Vaugneray (commune déléguée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vaugneray
commune déléguée
Vaugneray (commune déléguée)
Vue à partir des collines de Vaugneray, Lyon et le Mont Blanc.
Blason de Vaugneray commune déléguée
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Villefranche-sur-Saône
Canton Vaugneray
Intercommunalité Communauté de communes des Vallons du Lyonnais
Statut Commune déléguée
Maire délégué Daniel Jullien
2015-2020
Code postal 69670
Code commune 69P04
Démographie
Gentilé Valnégriens (parfois Valnigrins)
Population 4 925 hab. (2012)
Densité 220 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 18″ nord, 4° 39′ 26″ est
Altitude Min. 260 m
Max. 804 m
Superficie 22,38 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Vaugneray
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 15.svg
Vaugneray
commune déléguée

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 15.svg
Vaugneray
commune déléguée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Vaugneray
commune déléguée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Vaugneray
commune déléguée

Vaugneray est une ancienne commune française située dans le département du Rhône en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Le , la commune a fusionné avec la commune voisine de Saint-Laurent-de-Vaux pour créer la commune nouvelle de Vaugneray[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Vaugneray est une commune de l'Ouest lyonnais, située à une vingtaine de kilomètres de la capitale des Gaules, traversée par l'Yzeron, affluent du Rhône.

En effet, Vaugneray se cale confortablement contre les Monts du Lyonnais et s’ouvre sur le Grand Lyon et les Alpes. Son vaste territoire, façonné par l’agriculture, est propice à la randonnée à travers de vastes étendues boisées.

Les cols de la Luère (714 m) et de Malval (732 m) permettent des passages directs vers la vallée de la Brévenne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Chevinay Pollionnay Grézieu-la-Varenne Rose des vents
Courzieu N Brindas
O    Vaugneray    E
S
Yzeron Messimy

Le val noir est le nom donné au vallon traversé par l'Yzeron et situé entre les communes d'Yzeron, Saint-Laurent-de-Vaux et Brindas. Son nom, issu de la couleur très sombre des forêts qui y sont plantées, se retrouve dans le gentilé des habitants de la commune.

L’économie repose essentiellement sur le commerce, l’artisanat et l’agriculture : élevage, viticulture, maraîchage, dont les produits se retrouvent sur les tables de la région.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jarez.
Le terminus du tramway, au tout début du XXe siècle.

La ville fut desservie, de 1886 à 1954, par le train de Vaugneray, qui la reliait à Lyon. La gare se trouvait vers Maison Blanche.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1882 1892 Joseph Rambaud Orléaniste  
1977 1989 Guy Badoil    
1989 2001 Albert Vialatoux    
2001 En cours
(au avril 2014)
Daniel Jullien Divers droite  

Jumelages[modifier | modifier le code]

Vaugneray tisse des liens d'amitié avec les villages de la commune de Berghin (judet Alba) Roumanie, depuis 1989, par l'association intercommunale Amitié et solidarité en Ouest lyonnais.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2012, la commune comptait 4 925 habitants, en augmentation de 5,3 % par rapport à 2007 (Rhône : 5,17 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2211 5481 5311 5781 7211 9711 9392 1282 174
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0852 0662 0461 9771 9972 0022 0772 0011 961
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9401 9361 9801 9422 0292 0482 1232 0852 118
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2012 -
2 2112 4942 8933 2263 5534 1754 7404 925-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église de Vaugneray, sortie de messe en 1905.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Bénévent, illustré par Joannès Drevet (1854–1940).

Vaugneray possède un patrimoine architectural lié à son passé historique : châteaux, manoirs, maisons des XVIIe et XVIIIe siècles et un habitat rural dont certains éléments remontent au Haut Moyen Âge.

Il y a deux châteaux à Vaugneray :

  • Le château de Bénévent, construit au XIVe siècle, puis modifié aux XVIe et XIXe siècles, situé non loin du centre. Il est aujourd'hui morcelé, habité par diverses familles.
  • Le château d'Hoirieu, situé « Route d'Yzeron ». On y retrouve notamment des fondations du château datant des environs de 1200, avant qu'il ne soit remanié au XIXe siècle.

La commune a donné son nom à un type de roche magmatique silicatée, la vaugnérite, dont est en partie construite l'église du village.

Culte[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Antoine a été construite entre 1862 et 1865 en granit du pays, la « vaugnerite ». Elle dépend de la paroisse Saint-Alexandre de l'Ouest lyonnais.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Le village de Vaugneray est équipé entre autres, d'un théâtre[6] et d'un cinéma[7] associatif. Le village accueil tous les deux ans le festival ART'scène[8], le festival international des arts de la scène. Dans le cadre du festival inter'val, Vaugneray accueille également chaque année le festival Melting Potage[9], le festival antiraciste des Monts du Lyonnais.

Le théatre le Griffon est une salle de spectacles de 200 places qui a ouvert en janvier 2007 dans l’ancien cinéma associatif de Vaugneray. Une saison culturelle est proposée par la MJC mais la salle est également à disposition d’autres utilisateurs (associations, écoles, collèges, entreprises…).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Vialatoux, philosophe.
  • Selon la tradition, François Ier y fit halte lors d'une chasse, et se fit héberger par un habitant au hameau de la Milonnière, sans se faire reconnaître.
  • Joseph Rambaud, économiste, homme d'affaires, fondateur du journal Le Nouvelliste de Lyon
  • Khaled Kelkal y fut abattu le 29 septembre 1995 au lieudit Maison Blanche par les gendarmes de l'EPIGN.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Clavaud, Jacques Pèrenon et Robert Chappelet, Le chemin de fer Lyon - Vaugneray, Breil sur Roya, Edition du Cabri, (ISBN 978-2-914603-36-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]