Torben Ulrich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Torben Ulrich
Torben Ulrich
Torben Ulrich aux Pays-Bas en 1957.
Carrière professionnelle
1948 – 1975
Nationalité Drapeau du Danemark Danemark
Naissance (87 ans)
Drapeau : Danemark Frederiksberg
Taille / poids 1,8 m (5 11) / 68 kg (150 lb)
Prise de raquette Gaucher
Palmarès
En simple
Meilleur classement 96e (15/10/1976)
En double
Titres 0
Finales perdues 1
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/32 1/8 1/8 1/8
Double 1/16 1/4 1/2 1/16
Mixte - - 1/4 1/2

Torben Ulrich, né le à Frederiksberg, est un musicien de jazz, peintre, écrivain, réalisateur et ancien joueur de tennis danois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le père de Lars Ulrich, le batteur du groupe de metal Metallica. Il est également le fils de Einer Ulrich et le frère de Jorgen Ulrich.

Il est notamment connu pour son apparence assez particulière. Vers la fin de sa carrière, il arborait une longue barbe et ne se coupait presque jamais les cheveux. Il fut le joueur de tennis hippie le plus connu de l'époque. Il refusait catégoriquement de jouer un match le matin car il se couchait tard le soir. Pendant Roland-Garros, il jouait régulièrement dans des clubs de jazz du côté de Quartier Saint-Germain-des-Prés[1].

Il était rédacteur de rubriques musicales dans des magazines danois dans les années 1950. Il a aussi écrit quatre livres entre 2003 et 2007. Il a réalisé deux documentaires : La balle au mur en 1988 et Before the Wall: Body & Being en 2002. Il apparaît également dans le rôle d'un musicien dans un film de Johan Jacobsen en 1956 et dans son propre rôle dans un court-métrage de Jørgen Leth en 1970.

Carrière[modifier | modifier le code]

Joueur d'une grande longévité, il a commencé sa carrière de joueur à l'âge de 19 ans et a joué son dernier match de Coupe Davis à 48 ans.

Après une carrière prolifique dans les rangs des amateurs, il est passé professionnel en 1969 à plus de 40 ans. Il y réalise cette année là sa plus belle performance chez les pro, soit une demi-finale en double mixte à l'US Open. En tant qu'amateur, il a inscrit son nom à de nombreux tournois tels que Stuttgart en 1953, Paris Indoor en 1954, Anvers en 1956, Marseille en 1957, les Championnats d'Asie en 1958, Cannes et Beaulieu en 1959, la Wimbledon Plate en 1960, St Moritz en 1964 et 1965 et Montana en 1968[2].

Malgré 21 Wimbledon et 14 Roland-Garros, il n'a jamais vraiment brillé en Grand Chelem. En 1959, il est huitième de finaliste à Roland-Garros et à Wimbledon. C'est cependant à l'US Open qu'il s'est le plus distingué en atteignant à quatre reprises le stade des huitièmes de finale en seulement neuf participations : 1953, 1956, 1964 et 1968.

Au début des années 1970, il est invité à jouer sur le circuit WCT mais il n'a jamais fait mieux qu'une demi-finale en double. À partir de 1973, il a joué sur le Masters Tour, réservé aux joueurs de plus de 45 ans. Il s'y est classé n°1 mondial en simple en 1976. Il a également remporté le tournoi de Wimbledon en double et l'US Open en simple à deux reprises.

Joueur émérite de Coupe Davis, il a formé une équipe prolifique avec Kurt Nielsen pendant une douzaine d'année. Les deux hommes se sont hissés en finale de la zone Europe à deux reprises : en 1950 (victoire sur l'Italie 3-2 puis défaite contre la Suède 4-0) et en 1953 (victoire sur la France 4-1 puis défaite contre la Belgique). Il a joué un total de 102 matchs de Coupe Davis.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Finale en simple[modifier | modifier le code]

Finale en double[modifier | modifier le code]

Finale en double mixte[modifier | modifier le code]

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
1952 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis H. Flam
1953 3e tour (1/16) Drapeau : Suède T. Johansson 1/8 de finale Drapeau : États-Unis G. Mulloy
1956 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis H. Richardson 1/8 de finale Drapeau : États-Unis V. Seixas
1958 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis B. Patty
1959 1/8 de finale Drapeau : Italie N. Pietrangeli 1/8 de finale Drapeau : États-Unis A. Olmedo
1964 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis C. McKinley 1/8 de finale Drapeau : Australie R. Emerson
1967 3e tour (1/16) Drapeau : Australie T. Roche
1968 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis B. Buchholz 1/8 de finale Drapeau : Australie J. Newcombe
1969 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis P. Gonzales
1970 3e tour (1/16) Drapeau : Espagne A. Gimeno
  • À droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
1959 1/2 finale
Drapeau : Autriche L. Legenstein
Drapeau : Australie R. Emerson
Drapeau : Australie N. Fraser
1967 1/4 de finale
Drapeau : Afrique du Sud C. Drysdale
Drapeau : Afrique du Sud B. Hewitt
Drapeau : Afrique du Sud F. McMillan
1968 1/4 de finale
Drapeau : République fédérale d'Allemagne I. Buding
Drapeau : Australie R. Emerson
Drapeau : Australie R. Laver
  • En dessous du résultat se trouve le nom du partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

En double mixte[modifier | modifier le code]

Année Championnat d'Australie
Open d'Australie
[3]
Internationaux de France Wimbledon US National
US Open
1966 - - 4e tour (1/8)
Drapeau : France Jeanine Lieffrig
Drapeau : Royaume-Uni A. Mortimer
Drapeau : Royaume-Uni John Barrett
-
1968 - - 1/4 de finale
Drapeau : États-Unis Julie Heldman
Drapeau : Royaume-Uni Ann Haydon
Drapeau : Australie Fred Stolle
-
1969 - - - 1/2 finale
Drapeau : États-Unis Julie Heldman
Drapeau : Australie M. Smith
Drapeau : États-Unis Marty Riessen

Sous le résultat, le partenaire ; à droite, l’ultime équipe adverse.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Top 5 : les hippies
  2. Torben Ulrich sur tennisarchives
  3. Pas de tableau double mixte à l’Open d'Australie de 1970 à 1985.

Liens externes[modifier | modifier le code]