Timia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Timia
Timia1.jpg
Devant le village de Timia.
Géographie
Pays
Région
Département
Iférouane (d)
Altitude
528 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Démographie
Population
13 588 hab.
Fonctionnement
Statut
Commune

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune rurale de Timia est localisée au centre du massif de l’Aïr (partie Nord du Niger). Son chef-lieu est situé à 150 km au Sud d’Iferouāne chef-lieu du département et à 220 km au Nord-est d’Agadez, chef-lieu de la région. Cette commune est sous tutelle administrative du département d’Iferouāne. La commune rurale de Timia est limitée par six (6) communes rurales respectivement Tabelot au Sud, Dabaga au Sud-ouest, Iferouāne au Nord, Dannat à l’Ouest, Gougaram au Nord-ouest et Fachi à l’Est. De forme trapézoïdale, la commune rurale de Timia est allongée d’Est en Ouest avec une superficie d’environ 32 000 km2 dont 70 % de son espace est occupé par des massifs montagneux. La commune rurale de Timia situe entre 18° et 19° de latitude Nord et entre 8° et 11° de longitude Est.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est semi-aride, de type sahélo-saharien caractérisé par des amplitudes thermiques élevées. Les précipitations sont faibles et irrégulières dans l'espace et dans le temps. Elles sont conditionnées par la position du Front Intertropical (FIT), qui atteint en août sa limite la plus septentrionale. En termes de pluviométrie, la commune rurale de Timia est quasiment identique au reste du Massif de l’Aïr.

Relief[modifier | modifier le code]

La géologie de la commune, est très complexe en témoigne la diversité et la richesse des dépôts au cours des différents époques du précambrien et du quartenaire. Ces formations géologiques confèrent à la commune, un relief fort contrasté et accidenté permettant ainsi d’identifier des unités géomorphologiques constituées des massifs montagneux (Bounday, Egalagh, Bilat et Aroyan), des collines; des glacis; des regs et des ergs. Ces massifs montagneux constituent des véritables collecteurs d’eau qui s’écoulent sous forme de torrent le long des réseaux hydrographiques. Ces écoulements permettent ainsi d’alimenter les nappes phréatiques relativement peu profondes, offrant à la commune un écosystème typique d’une oasis de montagne favorable aux activités maraîchères, à l’arboriculture et à l’élevage.

Flore et faune[modifier | modifier le code]

La végétation de la commune est assez diversifiée et répartie de façon hétérogène. Elle se compose d’une grande variété de plantes ligneuses et herbacées. Quant à la faune, elle est peu diversifiée et est composée d’outardes, des gazelles, des chacals, des mouflons et des oiseaux migrateurs etc. La commune fait partie de la réserve nationale naturelle de l’Aïr et du Ténéré (RNNAT) dans sa partie Est notamment une proportion importante de la sous zone de Timia et toute la sous zone de Naballow.

Sols[modifier | modifier le code]

De manière générale, les sols identifiés au sein de la commune se caractérisent par leur faible évolution pédologique et leur grande sensibilité à l’érosion hydrique et éolienne. Ce sont des sols limono argileux, argileux et sableux.

Démographie[modifier | modifier le code]

Une femme de Timia

La population de la commune de Timia est estimée à 23645 habitants selon les résultats du recensement administratif 2014. Selon le recensement général de la population et de l’habitat (RGP/H 2012), la population de la commune rurale de Timia était de 19.076 habitants en 2012. Sur la base du taux d’accroissement démographique, la population de la commune rurale de Timia est estimée en 2016 à 22 231 habitants composés de 11 338 femmes (51 %) et 10 893 hommes (49 %), répartis dans 3 705 ménages. la densité est de 1,5 habitant au km2. La commune est habitée en majorité par diverses tribus touaregs de la confédération Kel Ewey arrivées du Nord en vagues successives vers le XVe siècle. L’organisation sociale de chaque tribu, repose sur des structures hiérarchisées selon des us et coutumes. En effet, la diversité des tribus révèle une certaine hétérogénéité dans leur forme d’organisation sociale, mais laisse également apparaître des caractéristiques communes. Dans beaucoup des cas, c’est le système parental qui façonne les modes de vie.

Économie[modifier | modifier le code]

Maraîchage[modifier | modifier le code]

Le maraîchage associé à la culture des céréales constitue la principale activité des populations de la commune. Les différentes spéculations sont les céréales, les agrumes et les légumes.

Élevage[modifier | modifier le code]

L’élevage constitue la seconde activité de la population de la commune de Timia. C’est un élevage de type extensif mais de plus en plus un élevage de case y est développé. Les espèces animales élevées sont les caprins, les ovins, les asins, les camelins et quelques bovins.

