Sixte-Henri de Bourbon-Parme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Bourbon-Parme.
Sixte-Henri de Bourbon
Description de cette image, également commentée ci-après

Le prince Sixte-Henri de Bourbon-Parme, à Paris en 2014

Biographie
Titulature « Infant d’Espagne »
« Duc d’Aranjuez »
« Prince de Parme et de Plaisance »
Dynastie Maison de Bourbon-Parme
Nom de naissance Sixto Enrique Hugo Francisco Javier de Borbón y Bourbon Busset
Naissance (75 ans)
Pau (France)
Père Xavier de Bourbon
Mère Madeleine de Bourbon Busset
Description de l'image Armoiries Bourbon-Parme 1847.svg.

Sixte-Henri de Bourbon est un prince de la maison ducale de Parme et un homme politique franco-espagnol, chef de file de la Communion carliste traditionaliste, et prétendant au trône d'Espagne en qualité de descendant du roi Philippe V.

La Communion traditionaliste, dont le prince est le prétendant, représente le carlisme originel respectant la devise : « Dieu - la Patrie - les Fors - le Roi ». Pour lui et ses partisans, il porte les titres de duc d'Aranjuez, infant d'Espagne, prince de Parme et de Plaisance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sixte-Henri de Bourbon-Parme, place de la Concorde à Paris, le 21 janvier 1999

Né le à Pau, il est le benjamin de Xavier de Bourbon, prétendant au trône d'une branche du carlisme, comme régent, puis comme roi, et de Madeleine de Bourbon-Busset.

Il étudie dans divers collèges religieux et complète sa formation avec des études de droit, de lettres classiques et modernes, et de finance. Sous le nom de guerre d'Henri Aranjuez, il s'engage dans la Légion étrangère espagnole, en 1965. Mais, le 2 mai de la même année, il s'en fait expulser. Il s'engage ensuite dans l'armée portugaise, notamment en Angola[1]. Opposé à la Constitution espagnole de 1978, il ne jura pas fidélité.

À la suite d'une brouille avec leur père, son frère Charles-Hugues fait évoluer idéologiquement le Parti carliste vers le socialisme autogestionnaire. Refusant cette évolution contraire aux origines mêmes du carlisme, la majorité des carlistes se séparent du parti. Désireux de rester fidèle aux fondements originels, ils se regroupent au sein de la Communion carliste traditionaliste en 1972. À la mort de François-Xavier de Bourbon-Parme en 1977, la Communion carliste traditionaliste constate l'incapacité de son fils aîné Charles-Hugues à assurer ses fonctions de prétendant et désigne son cadet Sixte-Henri comme régent et prétendant au trône d'Espagne[2].

En janvier 2001, il est victime d'un grave accident de la route en Argentine et depuis lors rencontre de la difficulté pour marcher[3].

En 2005, il participe à une action, à Madrid, contre la Constitution européenne et rédige en 2006 une lettre à Benoît XVI pour sa visite en Espagne[2].

La demeure de Lignières.

Il réside sporadiquement au château de Lignières, héritage de son grand-père maternel, Georges de Bourbon, vicomte de Busset, comte de Lignières. L'édifice est classé monument historique depuis 1935.

Depuis 2010, il est président d'honneur de l'association franco-andorrane, Alliance pyrénéenne[4].

Il a à plusieurs reprises reçu le soutien de personnalités du Front national[5],[6],[7], pour lequel il ne cache pas ses sympathies[8].


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Huguette Pérol, Secrets de Princes, Un capétien au cœur de la France Sixte-Henri de Bourbon-Parme, Nouvelles éditions latines, 2009 (ISBN 2723397009)


Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]