Audioprothèse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Appareil auditif sur mesure, taille : ~ 2 cm.

L'audioprothèse, appelée familièrement « appareil auditif », a remplacé le sonotone à entonnoir, elle a pour objectif de compenser une perte auditive par un appareillage adéquat.

L'appareillage auditif comprend : le choix, l'adaptation, la délivrance, le contrôle d'efficacité immédiate et permanente de la prothèse auditive et l'éducation prothétique du déficient de l'ouïe appareillé. En France, la délivrance de chaque appareil est soumise à la prescription médicale obligatoire.

Types d'audioprothèses[modifier | modifier le code]

Dans certains cas de surdité, il est conseillé de passer par un dispositif implantable au lieu de la prothèse auditive :

  • prothèse auditive à ancrage osseux ( en anglais : Bone Anchored Hearing Aid, BAHA) pour des cas de surdités dites de transmission ou pour des patients souffrant d'otites chroniques. Cette prothèse correspond en fait en un pilier en titane fixé chirurgicalement (sous anesthésie locale le plus souvent) à la corticale externe de la voûte crânienne et sur lequel se fixe un boîtier externe comprenant le microprocesseur et le micro. Les sons captés par le microphone sont transmis, via le pilier en titane ostéo-intégré, par voie osseuse directement aux oreilles internes, shuntant ainsi l'oreille moyenne pathologique[1] ;
  • implants d'oreille moyenne indiqués principalement en cas d'insuffisance de résultats ou d'intolérance aux audioprothèses classiques, ces prothèses permettent de réhabiliter des surdités neurosensorielles ou mixtes. La différence fondamentale avec les audioprothèses conventionnelles est la nécessité d'un geste chirurgical permettant de connecter la prothèse directement dans l'oreille moyenne sur les osselets (enclume ou étrier) voire sur les fenêtres ovales ou rondes. Ces prothèses sont soit semi-implantables (micro omnidirectionnel externe) soit totalement implantables ;
  • implant cochléaire dans des surdités dites de perception et lorsque l'oreille interne est trop altérée (par exemple suite à une méningite). Afin de corriger les pertes auditive, dans le cas où les aides auditives classique ne sont pas où plus assez efficace. On recours à l'implantation cochléaire. Ce dispositif stimule directement et électriquement le nerf auditif par le biais d'une ou deux électrode(s) insérée dans la cochlée. Autrement dit ce dispositif shunte la voie par laquelle transite le signal sonore ;
  • prothèses auditifs.

Modèles de prothèses auditifs[modifier | modifier le code]

On distingue quatre modèles types : l'intra-auriculaire (CIC), l'intra-conque (ITC), le mini-contour (open-BTE) et le contour d'oreille (BTE). L'aspect, la taille et les fonctionnalités de ces types d'appareils peuvent varier selon plusieurs facteurs (fabricants, modèles, taille du conduit auditif pour les sur-mesures).

  • L'intra-auriculaire (CIC - Completely-In-The-Canal - Complètement dans le conduit) est la prothèse auditive la plus discrète, toute l'électronique est contenue dans une coque moulée pour se loger entièrement dans le conduit auditif. En contrepartie, ce modèle est reconnu comme étant le moins efficace et le moins fiable. De plus, il est contre-indiqué dans le cas de surdité supérieure à 50 dB de perte, ou dans le cas de conduits trop étroits. Cependant, aujourd'hui la technologie évolue et ce type d'audioprothèse est plus fiable.
Illustration des différents modèles de prothèses auditifs.
  • L’intra-conque (ITC, In-The-Canal « dans le conduit ») est un peu plus grand que les CIC et déborde largement dans le pavillon de l’oreille en remplissant la conque (la fosse profonde de l'oreille externe, appelée ainsi car ressemblant au coquillage du même nom). Sa plus grande taille facilite sa manipulation et permet d’avoir un sélecteur de programme, un contrôle de volume et une pile plus grande. Cependant il reste moins esthétique que l’intra-auriculaire.
  • Le contour d'oreille (BTE, Behind-The-Ear « derrière le pavillon de l'oreille ») est la forme la plus connue, et la plus vendue (de 7 à 8 aides auditives sur 10). On peut distinguer deux parties : le contour et l'embout auriculaire. Le contour est la partie électronique de l'appareil acoustique, elle se place derrière le pavillon. L'embout auriculaire, est un moulage en acryl ou en silicone adapté à la morphologie du conduit auditif. Il permet le maintien pour le contour et la transmission du son dans le conduit. Les deux parties sont reliées grâce à un tube acoustique. À l'heure actuelle, ce modèle reste le plus efficace et le plus fiable.
  • Le mini-contour (open-BTE, Behind-The-Ear « derrière le pavillon de l'oreille ») est un modèle apparu en 2004. Le principe est similaire au contour d'oreille. La partie électronique se situe toujours derrière le pavillon, mais sa taille est beaucoup plus réduite, et par conséquent plus discrète. De même, l'embout auriculaire est remplacé soit par une corolle (un dôme en plastique très aéré), soit par un Flexvent (des embouts en acryl très discrets), qui permettent une plus grande aération du conduit auditif. Cette forme convient particulièrement aux surdités légères. Ce modèle a tendance à remplacer de plus en plus les formes intra-auriculaires. Enfin, une nouvelle évolution du mini-contour est apparue, l'écouteur-déporté (RITE, Receiver In The Ear « écouteur dans l'oreille »). Comme son nom l'indique, l'écouteur est positionné directement dans le conduit auditif du patient. Ceci permet d'obtenir un appareil plus discret que les contours mais qui corrige des pertes auditives de plus de 80 dB.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Composants[modifier | modifier le code]

La plupart des appareils disposent des composants suivants :

Microphone[modifier | modifier le code]

Le microphone permet de capturer les ondes sonores (ou sons) émises dans l'environnement, lesquelles sont converties en signal numérique.

Processeurs[modifier | modifier le code]

Le processeur numérique analyse les signaux numériques en différents canaux fréquentiels et distingue les ondes sonores (bruits, paroles) pour améliorer la qualité du son.

Amplificateur[modifier | modifier le code]

L'amplificateur permet de traiter ou amplifier les sons numériques captés par le microphone.

Récepteur[modifier | modifier le code]

Le récepteur ou haut-parleur permet de transmettre les sons sonores ainsi traités.

Logiciels[modifier | modifier le code]

Ajustement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Audioprothésiste.

Le cerveau demande une période d'adaptation de plusieurs semaines à l’appareillage des déficients de l’ouïe. L’audioprothésiste est le seul habilité à procéder à l’appareillage des déficients de l’ouïe, à l’adaptation de l’aide auditive et au suivi du patient[2]. Il va régler l'audioprothèse en grande partie selon l’audiogramme (qui ne doit pas être confondu avec l’audiométrie), étant donné que chaque patient est différent, fourni par un médecin ORL.

L'appareillage sera moins efficace si le malentendant a beaucoup de difficultés pour la compréhension de la parole. C'est ce qu'on appelle un manque d'intelligibilité (dans les bruits). C'est pourquoi la prise en charge tardive est d'autant un facteur aggravant[3] . Plus longtemps, on a été sans entendre (ou en entendant mal) plus il sera difficile et long de récupérer un peu de son audition sans oublier le risque de développer une maladie neurodégénérative (maladie d’Alzheimer et risque de sénilité en autre)[4]. Par ailleurs, les personnes qui portent les audioprothèses n'entendent pas les sons naturels, mais artificiels, c'est-à-dire un son électronique.

Pour les surdités sévères et brutales, notamment pour les personnes, déjà totalement sourdes d'une oreille, comme après la pose d'un implant cochléaire, un apprentissage et un suivi sont nécessaires, le cerveau demande une période d'adaptation pour réapprendre les sons, les progrès peuvent être importants durant plusieurs années.

Il faut optimiser les réglages avec l'audioprothésiste, faire travailler au maximum la suppléance mentale avec l'aide d'un orthophoniste qui vous enseignera aussi la lecture labiale, si on est motivé, les progrès peuvent être très importants, ainsi pour les cas les plus critiques, l'implant cochléaire peut être évité.

Tous ces efforts de concentration et de suppléance mentale, pour les cas les plus lourds, peuvent engendrer une grosse dépense d'énergie et beaucoup de fatigue. Tous n'ont pas cette volonté et ont tendance à moins communiquer, à se replier sur eux-mêmes et aller jusqu'à la dépression.

Il peut falloir de longs mois pour pouvoir à nouveau téléphoner, mais les progrès, notamment grâce à la suppléance mentale, peuvent être extraordinaires.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'audioprothèse.

Précurseurs[modifier | modifier le code]

L'écossais Alexander Graham Bell, dont la mère était atteinte de surdité, travaillant sur la conversion des ondes sonores en impulsions électriques pour la réalisation d'aides auditives plus performantes, brevète le premier téléphone en 1876.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Photos de prothèses auditives datant des années 1920 et 1950. Museum of Medicine, Berlin, Germany.

