Alexandre de Bergame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexandre de Bergame
Image illustrative de l'article Alexandre de Bergame
Saint Alexandre de Bergame, dans une peinture de Bernardino Luini
Soldat, martyr
Naissance IIIe siècle
Rome
Décès 26 août 303 
Bergame
Nationalité Flag of Italy.svg Italienne
Vénéré à Bergame, Cervignano d'Adda
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 26 août

Alexandre de Bergame, né au IIIe siècle et mort le 26 août 303, est un soldat romain, l'un des centurions de la légion thébaine, qui subit le martyre et eut la tête coupée à Bergame en 303.

Biographie[modifier | modifier le code]

On ne sait pas grand-chose de la naissance et de la jeunesse d'Alexandre. Il serait vraisemblablement né à Rome au IIIe siècle, et fut certainement un soldat romain dans la légion thébaine, centurion de la légion commandée par saint Maurice.

Selon la tradition la centurie dont Alexandre était commandant fut déplacée vers 301 de la Mésopotamie vers l'Occident à Cologne, ensuite à Brindisi, pour arriver en Afrique. L'empereur Maximien Hercule avait ordonné des persécutions contre les soldats chrétiens durant le long voyage de la légion. Beaucoup des soldats ayant refusé de tuer leurs compagnons chrétiens, furent également exécutés à Agaunum (aujourd'hui Saint-Maurice en Valais) en Suisse.

Alexandre échappe à ce premier massacre en prenant la fuite, mais n'ayant pas voulu renoncer à sa foi chrétienne, il est emprisonné à Milan. Aidé par saint Fidèle (it) de Côme, il réussit à s'enfuir, une nouvelle fois, mais sera de nouveau arrêté.

Après une autre évasion, il sera définitivement repris et décapité à Bergame le 26 août 303.

À l'emplacement où Alexandre subit le martyre, s'élève actuellement une colonne qui rappelle cet événement, et depuis le Ve siècle, une église lui est dédiée.

Curiosité[modifier | modifier le code]

La légende raconte que, la seconde fois, le bourreau fut effrayé par la grande taille d’Alexandre et que ses bras en devinrent si raides qu’il lui fut impossible de l’exécuter.

Autres images[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Van Bercham, The Martyrdom of the Theban Legion, Basilea, 1956.
  • David Woods, The Origin of the Legend of Maurice and the Theban Legion, in Journal of Ecclesiastical History n° 45 (1994), pp. 385-95

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jérôme Magail et Jean-Marc Giaume, Le comté de Nice : De la Savoie à l'Europe, Serre éditeur,‎ 2006, 386 p. (ISBN 2-86410-467-9, lire en ligne), p. 171
  • Charles Cahier, Caractéristiques des saints dans l'art populaire, t. 1, Poussielgue,‎ 1867, 439 p. (lire en ligne), p. 78 et 368