Homme de Timia

Commerce[modifier | modifier le code]

Les activités commerciales de la commune sont peu florissantes malgré la création et l’ouverture de plusieurs marchés. Elles sont de plus en plus diversifiées et satisfont la demande. Elles couvrent à la fois la vente des produits de première nécessité, des hydrocarbures, du bétail et autres produits de luxe. Ces activités sont assurées par des commerçants (grossistes, boutiquiers et tabliers). Les échanges commerciaux se déroulent tant à l’intérieur de la commune (marché de Tefarawt et de Naballow) qu’à l’extérieur avec les marchés d’Agadez, d’Arlit, de Tabelot, de Niamey de Tamanrasset en Algérie et de Kano au Nigéria.

Artisanat[modifier | modifier le code]

Jadis considérée comme une activité de la caste forgeronne, l’artisanat emploie aujourd’hui toutes les couches sociales de la commune. Les principaux corps de métier sont: la bijouterie, la vannerie, la sparterie, la maroquinerie et la sculpture. Les objets fabriqués sont très prisés par les touristes.

Tourisme et hôtellerie[modifier | modifier le code]

La vallée de Timia

La commune rurale de Timia reste et demeure pour beaucoup d’agences de voyage le point de passage des excursions touristiques. En plus d’importants vestiges et gravures rupestres, il existe aussi une gamme d’espèces d’animaux rares tels que l’outarde, la gazelle, le mouflon, etc. En matière hôtelière, la commune dispose au niveau de son chef-lieu, des auberges (Auberge Taguelmoust, Auberge de Timia) et des campings.

Mines, carrières et énergies[modifier | modifier le code]

Les ressources minières de la commune sont très peu connues. Celles qui les sont comme la cassitérite, l’or et la colombite sont exploitées de façon artisanale et de manière informelle. Pour les énergies, le chef-lieu de la commune dispose d’un générateur électrique de moyenne capacité qui couvre difficilement les besoins. Aussi le village de Tassalwat est doté d’un générateur communautaire non opérationnel. L’énergie solaire est peu développée et se limite à quelques édifices publics tandis que la principale source d’énergie domestique (bois) est très exploitée malgré l’introduction du gaz butane.

Secteurs sociaux[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

La commune de Timia dispose de cinq (5) centres de santé intégrée (CSI) dont un de type II (Timia) et quatre (4) de type I (Abarakan, Tefarawt, Tewat, Zomo). En plus de ces CSI, la commune compte onze (11) cases de santé et deux (2) maternités (Timia, Abarakan). Le taux de couverture sanitaire de la commune est de 72 % en 2015 Le personnel soignant se compose de trois (3) infirmiers (2 IDE et 1 ICE), une (1) sage femme, un (1) laborantin, deux (2) agents de santé de base (ASB), huit (8) agents de santé communautaire (ASC), quatre (4) filles de salle. Les pathologies les plus fréquentes sont les affections respiratoires, le paludisme, les affections digestives, les traumatismes-brûlures, les affections ophtalmologiques, dermatologiques, bucco-dentaires, osto-articulaires, les diarrhées sanguinolentes et les ORL (oto-rhino-laryngologiques).

Éducation[modifier | modifier le code]

La commune compte actuellement treize (13) jardins d’enfants au préscolaire dont un (1) public et douze (12) communautaires, trente deux (32) écoles primaires traditionnelles dont trois (3) écoles franco-arabes. Les infrastructures d’accueil sont au nombre de quatre vingt trois (83) classes dont soixante onze (71) en matériaux définitifs, six (6) en semi dur, une (1) en banco et cinq (5) en paillote. Le personnel d’encadrement est composé de quatre vingt (80) enseignants dont dix (10) titulaires, soixante dix (70) contractuels et d’un secteur éducatif composé de deux (2) cadres. Ces écoles abritent un effectif de 1744 élèves dont 1100 garçons soit 63,07 % et 644 filles soit 36,93 %. Le taux brut de scolarisation à la rentrée 2016 est de 47,55 %. Au niveau du secondaire, la commune de Timia compte un complexe d’enseignement secondaire (CES) comprenant un lycée couplé à un collège franco arabe pour un effectif de 302 élèves dont 189 garçons et 113 filles encadré par neuf (9) professeurs pour toutes les disciplines, soit un ratio moyen de 21 élèves par professeur. Ces établissements comptent onze (11) classes en matériaux définitifs, un (1) bloc administratif, un (1) magasin, une (1) cuisine, des latrines et d’une clôture en matériaux définitifs pour le CES.

Hydraulique[modifier | modifier le code]

Un puits villageois à Timia

La commune rurale de Timia dispose de vingt sept (27) forages équipés de pompes à motricité humaines, de cinq (05) puits équipés de système solaire, de dix (10) puits modernes, de trois (3) mini AEP dont deux (2) non fonctionnelles et de soixante douze (72) puits pastoraux.

