Élection présidentielle afghane de 2009

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 2004 Drapeau de l'Afghanistan 2014 Suivant
Élection présidentielle afghane de 2009
Hamid Karzai in February 2009.jpg
Hamid KarzaiPas d'étiquette
Voix 2 283 907
  
49,67 %
Abdullah Abdullah 2004-06-14-D-9880W-075.jpg
Abdullah AbdullahFront national uni
Voix 1 406 242
  
30,59 %
Président
Sortant
Élu
Le président sortant, Hamid Karzai (sans étiquette).

L'élection présidentielle afghane s'est tenue le 20 août 2009. Cette élection, la deuxième depuis l'élection présidentielle afghane de 2004, portait sur l'élection à la fois d'un président de la République au scrutin majoritaire pour un mandat de cinq ans, et de conseillers provinciaux.

Plus de 15,6 millions d'électeurs sont inscrits sur les listes électorales, soit environ la moitié de la population du pays, dont 35 à 38 % de femmes[1].

La campagne a été marquée par deux attentats-suicides perpétrés à Kaboul à peine quelques jours avant le vote, le 15 août 2009 et le 18 août 2009[2] et plusieurs autres attaques[3] (bataille de Dahaneh du 12 au 15 août 2009).

Principaux candidats[modifier | modifier le code]

Politique en Afghanistan
Image illustrative de l'article Élection présidentielle afghane de 2009
Panneau appelant la population à aller voter.

Alors que les talibans ont appelé au boycott du scrutin[4], 41 candidats, dont deux femmes, ont fait acte de candidature à l'élection présidentielle et 32 retenus. Les mieux placés dans les sondages pré-électoraux sont :

L'ex-ministre Abdullah Abdullah (Front national uni), second au 1er tour.

Résultats du 21 octobre[modifier | modifier le code]

Le 21 octobre 2009, l'annonce des résultats finaux par la commission indépendante électorale, retardée en raison de fraudes, donnent le résultat suivant[7] :

La participation au niveau national s'élevait à seulement 38,7 % (baissant jusqu'à 5 % dans certaines régions du sud contrôlées par l'insurrection talibane)[8].

Irrégularités et deuxième tour[modifier | modifier le code]

Transport d'urnes à bord d'un hélicoptère Mi-17 de l'armée nationale afghane lors de la préparation du scrutin. D'autres urnes ont été transportées par 3 000 ânes[9].

En raison d'un nombre considérable d'irrégularités[10], Karzaï avait accepté que la Commission indépendante électorale (CIE), soutenue par l'ONU mais proche de Karzaï, ramène son score à 49,67 % des voix, ce qui le soumettait à un ballotage[11]. Fixé au 7 novembre 2009, celui-ci devait l'opposer à l'ex-ministre des Affaires étrangères Abdullah Abdullah, deuxième au premier tour (30,59 % des voix)[11].

Les contentieux électoraux avaient conduit au limogeage de Peter Galbraith, numéro 2 de l'Unama (mission des Nations Unies de Kaboul), pour avoir mis en cause le biais pro-Karzaï du chef de la mission, Kai Ede[12].

Les talibans, qui appelaient de nouveau au boycott des élections[8], ont essayé à nouveau de désorganiser le processus électoral, tuant 5 employés de l'ONU à Kaboul le 29 octobre 2009 dans une attaque revendiquée par Zabihullah Mujahed[12],[13].

Abdullah Abdullah a finalement refusé de se présenter au second tour en raison des irrégularités prévisibles, affirmant notamment qu'il n'avait pas réussi à obtenir le limogeage de trois ministres et celui du président de la Commission électorale, Azizullah Lodin, accusé de favoriser Karzaï[11].

Hamid Karzai a donc été déclaré vainqueur sans second tour. Au même moment, le New York Times révélait le 27 octobre 2009 que son frère, Ahmed Wali Karzaï (en), fortement soupçonné d'implication dans le trafic de stupéfiants, recevait depuis 2001 l'appui financier de la CIA[14],[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « NATO: 15.6 million Afghans are registered to vote », dépêche AP, 11 mars 2009
  2. Waheedullah Massoud, « Afghanistan: 17 morts et 63 blessés dans un attentat suicide à Kaboul », dépêche AFP du 7 octobre 2009 [lire en ligne]
  3. «  Elections en Afghanistan: un déroulement «encourageant» », Libération avec AFP, 20 août 2009 [lire en ligne]
  4. (en) « Afghanistan: 'Ordinary people want change' », The Guardian, 11 août 2009
  5. (fr) « Présidentielle afghane : Karzaï dépose sa candidature », cyberpresse.ca, 4 mai 2009
  6. (en) « Afghan opposition picks candidate », news.smh.com, 16 avril 2009
  7. (fr) « Afghanistan: Abdullah a recueilli 30,59 % des voix », France 2, 21 octobre 2009.
  8. a et b Elections en Afghanistan : les talibans appellent au boycott, Le Parisien, 24 octobre 2009
  9. Élections afghanes: 3000 ânes mobilisés, Le Figaro avec AFP, 28 juillet 2009.
  10. Afghanistan: 225 plaintes pour irrégularités, Le Télégramme, 23 août 2009
  11. a, b et c Afghanistan : l'élection maintenue malgré le retrait d'Abdullah, Le Monde avec AFP, AP et Reuters, 1er novembre 2009
  12. a et b Frédéric Bobin, Afghanistan : les attentats pourraient rendre problématique la tenue des élections, Le Monde, 28 octobre 2009
  13. Pamela Constable, 5 U.N. staffers killed in Kabul, Washington Post, 29 octobre 2009
  14. Pierre Haski, Afghanistan : pas de deuxième tour pour l'encombrant Karzaï, Rue89, 2 novembre 2009
  15. Dexter Filkins, Mark Mazzetti et James Risen, Brother of Afghan Leader Said to Be Paid by C.I.A., New York Times, 27 octobre 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]