Le tube électronique, inventé en 1906, est ainsi utilisé pour amplifier le son d’une aide auditive au carbone. Ce premier produit, sera commercialisé sous le nom de "Vactuphone"[5].

C'est en 1947, grâce à l'apparition du transistor, qu'on introduit l'électronique dans les prothèses auditives. De nouvelles formes sont créées, comme le contour d'oreille en 1952, les lunettes auditives en 1954, et surtout le premier intra-auriculaire en 1975.

La programmation numérique fait son apparition autour de l’année 1987. Par contre, l'amplification est toujours analogique. Les premiers appareils complètement numériques entrent sur le marché vers 1996.

Nouvelle génération d’appareil auditif[modifier | modifier le code]

Photo de synthèse montrant le Lyric dans le conduit auditif.

Depuis quelques années avec l'explosion de la micro-électronique et de l'informatique le monde de l'audioprothèse connaît une évolution sans précédents. Les principaux avantages qui en résultent sont la miniaturisation des dispositif et une augmentation de leur capacité de calcul. Cette augmentation des capacités de calculs permettent entre autres l'implémentation d'algorithmes de plus en plus performant permettant de rehausser la parole dans les milieux bruyant pour ne citer qu'un exemple.

L'un des principaux fabricants d'appareil auditif, Phonak, a lancé en Suisse le Lyric, marque rachetée par le groupe Sonova. Ce nouvel appareil commercialisé depuis déjà quelques années aux États-Unis, a pour qualité principale sa discrétion puisqu'il se place entièrement dans le conduit auditif. De plus, il se garde 24h/24 7j/7 et la longévité de sa batterie zinc-air assure une autonomie jusqu'à 3 mois. L'appareil est non seulement discret, mais jetable. Puisque vendu sous forme d'abonnement, il nécessite les gestes d'un audioprothésiste pour son remplacement.

Par contre, il ne convient pas à toutes les morphologies. Les personnes ayant un conduit auditif trop étroit ou avec une forme inadaptée ne peuvent pas pour l'instant bénéficier de cette technologie.

Technologies secondaires[modifier | modifier le code]

Connectivité avec des téléphones[modifier | modifier le code]

La connectivité entre une prothèse auditive et un téléphone est possible par électromagnétisme.

Le signal magnétique du téléphone est transmis par la technologie Bluetooth grâce à l’intermédiaire d’un récepteur puis seront captés par les appareils auditifs. Généralement, il s'agit de la technologie Telecoil. Il existe par ailleurs des prothèses auditives qui se passent d'un intermédiaire récepteur (le LiNX conçu par GN Resound compatible avec un iPhone)[6]. Présenté au CES 2014, utilisant une connexion Bluetooth 4.0 (basse consommation) et la fréquence de 2,4 GHz, elles pourront se connecter aussi à l'iPad et iPod touch[7],[8]. De plus, une application iOS dédiée, ReSound, permettra de modifier certains réglages (pour affiner les aigus ou les graves lors d'un concert par exemple) [9].

Connectivité avec d'autres supports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : boucle auditive.
Panneau signalisant la présence d'une boucle auditive.

Grâce à la boucle auditive ou boucle magnétique, découvert en 1947 par Samuel Lybarger, ingénieur à la « Radio Ear Hearing Company » (« compagnie de radio et d'aides auditives »), le son provenant du micro d'un orateur, d'un équipement de sonorisation, d'un poste de télévision ou autre est transmis à l'appareil auditif de la personne qui peut ainsi l'entendre sans être gênée par des éventuels bruits ambiants. Ce système est principalement utilisé dans des lieux publics (salles de conférences, cinémas, tribunaux, églises, guichets, etc.) mais peut également être installé à domicile[10]. Une grande partie des appareils auditifs classiques intègrent cette fonction.

Batteries et piles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pile bouton.
Différents types de piles bouton..

Bien que les nouvelles générations d'appareils auditifs ne fonctionnent pas encore et tous avec des batteries rechargeables ou des piles rechargeables, la majorité des prothèses auditives modernes utilisent l'une des cinq piles zinc-air.

Ils sont généralement chargés dans l'appareil auditif par l'intermédiaire d'une porte.

Ces piles fonctionnent toutes de 1,35 à 1,45 volts.

Le type de batterie ou de piles dépendent souvent du type, du modèle et de la gamme de la prothèse, et de la taille physique admissible dans la prothèse. La durée de vie est aussi déterminé par la puissance du réglage de la prothèse auditives, de la gamme de la pile ou de la batterie, ainsi que la date de fabrication. La durée de vie moyenne est entre 1 et 14 jours (en supposant 16 heures actives).

Les piles souvent fabriquées en Zinc-Air nécessitent la circulation de l’air pour fonctionner (permettant aux saletés et à l’humidité d’entrer dans le dispositif). L’environnement dans lequel est utilisé l’appareil auditif joue un rôle très important dans la durée de vie (humidité, température, altitude).

Types de batteries et piles auditives[11]
Type/ Couleur Code Dimensions (Diamètre×Hauteur) Type ou forme de prothèse Normes standard Autres noms
675 11.6 mm × 5.4 mm Contour d'oreille, Implant cochléaire IEC: PR44, ANSI: 7003ZD 675, 675A, 675AE, 675AP, 675CA, 675CP, 675HP, 675HPX, 675 Implant Plus, 675P (HP), 675PA, 675SA, 675SP, A675, A675P, AC675, AC675E, AC675E/EZ, AC675EZ, AC-675E, AP675, B675PA, B6754, B900PA, C675, DA675, DA675H, DA675H/N, DA675N, DA675X, H675AE, L675ZA, ME9Z, P675, P675i+, PR44, PR44P, PR675, PR675H, PR675P, PR-675PA, PZ675, PZA675, R675ZA, S675A, V675, V675A, V675AT, VT675, XL675, Z675PX, ZA675, ZA675HP
13 7.9 mm × 5.4 mm Contour d'oreille IEC: PR48, ANSI: 7000ZD 13, 13A, 13AE, 13AP, 13HP, 13HPX, 13P, 13PA, 13SA, 13ZA, A13, AC13, AC13E, AC13E/EZ, AC13EZ, AC-13E, AP13, B13BA, B0134, B26PA, CP48, DA13, DA13H, DA13H/N, DA13N, DA13X, E13E, L13ZA, ME8Z, P13, PR13, PR13H,PR-13PA, PZ13, PZA13, R13ZA, S13A, V13A, VT13, V13AT, W13ZA, XL13, ZA13
312 7.9 mm × 3.6 mm Mini-contour d'oreille, RICs, ITCs IEC: PR41, ANSI: 7002ZD 312, 312A, 312AE, 312AP, 312HP, 312HPX, 312P, 312PA, 312SA, 312ZA, AC312, AC312E, AC312E/EZ, AC312EZ, AC-312E, AP312, B312BA, B3124, B347PA, CP41, DA312, DA312H, DA312H/N, DA312N, DA312X, E312E, H312AE, L312ZA, ME7Z, P312, PR312, PR312H, PR-312PA, PZ312, PZA312, R312ZA, S312A, V312A, V312AT, VT312, W312ZA, XL312, ZA312
10 5.8 mm × 3.6 mm CICs, RICs IEC: PR70, ANSI: 7005ZD 10, 10A, 10AE, 10AP, 10DS, 10HP, 10HPX, 10SA, 10UP, 20PA, 230, 230E, 230EZ, 230HPX, AC10, AC10EZ, AC10/230, AC10/230E, AC10/230EZ, AC230, AC230E, AC230E/EZ, AC230EZ, AC-230E, AP10, B0104, B20BA, B20PA, CP35, DA10, DA10H, DA10H/N, DA10N, DA230, DA230/10, L10ZA, ME10Z, P10, PR10, PR10H, PR230H, PR536, PR-10PA,PR-230PA, PZA230, R10ZA, S10A, V10, VT10, V10AT, V10HP, V230AT, W10ZA, XL10, ZA10
5 5.8 mm × 2.1 mm CICs IEC: PR63, ANSI: 7012ZD 5A, 5AE, 5HPX, 5SA, AC5, AC5E, AP5, B7PA, CP63, CP521, L5ZA, ME5Z, P5, PR5H, PR-5PA, PR521, R5ZA, S5A, V5AT, VT5, XL5, ZA5

Ils existent différents fabricants ou de marque de piles électriques, tels Rayovac, Duracell, Earpower, Powerone, etc.

Certaines piles auditives sont sans plomb et ni mercure (métal considéré comme polluant l’environnement) dits "vertes" et respectant l'environnement[12]. Elle fonctionne sur le même principe que le piles classiques. Des tests[13] aurait montré que cette dernière génération de pile sans mercure détient une durée de vie de 21 % plus longue que celle des piles classiques.

