Marula

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sclerocarya birrea

Sclerocarya birrea
Description de cette image, également commentée ci-après
Marula
Classification APG III (2009)
Règne Plantae
Clade Angiospermes
Clade Dicotylédones vraies
Clade Noyau des Dicotylédones vraies
Clade Rosidées
Clade Malvidées
Ordre Sapindales
Famille Anacardiaceae
Genre Sclerocarya
Description de cette image, également commentée ci-après
Graines de Marula

Nom binominal

Sclerocarya birrea
(A.Rich.) Hochst., 1844[1]

Synonymes

  • Poupartia birrea (A.Rich.) Aubrév.[1]
  • Sclerocarya birrea subsp. birrea[1]
  • Spondias birrea A.Rich.[1]

Le marula (Sclerocarya birrea) (skleros = dur, karya = noix, en référence au noyau que l'on retrouve à l'intérieur des fruits charnus, appelé encore localement « arbre-éléphant ») est un arbre dioïque de taille moyenne.

Comme le manguier, le pistachier ou l'anacardier, il appartient à la famille des Anacardiacées.

Répartition[modifier | modifier le code]

On le trouve dans les régions boisées du sud de l'Afrique, ainsi que dans la partie sub-sahélienne de l'ouest africain. La répartition de cette espèce sur le continent africain a suivi la migration des Bantous, car elle est un élément important de leur alimentation depuis des temps immémoriaux.

Description[modifier | modifier le code]

Fruits verts de Marula
Fruits sur l'arbre
Fruits mûrs tombés au sol

L'arbre est à simple tronc et développe une cime en forme de large couronne. Il est caractérisé par une écorce chinée grise. L'arbre peut atteindre 18 m de hauteur principalement en basses latitudes et forêts ouvertes.

Ses feuilles imparipennées disparaissent lors de la saison sèche pour économiser de l'eau.

Les fleurs blanches et rose apparaissent avant la feuillaison et donnent des fruits qui, une fois mûrs, ont une peau jaune-clair et une chair blanche.

Très riches en vitamine C, environ 8 fois la quantité trouvée dans une orange, ces drupes charnues ont un goût âpre avec une forte saveur de térébenthine. Une trop forte consommation des fruits fermentés peut mener à un état d'ébriété.

À l'intérieur des fruits, on retrouve un noyau très dur de la taille d'une noix. Une fois séchés, ces noyaux laissent s'échapper 2 (parfois 3) graines cylindriques à une de leurs extrémités. Ces graines ont un goût délicat de noisette et sont très recherchées, en particulier par de petits rongeurs qui savent ronger les noyaux exactement là où les graines sont localisées.

Utilisation[modifier | modifier le code]

  • Les amandes des graines sont riches en lipides et en protéines avec un goût subtil de noisette. Elles constituent une importante source d'énergie en cas de besoin.
  • Les fruits sont couramment mangés frais ou utilisés pour préparer des jus, des gelées et de la liqueur (Amarula).
  • L'huile de marula, extraite à partir de l'amande des graines, est une des meilleures huiles africaines pour les soins de peau. Elle est riche en vitamine E, en antioxydants et en acide oléique. Les vertus de l'huile de Marula sont également très prisées par l'industrie cosmétique (soins pour la peau, savons, maquillage...).
  • Le marula peut être utilisé pour obtenir du bioéthanol, utilisé comme carburant pour les transports.
  • L'écorce est utilisée en traitement prophylaxique de la malaria. La gomme extraite des branches est mélangée avec de l'eau et de la suie pour faire de l'encre utilisée par certaines tribus de la région.
  • L'écorce produit aussi un colorant rouge-brun utilisé dans l'artisanat traditionnel. Les feuilles sont mâchées pour lutter contre les indigestions et brûlures d'estomac.
  • L'infusion des fruits est utilisée pour laver le bétail infesté par les tiques. Les fruits sont considérés comme un puissant insecticide.
  • Le fruit du marula est mangé par de nombreux animaux dans le sud de l'Afrique. Dans le film de Jamie Uys Animals Are Beautiful People (en), sorti en 1974, des scènes montrent des éléphants, des autruches, des phacochères et des singes saouls après avoir consommé des fruits fermentés. Plus tard, des recherches ont mis en évidence que ces scènes, au moins chez les gros animaux, étaient improbables et de toute évidence truquées. Pour que des fruits fermentés aient un effet sur un éléphant, il en faudrait une quantité énorme, et les autres animaux préfèrent le fruit juste à point. La quantité d'eau bue chaque jour par un éléphant diluerait aussi l'effet des fruits, de sorte qu'il n'en serait pas affecté[2]. Plus tard d'autres témoignages ont démontré le goût particulier des éléphants pour ce fruit, et d'autres vidéos montrent l'état d'ébriété de ces animaux après dégustation de marula[3]. Les images du film seraient donc authentiques.
  • On peut appliquer une infusion faite avec l'intérieur de l'écorce du marula pour diminuer la douleur causée par des piqûres de scorpions ou de serpents.

