Zahia Ziouani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Zahia Ziouani
Image dans Infobox.
Zahia Ziouani, prix de l’Audace artistique et culturelle en 2015.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (43 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions

Zahia Ziouani, née le à Paris, est une cheffe d'orchestre française.

Elle a une sœur jumelle violoncelliste, Fettouma Ziouani.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait réalisé dans le cadre du Forum Génération Égalité en 2021.

Zahia Ziouani nait le 27 juin 1978 à Paris[1] de parents algériens. En 1981, sa famille s'installe à Pantin où elle réside toujours. À 8 ans, elle dirige la chorale de son école et suit des cours de guitare au conservatoire. À 12 ans, elle apprend l'alto et intègre l'orchestre des élèves, puis ambitionne de devenir cheffe d’orchestre professionnelle[1].

Diplômée en analyse musicale, orchestration et musicologie de l'université Paris-Sorbonne, elle remporte plusieurs prix de conservatoire (alto, guitare classique, musique de chambre).

Zahia Ziouani étudie la direction d'orchestre auprès du Maestro Sergiu Celibidache à Munich. Elle fonde en 1998 l'Orchestre symphonique Divertimento qu'elle dirige, réunissant 70 musiciens de la région Île-de-France, et dont elle est la directrice musicale. En 2007, elle est nommée première cheffe d’orchestre invitée de l'Orchestre national d'Algérie dans le cadre de l’évènement « Alger, capitale de la culture arabe »[2]. Elle est également cheffe d'orchestre associée de l'ensemble instrumental Densités 93.

Elle se produit dans de nombreux concerts aux côtés de solistes de renom (Raphaël Pidoux, Jean-Marc Phillips-Varjabédian, Tedi Papavrami, Xavier Phillips, Deborah Nemtanu, Sophie Koch, Ferruccio Furlanetto, Patrick Messina, Michel Moraguès, Adam Laloum, Shani Diluka, Raphaël Didjaman…) dans des lieux prestigieux (Salle des concerts de la Cité de la musique, Salle Pleyel, Olympia, Basilique Saint-Denis, Théâtre national algérien, Palais Stéphanie Cannes…).

Parmi les moments forts qui ont marqué son activité artistique de 2010 à 2013, Zahia Ziouani a dirigé l'Orchestre national des Pays de la Loire, la Philharmonie nationale de Bosnie-Herzégovine, l'Orchestre régional de Cannes-Provence-Alpes-Côte d'Azur, l'Orchestre philharmonique des jeunes de la Communauté arabe, l'Orchestre symphonique du Caire, l'Orchestre symphonique tunisien et de nombreux orchestres en Pologne, Algérie, Mexique…

En 2013, elle a été invitée à la tête de l'Orchestre symphonique Divertimento à se produire au Grand Théâtre de Provence et dans de nombreux sites de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur dans le cadre de la manifestation internationale Marseille-Provence 2013 Capitale européenne de la Culture.

Très sensible aux problèmes d'accès à la culture de tous les publics, Zahia Ziouani se consacre à des actions et projets permettant de sensibiliser les publics à la promotion de la musique symphonique et lyrique. Elle est associée à la direction artistique et pédagogique du projet DEMOS (Dispositif d'éducation musicale à vocation sociale).

Elle se produit dans de nombreux festivals en Russie, Espagne, Allemagne, République tchèque, Pologne, Belgique et Algérie. Elle a dirigé l'école de musique et de danse de Stains (Seine-Saint-Denis).

En , elle est nommée membre du conseil d'orientation du Musée de l'Histoire de l'immigration[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Amélie Perrier, « Zahia Ziouani », (consulté le )
  2. « Zahia Ziaouni », sur www.orchestre-divertimento.com (consulté le )
  3. « Arrêté du 12 juillet 2010 portant portant nomination au conseil d'orientation de l'Etablissement public de la porte Dorée - Cité nationale de l'histoire de l'immigration », sur le site de Légifrance, (consulté le ).
  4. Décret du 18 novembre 2017 portant promotion et nomination
  5. « Ordre des Arts et des Lettres », sur www.france-phaleristique.com (consulté le )
  6. « Qui sont les femmes d'influence françaises 2014 ? », sur lefigaro.fr
  7. Ben Crissa Bamogo, « France : l’Afrique brille aux Trophées de la réussite au féminin », sur afrik.com, (consulté le )
  8. « Les 40 Femmes Forbes 2020 »

Liens externes[modifier | modifier le code]