Dans les dix prochaines années, les nouvelles générations d'appareils auditifs fonctionneront avec des batteries rechargeables et non plus avec des piles, voir mêmes avec des capteurs qui s'alimentent de la chaleur du corps humain[14],[15].

Démographie[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Surdité et Presbyacousie.

Selon l'OMS, 360 millions de personnes dans le monde souffrent de déficience auditive incapacitante, soit plus de 5 % de la population mondiale (perte d’audition supérieure à 40 dB dans la meilleure oreille chez l’adulte et à 30 dB dans la meilleure oreille chez l’enfant)[16]. Soit également 328 millions d’adultes et 32 millions d’enfants. Selon l'institut britannique de Recherche à l'audition, le nombre total de personnes souffrant d'une déficience auditive dépassera les 700 millions de personnes d'ici à 2015 et 900 millions de personnes d'ici à 2025 (perte d’audition supérieure à 25 dB)[17].

C’est en Asie du Sud-Est, dans la région Asie-Pacifique et en Afrique subsaharienne que la prévalence des pertes auditives handicapantes est la plus élevée[18]. En Europe, plus de 80 millions d'européens déficients auditifs (soit environ 11 % à 12 % de la population européenne)[19]. La France compte 5 millions de personnes déficient auditifs, soit environ 8 % de la population[20].

Les pertes auditives qu'elle induit sont très variables d'un individu à l'autre. Enfin, une différence marquée existerait entre hommes et femmes dans l'évolution des seuils d'audition avec l'âge (hommes plus fortement touchés, en termes de niveau de pertes). Cette différence selon le genre ou au sexe, tout comme la différence de l'espérance de vie, pourrait dépendre de facteurs socioprofessionnels et d'usages liés au sexe ou au genre (alcool, tabac, caféine). Elle reste la cause la plus fréquente de perte d'audition.

Selon une enquête de l'Union nationale des syndicats d'audioprothésistes français (UNSAF) de 2006, 10 % des Français de plus de 15 ans déclarent souffrir de mal-audition, soit 5,1 millions de malentendants. Seulement 17 % des malentendants déclarent porter un appareil sur une ou deux oreilles. Et 80 % des personnes appareillées sont satisfaites de leur appareil et communiquent mieux.

L'âge moyen des personnes malentendantes lors de leur premier appareillage est de 72 ans selon les données épidémiologiques du Fabricant Amplifon[21]. Plusieurs freins d'ordre psychologique et sociaux qui perdurent : la peur du handicap et de la stigmatisation (validisme), le refus de vieillir et une méfiance vis-à-vis de l'efficacité des aides auditives.

Avec le vieillissement de la population ou l'environnement sonore les besoins augmentent rapidement. Si le vieillissement de la population est en partie responsable de cette situation, l'exposition au bruit et l'utilisation croissante de musiques et de concerts multiplient les risques chez les plus jeunes[22].

Aides complémentaires[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Psychoacoustique et Acuité auditive.

Il existe un grand nombre d'aides dont l'objectif est d'améliorer les possibilités pour mieux entendre.

Lectures labiales[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Suppléance mentale et Lecture labiale.

La lecture labiale permet aux malentendants de comprendre un interlocuteur oralisant, mais ne lui permet pas de percevoir l’intégralité du message. On estime que 30 % seulement du message est « lu » sur les lèvres, le reste étant interprété par la personne malentendante suivant le contexte (suppléance mentale), ce qui donne souvent lieu à des malentendus. Par exemple, certains sons se ressemblent énormément sur les lèvres comme baba, papa et maman. Des phonèmes sont invisibles sur les lèvres comme le /r/ et le /k/ et sont donc difficiles à percevoir.

Langues des signes[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Langues des signes et Français signé.

Les langues des signes sont des langues visuelles et gestuelles, et non sonores comme les autres langues. Elles peuvent aussi palier la déficience auditive.

De même, le français signé utilise les signes de la langue (LSF ou LSQ, lesquelles possèdent leur propre syntaxe) tout en conservant la syntaxe de la langue française. Ce sont surtout les sourds oralisés qui ont le français comme langue maternelle qui l’utilisent sans se référer à la culture sourde.

