Janine Tavernier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tavernier.

Janine Tavernier (née le à Limoges) est une personnalité de la vie civile et politique française, ancienne présidente de l'Union nationale des associations de défense des familles et de l'individu (UNADFI) qui œuvre dans le domaine de la lutte anti-secte.

Biographie[modifier | modifier le code]

Janine Tavernier adhère à l'UNADFI en 1984, à la suite de l'adhésion de son mari à la secte Écoovie pendant quatre années[1].

De 1992 à 2001, Janine Tavernier assure la présidence de l'UNADFI et contribue à lui donner une grande visibilité médiatique. À cette époque, l'opinion publique prend conscience des problèmes de sectes avec les drames successifs de Waco au Texas (secte des Davidiens, 88 morts le 19 avril 1993), Tokyo (secte Aum, attentat dans le métro, 11 morts, 5 000 blessés le 5 mars 2005), et en Suisse, Canada et France (Ordre du Temple solaire en 1994 et 1995).

Elle a été nommée chevalier de la Légion d'honneur sur le contingent du ministère de la Justice par un décret du [2].

Elle démissionne en 2001, reprochant à l'association d'être sortie de son rôle d'aide aux victimes des sectes pour s'engager dans une véritable « chasse aux sorcières »[3]. Il lui a été personnellement reproché d'avoir scolarisé ses petits-enfants dans une école Steiner[4].

En 2006, dans la préface d'un livre de Serge Toussaint, grand maître de l'AMORC (Ancien et mystique ordre des Rose-Croix) intitulé "Secte" sur ordonnance : Les Rose-Croix témoignent[5], Janine Tavernier dénonce « ce flou, cette imprécision, [qui] font qu'aujourd'hui on est plongé dans la confusion la plus totale. Les choses étant ce qu'elles sont, certains voient des sectes partout. [...] J'ai toujours été sensible aux risques de dérapage que les ADFI elles-mêmes auraient pu commettre. [...] J'ai été choquée un jour lorsque j'ai entendu une personne très impliquée dans la lutte contre les sectes dire avec beaucoup de conviction : “Il faut éradiquer l'idée de Dieu”. ».

Publications de Janine Tavernier[modifier | modifier le code]

  • 2003 : 20 ans de lutte contre les sectes : Manipulations, embrigadement, enfants en otage, sévices et suicides, l'enfer du décor, Michel Lafon, Neuilly-sur-Seine, 238 p. (ISBN 2-84098-914-X)
  • 2003 : Les sectes, avec Bernard Fillaire, Le Cavalier bleu, coll. « Idées reçues / Économie & société » no 51, Paris, 123 p. (ISBN 2-84670-054-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « “La victime d'une secte change complètement d'identité” », sur le site officiel du Conseil général du Loiret, 30 novembre 2001.
  2. Décret du 28 mars 1997 portant promotion et nomination, JORF no 76 du 30 mars 1997, p. 4998–5010 (5001), NOR PREX9700499D, sur Légifrance.
  3. Joseph Veillard, « Chasse aux sorcières ? », dans Technikart, no 57, novembre 2001, reproduit sur le site La Balise de paix.
  4. « Sectes : quand la présidente de l'UNADFI démissionne... », sur le site sectes.eu.
  5. Serge Toussaint (préf. Janine Tavernier), "Secte" sur ordonnance : Les Rose-Croix témoignent, Le Tremblay, Diffusion rosicrucienne, , 237 p. (ISBN 978-2-908353-23-5) (ISBN 978-2-908353-23-7) édité erroné (lire la préface en ligne sur le site du CICNS).