Rébus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le rébus illustré, Honoré Daumier (vers 1845)

Le rébus est un jeu qui consiste à créer une suite de plusieurs dessins qui, une fois interprétés, donnent les syllabes devant permettre de découvrir une phrase ou un mot. Un rébus peut parfois aussi être attribué aux jeux de mots basés sur l'emplacement graphique des lettres, voire sur une simple succession de lettres ; dans ce dernier cas, il s'agit d'allographes.

Le mot « rébus » vient de France. A une certaine époque, des clercs de notaires picards ont donné des spectacles sarcastiques en posant des devinettes sous forme d’images. Ils les appelaient De rebus quae geruntur, ce qui signifie en latin: « À propos de ce qui se passe ».

Au cours des deux derniers siècles, les rébus sont devenus des tests d’intelligence dans les livres pour enfants ou adolescents. On peut également en trouver dans les journaux quotidiens.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le dictionnaire étymologique du français Le Robert donne au mot « rébus » l'origine suivante :

« mot latin, par les choses, ablatif pluriel de res. »

Exemples[modifier | modifier le code]

Rébus 1
Abe-Rebus French.png
« Un grand abbé, plein d'appétit a traversé Paris sans souper »
ou littéralement :
Un grand AB plein d'a petits | a traversé par i | 100 sous p

.


Rébus 2
Raie Bus
« Rébus »
ou littéralement :
Raie | Bus

Remarque --Ce rébus ne tient pas tout à fait debout, pour des raisons phonétiques : la raie se prononçant avec un e ouvert, le résultat ne correspond pas à la prononciation avec e fermé, imposée par l'accent aigu, du mot "rébus".


Rébus 3
\frac{6}{100}
« Sans souci ! »
ou littéralement :
Cent sous six

Recueils de rébus[modifier | modifier le code]

L'artiste français Gérard Collin-Thiébaut dont les premiers rébus datent de 1971, commente les arts par des rébus depuis 1991. Il est également l'auteur d'un nouveau genre de rébus : les rébus onomastiques (liés aux noms propres), par lesquels il réalise les portraits de personnalités du monde des arts, de la politique, des médias, etc.

Le dessinateur de presse Honoré, collaborateur de Charlie Hebdo, a publié en 2003 et 2006 deux recueils de "Rébus littéraires": Il s'agit de représentations picturales dont les constituants graphiques, bien qu'agencés assez librement, permettent de deviner une œuvre littéraire ou le nom d'un écrivain.

On peut aussi lire le livre écrit par Édouard Fournier : Enigmes des rues de Paris, dans lequel sont expliqués les rébus des enseignes du Moyen Age.

Exemple historique[modifier | modifier le code]

Rébus envoyé à Voltaire par Frédéric le Grand.

Il est mentionné[1] que lorsque Voltaire était reçu par Frédéric le Grand au Palais de Sanssouci, ils s'échangeaient des rébus et autres messages codés. Frédéric adressa ainsi à Voltaire le dessin suivant : deux mains sous la lettre P, suivi du nombre 100 sous une scie, le tout suivi d'un point d'interrogation. Voltaire répondit par : Ga !

Ces deux messages signifiaient en français :

  • message de Frédéric : Deux mains sous Pé à cent sous scie?
    ou en clair : « Demain souper à Sanssouci ? » ;
  • réponse de Voltaire : Gé grand, a petit!, ou en clair ; « J'ai grand appétit ! »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Marcel Danesi, The Puzzle Instinct: The Meaning of Puzzles in Human Life, Indiana, USA, 1st,‎ 2002 (lire en ligne), p. 61

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]