Transport[modifier | modifier le code]

Le réseau routier communal comprend six (6) axes principaux totalisant 1100 kilomètres : Il s’agit des axes Timia - Aoudaras - Dabaga- Agadez; Timia - Arlit qui fait ; Timia -Tabelot –Agadez ; Timia – Elmeki - Agandawel – Dabaga -Agadez ; Timia – Iférouane et Timia-Ajirou- Tabelot.

Essentiellement constitué de pistes rurales très dégradées, le réseau routier de Timia, s’incruste dans le massif de l’Aïr jalonné d’oueds, de

La cascade de Timia

bassins versants et autres koris qui rendent difficile la circulation pendant la saison des pluies.

Ces pistes rurales mal entretenues relient la commune au reste de la région. D’autres pistes plus dégradées relient les villages entre eux. Certaines traversées difficiles des Koris ont fait l’objet de traitement en radiers pour faciliter le transport pendant la  saison des pluies.

Le transport des productions, des voyageurs et celui des produits de première nécessité est assuré par des camions communautaires et privés.

Communication[modifier | modifier le code]

En matière de communication, la commune est dotée d’une radio communautaire à faible rayon d’écoute. À la fin de 2015, cette radio a connu une panne technique due à la vétusté du matériel. À cela s’ajoute l’insuffisance du personnel et l’inadaptation des locaux.

En plus de la téléphonie et de la radio, les ménages les plus nantis ont aussi accès à la télévision à travers  les  chaines satellitaires captées sur des antennes paraboliques fixes.

La couverture en réseau de téléphonie mobile s’est améliorée avec la présence de deux opérateurs à savoir Orange et Airtel dans les localités de Timia et Tefarawt.

Certains particuliers utilisent aussi des téléphones satellitaires.

Formation professionnelle et emploi[modifier | modifier le code]

Dans la commune rurale de Timia, il existe deux (02) centres de formation professionnelle. Les autres lieux d’apprentissages existants sont les ateliers de couture, les garages, les ateliers de soudure, les ateliers de menuiserie bois et métallique et les centres artisanaux.

Composition du Conseil[modifier | modifier le code]

La Commune rurale de Timia, dispose d’un organe délibérant en l’occurrence le Conseil Municipal composé de 11 conseillers élus dont 2 femmes et 3 conseillers de droit comprenant le député national et les deux chefs (village de Timia et chef de groupement Imakitan) et d’un organe exécutif comprenant le Maire et un adjoint au maire. Le staff administratif et technique est composé d’un Secrétaire, d’un receveur, d’un secrétaire municipal, d’un agent d’état civil et d’un chauffeur.

L'oasis de Timia[modifier | modifier le code]

Timia, village du Niger établi au cœur de l’Aïr à 200 km d’Agadez, est aussi une superbe oasis. Dans ses nombreux jardins, la population touareg cultive des légumes (oignons, tomates) et des céréales et produit des agrumes (oranges, pamplemousses), et des dattes.

Le journal "La lettre de Timia"[modifier | modifier le code]

« La Lettre de Timia » est un journal d’information édité par la Communauté des Ressortissants et Amis de la Commune rurale de Timia. Ce journal est né de la nécessité d’apporter une réponse au besoin essentiel d’information des Leaders d’opinion, des membres de la société civile et des partenaires de développement de la Commune.

Elle a pour principales missions d’informer et de sensibiliser les Ressortissants et les Amis de Timia sur la vie quotidienne des habitants de la Commune. Elle constitue également un outil de sensibilisation et d’action pour un changement de comportement à tous les niveaux. [1]

La Croix de Timia[modifier | modifier le code]

La croix de Timia

La Croix de Timia est un bijou de la légende de la Croix du Sud [1], présente dans le désert saharien et portée par les Touareg. On recense 21 modèles de croix. Elles sont en argent et fabriquées par les forgerons. Ces 21 croix sont considérées comme emblèmes de localité ou de région.

Une légende Touareg affirme qu'un jeune guerrier noble, interdit de voir sa belle par son père, fit forger un bijou qui combine les deux syllabes de TARA, mot qui signifie AMOUR en tamacheq, pour en faire l'objet devant servir de lien entre lui et sa princesse. Cette croix devint un bijou à part entière, réclamé par toutes les fiancées à leurs nobles servants, il ne contient rien de magique, si ce n'est la sincérité et la force de la passion qui étaient à la base de sa naissance. Chez les Touareg, cette croix était transmise de pères en fils et pourraient symboliser les 4 points cardinaux, car un Touareg dit: " Mon fils, je te donne les 4 coins du monde, car on ne peut savoir où on mourra".

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Les Amis de Timia : [2]
  • Les Puits du déserts : [3]