Auguste Nélaton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auguste Nélaton
Auguste Nélaton
Auguste Nélaton
Fonctions
sénateur
14 août 1868 – 4 septembre 1870
Élection 14 août 1868
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 66 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Drapeau de France Français
Nélaton et Giuseppe Garibaldi

Auguste Nélaton, né à Paris le et mort le dans la même ville, est un médecin et chirurgien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence ses études médicales en 1828 et il est reçu docteur en 1836 avec une thèse sur la tuberculose osseuse. Trois ans plus tard, il est nommé professeur à l'hôpital Saint-Louis avec pour spécialité les tumeurs du sein. De 1851 à 1867, il est professeur à temps plein, poste qu'il abandonne pour devenir le chirurgien personnel de Napoléon III. Il est élu membre de l'Académie des sciences en 1867 et il est nommé « sénateur impérial » en 1868.

Sa renommée est illustrée par l'anecdote suivante[1] : le général Garibaldi ayant été blessé par balle au pied à Aspromonte le 29 août 1862, les médecins prétendent que la balle n'est pas restée dans le pied. Mais la cicatrisation tardant, les médecins, qui craignent une future amputation, font appel à Nélaton ; ce dernier se rend auprès de Garibaldi le 28 octobre. Il diagnostique la présence de la balle et donne une méthode pour l'extraire sans difficulté. Pour convaincre ses interlocuteurs, il fait réaliser un instrument particulier qui confirme qu'un objet dur contenant du plomb est dans la plaie. La balle est finalement extraite selon ses préconisations, le 23 novembre, par le chirurgien florentin Ferdinando Zannetti (it). Nélaton relate cet épisode dans une lettre à La Gazette des hôpitaux qui la publie.

Nélaton fut un précurseur de la chirurgie plastique. Il fut le premier à proposer la ligature bout-à-bout des artères en cas de plaie hémorragique. Il fut aussi l'inventeur d'une sonde à revêtement de porcelaine destinée à localiser les projectiles lors de blessures par armes à feu (la sonde de Nélaton). Il tint une place de premier plan dans le domaine de la chirurgie pelvienne et abdominale. La manœuvre de réduction des luxations mandibulaires antérieures porte son nom.

Éponymie[modifier | modifier le code]

  • Sonde (ou cathéter) de Nélaton
  • Tumeur de Nélaton: tératome siégeant entre le péritoine et la paroi abdominale.
  • Dislocation de Nélaton
  • Ulcère de Nélaton: ulcère trophique et perforant de la plante du pied.
  • Syndrome de Nélaton (ou syndrome de Denny-Brown)
  • Opération de Nélaton
  • Manœuvre de Nélaton
  • Sphincter (ou fibres) de Nélaton
  • Ligne de Nélaton[2] (ou ligne de Nélaton-Roser): ligne imaginaire joignant l’épine iliaque antérieure et supérieure et la tubérosité ischiatique, point de repère des fractures du col fémoral et des luxations de la hanche.

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Recherches sur l'affection tuberculeuse des os, [Thèse de médecine de Paris n° 376], 1837, Texte intégral.
  • Recherches sur l'affection tuberculeuse des os,Méquignon-Marvis père et fils (Paris), 1837, in-8° , 71 p., pl., disponible sur Gallica.
  • Traité des tumeurs de la mamelle, [Thèse présentée pour le concours de l'agrégation, section chirurgie], Méquignon-Marvis (Paris) , 1839, 138 p., Texte intégral.
  • Éléments de pathologie chirurgicale, Germer Baillière (Paris), 1844, disponible sur Gallica et Texte intégral.
  • Parallèle des divers modes opératoires employés dans le traitement de la cataracte, [Thèse présentée et soutenue le 7 février 1850 au concours pour la chaire d'opérations et appareils], Baillière (Paris), 1850, 139 p., Texte intégral.
  • De l'influence de la position dans les maladies chirurgicales,[Thèse présentée au le concours pour une chaire de clinique chirurgicale], Germer Baillière (Paris), 1851, 126 p., Texte intégral.
  • Exposé des titres et des travaux scientifiques, Impr. de E. Martinet (Paris), 1867, Texte intégral.
  • Discours de M. Nélaton membre de l'Académie prononcé aux funérailles de M. Laugier le dimanche 18 février 1872Institut de France. Académie des sciences, Didot (Paris), 1872, Texte intégral.
  • Oeuvre des amputés de la guerre 1870-1871 : résumé du rapport présenté au comité, le 11 décembre 1872, [suivi de l'exposé succinct des travaux accomplis jusqu'au 1er avril 1873], impr. de A. Michels (Paris), 1873, disponible sur Gallica.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • AdolphebRichard: Description des procédés autoplastiques employés par M. le professeur Nélaton pour la restauration de l'épispadias. Application de ces procédés à un cas d'exstrophie de la vessie, impr. de L. Martinet (Paris), 1854, disponible sur Gallica.
  • Auguste-Eude Dugaillon: A M. le Dr Nélaton, Dentu (Paris), 1862, in-8° , 8 p., disponible sur Gallica
  • Félix Guyon : Eloge de Nélaton prononcé le 19 janvier 1876, G. Masson (Paris), 1876, Texte intégral.
  • Robert et Cougny: « Auguste Nélaton », in: Dictionnaire des Parlementaires français, 1889.
  • (en) James Joseph Walsh: « Auguste Nélaton », in: The Catholic Encyclopedia, Vol. 10. : Robert Appleton Company (New York), 1911, Texte intégral.
  • (en) Jessie Dobson: « A Surgical Problem of the Last Century: Garibaldi's Bullet and Nélaton's Probe », in: Ann R Coll Surg Engl, 1953 Oct; 13(4): 266–269, Texte intégral.
  • (en) Jessie Dobson: « A Supplementary Note on Nélaton's Probe », in: Ann R Coll Surg Engl,1954 May; 14(5): 340–341, Texte intégral.
  • Anusia Ouguag: Biobibliographie d'Auguste Nélaton (1807-1873), [Thèse de médecine, Paris][3], 1975.
  • (es) José L. Fresquet: « Auguste Nélaton (1807-1873) », Article intégral en ligne dans le site historia de la medicina.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Année scientifique et industrielle 1863 chez L. Hachette
  2. Nélaton (ligne de) in: Dictionnaire médical de l'Académie de Médecine – version 2014.
  3. P. Huard: « Anusia Ouguag, Biobibliographie d'Auguste Nélaton (1807-1873) », in:Revue d'histoire des sciences, 1976, vol. 29, n° 4, pp. 367-368, Article intégral

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :