Eiffage Métal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Eiffel (entreprise))
Aller à : navigation, rechercher
Eiffage Métal
logo de Eiffage Métal

Création 1866
Fondateurs Philippe FougerolleVoir et modifier les données sur Wikidata
Personnages clés Gustave Eiffel, Jean Roret, Maurice Koechlin, Émile Nouguier, Jacques Huillard
Slogan Défier la complexité
Siège social Colombes et Vélizy-VillacoublayVoir et modifier les données sur Wikidata
Drapeau de France France
Actionnaires EiffageVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Construction métallique, enveloppes et façades, ouvrages d'art, industrie
Société mère Eiffage
Site web Eiffage Infrastructures

Eiffage Métal, anciennement Eiffel Constructions Métalliques, est une société française de constructions métalliques, spécialisée dans les ouvrages en acier. Elle fait partie de la branche Infrastructures du groupe Eiffage.

Son siège social est situé en région parisienneVélizy-Villacoublay) mais elle possède des antennes en France et dans plusieurs pays d'Europe (Allemagne, Belgique, Espagne, Pologne). Elle possède ses propres outils de productions à Lauterbourg (Alsace) et Nancy, un site industriel à Fos-sur-Mer et des ateliers au Havre, à Cuincy et Pessac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dates-clés[modifier | modifier le code]

Eiffage Métal est le produit de la fusion progressive de plusieurs entreprises. Le cœur historique de la société provient de six entreprises créées au XIXe siècle :

  • 1857 - Fondation des Établissements Baudet Donon et Cie
    • 1910 - Établissements Jules Roussel
    • 1924 - Établissements Baudet Donon Roussel
    • 1960 - Fusion avec la Société des anciens Établissements Eiffel
  • 1855 - Fondation des Entreprises Pierre-Hubert, à Nantes.
    • 1896 - Entreprises Hubert et Dubois
    • 1926 - Ancien Établissements Léon-Dubois
    • 1934 Société des entreprises métropolitaines et coloniales (EMC)
    • 1959 - Compagnie française d'entreprises (CFE), Département industriel : Fusion avec la Société des entreprises métropolitaines et coloniales.
  • 1857 - Fondation de la Société H. Joret.
    • 1882 - Société des ponts et travaux en fer.
    • 1937 - Constructions métalliques de la vallée de l'Orne (COVALOR).
    • 1965 - Société des ponts et travaux en fer.
  • 1857 - Fondation des Établissements Lebrun.
    • 1877 - Établissements Lebrun et Daydé,
    • 1880 - Établissements Lebrun Pillé et Daydé,
    • 1882 - Établissements Daydé et Pillé,
    • 1905 - Établissements Daydé, dont les ateliers étaient situés à Creil,
    • 1964 - Fusion avec Eiffel Baudet Roussel constructions métalliques.
  • 1866 - Fondation des Ateliers Armand Moisant
    • 1880 - Société Moisant Laurent Savey et Cie,
    • 1902 - Société des Ateliers Moisant Laurent Savey,
    • 1959 - Fusion avec la Société des entreprises métropolitaines et coloniales.
  • 1866 - Fondation de l'Atelier de constructions de Gustave Eiffel.
    • 1900 - Société de construction de Levallois
    • 1926 - Société des anciens établissements Eiffel
    • 1960 - Eiffel Baudet-Roussel constructions métalliques
    • 1964 - Compagnie des Travaux Métalliques.

CFEM puis Eiffel Constructions Métalliques[modifier | modifier le code]

En 1966, la Compagnie Française d'Entreprises Métalliques (CFEM) est créée suite à la fusion de la Compagnie des Travaux Métalliques, de la Compagnie Française d'Entreprises (CFE) et de la Société des Ponts et Travaux en Fer.

En 1989, la CFEM devient Eiffel Constructions Métalliques, en référence à son histoire puisqu'elle est le résultat de la fusion en 1966 de plusieurs sociétés prestigieuses de construction, dont celle des ateliers fondés par l'ingénieur Gustave Eiffel.

En 1990, Eiffel intègre le groupe SAE. La même année, elle acquiert SOMDEL.