Hygiène et alimentation[modifier | modifier le code]

Des traitements nutritionnels existent pour limiter la baise d’audition. Des supplémentations quotidiennes en bêta-carotène, en vitamine C, en vitamine E et en magnésium peuvent dans certains cas et certaines déficientes auditives limiter la perte auditive[23]. L’utilisation des vitamines (B9, B1, B5), la quercétine, le ginkgo biloba (sans alcool) et l’acide alpha-lipoïque protègerait également les pertes auditives par l’exposition au bruit.

Thérapies cellulaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Thérapie cellulaire.

Chez l'humain, les cellules ciliées ne se régénèrent pas spontanément. La recherche a mis en évidence un certain nombre de facteurs de croissance capables de stimuler la division cellulaire des cellules ciliées existantes, ce qui pourrait mener à des thérapies génétiques contre la surdité et les troubles de l'équilibre. Selon John Brigande, ORL à la faculté des sciences de Portland dans l’Oregon, il est désormais possible de produire des cellules ciliées dans la cochlée des souris cobayes.

Financement et économie[modifier | modifier le code]

Remboursement et reste à charge[modifier | modifier le code]

Le principal problème de l'appareillage auditif est lié au coût et à la faible prise en charge par la sécurité sociale : il faut compter entre 1 400 € et 4 000 € pour un appareillage numérique des deux oreilles, comprenant le suivi prothétique effectué par l'audioprothésiste pendant toute la durée de vie de l'appareil (5-6 ans)[24].

Cependant, une partie du coût de l'appareillage est prise en charge par la Sécurité sociale et les mutuelles. Le Tarif interministériel des prestations sanitaires (TIPS) pour des assurés adultes (> 20 ans) est de 199,71 € par oreille, indépendamment du type d'appareil choisi. Le TIPS enfants (< 20 ans) est de 1 400 € par oreille pour les appareils les plus performants.

Selon l’Unsaf, en fonction de la couverture complémentaire, en moyenne 60 % des frais réels restent à la charge des patients de plus de 20 ans (300 à 1 500 euros par appareil, 900 euros en moyenne).

En France, le prix comprend toujours le coût de l'appareil, l'adaptation et les prestations pour le suivi de l'entretien pendant toute la durée de vie de la prothèse. Depuis 2008, un devis normalisé s'impose a minima, indiquant « le prix de vente hors taxes et toutes taxes comprises de l’appareil électronique correcteur de surdité proposé incluant les accessoires et les éléments renouvelables nécessaires à son fonctionnement, le cas échéant pour chaque oreille en cas d’appareillage bilatéral » (article D. 165-2 du Code de la sécurité sociale, créé par le décret no 2008-1122 du 31 octobre 2008). Un modèle de devis indiquant les éléments à y faire figurer est édicté par arrêté ministériel[25].

Certains audioprothésistes ajoutant même une année de garantie à celle du fabricant. Il peut aussi y avoir un accord entre l'audioprothésiste et son client pour un règlement par chèque en 10 ou 12 mensualités qui permet une acquisition indispensable pour ces patients qui pourront enfin retrouver une vie normale.

En Suisse, le prix des appareillages est fixé par l'OFAS (Office Fédéral des Assurances Sociales). La Suisse possède deux systèmes de subvention pour les personnes malentendantes. Le premier concerne les personnes en situation de retraite (AVS : Alters- und Hinterlassenenversicherung). Le deuxième concerne les personnes malentendantes qui sont en activité tout en possédant une assurance invalidité (Invalidenversicherung)[26]. Par dérogation pour les enfants et les jeunes, le financement de l’appareil auditif est couvert une fois tous les six ans. Le prix comprend le coût de la prothèse acoustique et un forfait d'adaptation qui correspond aux diverses prestations dont le patient bénéficiera durant la durée de vie de ses aides auditives : réglages, nettoyages, conseils, etc.

Aux États-Unis, les personnes qui souhaitent s’équiper payent eux-mêmes pour la plupart du temps, étant donné que les États-Unis ont un système de sécurité sociale publique très limité et que les compagnies d’assurance ne couvrent la plupart du temps pas les coûts qui sont liés à la déficience auditive et donc l’achat d’appareils auditifs[27].

