Zecca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zecca (homonymie).

La zecca est un terme italien qui désigne l'« Hôtel des monnaies », l'institut d'émission qui produit la monnaie.

Zecca (jusqu'au XVIe siècle, on trouve aussi les formes Ceca, Cecha ou Ceccha) vient du mot arabe sikka, le coin. De fait, c'est le lieu où un État fait frapper ses pièces, et l'origine étymologique est parfaitement révélatrice.

Quart de ducat de 2 zecchini vénitiens

La Zecca de la République de Venise[modifier | modifier le code]

Article connexe : Zecca de Venise.

La Zecca du duché de Castro[modifier | modifier le code]

La Zecca de Castro, qui rappelle en partie celle construite à Rome en 1507 (muraille de travertin) fut entre les premiers édifices à être réalisé en date du 25 février 1538. le Cardinal Guido Ascanio Sforza, confirmait à son oncle Pierre Louis Farnèse la pleine faculté de frapper des monnaies de n'importe quelle forme et valeur et l'autorisait à importer, libre de tout Droit, dans son État, la quantité voulue d'or, d'argent et autre métal monétaire.

À ce point tout est prêt pour l'entrée en fonction de la Zecca, en ce qui concerne les petites monnaies (Baiochetto et Denaro (Denier)) ; pour l'imagerie : les armes Farnèse au droit et le Saint patron (San Savino) au verso, avec les écrits sur le contour : "Pierluigi Farnese Duca di Castro" au droit et "Sain Savino" au verso. On commence à battre la petite monnaie vers 1538-1540.

  • Le 19 juillet 1545 est une date importante pour l'avenir de la Zecca de Castro : après d’exténuantes tentatives diplomatiques et rencontres, le pape Paul III réussit à obtenir de l'Empereur Charles Quint pour son fils Pierre-Louis, l'autorisation d’inféoder le Duché de Parme et de Plaisance, et de donner le Duché de Castro et Comté de Ronciglione à son fils Octave Farnèse. Puis arrive la "punzoneria grande" (gros poinçon) et on commence à battre la grosse monnaie : écu d'or (scudo), Paolo d'argent, Gros et Demi-gros en argent.
  • Le 10 septembre 1547 nouveau cahot : le meurtre à Plaisance du Duc Pierre-Louis, œuvre de nobles conjurés impériaux (le comte Anguissola) ; le Duc Octave Farnèse se hâte de sauvegarder son "nouveau" Duché de Plaisance (il y réussira seulement en 1550) et de Parme (en 1556), en laissant Castro au frère mineur Horace Farnèse (en pratique, de 1546 jusqu'à sa mort en1583, s'en occupera le frère majeur, le Cardinal Alexandre Farnèse).

Vraisemblablement, on continua à battre à Castro les vieilles monnaies de Pierre-Louis jusqu’à la fermeture définitive, en 1548 ou au-delà de, mais de toute façon avant 1564, comme le montre la découverte d'une maçonnerie en travertin au-dessus du portail, avec la date incrustée dans le tuf. Ensuite (jusqu’à la fin en 1649 avec la destruction commandée par Innocent X) circula pour le Duché de Castro ; la "grosse" et "petite" monnaies de Pierre-louis (frappée respectivement dans les périodes 1546-1548 et 1540-548) et celles de la Zecca de Rome ou de État Ecclésiastique (preuves de la circulation de la monnaie de Castro de Pierre-Louis jusqu’à la fin du XVIe siècle).

Nous pouvons regrouper les monnaies sorties de la Zecca de Castro en deux groupes :

Grosse monnaie : Ecu d'or, Paolo d'argent, Gros en argent, Moyen gros en argent

Petite monnaie : Baiocchetto en argent, Denaro (Denier)

La Zecca du duché de Parme[modifier | modifier le code]

Lors de la création du duché, le duc Pierre-Louis obtient du pape Paul III de pouvoir frapper monnaie[1], renouvelant ainsi un droit ancestral. En effet, l’histoire de la monnaie, à Parme et à Plaisance, débute probablement sous le règne du roi Didier de Lombardie mais c’est Charlemagne qui, au cours d’un de ses séjours à Parme (781 ou 787), aurait donné le droit de battre monnaie, comme en témoignent deux pièces avec les lettres PARM. Un « Hôtel des monnaies », la zecca en italien, aurait donc été fondé à m'époque du premier duc, dans les deux villes[2].

L'émission de monnaie se poursuit durant toute la durée du duché, d’abord sous les Farnèse, depuis Alexandre, avec un des premiers thalers de 80 sous frappé dans la péninsule italienne, jusqu'à Ranuce II. Suivant les périodes, les monnaies portent le nom de sou, ducatone ou lire[2].

Ferdinand de Bourbon rénove l’Hôtel des monnaies sous l’impulsion de Du Tillot. En raison de son éloignement de la cour, ce n’est qu'en 1783 que l'Hôtel des monnaies produit des pièces, une demie lire, une doppia da otto et une doppia da tre. Ferdinand Ier, apprenant que des pièces étrangères identiques à celles émises mais d’une valeur inférieure circulent dans le duché, rappelle toutes les pièces nationales pour les marquer et les différencier des pièces étrangères. Il ordonne aussi que le cours des monnaies des villes de Plaisance et Parme soit uniformisé et, en 1799, l’Hôtel des Monnaies de Plaisance est fermé[2].

Sous l’occupation napoléonienne, l’Hôtel des monnaies est mis en sommeil et Moreau de Saint-Méry conserve le système monétaire des Bourbons. Un décret impérial de janvier 1807 établit le rapport entre la monnaie parmesane et le franc, 4 lires et 1 sous pour 1 franc avant d’évoluer à 4 lires, 4 sous et un denier en 1809[2].

Sous Marie-Louise, le matériel de l’Hôtel des Monnaies de Parme est jugé inutilisable et c’est l’Hôtel des monnaies de Milan, alors capitale du royaume lombardo-vénitien, un état satellite de l’empire d’Autriche, qui est sollicité. Au cours de cette période, le système monétaire s’avère fluctuant : les monnaies étrangères sont en libre circulation et sont équivalentes à la monnaie nationale, ce qui a un effet néfaste sur le commerce. Pour mettre fin à ce désordre, un décret du 22 juillet 1819 prévoit la mise en circulation de pièces d’or et d’argent, des lires, qui sont frappées à Milan. Ce n’est que dix ans plus tard qu'un taux de change est mis en place pour les monnaies étrangères[2].

Après le retour des Bourbons au pouvoir, Charles III envisage de rouvrir l’Hôtel des monnaies. Il confie cette tâche à Donnino Bentelli qui réalise une pièce de cinq lires qui n'est jamais mis en circulation en raison de l’assassinat du duc. En 1859, avec l’annexion du duché par le royaume de Sardaigne, l’Hôtel des monnaies disparaît définitivement[2].

autres Zecca[modifier | modifier le code]

  • Asti
  • Pavie
  • Florence
  • Reggio d'Emilie
  • Murato en Corse

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Parente, p. 378.
  2. a, b, c, d, e et f (it) Michele Lopez, « Aggiunte alla zecca e moneta parmigiana del Padre Ireneo Affo » (consulté le 11 février 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (it) Maria Parente, Archivio di Stato di Parma (lire en ligne). 
    Archives d'État de Parme

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]