Service canadien du renseignement de sécurité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CSIS (homonymie).
Service canadien du renseignement de sécurité
Emblème du Service canadien du renseignement de sécurité
Emblème du Service canadien du renseignement de sécurité

Création 21 juin 1984
Juridiction Canada
Siège Ottawa (Ontario) Drapeau du Canada Canada
Coordonnées 45° 26′ 15″ N, 75° 36′ 50″ O
Employés 3177
Budget annuel 513,007,839 $CAN (2013-2014)
Ministre responsable Ralph Goodale (ministre de la Sécurité publique)
Direction David Vigneault (directeur)
Agence mère Ministère de la Sécurité publique
Site web http://www.csis-scrs.gc.ca
Géolocalisation du siège

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Service canadien du renseignement de sécurité

Le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) ou Canadian Security Intelligence Service en anglais (CSIS, prononcé /ˈsiːsɪs/ ou « sicice ») est le principal service de renseignements du Canada. En 1984, il a remplacé l’ancien département de sécurité de la gendarmerie royale du Canada. Depuis 2001, sa priorité est de protéger les Canadiens contre les menaces terroristes. L'organisme est créé et régi par la Loi sur le SCRS.

Rôle et mandats[modifier | modifier le code]

Le Service canadien du renseignement de sécurité est l'organisme civil responsable du renseignement en matière de sécurité au Canada. Il est régi par la Loi sur le SCRS. Son rôle principal est de conseiller le gouvernement du Canada et de lui fournir des rapports au sujet des menaces à la sécurité du pays[1].

Selon la Loi sur le SCRS, les « menaces envers la sécurité du Canada » incluent les activités suivantes[1] :

  • l'espionnage ou le sabotage visant le Canada ou préjudiciables à ses intérêts, ainsi que les activités tendant à favoriser ce genre d'espionnage ou de sabotage
  • les activités influencées par l'étranger qui touchent le Canada ou s'y déroulent et sont préjudiciables à ses intérêts, et qui sont d'une nature clandestine ou trompeuse ou comportent des menaces envers quiconque
  • les activités qui touchent le Canada ou s'y déroulent et visent à favoriser l'usage de la violence grave ou de menaces de violence contre des personnes ou des biens dans le but d'atteindre un objectif politique, religieux ou idéologique au Canada ou dans un État étranger
  • les activités qui, par des actions cachées et illicites, visent à saper le régime de gouvernement constitutionnellement établi au Canada ou dont le but immédiat ou ultime est sa destruction ou son renversement, par la violence

La Loi sur le SCRS précise que les activités licites de défense d'une cause, de protestation ou de manifestation d'un désaccord qui n'ont aucun lien avec les activités mentionnées ne constituent pas des « menaces envers la sécurité du Canada »[1].

Depuis 2001, la principale priorité du SCRS est la protection du public canadien contre le terrorisme. En effet, lors de la Commission Arar (en) tenue au milieu des années 2000, le directeur du SCRS, Ward Elcock, a déclaré, dans son témoignage, qu'environ les deux tiers des ressources du service sont dédiées au contre-terrorisme[1].

Les domaines prioritaires pour lesquels le SCRS effectue des enquêtes et des rapports sont le terrorisme, l'extrémisme religieux, la prolifération des armes de destruction massive, l'espionnage, les activités influencées par l'étranger, les activités criminelles transnationales, les menaces envers la sécurité de l'information ainsi que le filtrage et les évaluations de sécurité[1].

Les sources d'informations du SCRS incluent le public, les gouvernements étrangers et leurs organismes, les sources humaines, l'interception des télécommunications et la surveillance électronique de personnes ou de lieux ciblés, les autres organismes gouvernementaux canadiens ainsi que les sources ouvertes[1].

Le SCRS gère le Programme de filtrage des demandes d'immigration à l'étranger dans le cadre duquel il mène des entrevues et des enquêtes de sécurité afin de faire des recommandations au sujet de l'admissibilité de demandeurs d'immigration[1].