Coût de production et prix de vente[modifier | modifier le code]

Les audioprothèses coûtent 50 € en matière premières et sont vendues en moyennent jusqu'à 1 600  et 3 000 [28] par appareil selon les gammes en France[29]. Selon l'étude de Financière de la Cité, une très large majorité de ces appareils seraient fabriqués en Asie. « La phase de fabrication d'un appareil ne reviendrait qu'à 450 €[30]. »

Dans le prix de vente, l'accompagnement des patients joue un rôle important dans la différence entre le coût de production et le prix final des appareils auditifs. La marge est de 80%, créée lors de la phase de distribution[31], soit des marges de 800 à 1 000  par appareil. Les professionnels expliquent leurs prix par l'accompagnement des patients. « Les audioprothésistes passent de 10 à 15 heures avec leurs patients tout au long de la durée de vie de leur prothèse, de 5 à 7 ans en moyenne[32]. » La marge nette des cabinets d'audition ne dépassait pas 10 % en 2011[33]. Contrairement à l'optique, les marges dans l'audioprothèse semblent difficiles à diminuer[34] .

En bulletin officiel de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes paru en mars 2000 démontrait qu'en France, les prix des appareils sont plus faibles que dans la plupart des pays industrialisés, mais que leur prise en charge par les organismes sociaux n’est pas à la hauteur des besoins. Par rapport[35] et avis[36] publié en 2000, le Conseil national de la consommation (CNC) préconise un découplage du coût des prestations des audioprothésistes du coût de l'appareil.

Mise en cause ensuite par la Cour des comptes[37] et la DGCCRF, le principal syndicat des audioprothésistes, l'UNSAF, pourrait négocier un prix fixe entre 800 et 1500 € par appareil[38]. Selon Benoît Hamon, ministre délégué à l'Économie sociale et solidaire, « s’équiper en prothèses auditives, c’est très cher [...] par rapport « aux coûts réels des différents intervenants »[39]. Pour le syndicat national des audioprothésistes, avec le soutien du Syndicat national des ORL, le problème n'est pas le prix des appareils mais le fait que les prothèses auditives ne sont pas bien prises en charge par la Sécurité sociale contrairement à d'autres pays européens[40].

Toutefois, « la demande est relativement inélastique au prix, car les appareils auditifs sont perçus comme des biens de nécessité »[41]. D’après l’enquête JNA 2009, « l’image des appareils auditifs en France », les principaux freins à l’appareillage relevaient : du tabou (frein psychologique), de l’esthétisme, de l’image sociale et d’une méconnaissance du métier des audioprothésistes[42].

Ventes[modifier | modifier le code]

Le marché de l'audition en France représente 800 millions de chiffre d’affaires par an[43]. En France, près de 500 000 appareils auditifs sont vendus chaque année selon les chiffres du Syndicat National de l'industrie des technologies médicales[44]. Depuis 2002, l’année de l’amélioration de la prise en charge des appareils pour les adultes, l’aide auditive est ainsi nette progression : de 290 090 en 2002 à 500 000 aides auditives vendues en 2011[45]. Pour le marché américain, la Hearing Industry Association a chiffré des ventes pour l’année 2013 de l'ordre de 3 millions de prothèses auditives vendues[46].

