Union nationale des associations familiales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir UNAF.

Union nationale des associations familiales - UNAF
Logo de l'organisation
Situation
Création 1945
Type Association loi 1901
Politique familiale
Siège 28, place Saint-Georges
75009 Paris
Drapeau de la France France
Organisation
Présidente du conseil d'administration Marie-Andrée Blanc

Site web www.unaf.fr

L’Union nationale des associations familiales (UNAF) est une institution familiale française créée en 1945, avec le statut d'association loi de 1901, reconnue d'utilité publique[1], réunissant exclusivement des personnes morales[2]. Elle a pour objet de promouvoir, de défendre et de représenter les intérêts de toutes les familles vivant sur le territoire français auprès des pouvoirs publics.

Historique[modifier | modifier le code]

L'Union nationale des associations familiales a été instituée par l'ordonnance du [3],[4]. Il existait auparavant une « Fédération nationale des familles »[5].

Elle se voit confier la représentation des familles auprès des pouvoirs publics. Elle est chargée de promouvoir, de défendre et de représenter les intérêts de toutes les familles vivant sur le territoire français quelles que soient leurs croyances ou leur appartenance politique.

L'article L. 211-4 du Code de l'action sociale et des familles dispose que :

« L'union nationale est composée des unions départementales des associations familiales (UDAF) qui y adhérent et des fédérations, confédérations, associations familiales nationales regroupant les associations et sections adhérentes aux unions départementales. »

— Article L211-4 du Code de l'action sociale et des familles.[6]

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Critères d’appartenance à l'UNAF[modifier | modifier le code]

L'UNAF est l'union des associations qu'elle reconnait comme « associations familiales » au titre de la loi, c'est-à-dire des associations

« qui ont pour but essentiel la défense de l'ensemble des intérêts matériels et moraux, soit de toutes les familles, soit de certaines catégories d'entre elles et qui regroupent :

  • des familles constituées par le mariage ou le pacte civil de solidarité et la filiation ;
  • des couples mariés ou liés par un pacte civil de solidarité sans enfant ;
  • toutes personnes physiques soit ayant charge légale d'enfants par filiation ou adoption, soit exerçant l'autorité parentale ou la tutelle sur un ou plusieurs enfants dont elles ont la charge effective et permanente. »

— Article L211-1 du Code de l'action sociale et des familles.[7]

Regroupement des associations membres[modifier | modifier le code]

L'UNAF anime le réseau des Unions régionales des associations familiales (URAF) à l'échelle des régions et des 101 Unions départementales des associations familiales (UDAF) à l'échelle des départements et les appuie dans leurs missions institutionnelles et de services aux familles.

En 2014, l'UNAF est ainsi l'union de 6 808 associations familiales regroupant 689 430 familles[8].

Ces associations familiales sont réparties en 70 mouvements familiaux nationaux dont une loi de 1975 a amélioré la représentation au sein de l'UNAF. Les membres de l'UNAF sont répartis entre membres actifs et membres associés[9] :

  • les membres actifs regroupent :
  • les quarante-quatre membres associés qui représentent plusieurs secteurs de la vie quotidienne des familles :
    • Action sociale pour l'enfance et la famille : Conseil des Associations d’immigrés en France, Couples et Familles, Défenses Familles et Individus (UNADFI), France Alzheimer, La médiation familiale, L’Egalité parentale, Le Moulin Vert, Population et Avenir, SOS France, SOS Papa, Villages d’Enfants…
    • Aide à la famille : Associations d’Aides Familiales populaires, Union des gardes temporaires d’enfants, Vivre son deuil…
    • Jeunesse : Fédération française des Maisons des Jeunes et de la Culture
    • Vacances - Loisirs : CAP France, Centre de Vacances et de loisirs, Centres de Vacances familiaux, Centres sociaux, Foyers des jeunes travailleurs, Loisirs Vacances et Tourisme, Maisons Familiales de Vacances…

Appartenance à l'UNAF[modifier | modifier le code]

Certaines associations familiales qui pourraient faire partie de l'UNAF ne désirent pas y adhérer, c'est le cas notamment de l'Union des familles en Europe, fédération qui regroupe des associations dans différents départements.

À l'inverse, et compte tenu des évolutions législatives citées ci-dessus (quoique non explicite dans le texte de loi mais clairement indiqué dans l'exposé des motifs de l'amendement à l'origine de cet article[10]), l'adhésion des associations homoparentales a été facilitée par la même occasion. En , l'Association des familles homoparentales est la première association homoparentale acceptée au sein de l'UNAF[11]. Seuls le CNAFAL et l'Union des familles laïques (UFAL), depuis 20 ans, défendaient au sein de l'UNAF la position des familles homoparentales. La loi ouvrant le mariage homosexuel en France a permis en mai 2013 l'Association des parents gays et lesbiens (APGL) d'adhérer à l'UNAF.