Structure[modifier | modifier le code]

Le Service canadien du renseignement de sécurité est dirigé par un directeur qui dépend directement du ministre de Sécurité publique Canada. Les quartiers généraux du service sont basés à Ottawa en Ontario[1].

Directeurs[modifier | modifier le code]

  • De 1994 à 2004 : Ward Elcock
  • De 2004 à 2009 : Jim Judd
  • De 2009 à 2013 : Richard B. Fadden
  • Depuis 2013 : Michel Coulombe

Partenaires[modifier | modifier le code]

Selon l'article 17 de la Loi sur le SCRS, ce dernier peut collaborer avec des États étrangers et leurs institutions sous l'approbation du ministre de Sécurité publique Canada et la consultation du ministre d'Affaires mondiales Canada. Il peut toutefois accepter de l'information fournies par des États étrangers sans approbation[1].

Les relations avec d'autres pays sont assurées par des agents de liaison. Le SCRS a plusieurs agents de liaison, mais leurs emplacements est une information classifiée, à l'exception de ceux à Paris en France, à Washington aux États-Unis et à Londres en Grande-Bretagne[1].

Au plan national, le SCRS collabore étroitement avec le Commandement des Forces d'opérations spéciales du Canada (Forces canadiennes) et le Centre de la sécurité des télécommunications, tous deux sous le Ministère de la Défense nationale ; il entretient aussi des relations avec la Gendarmerie royale du Canada, bien que ces relations aient déjà été tendues par le passé (notamment avec l'affaire d'Air India).[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

En juin 2006, sur information reçue du FBI, avec l’aide de la GRC et de différents corps policiers provinciaux, il participe à une importante opération qui mène à l’arrestation de plusieurs personnes soupçonnées d'activités terroristes en Ontario[2].

Le SCRS aurait été renseigné sur l'attentat d'Air India[3].

En juillet 2009, le CSARS oblige le SCRS à produire ses documents concernant ses agissements ayant notamment mené à l'arrestation d'Abousfian Abdelrazik au Soudan en 2003[4].

Controverses[modifier | modifier le code]

Manipulation des tribunaux[modifier | modifier le code]

À plusieurs reprises, le SCRS a fait de fausses déclarations devant les tribunaux[5]. En 2013, le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) fut sanctionné par le juge fédéral Richard Mosley pour avoir délibérément induit en erreur la Cour suprême du Canada afin de permettre à des services de renseignement étrangers d’espionner des Canadiens hors du pays, un acte illégal selon la loi canadienne[6] .

Le SCRS est aussi impliqué dans de nombreux cas où des preuves furent mal gérées ou omises devant les tribunaux[7],[8]. Par exemple, en 2009, le Toronto Star a révélé que le service n'a pas indiqué que ses informateurs, qui collectaient des informations sur des cibles, pouvaient mentir ou avaient raté le test du détecteur de mensonge. Le SCRS est également critiqué par deux tribunaux canadiens pour avoir détruit des preuves d'écoute électronique relatives à l’attentat du Vol 182 d’Air India[9].

Cafouillage[modifier | modifier le code]

En 1999, plusieurs documents confidentiels ont été volés dans la voiture d’un employé du SCRS qui assistait à un match des Toronto Maple Leafs. Le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité a mené une enquête sur l’incident[10],[11].

L’avocat expert en sécurité nationale au Canada, Barbara Jackman, qualifiait en 2006 les recherches du SCRS de « bâclées » et affirmait que ses officiers était « susceptibles d'être bornés »[12].

Financement d’organisations occultes[modifier | modifier le code]

De 1988 à 1994, l’informateur Grant Bristow a infiltré un groupe canadien militant pour la suprématie blanche. Au moment où cette information était rendue publique, le Toronto Sun soulevait que Bristow était l’un des fondateurs du Heritage Front et qu’il avait acheminé les fonds du SCRS vers le groupe[13].

