André Mélançon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

André Melançon

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

André Mélançon en 2013.

Naissance 18 février 1942 (72 ans)
Rouyn-Noranda, Québec, Canada
Nationalité Drapeau Québécois
Profession Scénariste
Réalisateur
Acteur
Films notables La Guerre des tuques
Bach et Bottine

André Melançon, né à Rouyn-Noranda le 18 février 1942, est un réalisateur, scénariste et acteur québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Melançon grandit dans sa ville natale de Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue. Après avoir terminé son cours classique, il part un an au Pérou. De retour au Québec, il devient psycho-éducateur avant de travailler au Conseil québécois pour la diffusion du cinéma. Au cours de l'année 1970, il entreprend son premier film, un documentaire sur le felquiste Charles Gagnon. Le film ne connait qu'une diffusion limitée. Il enchaine avec deux petits films didactiques sur l'enseignement des mathématiques puis avec le documentaire Des armes et les hommes, portant sur la violence et sa représentation.

En 1973, il tourne trois courts-métrages centrés sur des enfants : «Les Oreilles» mène l'enquête, Les Tacots et Le Violon de Gaston. L’enfance est aussi au cœur des deux premiers long-métrages qu’il réalise : la comédie Comme les six doigts de la main et le documentaire Les Vrais perdants, regard critique sur la pression que subissent les enfants placés en situation de compétition.

Au début des années 1980, le producteur Rock Demers entreprend la production d’une série de films pour toute la famille : les Contes pour tous. C’est André Melançon qui réalise le premier de la série : La Guerre des tuques. Le film, émaillé de répliques qui passeront à l’histoire, est présenté à la fin de l’année 1984 et connaît un franc succès. Mélançon réalise trois autres contes pour tous : Bach et bottine en 1986, Fierro l'été des secrets en 1991 et Daniel et les Superdogs en 2004. Il participe aussi au scénario de La Grenouille et la Baleine que dirige Jean-Claude Lord et qui est un autre grand succès de la série.

Vers la fin des années 1980, André Melançon est engagé pour réaliser l’adaptation télévisuelle du roman Les Filles de Caleb, mais un désaccord avec le producteur le pousse à abandonner le projet qui sera récupéré par Jean Beaudin. Melançon, de son côté, change de registre avec le polar hivernal Rafales, basé sur un scénario qu'il écrit avec les deux acteurs principaux Denis Bouchard et Marcel Leboeuf.

En 1997, Melançon écrit et réalise la mini-série Cher Olivier, évocation de la vie et de la carrière de l’acteur burlesque Olivier Guimond, dont le rôle est interprété par Benoit Brière. Succès d’auditoire, la série rafle neuf Prix Gémeaux. Il sera moins heureux avec Asbestos, reconstitution du conflit ouvrier survenu à Asbestos en 1949. Présentée en 2002, la télé-série reçoit un accueil assez mitigé. Le film le plus récent d'André Melançon, L'âge de passion, qui date de 2008, marque un retour aux sources alors que le réalisateur se demande ce que sont devenus les enfants qu'il nous avait présenté trente ans plus tôt dans son film Les Vrais perdants.

En plus d’être cinéaste, André Melançon a joué dans une vingtaine de films, notamment sous la direction de Clément Perron (Taureau , Partis pour la gloire) et de Denys Arcand (Réjeanne Padovani, Joyeux Calvaire). Il apparait également dans un épisode de la série à succès La vie, la vie où il tient son propre rôle.


Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Comme réalisateur[modifier | modifier le code]

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Il est le conjoint d'Andrée Lachapelle.

Liens externes[modifier | modifier le code]