce qui pousse la banque à poursuivre son développement au Brésil, en Suisse, en France, et le tout culminant avec la création du holding de la banque au Luxembourg.

1986 - 2014 : diversification[modifier | modifier le code]

Son retour au Portugal débute en 1986 sous les enseignes Banco Internacional de Crédito (BIC, en partenariat avec le Crédit agricole), et Espírito Santo Sociedade de Investimentos (ESSI, en partenariat avec la banque suisse UBS et la banque luxembourgeoise KBC Bank). En 1990, elle acquiert la Companhia de Seguros Tranquilidade (assurances). En 1992, la banque se développe sur la marché espagnol. En 2000, l'agence de notation Moody's hausse la note de dette à long terme à A1, tout en maintenant sa stabilité financière à C+[4].

Depuis 2007, la BES est le sponsor de Cristiano Ronaldo, alors au Real Madrid[5]. En septembre 2011, la Banque de Développement de Chine injecte 300 millions de dollars dans le capital de la BES[6].

En juillet 2012, le groupe bancaire panafricain Ecobank signe un partenariat avec la BES pour favoriser son développement en Afrique[7]. Via sa holding Kento basée à Malte, Isabel dos Santos possède des parts dans la BES[8].

2014 : faillite, restructuration[modifier | modifier le code]

Fin mai 2014, des irrégularités comptables sont constatées au sein du holding luxembourgeois. Dans le même temps, Rioforte, un autre holding luxembourgeois du groupe, requiert d'être redresser immédiatement. Ces événements provoquent le départ précipité de Ricardo Salgado, PDG de la BES[9]. En juillet 2014, Espirito Santo International, qui détient 20 % de Banco Espirito Santo, se déclare en faillite et vend les activités suisses Banco Espirito Santo à la banque suisse Compagnie bancaire helvétique (CBH) pour un montant inconnu[10],[9].

Début août 2014, la banque est confrontée à une perte de 3,57 milliards d'euros. Le Portugal débloque 4 milliards d'euros pour sauver la banque Il est décidé que a banque soit scindée en deux branches, cela afin d'isoler les actifs toxiques de la banque. La nouvelle structure réunissant les actifs sains est baptisée Novo Banco et sa gestion est sous contrôle du fonds de résolution des banques portugaises. Novo Banco est dotée d'un capital de 4,9 milliards de dollars : 4,4 milliards proviennent de l'Etat portugais, 500 millions proviennent du fonds de résolution[11]. Il est prévu de revendre Novo Banco à l'un de ses 17 actionnaires majoritaires une fois la nouvelle banque opérationnelle (un des critères de choix du repreneur étant qu'il n'ait pas été actionnaire de la BES dans les deux dernières années), ceci pour que l'Etat portugais puisse récupérer les 3,9 milliards d'euros avancés pour sauver la banque[12]. Les pouvoirs publics portugais confient à BNP Paribas les opérations de sélection du repreneur[13].

Le 13 septembre 2014, un mois après la création de la Novo Banco, l'administration de la nouvelle banque - nommément Vitor Bento (président), Jose Honorio (vice-président) et Joao Moreira Rato (directeur financier) - démissionne, expliquant que la nouvelle strcture avait été stabilisée et qu'il était temps de passer le relais à une nouvelle direction[14].

La partie "toxique" de la banque (bad bank) reste aux mains de ses actionnaires, accusés d'avoir mis en péril l'économie de leur pays[11]. Le Crédit Agricole, actionnaire de la banque, subit une perte de 708 millions d'euros[15]. Goldman Sachs risque la perte de 835 millions d'euros que la banque américaine avait prêté à la BES avant la scission et la mise en liquidation de cette dernière[12].

Activités[modifier | modifier le code]

Banco Espírito Santo était la deuxième plus grande banque portugaise cotée en bourse, avec une capitalisation boursière de 1 000 M € au et le neuvième plus grand contributeur à l'indice PSI-20. BES était la deuxième plus grande institution financière privée au Portugal en termes d'actifs nets (80 700 M € en mars 2011), avec une part de marché moyenne de 20,3% au Portugal et 2,1 millions de clients.

En septembre 2014, suite à sa restructuration, la banque dispose de 72,5 milliards d'euros d'actifs nets, dont 25,1 milliards d'euros de dépôts de clients, et 43,8 milliards d'euros en portefeuille de crédits. Cela en fait la 3e banque du pays[16]. La compagnie d'assurance Tranquilidade, ancienne propriété de la BES, fait maintenant partie de la Novo Banco, bien que cette dernière cherche à s'en défaire[17].

Direction[modifier | modifier le code]

  • PDG : Eduardo Stock da Cunha (depuis septembre 2014)[18]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. « Novo Banco, successeur de Banco Espirito Santo, devient la 3e banque portugaise », sur Xt1.ca
  2. « Novo Banco, successeur de Banco Espirito Santo, devient la 3e banque portugaise », sur Romandie.com,‎
  3. « Novo Banco remplace BES », sur Paperjam.lu,‎
  4. (en) « MOODY'S UPGRADES TO A1 THE LONG TERM RATINGS OF PORTUGAL'S BANCO ESPIRITO SANTO », sur Moodys.com,‎
  5. « Cristiano Ronaldo, sa vie dans la pub (video) », sur Sportune.fr,‎
  6. (pt) Filipe Alves, « BES consegue 300 milhoes de dolares na China »,‎
  7. « Ecobank et Banco Espírito Santo signent une alliance portant sur le commerce et les investissements en Afrique », sur Ecobank.com,‎
  8. « Quand l'Angola fait main basse sur l'industrie portugaise », sur Marianne.net,‎
  9. a et b Anne Cheyvialle, Le holding de Banco Espirito Santo en redressement judiciaire, Lefigaro.fr, 23 juillet 2014
  10. « Espirito Santo vend une partie de ses actifs à la banque suisse CBH » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 23 juillet 2014, sur Liberation.fr
  11. a et b Roland Laskine, Le Portugal débloque 4 milliards d'euros pour sauver Banco Espirito Santo, Lefigaro.fr, 4 août 2014
  12. a et b Gaëlle Lucas, « Les Echos »,‎
  13. Anne de Guigné, « Au Portugal, l'ex-Banco Espirito Santo attire les soupirants », sur Le Figaro,‎
  14. « Portugal-La direction de Novo Banco démissionne », sur Reuters.com,‎
  15. « Banco Espirito Santo : les bénéfices du Crédit agricole plongent », sur Lepoint.fr,‎
  16. « Novo Banco, la nouvelle banque portugaise née des ruines de Banco Espirito Santo », sur a Tribune,‎
  17. « La vente de la branche assurance de Novo Banco suspendue par la justice portugaise », sur Bilan.ch,‎
  18. « Portugal : Eduardo Stock da Cunha va diriger la banque Novo Banco », sur La Tribune,‎