Saint-Bonnet-de-Rochefort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Bonnet (homonymie).
Saint-Bonnet-de-Rochefort
Mairie (ancien presbytère).
Mairie (ancien presbytère).
Blason de Saint-Bonnet-de-Rochefort
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Canton Gannat
Intercommunalité Communauté de communes Saint-Pourçain Sioule Limagne
Maire
Mandat
Henri Giraud[1]
2016-2020
Code postal 03800
Code commune 03220
Démographie
Population
municipale
674 hab. (2014)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 08′ 50″ nord, 3° 08′ 21″ est
Altitude Min. 290 m – Max. 412 m
Superficie 16,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte administrative de l'Allier
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-de-Rochefort

Géolocalisation sur la carte : Allier

Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-de-Rochefort

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-de-Rochefort

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Bonnet-de-Rochefort

Saint-Bonnet-de-Rochefort est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Bonnet-de-Rochefort se situe au sud du département de l'Allier[2].

Les principaux villages sont :

  • Chalignat (au nord, sur la route de Bellenaves), ancienne paroisse ;
  • Les Radurons (au sud-ouest, près de la route d'Ébreuil) ;
  • Rochefort (entre le bourg et Les Radurons, à l'est de la route d'Ébreuil) ; le nom de ce village, où se trouve le château de Rochefort[3], dominant la Sioule, important poste de défense du Bourbonnais au Moyen Âge, se retrouve dans le nom de la commune.

Sept communes sont limitrophes de Saint-Bonnet-de-Rochefort[4] :

Communes limitrophes de Saint-Bonnet-de-Rochefort
Naves Charroux
Vicq Saint-Bonnet-de-Rochefort Jenzat
Ébreuil Bègues Mazerier

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la rive gauche de la Sioule, entre Ébreuil en amont et Jenzat en aval.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

L'avenue de la mairie. La borne kilométrique au premier plan montre l'appartenance à la voirie départementale de cette rue.
L'avenue de la Mairie en direction de Charroux.
La ligne de Commentry à Gannat et l'ancien bâtiment voyageurs de la gare au second plan
La halte.

Voies routières[modifier | modifier le code]

L'autoroute A71 passe à la lisière ouest et sud de la commune, entre le col de Naves et la traversée de la Sioule. L'accès le plus proche s'effectue par l'échangeur d'Ébreuil (no 13) de l'autoroute A719.

Le territoire communal est traversé par trois routes départementales[4] :

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Saint-Bonnet-de-Rochefort.

La ligne de Commentry à Gannat, portion de la liaison Lyon - Bordeaux via Limoges et Montluçon, traverse également la commune, d'est en ouest. Seuls des TER Auvergne reliant les gares de Montluçon au nord-ouest et Gannat et Clermont-Ferrand au sud la desservent.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant 1789, la commune faisait partie de l'ancienne province d'Auvergne[5].

Pendant la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune prit le nom de Roche-Libre[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1929 1958 Xavier Prophète    
1958 1965 François Brun    
1965 1975 Jean Diot    
1975 1995 Jacques du Ligondès   Exploitant agricole
1995 14 mars 2016
(décès)[7]
Anne-Marie Defay URB
(DVD)
Technicienne supérieure en agriculture[7]
Ancienne conseillère municipale (1977), puis maire-adjointe (1989)[7]
Conseillère générale (2001-2015) puis départementale (depuis 2015, en binôme avec André Bidaud) du canton de Gannat
6e vice-présidente du conseil départemental chargée de l'habitat et de la ruralité[8]
Vice-présidente de la communauté de communes du Bassin de Gannat[7]
juin 2016 en cours
(au 7 juin 2016)
Henri Giraud[1]    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Saint-Bonnet-de-Rochefort est jumelée avec Beliș (Roumanie), commune de Transylvanie.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 674 habitants, en augmentation de 4,82 % par rapport à 2009 (Allier : 0 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 108 900 1 357 1 394 1 333 1 282 1 266 1 330 1 318
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 265 1 250 1 311 1 345 1 326 1 279 1 292 1 332 1 265
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 260 1 231 1 169 1 037 989 915 863 835 766
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
700 701 669 715 712 656 645 640 674
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Bonnet-de-Rochefort dépend de l'académie de Clermont-Ferrand.

Les élèves commencent leur scolarité à l'école primaire de la commune[12]. Ils la poursuivent au collège de Gannat[13], puis au lycée Blaise-de-Vigenère de Saint-Pourçain-sur-Sioule ou au lycée de Presles de Cusset[14] (renommé lycée Albert-Londres).

Économie[modifier | modifier le code]

La commune possède, au lieu-dit les Tiolans, une zone d'activité[15] nommée « Parc Naturopôle Nutrition Santé ». Elle a reçu en avril 2010 la certification environnementale ISO 14001, première de la région d'Auvergne à l'obtenir. Elle est également labellisée « Pôle d'excellence rurale »[16] (renouvellement en juin 2010). Elle accueille les entreprises suivantes : LPH (conception et production de compléments alimentaires à partir de produits d'origine végétale), Eskiss Packaging (emballages en plastique recyclable pour l'industrie pharmaceutique), Biosphère (extraits végétaux pour les industries pharmaceutique, cosmétique et agro-alimentaire), Setubio NSH (screening d'extraits végétaux), AL4 (ingénierie logistique). Le Naturopôle emploie environ 225 personnes en 2010.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Lucas (Saint-Bonnet-de-Rochefort, 1763 - Gannat, 1850), président du tribunal civil de Gannat (1800-1850), député de l'Allier (1813-1815).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Saint-Bonnet-de-Rochefort.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
Parti : au 1) d’azur à la tour d’or ; au 2) de gueules au lion d’or ; à la fleur de chardon d’or brochant en pointe sur la partition.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le GR 300 (chemin de Saint-Jacques en Bourbonnais) traverse la commune, entre Charroux et Ébreuil.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Tiersonnier, Rochefort, châtellenie bourbonnaise, Moulins, s.d. [1935-1943], II-898 p., pl., plan.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], Association des maires et présidents de communautés de l'Allier, (consulté le 7 juin 2016).
  2. « Saint-Bonnet-de-Rochefort », sur Lion 1906 (consulté le 18 mars 2016).
  3. Philippe Tiersonnier, op. cit.
  4. a et b Carte de Saint-Bonnet-de-Rochefort sur Géoportail (consulté le 18 mars 2016).
  5. Gouvernemens généraux de la Marche, du Limousin, et de l'Auvergne, Robert de Vaugondy, 1753.
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. a, b, c et d « Décès d'Anne-Marie Defay, maire de Saint-Bonnet-de-Rochefort », sur La Montagne, (consulté le 24 avril 2016).
  8. « Gérard Dériot élu président du Conseil départemental de l'Allier », sur La Montagne, (consulté le 2 avril 2015) + composition de l'exécutif départemental.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « École élémentaire publique », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 28 septembre 2015).
  13. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'éducation nationale de l'Allier, (consulté le 24 avril 2016).
  14. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], Direction des services départementaux de l'éducation nationale de l'Allier, (consulté le 24 avril 2016).
  15. Site du Naturopôle.
  16. « PER labellisés - Liste des PER de gén. 2 », sur Pôles d'Excellence Rurale (consulté le 18 mars 2016) ; cliquer sur « C003021 ».