Viaduc de Rouzat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Viaduc de Rouzat
Image illustrative de l’article Viaduc de Rouzat
Géographie
Pays France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Commune Bègues / Saint-Bonnet-de-Rochefort (Allier)
Coordonnées géographiques 46° 08′ 16″ N, 3° 08′ 54″ E
Fonction
Franchit la Sioule
Fonction Pont ferroviaire
Caractéristiques techniques
Type Tablier droit métallique sur piliers métalliques reposant sur des piles en maçonnerie
Hauteur 60 m
Matériau(x) fer / moellons
Construction
Construction 1869
Architecte(s) Eiffel et Cie
Historique
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1965)
Géolocalisation sur la carte : Allier
(Voir situation sur carte : Allier)
Viaduc de Rouzat
Géolocalisation sur la carte : Auvergne
(Voir situation sur carte : Auvergne)
Viaduc de Rouzat
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Viaduc de Rouzat

Le viaduc de Rouzat est un ouvrage d'art construit en 1869 par Eiffel sur la ligne de chemin de fer Commentry - Gannat pour lui permettre de traverser la Sioule entre les communes de Bègues et de Saint-Bonnet-de-Rochefort, dans l'Allier. Il est inscrit comme Monument historique.

Situation[modifier | modifier le code]

Le viaduc est situé sur la ligne de chemin de fer Commentry - Gannat, empruntée par les liaisons Lyon - Bordeaux et Clermont-Ferrand - Montluçon via Gannat, à l'endroit où elle franchit la Sioule, à quelques kilomètres au nord-ouest de Gannat. Il traverse également la route départementale 37 (de Gannat à Lalizolle, par Saint-Bonnet-de-Rochefort), laquelle franchit la rivière en contrebas sur un pont de pierre.

Le viaduc tire son nom du lieu-dit habité Rouzat, qu'il surplombe ; ce lieu est situé au bord de la Sioule, de part et d'autre du pont routier, en rive droite sur la commune de Bègues et en rive gauche sur la commune de Saint-Bonnet-de-Rochefort.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Compagnie du Paris-Orléans, chargée de reprendre la réalisation de la partie ouest de la liaison Lyon - Bordeaux[1], projetée initialement par la Compagnie du chemin de fer du Grand Central, est le maître d'ouvrage de la construction du viaduc. Le concepteur en fut Wilhelm Nördling, ingénieur en chef de la Compagnie. La construction fut confiée à Eiffel et Cie, que Gustave Eiffel venait de créer en 1867 ; l'ingénieur qui suivit la construction était Théophile Seyrig, associé de Gustave Eiffel. Le viaduc de Rouzat et son voisin le viaduc de Neuvial sont les premiers viaducs ferroviaires construits par Eiffel et Cie, bien avant le Pont Maria Pia de Porto (Portugal) (1877) et le viaduc de Garabit achevé en 1884. Pour la première fois, Eiffel utilise la construction métallique pour un ouvrage de cette hauteur de 60 m et en particulier pour la réalisation des deux piles ; mais le viaduc de Grandfey, conçu par l'architecte Ferdinand Mathieu et construit par Schneider et Cie entre 1857 et 1862 à proximité de Fribourg, en Suisse, sur lequel Wilhelm Nördling a travaillé, le dépasse en hauteur avec ses 82 m.

Il a été inscrit monument historique par arrêté du [2].

Description[modifier | modifier le code]

La longueur totale du viaduc est de 180,60 m[3].

Le tablier métallique, d'une longueur de 130 mètres[2], est constitué d'une poutre droite à treillis de croix de saint André.

Le tablier repose sur deux piles métalliques. Chaque pile est composée de quatre colonnes cylindriques, reliées par des croix de Saint-André. Les piles métalliques reposent sur des massifs en maçonnerie, dont l'un est implanté dans le lit de la rivière tandis que l'autre est appuyé sur la rive droite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Marcel Prade, Ponts et viaducs au XIXe siècle : techniques nouvelles et grandes réalisations françaises, Poitiers, Brissaud, 1988, p. 277-280 (ISBN 2-902170-59-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marcel Prade, Les ponts monuments historiques : inventaire, description, histoire des ponts et ponts-aqueducs de France protégés au titre des monuments historiques, Paris, Errance / Poitiers, Brissaud, 1988, p. 43-44 (ISBN 2-903442-81-9) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ressources relatives à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :