Schistes de Maotianshan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Schistes de Maotianshan
Image illustrative de l’article Schistes de Maotianshan
Affleurement des schistes de Maotianshan sur le site fossilifère de Chengjiang.
Localisation
Coordonnées 24° 40′ nord, 102° 59′ est
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Xian Chengjiang
Informations géologiques
Période Étage 3[1], Cambrien inférieur (étage géologique local : Qiongzhusian[2],[3])
Âge 518 Ma
Province géologique Mont Maotian (plate-forme du Yangzi Jiang)[3],[4]
Regroupé dans Formation de Yu'anshan[5],[6],[7]
Nommé par Ho, 1942[8],[9],[3],[10]
Formation supérieure Siltite[5],[6],[7]
Formation inférieure Shale noir[5],[6],[7]
Puissance moyenne 50[5] 60[6],[7]
Lithologie principale Shale
Lithologie secondaire Mudstone
Géolocalisation sur la carte : Chine
(Voir situation sur carte : Chine)
Schistes de Maotianshan
Géolocalisation sur la carte : Yunnan
(Voir situation sur carte : Yunnan)
Schistes de Maotianshan
Région de Chine où se situe le gisement.

Les schistes de Maotianshan constituent le membre intermédiaire de la formation géologique dite formation de Yu'anshan dans la province de Yunnan en Chine, dans les villages d'Ercaicun et de Chengjiang (près de Kunming).

Présentation[modifier | modifier le code]

Cette série géologique est datée du Cambrien inférieur, soit il y a environ 518 Ma[11]. Près de 50 mètres de strates de sédiments fins sont exposés à l'affleurement, révélant plusieurs fossiles d'organismes au corps mou parfaitement conservés (Konservat-Lagerstätte). Au moment de la sédimentation, cette partie de la plate-forme du Yangzi Jiang se trouvait dans une région équatoriale. Quelques brachiopodes trouvés sur le site, de même que le contenu intestinal de certains animaux ingérant de la boue, indiquent une mer chaude et peu profonde au fond boueux.

Les premiers fossiles découverts dans ces schistes ont été mis en évidence en 1984 par Xianguang Hou[5],[3],[8] et ont été étudiés en détail autant par des scientifiques Chinois qu'Occidentaux. Le site est inscrit depuis 2012 au patrimoine de l'humanité, sous le nom de site fossilifère de Chengjiang[12]. Les schistes contiennent une faune très riche et bien préservée, contenant plusieurs des taxa retrouvés sur le site mieux connu, et substantiellement plus récent, des schistes de Burgess en Colombie-Britannique (505 millions d'années), de même que les schistes d'Emu Bay du sud Australien, eux aussi plus jeunes (514 millions d'années[13]). La faune est souvent désignée sous le terme de « faune de Chengjiang ».

En plus d'Anomalocaris, d'Opabinia, d'Hallucigenia et autres formes spectaculaires des schistes de Burgess, les schistes de Maotianshan contiennent également au moins quatre types possibles de vertébrés, dont deux semblent être des poissons véritables, voir : Haikouella, Haikouichthys, Yunnanozoon et Myllokunmingia. Des formes plus familières, tels les trilobites, les brachiopodes ou les éponges sont également présentes.

Les schistes de Maotianshan, qui sont datés entre la faune d'Ediacara et les schistes de Burgess, ont permis de préciser le concept d'explosion cambrienne[11],[14] au cours de laquelle de très nombreuses formes animales très différentes semblent être apparues dans un intervalle de temps d'une importante brièveté.

Espèces fossiles[modifier | modifier le code]

Arthropodes[modifier | modifier le code]

Vers et animaux apparentés[modifier | modifier le code]

Vertébrés[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Plus de 80 % des phylums sont inconnus dans les séries géologiques plus anciennes. Toutefois certains plans d'organisations sont beaucoup plus énigmatiques et n'ont pas d'équivalents proches dans la nature actuelle. Ce sont, par exemple :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) M. H. Hofmann et al., « Provenance and temporal constraints of the Early Cambrian Maotianshan Shale, Yunnan Province, China », Gondwana Research, vol. 37,‎ , p. 348-361 (lire en ligne [PDF], consulté le 30 janvier 2020).
  2. (en) Paul Selden et John Nudds, chap. 3 « Chengjiang », dans Evolution of Fossil Ecosystems, Elsevier, (lire en ligne).
  3. a b c et d (en) Chengjiang Fossil Site, Ministry of Housing and Urban-Rural Development of the People's Republic of China, (lire en ligne [PDF]).
  4. (en) Hou Xianguag, Richard J. Aldridge, Jan Bergström et al., The Cambrian Fossils of Chengjiang, China: The Flowering of Early Animal Life, John Wiley & Sons, (lire en ligne).
  5. a b c d et e (en) J. Y. Chen, « The Lower Cambrian Maotianshan Shale: A Unique Window on the Cambrian Explosion », dans John A. Talent, Earth and Life: Global Biodiversity, Extinction Intervals and Biogeographic Perturbations Through Time, Springer Science & Business Media, (lire en ligne).
  6. a b c et d (en) Stephen Q.Dornbos, David J.Bottjer et Jun-YuanChen, « Paleoecology of benthic metazoans in the Early Cambrian Maotianshan Shale biota and the Middle Cambrian Burgess Shale biota: evidence for the Cambrian substrate revolution », dans Loren E. Babcock, Interpretation of Biological and Environmental Changes Across the Neoproterozoic-Cambrian Boundary, Elsevier, (lire en ligne).
  7. a b c et d (en) Tristan J. Klossa, Stephen Q. Dornbosa et Jun-Yuan Chen, « Paleoecology and taphonomy of the Early Cambrian Maotianshan Shale biotachancelloriid Allonnia junyuani: Adaptation to nonactualistic Cambrian substrates », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, no 277,‎ (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2020).
  8. a et b (en) Xianguang Hou et Jan Bergström, « The Chengjiang fauna — the oldest preserved animal community », Paleontological Research, vol. 7, no 1,‎ , p. 55-70 (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2020).
  9. (en) Shouxin Zhang (dir.), Geological Formation Names of China (1866—2000), vol. I, Springer Science & Business Media, (lire en ligne).
  10. (en) Xianguang Hou et Jan Bergström, Arthropods of the Lower Cambrian Chengjiang fauna, southwest China, Scandinavian University Press, coll. « Fossils and Strata », (lire en ligne [PDF]).
  11. a et b (en) Chuan Yang, Xian-Hua Li, Maoyan Zhu, Daniel J. Condon et Junyuan Chen, « Geochronological constraint on the Cambrian Chengjiang biota, South China », Journal of the Geological Society,‎ (DOI 10.1144/jgs2017-103, lire en ligne, consulté le 31 janvier 2020).
  12. « Site fossilifère de Chengjiang », sur UNESCO Centre du patrimoine mondial http://whc.unesco.org/fr (consulté le 31 mars 2013).
  13. (en) John R. Paterson, Diego C. García-Bellido, James B. Jago, James G. Gehling, Michael S.Y. Lee et Gregory D. Edgecombe, « The Emu Bay Shale Konservat-Lagerstätte: a view of Cambrian life from East Gondwana », Journal of the Geological Society, vol. 173,‎ , p. 1-11 (DOI 10.1144/jgs2015-083)
  14. (en) Loren Babcock, Zhang Wen-tang et Stephen A. Leslie, « The Chengjiang Biota: Record of the Early Cambrian Diversification of Life and Clues to Exceptional Preservation of Fossils », Geological Society of America Today,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 31 janvier 2020).

Articles connexes[modifier | modifier le code]