Train touristique de l'Ardèche méridionale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Train touristique
de l'
Ardèche méridionale
Ligne de Vogüé à Saint-Jean-le-Centenier
Une caravelle telle que celle utilisée par Viaduc 07
Une caravelle telle que celle utilisée par Viaduc 07
Pays Drapeau de la France France
Historique
Mise en service 1992
Fermeture 2011
Caractéristiques techniques
Longueur 14 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

Non électrifiée

Nombre de voies Voie unique
Signalisation Aucune
Trafic
Propriétaire Association Viaduc07
Exploitant(s) Association Viaduc07
Trafic Touristique

Le « Train touristique de l'Ardèche méridionale » était un chemin de fer à voie normale et à vocation touristique qui reliait Vogüé à Saint-Jean-le-Centenier dans le département de l'Ardèche et la région Rhône-Alpes sur une partie de l'ancienne ligne du Teil à Alès et un court tronçon (entre Vogüé gare et le tunnel au sud du bourg de Vgüé) de la ligne de Vogüé à Lalevade -d'Ardèche. Arrêté en 2012, une partie de l'itinéraire doit accueillir des vélo-rails à partir de l'été 2016.

Chronologie complète[modifier | modifier le code]

Liste chronologique de l'historique[1]

Voir également la chronologie complète de la ligne du Teil à Alès.

Histoire de la ligne jusqu'à la fermeture (1988)[modifier | modifier le code]

La ligne du Train touristique de l'Ardèche méridionale utilisait un tronçon de l'ancienne ligne du Teil à Alès via Vogüé. Cette dernière gare était un nœud important du trafic ferroviaire entre la vallée du Rhône et le bassin minier de Bessèges et entre la vallée du Rhône et la région albenassienne.

Autrefois bien desservie par le rail, l'Ardèche disposait d'un maillage ferroviaire local développé, notamment par la compagnie du PLM. La plupart des communes situées le long de la ligne possédaient encore leur gare dans les années 1960 (Alba-la-Romaine, Villeneuve-de-Berg, Vogüé, Ruoms, Beaulieu, Aubenas, Lalevade-d'Ardèche, Largentière, Saint-Sernin…).

Dès la fin des années 1930, le faible trafic voyageurs entraîne la fermeture de certaines sections de la ligne. L'activité des mines dans les années 1960 et la concurrence de l'automobile ont raison du chemin de fer. Les sections ferment les unes après les autres. L'année 1969 voit la fermeture pour les voyageurs de la section Robiac – Le Teil. Elle sera définitivement fermée à tout trafic en 1980.

Reconversion touristique (1988 - 2012)[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1980, la SNCF ayant décidé de cesser définitivement l'exploitation de toutes les lignes desservies par le dépôt du Teil, un groupe d'amis passionnés de trains, va tenter de sauver le patrimoine ferroviaire ardéchois. Une association nommée Viaduc07 est créée. Elle organise rapidement une exposition de modélisme ferroviaire afin de se faire connaitre et rallier le maximum de personnes à sa cause.

En avril 1988, le dernier convoi de marchandises quitte la gare de Vogüé et les membres de Viaduc07 décident alors de faire rouler un train touristique. Pour cela l'association acquiert un autorail Picasso auprès de la SNCF. 4500 donateurs répondent à la souscription nationale lancée par l'association et 700 000 francs entrent dans les caisses pour financer l'achat de la voie ferrée[1].

Pendant les quatre premières années, de 1992 à 1995, l'autorail parcourt les six kilomètres de voie séparant Vogüé de Montfleury où la maison du garde-barrière située au bord de la RN 102 fait office de gare.

Grâce au concours du Conseil Général, un tronçon supplémentaire de huit kilomètres peut être négocié en 1996 et la ligne se termine à Saint-Jean-le-Centenier après un parcours de quatorze kilomètres depuis la gare de Vogüé.

En 2007, une autre association de défense du patrimoine ferroviaire - Les Amis du Chemin de Fer Teillois - rejoint Viaduc07 et elles mettent leurs moyens en commun pour obtenir une exploitation de l'ancienne ligne jusqu'au Teil, ce qui représenterait trente kilomètres de voie ferrée[1].

En 2008, la Région Rhône-Alpes inscrit à l'horizon 2020 la réouverture de la ligne pour desservir le secteur de Vallon-Pont-d'Arc et notamment l'Espace de restitution de la grotte Chauvet[4].

Courant hiver 2010-2011, un autorail Picasso X 3865 est vandalisé et mis hors d'usage. Les bénévoles ne peuvent récupérer que quelques pièces détachés. Il finira à la ferraille en juillet 2010.

Les circulations sont arrêtées en 2011 en raison de sérieuses difficultés financières affectant l'association viaduc 07[5]. Le Tribunal de Grande Instance prononce sa liquidation judiciaire fin 2011. Les engins ferroviaires sont rapatriés sur Lyon[6].

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Liste du matériel roulant[1]

  • 1 wagon couvert type G 40
  • 2 remorques d'autorails unifiées (l'une des deux a été ferraillée en juillet 2010)
  • 1 autorail X 3989 (ferraillé en juillet 2010)
  • 1 locotracteur Y 6482 (revendu en 2009 à Ep Arkema, Jarrie)
  • 1 wagon trémie
  • 1 wagon plat
  • 1 autorail Caravelle X4506
  • 1 autorail RGP X2731
  • 1 X2866 (reçu en 2008)
  • 1 X2895 (idem)
  • 2 XR 6000 (idem)

Après le train touristique[modifier | modifier le code]

En avril 2011, le "Schéma départemental (de l'Ardèche) en faveur du vélo" envisage la réalisation d'une voie verte entre Le Teil et Alba-la-Romaine. La portion entre Vogüé gare et Alba-la-Romaine est perçue comme un "chaînon manquant" d’itinéraire cyclable[7]. En contradiction avec son propre projet de réouverture à l'horizon 2020 au trafic ferroviaire classique entre Le Teil et Vallon-Pont-d'Arc[4], la Région subventionne la transformation en voie verte.

En janvier 2016, la portion de voie encore existante entre Vogüé et Vogüé gare laisse la place à la voie verte des Gorges de l'Ardèche. Une autre portion de cette voie verte existe plus au sud, entre Pradons et Grospierres. Le "Schéma départemental (de l'Ardèche) en faveur du vélo" prévoit la continuité entre Vals-les-bains et Saint-Paul-le-Jeune.

A l'été 2016, une exploitation de vélo-rail devrait ouvrir sur 5,5 km entre Saint-Jean-le-Centenier et Saint-Pons[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Site viaduc07 Association Viaduc07 : historique
  2. Enlèvement des rails et traverses
  3. a et b Article du journal Le Dauphiné - "Un vélorail en Sud-Ardèche au début de l’été"
  4. a et b Voir p. 3 du « Schéma Régional des Services de Transport pour des transports durables - Atlas de cartes - Présentation des rapports à l’assemblée plénière du Conseil régional du 10 avril 2008 », sur Site Internet de la Région Rhône-Alpes,‎ (consulté le 21 février 2016)
  5. Revue "voie étroite" no 250 (juin-juillet 2012), p. 12
  6. http://www.francebleu.fr/insolite/tourisme/les-motrices-ferroviaires-de-l-ssociation-ardechoise-%C2%AB-viaduc-07-%C2%BBsur-le-depart-403685
  7. Il porte le numéro 29 (p. 26 et p. 27) du « Schéma départemental en faveur du vélo », sur Site Internet du Conseil départemental de l'Ardèche,‎ (consulté le 21 février 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]