Soutien à la torture[modifier | modifier le code]

Le 31 mars 2009, le conseiller juridique du SCRS Geoffrey O'Brian a déclaré devant le Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité que le SCRS utiliserait des informations obtenues par l’usage de la torture s’il pensait prévoir un attentat tel que celui du 11 septembre 2001 ou celui du Vol 182 d’Air India. Le directeur du SCRS à l’époque, Jim Judd, a témoigné deux jours plus tard devant le même comité en disant que M. O'Brian « a pu être confus » et « s’avançer sur des situations hypothétiques », en plus de remettre au comité une lettre pour clarifier la situation[14]. Jim Judd a pris sa retraite deux semaines plus tard, cinq mois avant la fin de son mandat[15].

Discrimination envers la communauté musulmane du Canada[modifier | modifier le code]

L’avocat Faisal Kutty déclare dans le magazine mensuel américain CounterPunch que le SCRS fait usage de tactiques agressives en « apparaissant à la maison ou au lieu de travail sans préavis, en parlant avec les employeurs, en offrant de l’argent et des faveurs contre des informations, en intimidant et en menaçant les nouvelles recrues, en posant des questions sur des organisations spécifiques ou des individus, en enquêtant sur la religiosité d’une personne et en décourageant les victimes de faire appel à un avocat ». La discrimination est tellement grave que le Conseil canadien des relations américaines islamistes a distribué près de 30000 pamphlets Faites Valoir vos droits et organisé 27 ateliers partout au Canada pour enseigner la marche à suivre face au SCRS et à la Gendarmerie royale du Canada[16].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Le SCRS apparait dans l'Épisode 9 de la quatrième saison de Stargate Atlantis, où ils sont censés mener l'enquête sur l'enlèvement de la sœur d'un membre de l'équipe principale.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j L'honorable Frank Iacobucci, c.r. (commissaire), Enquête interne sur les actions des responsables canadiens relativement à Abdullah Almalki, Ahmad Abou-Elmaati et Muayyed Nureddin, Ottawa (Ontario), Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, , 486 p. (ISBN 978-0-660-97305-0, lire en ligne [PDF]).
  2. Harper était visé, Le Devoir, 7 mai 2006
  3. Jim Brown : Attentat d'Air India: le SCRS était-il au courant? | Actualités | Cyberpresse
  4. La Presse canadienne, « Torture - Le SCRS est sommé d'ouvrir ses livres », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  5. « CSIS asked foreign agencies to spy on Canadians, kept court in dark, judge says by Ian MacLeod », Ottawa Citizen,‎ (lire en ligne)
  6. « Judge slams spy agency for end-running law to intercept Canadians abroad by Colin Perkel, The Canadian Press », Winnipeg Free Press,‎ (lire en ligne)
  7. « Failed lie detector test casts doubt on Harkat terror case by Andrew Duffy, Canwest News Service », National Post,‎ (lire en ligne)
  8. « CSIS failed to give judge info on Almrei », CBC News,‎ (lire en ligne)
  9. « Spy agency bungled second terror case by Michelle Shephard », Toronto Star,‎ (lire en ligne)
  10. Edited Hansard (Debates of the House of Commons of Canada), 36th Parliament, 2nd Session, Number 20, 15 November 1999, 1425 [1]
  11. Edited Hansard (Debates of the House of Commons of Canada), 36th Parliament, 2nd Session, Number 22, 17 November 1999, 1455 [2]
  12. « Defence challenges CSIS intelligence in security certificate case », cbc.ca, (consulté le 16 novembre 2012)
  13. Canada's Security Agency Accused of Spying on Canadians, New York Times
  14. The Canadian Press, « Official misspoke; CSIS says it's not involved in torture », Thestar.com,‎ (lire en ligne)
  15. « Head of CSIS stepping down », Thestar.com, (consulté le 2 mars 2011)
  16. « The Dirty Work of Canadian Intelligence », counterpunch.com, (consulté le 16 novembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'honorable Frank Iacobucci, c.r. (commissaire), Enquête interne sur les actions des responsables canadiens relativement à Abdullah Almalki, Ahmad Abou-Elmaati et Muayyed Nureddin, Ottawa (Ontario), Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, , 486 p. (ISBN 978-0-660-97305-0, lire en ligne [PDF])

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :