Trionyx de Chine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pelodiscus sinensis

image illustrant les tortues
Cet article est une ébauche concernant les tortues.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Pelodiscus sinensis
Description de cette image, également commentée ci-après

Trionyx de Chine

Classification selon TFTSG
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Chelonii
Ordre Testudines
Sous-ordre Cryptodira
Famille Trionychidae
Sous-famille Trionychinae
Genre Pelodiscus

Nom binominal

Pelodiscus sinensis
(Wiegmann, 1835)

Synonymes

  • Trionyx sinensis Wiegmann, 1835
  • Trionyx stellatus japonica Temminck & Schlegel, 1834
  • Trionyx tuberculatus Cantor, 1842
  • Tyrse perocellata Gray, 1844
  • Trionyx schlegelii Brandt, 1857
  • Landemania irrorata Gray, 1869
  • Psilognathus laevis Heude, 1880
  • Temnognathus mordax Heude, 1880
  • Gomphopelta officinae Heude, 1880
  • Coelognathus novemcostatus Heude, 1880
  • Tortisternum novemcostatum Heude, 1880
  • Ceramopelta latirostris Heude, 1880
  • Coptopelta septemcostata heude, 1880
  • Cinctisternum bicinctum Heude, 1880
  • Trionyx cartilagineus newtoni Ferreira, 1897
  • Amyda schlegelii haseri Pavlov, 1932
  • Amyda schlegelii licenti Pavlov, 1932
  • Amyda schlegelii laoshanica Pavlov, 1933

Statut de conservation UICN

( VU )
VU A1d+2d : Vulnérable

Pelodiscus sinensis, la Trionyx de Chine, est une espèce de tortues de la famille des Trionychidae[1].

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce se rencontre[1] :

Elle a été introduite au Japon dans îles Bonin et Nansei, en Thaïlande, en Malaisie, à Singapour, en Indonésie, au Timor oriental, aux Philippines, aux îles Mariannes du Nord, à Guam et à Hawaï.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom d'espèce, composé du préfixe sin[o], « Chine », et du suffixe latin -ensis, « qui vit dans, qui habite », lui a été donné en référence au lieu de sa découverte.

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Wiegmann, 1835 "1834" : Beiträge zur Zoologie gesammelt auf einer Reise um die Erde. Siebente Abhandlung. Amphibien. Nova Acta Physico-Medica, Academiae Caesarae Leopoldino-Carolinae, Halle, vol. 17, p. 185-268 (texte intégral).

Particularité[modifier | modifier le code]

Des chercheurs de l'université de Singapour ont montré que cette tortue excrète l'urée seulement à 6 % par le cloaque et à 94 % par la bouche en effectuant des mictions orales dans de l'eau dans leur cavité buccale. Cette particularité réside en la présence d'un transporteur à l'urée présent au niveau de la muqueuse buccale alors qu'il est habituellement exprimé dans les reins [2].

La miction via la vessie et le cloaque est consommatrice d'eau. Cette faculté d'uriner par la bouche économise donc de l'eau, ce qui permet à la Trionyx de Chine d'être dans des eaux de mauvaise qualité car elle a moins besoin d'en ingurgiter et donc cela limite l'exposition de son système digestif. Cela lui permet également d'évoluer dans de l'eau salée sans compromettre son équilibre osmotique.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]