En 1992, lors de la création du Groupe Eiffage à la suite du rachat de SAE par Fougerolle, Eiffel Constructions Métalliques devient une filiale du groupe Eiffage, 5e groupe européen de BTP. En 1994, Eiffel acquiert Munch, puis Goyer en 2005, KSH et ESL (Eiffel Steelworks Limited) en 2007. Enfin en 2008, Eiffel acquiert onze sociétés spécialisées de maintenance industrielle.

Eiffage Constructions Métalliques[modifier | modifier le code]

En 2011, Eiffel Constructions Métalliques change de nom, et devient Eiffage Construction Métallique, après une procédure judiciaire entamée en 2006.

En juin 2015, Eiffage annonce une restructuration de son activité dans la construction métallique avec plus de 200 suppressions de postes en France et la fermeture de deux usines[1]. Le 27 août 2015, Pierre Berger, le PDG d'Eiffage, confirme la fermeture de 3 sites de construction métallique en France : Maizières-les-Metz (Moselle), Etupes (Doubs), et Martot (Eure). Plus de 250 postes seront supprimés sur ces 3 sites[2]. Parallèlement, la marge opérationnelle augmente et les résultats du groupe progressent. La même année, Eiffage regroupe ses métiers au sein de sa nouvelle branche Infrastructures [3]. Eiffage Constructions Métalliques devient Eiffage Métal.

Production[modifier | modifier le code]

La division Enveloppe & Façades apporte des réponses techniques pour réaliser des structures métalliques et leurs enveloppes (métal ou verre) répondant aux exigences du sur-mesure. Son activité s’étend également à la réhabilitation de structures métalliques, de verrières et d’ouvrages d’art. Parmi leurs projets, on compte notamment :

La division Ouvrages d'Art réalise des ponts, passerelles et des viaducs allant des poutres reconstituées soudées classiques jusqu'à des ouvrages en caisson beaucoup plus complexe et de très grande travée. Son savoir-faire en matière de conception et de réalisation repose en particulier sur la performance de l’usine de production de Lauterbourg. Elle a réalisée notamment :

La division Mécanique et Systèmes met en service et exploite des ouvrages en mouvement. Elle intervient aussi sur des équipements nécessitant améliorations de performance ou rénovations. Eiffage Construction Métallique est aussi un acteur majeur dans les services de proximité d’exploitation et de maintenance d’équipements industriels et d’infrastructures. Eiffage Construction Métallique intervient dans le secteur du nucléaire depuis la création du parc français et a été l’une des premières entreprises à participer à la construction du parc chinois. Elle accompagne aujourd’hui la réalisation des centrales de dernière génération.

Quelques réalisation :

La division Energie permet à Eiffage Métal d'être « contractant général » pour la construction de plateformes en mer pour le pétrole et pour le gaz, ainsi que pour les installations de transport et de stockage de gaz. L’entreprise a ainsi obtenu le contrat de fabrication et d’installation du quartier d’habitation de 124 lits pour le champ Ofon au Nigeria.

Cette division est également impliquée dans les énergies renouvelables à travers la production de mâts en acier pour les éoliennes onshore. Grâce à l'acquisition de Smulders Group, cette expérience onshore est étendue aux applications offshore. Avec plus de 10 ans d'expérience, Smulders Group a fabriqué plus de 950 fondations en acier pour des éoliennes en mer et est l'une des entreprises leaders de ce secteur dans le monde.

Implantations[modifier | modifier le code]

Le siège social de l'entreprise se trouve à Vélizy-Villacoublay depuis 2015[4].

Sa plus grosse usine est à Lauterbourg, situé au bord du Rhin. Elle est spécialisée dans les grands ponts et ouvrages d'art. L'accès direct à la voie fluviale qu'est le Rhin est un atout majeur de cette implantation.

Eiffage Métal possède plusieurs usines de taille plus réduite : l'usine de Munch à Frouard près de Nancy, une usine à Quievrechain près de Lille, un atelier près du Havre, un atelier de façade près à Orléans et un autre près de Blois. Enfin, Eiffage Métal possède un yard à Fos-sur-Mer afin de réaliser n'importe quelle infrastructure offshore.

Eiffage Métal est implanté dans plusieurs pays étrangers, principalement en Europe :

Liste des réalisations[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]