Le marché de la distribution en France se caractérise par une forte présence d'audioprothésistes indépendants (37%) du marché, ou des coopératives d’audioprothésistes (27%) et autres (10 %). Deux principaux enseignes se partagent le reste du marché. Il s’agit du français Audika (14 %) et de l’italien Amplifon (12%) [47].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. www.infobaha.fr, site consacré à l'aide auditive à ancrage osseux : Baha, Ponto, Alpha 1
  2. Article L. 4361-1 du Code de la santé publique
  3. La surdité accroîtrait les risques de démence chez les personnes vieillissantes”, AFP, 15 février 2011.
  4. Études française - Revue de Gériatrie, Tome 32, no 6 Juin 2007 - et américaine - Archives of Neurology, Hearing Loss and Incident Dementia–février 2011
  5. Vactuphone Vacuum Tube Hearing Aid, http://www.hearinglosshelp.com
  6. (en) Dara Kerr, 'Made for iPhone' hearing aids aim to shake stigma, Cnet.com, /25 novembre 2013
  7. (en) ReSound LiNX Hearing Aid: Made for iPhone, Ziphearing.com, 8 janvier 2014.
  8. (en) Made for iPhone® Hearing Aids and How the iOS7 and iPhone Models Work With Hearing Aids iPhone 5 hearing aids, Appalachianaudiology.com, 2014.
  9. Les appareils auditifs connectés iPhone et iPad arrivent, Iphon.fr, 8 janvier 2014.
  10. La boucle à induction magnétique (BIM) pour les nuls, 6 millions de Malentendants, Octobre 2013.
  11. « Battery Equivalents: Consumer and Specialist Types. », Highfields Amateur Radio Club (consulté le 8 juin 2013)
  12. Des piles auditives sans mercure, Sirtin.fr, Jeudi 10 mai 2012.
  13. Test interne de la marque Rayovac, fabricant de piles, basé sur les régimes actuels de tests ANSI, Février 2013.
  14. Guillaume Tixier « L'énergie d'Ann Makosinski: une lampe torche qui s'alimente de la chaleur du corps humain », www.huffingtonpost.fr, 3 octobre 2013.
  15. « Améliorer la technologie sans fil pour les implants et capteurs corporels », Cordis, 7 Janvier 2014.
  16. Surdité et déficience auditive, OMS, 13 février 2013.
  17. De plus en plus de personnes déficientes auditives, www.french.hear-it.org/, 2013.
  18. Des millions de personnes souffrent d’une perte auditive qu’il est possible d’atténuer ou d’éviter, OMS, 27 février 2013.
  19. Perte d’audition supérieure à 25 dB
  20. Le handicap auditif en France: apports de l’enquête Handicaps, incapacités, dépendance, 1998-1999 » , Drees, Études et résultats N° 589, Août 2007.
  21. « Les malentendants tardent à se faire appareiller » , Edp-audio.fr
  22. « Prothèses auditives: un marché en plein boom en France mais encore des obstacles » Le Point, 20 mars 2012.
  23. (en) Thatcher A, Le Prell C, Miller J, Green G, « ACEMg supplementation ameliorates progressive Connexin 26 hearing loss in a child », Int J Pediatr Otorhinolaryngol,‎ 2014, pii: S0165-5876(13)00676-9 (PMID 24439969, DOI 10.1016/j.ijporl.2013.12.030) modifier
  24. Devis normalisé d’appareillage auditif, article L. 165-9 du code de la sécurité sociale
  25. Arrêté du 31 octobre 2008 fixant le modèle du devis normalisé d'appareillage auditif
  26. Suisse, Organisation et financement, www.french.hear-it.org, 2013.
  27. États-Unis, Organisation et financement, [1], 2013.
  28. Chiffres du dossier 60 millions de consommateurs de Juillet 2011.
  29. « Pourquoi les prothèses auditives valent de l’or » Le Parisien
  30. « Prothèses auditives : l'opacité des prix dénoncée ! » www.radins.com, 13 novembre 2013.
  31. Des prothèses auditives trop coûteuses ?, VivreFM, Mardi 12 Novembre 2013.
  32. Selon Luis Godinho, président de l'Unsaf, l'un des principaux syndicats d'audioprothésistes.
  33. Mathilde Golla « L'opacité des prix des prothèses auditives épinglée », 12 novembre 2013.
  34. Les audioprothésistes veulent être entendus par la Sécu, www.viva.presse.fr, .
  35. [PDF] Rapport du CNC, Bulletin de la concurrence, consommation et répression des fraudes consacré au sujet du coût de l'audioprothèse, 7 mars 2000.
  36. Avis du CNC, Bulletin de la concurrence, consommation et répression des fraudes consacré au sujet du coût de l'audioprothèse, 7 mars 2000.
  37. « Prothèses auditives : vers un nouveau scandale ? » http://www.entrepatients.net/fr, 14 Novembre 2013.
  38. Le Parisien signe une nouvelle charge contre les audioprothésistes, http://www.edp-audio.fr, 13 Novembre 2013.
  39. Prix des appareils auditifs : le ministère s’en mêle, www.edp-audio.fr, Régulation, Mercredi 12 février 2014.
  40. Revalorisation des remboursements des prothèses auditives : l’Unsaf continue son action, Ouie Magazine, 12 février 2014.
  41. Rapport « Appareils auditifs en Belgique », KCE reports 91B, 2008.
  42. Reducing hearing aid cost does not influence device acquisition for milder hearing loss, but eliminating it does », TheHearing Journal, Mai 201
  43. « Un marché de 800 millions » , Le Parisien, 2013.
  44. « Les prix des prothèses auditives dénoncés », Le Figaro, 17 octobre 2013.
  45. « Rapport Congrès national des audioprothésistes 2013 » , Unsaf.org, Avril 2013.
  46. Le marché américain en croissance de 4,8 % en 2013, Edp-audio, Jeudi 30 janvier 2014.
  47. Mathilde Golla, « L'opacité des prix des prothèses auditives épinglée », Le Figaro, 12 Novembre 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Goust, Guide des aides techniques pour les malentendants et les sourds, Collection Néret, 3e édition, 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]