Triquerville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Triquerville
Image illustrative de l'article Triquerville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Canton Notre-Dame-de-Gravenchon
Commune Port-Jérôme-sur-Seine
Statut Commune déléguée
Maire délégué Catherine Racine
Code postal 76170
Code commune 76713
Démographie
Gentilé Triquervillais
Population 364 hab. (2013)
Densité 121 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 16″ nord, 0° 37′ 43″ est
Altitude Min. 90 m – Max. 143 m
Superficie 3,01 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Port-Jérôme-sur-Seine
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 15.svg
Triquerville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 15.svg
Triquerville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Triquerville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Triquerville

Triquerville est une ancienne commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

La commune fusionne avec 3 autres le pour former la commune nouvelle de Port-Jérôme-sur-Seine et prend à cette date le statut de commune déléguée.

Ses habitants sont appelés les Triquervillais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle fait partie du Parc naturel régional des Boucles de la Seine normande.

Communes limitrophes de Triquerville
Touffreville-la-Cable Touffreville-la-Cable Villequier
Touffreville-la-Cable Triquerville Villequier
Notre-Dame-de-Gravenchon Norville Vatteville-la-Rue

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Tragarvilla vers 1210[2], Tresgarvilla en 1220 - 1223, Tragarvilla vers 1240[3].

Il s'agit d'une formation toponymique en -ville au sens ancien de « domaine rural ». Le premier élément Triquer- représente, conformément au cas général, un anthroponyme.

Albert Dauzat y voit le nom d'homme franc Trasgar, suivi par François de Beaurepaire et Ernest Nègre qui emploient le terme plus général de germanique et le latinisent en Trasgarius. Ce nom est cité par Marie-Thérèse Morlet.

Il se superpose au nom de personne norrois *Þrasgeir, non attesté, mais connu par sa forme contractée Þrasarr[4].

Remarque : l'évolution phonétique de l'élément Tra(s)ga(r)- > Trique(r)- ressemble à celle que l'on observe dans Triqueville (Eure, Tregavilla vers 1080).

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville-centre de Gravenchon et 3 villages dont Auberville-la-Campagne ont décidé en 2015 de s'unir car ils sont situés dans le même bassin de vie et afin de bénéficier d'une incitation financière de l'Etat, qui leur permet soit d'éviter une forte augmentation des impôts, soit de devoir supprimer des services aux habitants[5],[6].

La commune nouvelle de Port-Jérôme-sur-Seine, qui fusionne les quatre anciennes communes d'Auberville-la-Campagne, Notre-Dame-de-Gravenchon, Touffreville-la-Cable et Triquerville, devenues des communes déléguées, est créée par un arrêté préfectoral du 30 novembre 2015[7] à la demande des quatre conseils municipaux et après une consultation de la population[8],[9],[10],[11].

Article détaillé : commune nouvelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires et maires-délégués successifs[12]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1902   de Triquerville    
mars 2001 mars 2014 Michel Lepointe DVD  
mars 2014[13] en cours
(au 16 décembre 2015)
Catherine Racine   Devient maire délégué de Triquerville le

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 364 habitants, en diminution de -6,19 % par rapport à 2008 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
292 268 280 320 327 324 272 332 316
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
267 240 231 228 259 272 236 275 234
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
252 235 181 171 164 173 165 178 175
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2013
171 205 236 307 350 348 388 371 364
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nom des habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 18 juillet 2010).
  2. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 158
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, Genève (lire en ligne) [1]
  4. Site de Nordic Names : Þrasarr (lire en ligne) [2]
  5. Arnaud Rouxel, « Gravenchon et trois villages lèvent le voile sur les objectifs de leur projet de fusion : Avant le vote sur leur projet de regroupement, les maires de Gravenchon, Triquerville, Touffreville-la-Cable et Auberville-la-Campagne lèvent le voile sur leur philosophie et leurs objectifs. », Paris Normandie,‎ (lire en ligne).
  6. Sandra Beaufils, « Commune nouvelle en Seine-Maritime. Gravenchon, Auberville, Touffreville et Triquerville y travaillent », Normandie 76 hebdo,‎ (lire en ligne).
  7. « Arrêté préfectoral du 30 novembre 2015 portant création de la commune nouvelle de Port-Jérôme-sur-Seine », Recueil des actes administratifs de Seine-Maritime, no 76-2015-122,‎ , p. 194-197 (lire en ligne [PDF]).
  8. O. G., « Caux Vallée de Seine : la commune nouvelle s’appellera Port-Jérôme-sur-Seine, si elle est actée : Les quatre communes de Gravenchon, Auberville-la-Campagne, Touffreville-la-Cable et Triquerville ont choisi le nom de leur commune nouvelle... si elle est actée », Paris Normandie,‎ (lire en ligne).
  9. Solène Bertrand, « Notre-Dame-de-Gravenchon intègre Port-Jérôme-sur-Seine : Notre-Dame-de-Gravenchon, en Seine-Maritime, devrait fusionner avec trois communes, en 2016. La commune nouvelle devrait être baptisée Port-Jérôme-sur-Seine. Explications », Normandie 76 hebdo,‎ (lire en ligne).
  10. « Une nouvelle commune est née : Port-Jérôme-sur-Seine : Les quatre conseils municipaux de Notre-Dame-de-Gravenchon, Auberville-la-Campage, Touffreville-la-Cable et Triquerville ont voté lundi soir leur fusion en une commune nouvelle », Paris Normandie,‎ (lire en ligne).
  11. « Port-Jérôme-sur-Seine : la nouvelle donne : Commune nouvelle. Si le préfet donne son assentiment à la commune nouvelle de Port-Jérôme-sur-Seine, quels seront les changements au quotidien pour les habitants ? », Paris Normandie,‎ (lire en ligne).
  12. (fr) « Les maires de la commune » (consulté le 18 juillet 2010)
  13. « Liste des maires élus en 2014 » [PDF], Liste des élus, Préfecture de Seine-Maritime, (consulté le 29 décembre 2015).
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  18. Liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2013 (JORF n° 0107 du 8 mai 2014 page 7804) sur Légifrance, consulté le 27 juin 2014.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :