Soucelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Soucelles
Soucelles
Chapelle de la Roche-Foulques.
Blason de Soucelles
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Canton Angers-6
Intercommunalité C.U. Angers Loire Métropole
Maire
Mandat
Daniel Clément
2014-2020
Code postal 49140
Code commune 49337
Démographie
Gentilé Soucellois, Soucelloise
Population
municipale
2 572 hab. (2015 en diminution de 1,83 % par rapport à 2010)
Densité 134 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 34′ 11″ nord, 0° 25′ 02″ ouest
Altitude 50 m
Min. 12 m
Max. 60 m
Superficie 19,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Soucelles

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Soucelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Soucelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Soucelles
Liens
Site web Site de Soucelles

Soucelles est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune angevine du Baugeois, Soucelles se situe au nord de Villevêque et à quinze kilomètres au nord d’Angers[1], sur les routes D 109, Briollay / Seiches-sur-le-Loir, D 113, Tiercé / Le Plessis-Grammoire, et D 313, Montreuil-sur-Loir[2].

Le Loir, au sud, forme sa limite naturelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Très tôt l’homme a été attiré par ce doux paysage puisque l’histoire ancienne de Soucelles se confond avec la présence d’une tribu gauloise - les Andigaves - qui vivait dans la région au Ier siècle av. J.-C.

En direction de Briollay l’on traverse un petit village pittoresque la Roche Foulques où se trouve une superbe chapelle surplombant le Loir : la chapelle Sainte-Croix du XIIe siècle. Un autre ouvrage plus récent (1871) mais non moins pittoresque mérite le détour : le lavoir. Il est situé à l’entrée du bourg, sur le parcours des chemins de randonnée, en direction du site naturel dit l’Espace du Loir qui borde le Loir et où les promeneurs côtoient en bonne intelligence les pêcheurs venus taquiner le gardon et l’ablette mais aussi les sandres et brochets prolifiques dans les méandres du Loir.

Le dolmen de la pierre Césée et le menhir dit le Doigt de César confirment d’une présence humaine sur les bords du Loir à l’époque du néolithique.

Soucelles est donc habitée depuis fort longtemps lorsqu’une tribu celte, les Andegaves venant des régions danubienne ou rhénane, arrive par le Loir.

Des landes, des marécages et d’immenses forêts couvraient cet espace où vivaient des hommes peu puissants qui adoptèrent la langue, la religion et les coutumes de leurs envahisseurs, les Andegaves.

Durant les invasions romaines, les habitants acceptent facilement la nouvelle civilisation imposée par les armes. Des défrichements importants commencèrent à modifier l’aspect de la campagne.

Après l’attribution du comté entier d’Anjou en 900 à Foulques Ier le Roux, l’Anjou s’installe dans la féodalité.

Deux fiefs s’étaient constitués à la Roche-Foulques et à Soucelles.

À partir du XIIe siècle une famille de chevalerie qui s’était distinguée au cours des guerres bretonnes, reçut à titre de récompense la terre de Soucelles. Cette famille de seigneur a porté le nom de Soucelles pendant plus de cinq siècles.

Durant les guerres de religion, deux frères, Anceau et Marc de Soucelles, ont combattu pour la doctrine calviniste. Une répression rude fut menée contre la réforme, et le château de Soucelles appartenant aux seigneurs protestants fut incendié. En 1563, Charles IX accordera une restitution de dîmes, à titre de dédommagement, pour la reconstitution du château.

La famille de Soucelles ayant accumulé beaucoup de dettes a dû vendre ses biens en laissant place à la famille de Boylesve à la fin du XVIIe siècle.

Les terres de Soucelles retrouvaient une nouvelle importance avec les fiefs de Noirieux et de la Roche-Foulques apportés par la famille de Boylesve.

Mais cette famille a également de plus en plus de difficultés pour régler ses dettes et doit se séparer de la châtellenie.

Un acte est passé le 11 juin 1772 qui fait de Jean-Baptiste Ménage le nouveau propriétaire des terres.

En 1776, Jean-Baptiste Ménage s’engage dans la reconstruction du château tombé en mauvais état. Le nouvel édifice, d’une grande sobriété, est de style Louis XIV, bâti d’après un plan rectangulaire.

Après la Révolution Jean-Baptiste-Joseph Ménage devient conseiller général (président du conseil de 1811 à 1813) et maire de Soucelles (1808-1830).

Durant la Seconde Guerre mondiale, la prairie de la « Grande Rivière » a servi pour des opérations aériennes particulières - appelées pick-up ou ramassages. Il s’agissait de préparer le transport clandestin vers le Royaume-Uni d’agents de renseignement alliés - britanniques ou français - ou de membres de la Résistance française intérieure, dont François Mitterrand.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1896 1927 Maurice Picard    
mars 1959 mars 1965 Marcel Houdoyer    
mars 1965 mars 1977 Joseph Libeau PS Contremaître
mars 1977 octobre 1979 Paulette Vallier    
octobre 1979 mars 1989 Joseph Libeau PS Contremaître
mars 1989 juin 1995 Daniel Vincent    
juin 1995 mars 2004 Raymond Rousseau    
avril 2004 mars 2008 Pierre Heulin    
mars 2008 en cours Daniel Clément[3] SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée à la communauté d'agglomération d'Angers Loire Métropole[4], elle-même membre du syndicat mixte Pays Loire-Angers[5].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2015, la commune comptait 2 572 habitants[Note 1], en diminution de 1,83 % par rapport à 2010 (Maine-et-Loire : +3,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
447592678841852852911939956
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
941920901857849880884845796
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
738730717673633605609662667
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
6476729061 3481 7421 8582 2172 5902 551
2015 - - - - - - - -
2 572--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 26,1 %, 15 à 29 ans = 14,4 %, 30 à 44 ans = 25,4 %, 45 à 59 ans = 19,6 %, plus de 60 ans = 14,5 %) ;
  • 50,5 % de femmes (0 à 14 ans = 27,7 %, 15 à 29 ans = 12,5 %, 30 à 44 ans = 24,3 %, 45 à 59 ans = 20 %, plus de 60 ans = 15,4 %).
Pyramide des âges à Soucelles en 2008 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,3 
3,3 
75 à 89 ans
4,4 
11,2 
60 à 74 ans
10,7 
19,6 
45 à 59 ans
20,0 
25,4 
30 à 44 ans
24,3 
14,4 
15 à 29 ans
12,5 
26,1 
0 à 14 ans
27,7 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[11].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 118 établissements présents sur la commune à fin 2010, 14 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 6 % du secteur de l'industrie, 16 % du secteur de la construction, 54 % de celui du commerce et des services et 9 % du secteur de l'administration et de la santé[12].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Edmond Boyer (Saint-Junien-les-Combes 1882 - Angers 1951), député de Maine-et-Loire de 1924 à 1932, entrepreneur, propriétaire du château de Soucelles pendant toute la première partie du XXe siècle. Il fut disculpé de toute implication dans l'affaire Staviski (audience du mercredi 21 mars 1934).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Maucourt, Soucelles-Baronie d'Anjou, Éditions municipales de Soucelles (400 pages)
  • Louis Maucourt, La Roche-Foulques, Éditions municipales de Soucelles (90 pages)
  • Les Soucellois pendant la guerre 1939-1945, DVD réalisé par l'UNC et Les Ainés Ruraux de Soucelles lors du Rallye Mémoire et Citoyenneté en 2006.
  • A l'école et au village, CD réalisé par l'Amicale laïque de Soucelles en janvier 2006.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Soucelles (49), consulté le 13 novembre 2012 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  2. IGN et BRGM, Géoportail Soucelles (49), consulté le 13 novembre 2012
  3. Ouest-France, Daniel Clément, réélu maire, entouré de six adjoints, article du 2 avril 2014
  4. Insee, Composition de l'EPCI d'Angers Loire Métropole (244900015), consulté le 15 novembre 2012
  5. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté DRCL no 879 du 13 décembre 2011, RAA spécial du 21 décembre 2011
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  10. « Évolution et structure de la population à Soucelles en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 septembre 2012)
  11. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 10 septembre 2012)
  12. Insee, Statistiques locales du territoire de Soucelles (49), consultées le 9 juin 2013