Synonymes[modifier | modifier le code]

Noms vernaculaires : maroela (Afrikaans), Boran (Kenya) - didissa ; anglais - jelly plum, cat thorn, morula, cider tree, marula, maroola nut/plum ; Hausa - dania ; Kamba (Kenya) - muua ; Kwangali - ufuongo ; Lovedu - marula ; Maasai (Kenya) - ol-mangwai ; Meru (Kenya) - mura; Ndebele - iganu, ikanyi, umganu, umkano ; Pedi [fruits] - lerula, marula ; Pedi [arbre] - morula, merula ; Pokot (Kenya) - oruluo ; portugais (Mozambique) - canhoeiro ; Ronga (Mozambique) - ncanhi ; Sebei (Kenya) - katetalum ; Shangaan - nkanyi, inkanyi ; Shona - mutsomo, mukwakwa, mushomo, muganu, mupfura ; Shona [fruits] - pfura ; Shona [arbre] - mufura, mafuna, marula ; Swahili, Diga (Kenya) - mng'ongo ; Swati - umganu ; Swazi - umganu ; Tonga - tsua, tsula, umganu ; Tswana - morula ; Tugen (Kenya) - tololokwo ; Zulu [fruits] - amaganu, [graines] - umganu, [arbre] - umganu.

Liste des variétés et sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (22 septembre 2017)[4] :

  • sous-espèce Sclerocarya birrea subsp. birrea
  • sous-espèce Sclerocarya birrea subsp. caffra
  • sous-espèce Sclerocarya birrea subsp. multifoliolata

Selon NCBI (22 septembre 2017)[5] :

  • sous-espèce Sclerocarya birrea subsp. caffra

Selon The Plant List (22 septembre 2017)[1] :

  • sous-espèce Sclerocarya birrea subsp. caffra (Sond.) Kokwaro
  • sous-espèce Sclerocarya birrea subsp. multifoliolata (Engl.) Kokwaro

Selon Tropicos (22 septembre 2017)[6] (Attention liste brute contenant possiblement des synonymes) :

  • sous-espèce Sclerocarya birrea subsp. birrea Hochst.
  • sous-espèce Sclerocarya birrea subsp. caffra (Sond.) Kokwaro
  • sous-espèce Sclerocarya birrea subsp. multifoliolata (Engl.) Kokwaro
  • variété Sclerocarya birrea var. birrea
  • variété Sclerocarya birrea var. multifoliolata Engl.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e The Plant List, consulté le 22 septembre 2017
  2. (en) Steve Morris, David Humphreys et Dan Reynolds, « Myth, marula, and elephant: an assessment of voluntary ethanol intoxication of the African elephant (Loxodonta africana) following feeding on the fruit of the marula tree (Sclerocarya birrea) », Physiological and Biochemical Zoology, vol. 79, no 2,‎ , p. 363–9 (PMID 16555195, DOI 10.1086/499983, lire en ligne)
  3. (en) Ross Couper, « Elephants drunk on native fruit at South Africa's Singita Sabi Sand » (consulté le 15 janvier 2019)
  4. Catalogue of Life, consulté le 22 septembre 2017
  5. NCBI, consulté le 22 septembre 2017
  6. Tropicos, consulté le 22 septembre 2017

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • O. Eyog Matig, O. Ndoye, J. Kengue et A. Awono (dir.), « Sclerocarya birrea (A. Rich.) Hochst. », in Les fruitiers forestiers comestibles du Cameroun, IPGRI, 2006, p. 24-25 [lire en ligne]
  • Pierre Malzy, « Quelques plantes du Nord Cameroun et leurs utilisations », in Journal d'agriculture tropicale et de botanique appliquée, 1954, vol. 1, numéro 5, p. 171, [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :