Aurélie Trouvé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aurélie Trouvé
Illustration.
Aurélie Trouvé en 2022.
Fonctions
Députée française
En fonction depuis le
(3 mois et 4 jours)
Élection 19 juin 2022
Circonscription 9e de la Seine-Saint-Denis
Législature XVIe (Cinquième République)
Groupe politique LFI
Prédécesseur Sabine Rubin
Biographie
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Chauny (Aisne, France)
Nationalité Française
Parti politique LFI (depuis 2021)
Diplômée de ENSAT
AgroParisTech
Université de Bourgogne
Profession Ingénieur agronome
Maître de conférences
Écrivaine

Aurélie Trouvé, née le à Chauny (Aisne), est une femme politique et une militante altermondialiste française. Coprésidente de l'Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne (Attac) de 2006 à 2012, puis porte-parole de cette association de 2016 à 2021, elle est depuis décembre 2021 la présidente du parlement de l’Union populaire de La France insoumise dans le cadre de la campagne de Jean-Luc Mélenchon à l'élection présidentielle française de 2022. Ingénieure agronome diplômée de l'École nationale supérieure agronomique de Toulouse (ENSAT) et docteure en sciences économiques, elle est maître de conférences à AgroParisTech. Elle est élue députée LFI de la 9e circonscription de Seine-Saint-Denis le 19 juin 2022.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Chauny, en Picardie en 1979[1], Aurélie Trouvé grandit à Poulx (Gard) dans une famille politisée à gauche, très liée aux milieux associatifs[1].

Venue à l'altermondialisme par un professeur d'économie, Jacques Berthelot[1], elle rejoint en 2002 Attac Campus[2]. Elle obtient par ailleurs le diplôme d'ingénieur du Génie rural, des eaux et des forêts en 2003.

Elle soutient en 2007 une thèse de doctorat en Sciences économiques à l'université de Bourgogne sur les politiques agricoles européennes[1]. Elle devient maître de conférences à Agrosup Dijon de 2007 à 2013, elle multiplie les allers-retours entre la Bourgogne, Montreuil où elle s'est installée avec sa fille et son compagnon, et Paris pour ses activités de recherche[1]. Elle est maître de conférences en économie à AgroParisTech depuis 2014 (UMR Prodig)[3].

Elle s'implique au niveau local dans le groupe Attac 21, dont elle devient vice-présidente en 2005, et dans le groupe Attac Campus Dijon à partir de 2002. Elle devient également membre du Forum social local 21, et de la commission Europe d'Attac France. Fin 2006, elle déménage à Grenoble[4].

Elle est élue pour la première fois au conseil d'administration d'Attac France en juin 2006[2],[5]. Après l'annulation du premier scrutin, elle est réélue en , en tête de tous les candidats[5]. Le CA la désigne coprésidente, avec Jean-Marie Harribey[5]. Puis elle est de nouveau réélue en décembre 2009 et désignée par le CA coprésidente avec Thomas Coutrot.

Le 6 juin 2011, elle annonce sa candidature (qui ne sera pas recevable, faute d'être présentée par un État) pour la direction générale du Fonds monétaire international à la suite de la démission de Dominique Strauss-Kahn[1].

Son ouvrage publié chez Fayard en 2015, Le business est dans le pré. Les dérives de l'agro-industrie, trouve un écho dans des publications très différentes, académiques comme la revue Projet[6], médiatiques comme Alternatives économiques[7] et France Culture[8] ou militantes comme le site de la Confédération paysanne[9].

En 2016, elle est désignée porte-parole d'Attac[2]. En 2020, pendant la période de confinement, elle présente un plan économique de sortie de crise de la pandémie de Covid-19 préparé par Attac et un collectif d'associations anti-libérales[10]. En 2021, elle quitte Attac pour animer une réflexion sur la recomposition d'une force politique de gauche radicale en France[2].

En décembre de la même année, dans le cadre de la campagne de l'élection présidentielle de 2022, elle rejoint la campagne de La France insoumise, soutient la candidature de Jean-Luc Mélenchon et devient présidente du parlement de l’Union populaire[11]. Dans le cadre des élections législatives de 2022, elle est candidate dans la neuvième circonscription de la Seine-Saint-Denis pour succéder à Sabine Rubin, députée sortante de la France insoumise qui ne se représente pas[12]. Elle est élue le avec 69,24 % des suffrages exprimés, soit 27,51 % des inscrits.

Le 30 juin, elle est élue secrétaire de la Commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le business est dans le pré, Paris, Éditions Fayard, coll. « Témoignages/Doc/Actu », 2015, 220 p. (ISBN 978-2-213-67887-0)
  • Le Bloc arc-en-ciel : pour une stratégie politique radicale et inclusive, Paris, La Découverte, 2021, coll. « Petits cahiers libres », 168 p. (ISBN 9782348068713)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Clément Ghys, « Portrait. Lagarde-barrière », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. a b c et d Erwan Cario, « Aurélie Trouvé, ex-Attac : Je suis persuadée qu’il n’y a pas de fin de l’histoire », Libération,‎ (lire en ligne)
  3. « Aurélie Trouvé », sur agroparistech.fr (consulté le )
  4. Biographie des candidats lors de l'élection du CA d'Attac France. Document Attac France
  5. a b et c Sylvia Zappi, « Aurélie Trouvé, à nouveau d'Attac », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. Jean Vettraino, « Aurélie Trouvé, Le business est dans le pré. Les dérives de l’agro-industrie: Fayard, 2015, 220 p., 18 € », Revue Projet, vol. N° 346, no 3,‎ , p. 95a–96 (ISSN 0033-0884, DOI 10.3917/pro.346.0098, lire en ligne, consulté le )
  7. Christian Chavagneux, « Le business est dans le pré. Les dérives de l'agro-industrie », sur Alternatives Economiques (consulté le )
  8. « Le business est dans le pré de Aurélie Trouvé : livre à découvrir sur France Culture », sur France Culture (consulté le )
  9. « Le business est dans le pré ! », sur www.confederationpaysanne.fr (consulté le )
  10. Nicolas Massol, « Aurélie Trouvé : «Nous ne voulons pas laisser croire que le capitalisme est la fin de l’histoire» », Libération,‎ (lire en ligne)
  11. Rachid Laïreche, « Aurélie Trouvé, ex-Attac, rejoint la campagne de Jean-Luc Mélenchon », sur Libération (consulté le )
  12. Mathieu Dejean, « Comment le parlement de l’Union populaire dynamise la campagne de Mélenchon », sur Mediapart (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]