André Davesne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Davesne.

André Prosper Davesne, né à Château-Chinon (Nièvre) le 1er janvier 1898 - décédé à Périgueux (Dordogne) le 6 août 1978, était un écrivain et enseignant français.

Il est né sur la Place Notre-Dame à Château-Chinon. Son père, Paul Ernest, était directeur de l'École Primaire Supérieure et son grand-père vigneron.

Prisonnier deux fois pendant la première Guerre Mondiale et deux fois évadé. C'est le sujet de son livre "La guerre de papa" (Editions Fanlac, Périgueux,1964). Il commence sa carrière d'enseignant en Afrique Noire, où il restera jusqu'en 1939 (entre autres à Bamako au Mali et à Brazzaville au Congo et qui lui inspirera "Croquis de brousse" (Editions du Sagittaire, 1943). Il y côtoie d'autres enseignants-écrivains comme Georges Hardy, Oswald Durand et le célèbre et controversé André Demaison (1883-1956). En 1935, il rend visite à Albert Schweitzer, dans son hôpital de Lambaréné, au Gabon.

C'est l'un des pionniers des méthodes de Célestin Freinet, le célèbre pédagogue. Il rédige les premiers manuels de lecture pour les élèves africains. Certains de ces livres étaient encore en usage, il y a peu, dans des écoles africaines. Un groupe scolaire de Bamako porte son nom. il a aussi été en poste, au Sénégal (ville de Thiès)

À son retour en France en 1939, il prend une part active dans la Résistance. Il est nommé Inspecteur de l'Enseignement Primaire à Sarlat puis, en 1945 devient Inspecteur d'Académie de la Dordogne jusqu'à sa retraite en 1963.

Officier de la Légion d'honneur, croix de guerre, décoré de la Médaille militaire des Évadés et Commandeur des Palmes Académiques.

En France, la Librairie strasbourgeoise Istra publie en 1932 les célèbres "Contes de la Brousse et de la Forêt", écrits en collaboration avec Joseph Gouin et illustrés dans un premier temps par Charles Schott puis par P.Lagosse. Ils furent traduits en anglais sous le titre : "Tales of the Bush". Sur 35 contes, la moitié provient d'Afrique Noire (Histoire de Mosikasika, le petit poussin ; La belle histoire de Samba ; Le Cultivateur et le Guinnarou etc.), le reste étant des contes français, nord-africains ou asiatiques. En 1946, parait, toujours chez Istra, le beau conte "Massa Kokari, lièvre d'Afrique".

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Mamadou et Bineta apprennent à lire et à écrire
  • Nouveau syllabaire de Mamadou et Bineta
  • Les premières lectures de Mamadou et Bineta
  • Mamadou et Bineta sont devenus grands
Autres titres
  • Bien lire et bien dire (avec Bjornson-Langen) - Ed. Lavauzelle
  • Le Français élémentaire : Nouveau cours de langage pour les classes de débutants des écoles africaines - Ed. Istra (1956)
  • Nous avons cinq ans (avec Mme Meymi) - Ed. Larousse (1965)
  • Manuel d'agriculture - Ed. Istra (1958)
  • Langue Française - Ed. Istra (1962)
  • La Famille Diavara - Ed. Istra (1959)
  • Les Lectures Vivantes (avec J.Gouin) - Ed. Istra (1951)
  • La guerre de papa - Ed. Fanlac
  • Contes de la Brousse et de la Forêt illustrés par Paulette LAGOSSE (1921-1996)- Ed. Istra

À noter qu'une partie des manuels scolaires ont été réédités par EDICEF (groupe Hachette Livre).

Extraits[modifier | modifier le code]

  • Mamadou et Bineta sont devenus grands

Le village de ma famille est situé dans la forêt, au milieu des jardins d'ignames et d'arachides. Par une large piste, on arrive devant une cour bordée de cases d'écorce. Toutes les cases ont leur toit en feuilles à la même hauteur. Derrière les maisons, s'élèvent les têtes vertes des bananiers. L'arbre qui domine le village se peuple de charognards poisseux. Une fumée bleue rôde dans les ruelles, enveloppe les cases d'une mouvante écharpe. Des chiens efflanqués passent furtivement. Les moutons et les cabris se rassemblent près des étables. La volaille se dispute à l'entrée de minuscules poulaillers.

  • La guerre de papa

L'uniforme exigeait plus de soin. Il était distribué sur mesure, ce qui signifiait que le magasinier demandait au candidat-soldat :
- Quelle est ta taille ? Et, selon la taille, il faisait semblant de chercher.
- Hé, l'escogriffe, combien ? L'escogriffe, c'était moi...
- 1 m 83
- 1 m 83 ! On n'a pas idée d'être encombrant à ce point ! Je n'ai rien pour les grandes perches ! Tant pis ! Tu te débrouilleras avec ça !
Nous passions ensuite aux chaussures... Pauvres godillots, tordus, plissés, ressemelés, cloutés d'énormes cabochons, recousus à longs points irréguliers, rapetassés avec des pièces énormes, dont certaines étaient boursouflées comme les œillères du harnachement d'un bourricot...

  • Contes de la Brousse et de la Forêt

Et voilà l'histoire de Mosikasika telle qu'on la dit en Afrique, le soir, auprès d'un bon feu, à l'heure où les lions chassent au loin dans la brousse.

Quel que soit le système employé, il faut toujours qu’on en revienne aux deux opérations fondamentales de la lecture : l’analyse (décomposer un mot en ses syllabes), la synthèse (grouper les syllabes connues pour composer des mots nouveaux).

Liens externes[modifier | modifier le code]