Tafahi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tafahi est une petite île des Tonga d'une superficie de 3,4 km2 et comptant environ 70 habitants.

Elle est située à seulement 9 km au sud-sud-ouest de Niuatoputapu, les deux îles faisant partie du groupe des Niuas, situé à l'extrême nord de l'archipel des Tonga.

L'île a également été appelée Cocos Eylant (île des noix de coco) par les navigateurs hollandais qui l'abordent en 1616[1], dans le cadre de l'expédition d'Isaac Le Maire, ainsi qu'île Boscawen.

C'est une île volcanique qui a la forme d'un cône, typique d'un stratovolcan. Il culmine à une hauteur de 560 mètres. Le sol est très adapté à la culture du kava et de la vanille, dont les exportations vers le reste des Tonga et au-delà est la principale occupation de la population.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans un livre paru en allemand en 2005, traduit en français en 2017 avec des ajouts[1], l'écrivain franco-suisse Alex Capus a soutenu la thèse que le trésor ecclésiastique de Lima, dérobé en 1820 par le capitaine de navire marchand devenu pirate William Thomson[1], ne se trouve pas sur l’île Cocos, mais sur Tafahi, située à moins de 24 heures en pirogue du lieu de l’archipel des Samoa, où le romancier écossais Robert Louis Stevenson a passé les 4 dernières années de sa vie, avant de décéder en 1893 à seulement 44 ans.

L'île aurait été visitée, le plus discrètement possible, aux alentours de 1890, selon l'enquête d'Alex Capus, par Robert Louis Stevenson, accompagné d'un autre blanc et de quatre personnes des Samoa[1]. Robert Louis Stevenson n'en a effectué aucun récit mais y fait allusion, un an avant son décès, dans un poème, rédigé en vers à la demande personnelle de son médecin, le français Georges Philippe Trousseau[1]. Une petite plage, au sud de l'île, abrite une grotte où Robert Louis Stevenson aurait voulu récupérer des canots contenant le trésor ecclésiastique de Lima[1].

Selon Capus, Robert Louis Stevenson a découvert que Tafahi était appelée île Cocos sur les anciennes cartes navales[2], et qu'avec les courants marins, il était tout à fait possible que le navire du pirate Thomson, en prenant la fuite depuis le Pérou, se soit échoué dans les environs[1]. Pour Alex Capus, Stevenson a passé la fin de sa vie à y chercher le trésor[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Alex Capus, Voyageur sous les étoiles, Éditions Actes Sud,
  2. a et b "COSTA RICA : L'ÎLE AU TRÉSOR VA ENFIN LIVRER SES SECRETS", PAR RENAUD MALIK, dans Le Matin (Suisse) du 10 août 2012 [1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alex Capus, Voyageur sous les étoiles, Éditions Actes Sud, .