Pierre Fleurquin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Pierre Fleurquin
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
LlafrancVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Pierre Albéric Gabriel FleurquinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Pierre Fleurquin, né le à Lille (Nord) et mort le à Llafranch (Espagne), est un aviateur français, qui termine sa carrière au grade de général de brigade aérienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Affecté en 1932 comme officier instructeur à l'école de perfectionnement de pilotage d'Étampes, il y reste près de huit ans et crée la patrouille acrobatique dite « patrouille d’Étampes », ancêtre de la patrouille de France, qui vole sur Morane-Saulnier MS.225 et qui représente la France lors de nombreux meetings internationaux jusqu'en 1937. Il est l’inventeur de l’expression « voltige aérienne », jusqu'alors nommée « acrobatie aérienne ». "La voltige, écrit-il en 1938, en affrontant tous les cas de vol, en exploitant toutes les conditions même mauvaises, donne à celui qui la pratique un sens de l'air et des possibilités de l'avion que tout autre pilote, aussi expérimenté soit-il, n'acquerra jamais."

En , il rejoint le Groupe de Chasse 1/3 et participe à la Bataille de France durant laquelle il obtient trois victoires aériennes. En , après l'invasion de la zone libre, il rejoint le Maroc avec son escadrille, puis l’Angleterre. Au début de 1944, il commande le Squadron n° 329 qui vole sur Supermarine Spitfire et prend une part active aux opérations du Débarquement de Normandie.

De 1945 à 1947, il sert en Indochine comme sous-chef particulier du Haut-Commissaire de France. Rentré en France, il est ensuite affecté en Allemagne pour y commander la base aérienne tactique 136 Friedrichshafen, fonction qu'il assura jusqu'en 1949, puis l'Ecole des opérations combinées de Meersburg jusqu'en 1952. Apr̠ès un passage de quelques mois au SHAPE (Supreme Headquarters Allied Powers Europe), il est appelé comme adjoint tactique auprès du commandant le 1er CATAC. Le , il prend le commandement de l'air en Afrique orientale française à Madagascar, poste qu'il conserve jusqu'en 1957. En , il est promu général de brigade aérienne. Il termine sa carrière le .

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Revue de L'armée de l'Air,
  • Trait d'union avec le ciel, Marcel Doret, France-Empire, 1954.
  • Le Grand naufrage, Jules Roy, Julliard, 1966.
  • L'Armée de l'air, 1934-2009, Service historique de la Défense, 2009.
  • http://www.traditions-air.fr
  • Le livre d’Or de l’aviation malgache, Christine Pénette Lohau et Jean Pierre Penette
  • Bernard Marck, Dictionnaire universel de l'aviation, Paris, Tallandier, , 1128 p. (ISBN 2-84734-060-2), p. 383-384.