Mohamed Bazoum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mohamed Bazoum
Illustration.
Mohamed Bazoum en avril 2016.
Fonctions
Ministre d’État nigérien
Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses
En fonction depuis le
(2 ans, 4 mois et 29 jours)
Président Mahamadou Issoufou
Premier ministre Brigi Rafini
Gouvernement Rafini
Prédécesseur Hassoumi Massaoudou
Ministre d’État
Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l’Intégration africaine et des Nigériens à l’extérieur

(3 ans, 10 mois et 4 jours)
Président Mahamadou Issoufou
Premier ministre Brigi Rafini
Gouvernement Rafini
Prédécesseur Touré Aminatou Maiga
Successeur Aïchatou Kané Boulama
Président du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme
En fonction depuis le
(4 ans, 8 mois et 11 jours)
Prédécesseur Mahamadou Issoufou
Biographie
Nom de naissance Mohamed Bazoum
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance N'Gourti (AOF)
Nationalité Nigérienne
Parti politique PNDS-Tarayya
Diplômé de Université de Dakar
Religion Musulman

Mohamed Bazoum

Mohamed Bazoum, né le , est un homme d'État nigérien.

Il est l'actuel ministre d’État, ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses depuis le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Bazoum Mohamed[1], né en 1960 à Bilabrine à  N’Gourti  (Diffa) à l’Est du Niger, est un homme d’État nigérien, philosophe de formation[2].

Après la vie estudiantine, il s’investit en syndicalisme dans le SNEN (Syndicat National des Enseignants du Niger) avant d’intégrer le Bureau Exécutif de l’USTN (Union Syndicale des Travailleurs du Niger)[3]. Il est membre fondateur  du Parti Nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS TARRAYA) crée en décembre 1990. Il occupe le poste du Président du Comité Exécutif National (CEN) de ce parti depuis l’accession en 2011 du président Issoufou Mahamadou à la magistrature suprême du Niger.

Trois fois député de la circonscription spéciale de Tesker (Zinder) et membre du parlement de transition, Bazoum Mohamed fut également deux fois chef de la diplomatie nigérienne.[4] Il est, depuis avril 2016, ministre d’État, ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses.

Origine, enfance et famille[modifier | modifier le code]

Arabe Oulad Souleymane[5], Bazoum Mohamed le cadet de cinq frères et une sœur.Fidèle au monde rural qui a marqué son enfance, il est un grand passionné de la lecture ,de l’élevage de camelins et de bovins. Il aime également le sport, notamment la lutte traditionnelle et le football . Musulman sunnite, il parle l’arabe classique et dialectal. Il parle également couramment le haoussa, kanouri le toubou, le touareg, le français et moyennement le peul et l’anglais.[réf. nécessaire]

Scolarité et étude[modifier | modifier le code]

Il a commencé ses études primaires à l’école primaire de Tesker de 1966 à 1971. Il fréquenta le  Lycée Amadou Kouran Daga de Zinder de 1975 à 1979 d’où il sort avec son BAC A4. Il fut ses études universitaires de 1979 à 1984 à l’Université de Dakar (Sénégal) à la Faculté des Lettres et sciences Humaines au Département de Philosophie. Détenteur d’une  Maitrise en Philosophie Politique et Morale puis d’un Diplôme d’Études Approfondies (DEA), Option Logique et Épistémologie, Bazoum Mohamed est un orateur qui inspire l’admiration depuis la prestigieuse  université Cheikh Anta Diop de Dakar. Son talent en rhétorique et sa rigueur dans les principes lui ont ouvert grandement la voie d’une carrière politique. Il a marqué en tant que professeur de philosophie au lycée toute une génération d’étudiants des années 1990.[réf. nécessaire]

Vie politique et associative[modifier | modifier le code]

Socialiste convaincu, témoin des contradictions fondamentales du monde à travers l’histoire et des abus des régimes d’exception en Afrique, adepte du matérialisme historique et influencé par des grands révolutionnaires du monde, Bazoum Mohamed, syndicaliste comme homme politique, est proche du peuple et engagé pour les bonnes causes au plan national et international. La qualité de son leadership a été mise en évidence tant dans sa vie syndicale, professionnelle et politique[6]. Dans la longue marche vers la Conférence nationale inaugurant résolument le processus démocratique du Niger, il a joué avec ses camarades un rôle d’avant-garde. L’on se souvient encore de sa très brillante intervention à ce rendez-vous historique du peuple nigérien lorsque les militaires avaient voulu remettre en cause ce forum. Il avait énergiquement combattu au sein de son parti et de ses alliés face aux différentes tentatives du retour à l’ancien ordre ou l’interruption de l’État de droit. Il en est ainsi après le hold up électoral du Président Baré en 1996 et du tazarce de Tandja Mamadou en 2010[réf. nécessaire]. Il fait partie du groupe des 14 députés qui avaient déposé la motion de censure qui a balayé le gouvernement de Hama Amadou qui s’était illustré par la mal gouvernance et le détournement des deniers publics en 2007. Président du PNDS Tarayya après le président Issoufou Mahamadou, il doit cette consécration plus à la confiance méritée de ses camarades et sa fidélité à la ligne politique de ce parti. C’était avec une détermination inébranlable qu’il a sillonné le Niger en quittant son prestigieux poste de ministre des Affaires étrangères pour assurer la réélection du président Issoufou. En lui confiant le poste de Ministre d’État, Ministre de l’Intérieur[7], de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, un poste régalien, le président Issoufou Mahamadou atteste, s’il en est besoin, toute la confiance qu’il place en Bazoum Mohamed[8].

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Grand officier de la légion d’honneur française pour son engagement dans la coopération et son amitié avec la France.

Références http://www.interieur.gouv.ne/index.php/le-ministre/mohamed-bazoum[modifier | modifier le code]

  1. « Mohamed Bazoum, 55 ans, ministre d’État, président du PNDS-Tarayya | Algaita Info », sur www.algaita.com (consulté le 19 octobre 2017)
  2. http://www.nigerinter.com/2016/10/biographie-de-mohamed-bazoum/
  3. « Les vérités de Mohamed Bazoum | Tamtaminfo », sur www.tamtaminfo.com (consulté le 19 octobre 2017)
  4. « M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur : «Cette visite a un cachet particulier, en ce qu'elle traduit le soutien que le Président Hollande veu », sur www.lesahel.org (consulté le 19 octobre 2017)
  5. Thalia Bayle, « Le Niger est en train de lâcher les anciens kadhafistes », Mondafrique,‎ (lire en ligne).
  6. « Mohamed Bazoum répond à Amnesty International : « Nous ne violons pas les droits de l’Homme » – JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne)
  7. « Invité Afrique - Mohamed Bazoum: «La plupart des repentis de Boko Haram sont sincères» », RFI,‎ (lire en ligne)
  8. « BOKO HARAM : Une vingtaine de combattants rejoignent les autorités de Niamey », Afrique Education,‎ (lire en ligne)