Suffrages[modifier | modifier le code]

L'article L. 211-9 du Code de l'action sociale et des familles institue le « suffrage familial » en disposant que :

« Chaque famille ou groupe familial tel que défini à l'article L. 211-1, adhérant à l'association au 1er janvier de l'année du vote, apporte, le cas échéant :

  • une voix pour chacun des pères et mères ou chacun des conjoints, ou pour la personne physique exerçant l'autorité parentale ou la tutelle ;
  • une voix par enfant mineur vivant ;
  • une voix par groupe de trois enfants mineurs ;
  • une voix par enfant mort pour la France.

La voix attribuée pour chaque enfant mineur handicapé est maintenue lorsque l'enfant qui atteint la majorité demeure à la charge de ses parents. »

— Article L211-4 du Code de l'action sociale et des familles.[12]

Financement[modifier | modifier le code]

Une loi de 1951 accorde à l'UNAF un financement, initialement de 0,03 % de la masse des prestations familiales puis progressivement augmenté, représentant durant les années 2000 1 % de cette masse. En 2009, l'UNAF et les 100 UDAF bénéficiaient d'un financement public annuel de 25 millions d'euros. Une partie du financement est assurée par une convention d'objectifs signée avec l’État : la dernière convention a été signée pour cinq années (période 2016-2020).

Controverses[modifier | modifier le code]

Le décret no 2008-1112[13] créant un Haut Conseil de la famille a été attaqué à l'occasion d'une Question prioritaire de constitutionnalité par l'Union des familles en Europe en . Ce décret posait l'article L.211-3 du code de l'action sociale et des familles qui attribuait à l'UNAF et aux UDAF la représentation officielle auprès des pouvoirs publics. Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la constitution cet article de loi[14].

Le « suffrage familial » est contesté par les deux mouvements de familles laïques (CNAFAL et UAFAL).

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Période Nom Issu du Mouvement Origine
1945 - 1948 Dr Maurice Monsaingeon Ligue des familles nombreuses
1948 - 1961 Lucien Guibourgé Familles de France
1961 - 1976 Paul Noddings Familles de France
1976 - 1996 Roger Burnel Familles de France
- Hubert Brin Confédération syndicale des familles
[Note 1] - [Note 2],[15]. François Fondard Confédération syndicale des familles Ancien secrétaire général de l'UNAF
depuis le 26 juin 2015[15] Marie Andrée Blanc Familles Rurales Présidente de l'UDAF de la Haute-Loire

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le 18 juin 2006, ont eu lieu les élections au conseil d'administration et à la présidence : au premier tour, ont obtenu : Jean-Marie Bonnemayre (CNAFAL) 6 voix, F. Fondard (CSF) 12 voix, H. Joyeux (FF) 9 voix, M-C. Petit (FR) 11 voix ; au second tour : F. Fondard (CSF) 20 voix, M.-C. Petit (FR) 18 voix. François Fondard est ensuite réélu le , le , en et en
  2. François Fondard avait prévenu qu'il démissionnerait à l'issue de la commémoration des 70 ans de l'UNAF.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Article L211-7 du Code de l'action sociale et des familles sur Légifrance.
  2. « Les membres de l’UNAF », sur le site de l'Unaf (consulté le 28 décembre 2017).
  3. René Théry, Droit social, 1954, p. 362-512.
  4. Dominique Marcilhacy, L'UNAF ou les vicissitudes du corporatisme, in Revue de droit social, décembre 2007.
  5. Dominique Marcilhacy, « Histoire de l'UNAF », sur le site de l'Union des familles en Europe.
  6. Article L211-4 du Code de l'action sociale et des familles., sur Légifrance
  7. Article L211-1 du Code de l'action sociale et des familles., sur Légifrance
  8. « Associations membres », sur le site de l'UNAF (consulté le 28 décembre 2017).
  9. Données UNAF disponibles sur le site web.
  10. « Amendement no 4405 présenté par [[Marie-George Buffet]], [[Marc Dolez]], [[François Asensi]], [[Jean-Jacques Candelier]], [[Gaby Charroux]], [[André Chassaigne]], [[Jacqueline Fraysse]] et [[Nicolas Sansu]] », .
  11. Julien Massillon, « L’ADFH intègre l’Union nationale des associations familiales », sur le site de presse LGBT Yagg, (consulté le 28 décembre 2017) : « C'est la première fois qu'une association représentant des familles homoparentales figure parmi les 8000 associations que compte le mouvement. ».
  12. Article L211-4 du Code de l'action sociale et des familles., sur Légifrance
  13. décret no 2008-1112 Décret créant un Haut Conseil de la famille.
  14. Décision no 2010-1 QPC du 28 mai 2010.
  15. a et b Denis Peiron, « Marie-Andrée Blanc, nouvelle présidente de l’Unaf », sur le site du quotidien La Croix, (consulté le 30 mars 2013).