Takao Saitō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le mangaka. Pour le directeur de la photographie né en 1920, voir Takao Saitō.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saito.
Takao Saitō
斎藤隆夫
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Date 3 novembre 1936
Mangaka
Première œuvre Kūki Danshaku

Takao Saitō (斎藤隆夫 (さいとう・たかを), Saitō Takao?) est un mangaka, représentant du gekiga, courant réaliste et adulte de la BD nippone né à la fin des années 1950. Ces thèmes de réflexions sont « les préoccupations écologiques, économiques et politiques de notre époque, le fondement du lien social, mais aussi la complexité de la nature humaine »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Takao, fils de barbier, est né le 3 novembre 1936 à Osaka[2]. Durant sa vie scolaire, c'est le meilleur élève en dessin, mais aussi en bagarre. Il pensait faire une carrière de boxeur. Cependant, après le collège, il se penche sur le métier de mangaka, fortement influencé par King Kong et la Seconde Guerre mondiale à l'époque. Il dessine, à l'âge de 19 ans, son premier manga officiel Kūki Danshaku, le Baron volant en 1955.

Il fonde l'atelier Gekiga kōbō en 1959 avec sept autres auteurs : Yoshihiro Tatsumi, Shōichi Sakurai (桜井 昌一?), Fumiyasu Ishikawa (石川 フミヤス?), Masahiko Matsumoto (松本 正彦?), Kei Motomitsu (K・元美津?), Susumu Yamamori (山森 ススム?) et Masaaki Satō (佐藤 まさあき?). En avril 1960, il prend son indépendance et crée Saito-Production (さいとう・プロダクション, Saitō-Purodakushon?) dans lequel il embauche 19 employés suivant une organisation du travail favorisant la productivité par la division des tâches[1],[2]. Il a ainsi pour assistant Kazuo Koike de 1968 à 1970. Puis, il commence à donner des cours de dessin en 1971.

En 1976, il gagne pour son manga Golgo 13 le 21e prix Shōgakukan. Golgo 13 devenu un incontournable de la culture japonaise avec ces 140 volumes, toujours en cours d'exploitation en 2008[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1955 : Kūki Danshaku (空気男爵?, litt. Baron volant), son premier manga
  • 1964 : La série des 007 d'après James Bond de Ian Fleming
    • 007 Shinu no wa Yatsura da (007死ぬのは奴らだ?)
    • 007 Thunderball Daisakusen (007サンダーボール大作戦?, Le grand stratège Thunder Ball)
    • O'ō Heika no 007 (女王陛下の007?, Sa majesté la reine, 007)
    • 007 ōgon Jū wo Motsu Otoko (007黄金銃を持つ男?, 007 et L'homme au pistolet d'or)
  • 1967 : Muyōnosuke (無用之介?)
  • 1968 : Golgo 13 (ゴルゴ13, Golgo 13?) (toujours en cours en 2008 avec 140 volumes)
  • 1970 : Barom one (バロム・1, Baromu Wan?) et Kagegari
  • 1976 : Survivant (existe une édition française)
  • 1983 : Kumotori Zanpei
  • 1993 : Oniheihankachō
  • 2002 : Shikakenin Fujieda Baian
  • (?) : Za Shadōman (ザ・シャドウマン, The Shadowman?)[3]

Adaptation de ces œuvres[modifier | modifier le code]

  • Golgo 17·18·19 (1971), one shot parodique de 20 pages par Gō Nagai
  • Chojin Barom 1 (série Live)
  • Barom one (2000) (série TV de 13 épisodes)
  • Golgo 13 (série TV de 50 épisodes)
  • Golgo 13: Queen Bee (OAV)
  • Golgo 13: Kûron no ku (film live)
  • Golgo 13: The Professional (film animé)

Homonyme[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ja+en+de+fr) Masanao Amano, Manga Design, Cologne, Taschen, coll. « Mi »,‎ 15 mai 2004, 19,6 cm × 24,9 cm, broché, 576 p. (ISBN 978-3-8228-2591-4, présentation en ligne), p. 230-233
    édition multilingue (1 livre + 1 DVD) : allemand (trad. originale Ulrike Roeckelein), anglais (trad. John McDonald & Tamami Sanbommatsu) et français (trad. Marc Combes)

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]