Haikouella

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Haikouella
Description de cette image, également commentée ci-après

Haikouella lanceolatus

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata

Genre

Haikouella
?Chen, ?Huang & ?Li, 1999[1]

Haikouella est une espèce de chordés probablement du Cambrien inférieur, retrouvée dans les schistes de Maotianshan au Yunnan, en Chine.

Description[modifier | modifier le code]

Sa forme est similaire à celle du Yunnanozooan, qui est probablement un hémichordé, plus simple. Mais l'estomac de l’Haikouella est plus large que celui du Yunnanozooan, et ses dents pharyngiennes plus petites (0,1 mm). Bien que l’Haikouella n'ait ni os ni mâchoire mobile, il présente déjà des caractères communs avec ceux des futurs vertébrés.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des organismes pisciformes tels l’Haikouichthys ou le Myllokunmingia ont été retrouvés dans les mêmes lits. Des fossiles que l'on pense être des hémichordés (pré-vertébrés plus simples) sont également présents dans ces dépôts, de même que dans les schistes de Burgess de Colombie-Britannique. En dehors d'écailles ou de plaques du Cambrien supérieur retrouvés au Wyoming, ces organismes pisciformes chinois sont les seuls chordés pré-ordoviciens connus.

L’Haikouella est connu par 305 spécimens provenant principalement des schistes de Maotianshan. L'animal mesure de 20 à 30 mm de long (max 4 cm) et a une tête, des branchies, une notochorde, un cerveau, des muscles bien développés, un cœur et un système circulatoire. À l'arrière, la chorde neurale présente une projection caudale repliée, qui pourrait être une nageoire caudale simple. Il pourrait aussi avoir une paire d'yeux latéraux. De très petites structures de l'ordre du dixième de millimètre sont présentes dans la cavité du corps ; ce sont probablement des dents pharyngiennes. Quelques spécimens présentent des nageoires dorsales et ventrales[2],[3].

Espèces[modifier | modifier le code]

Deux espèces sont recensées :

Commentaires[modifier | modifier le code]

Les fossiles de pré-vertébrés découverts en Chine ont été rapportés et décrits en 2013 : simultanément, le céphalochordé Pikaia gracilens était réanalysé par le créationniste évolutionniste britannique Simon Conway Morris comme le premier poisson et l'ancêtre de tous les vertébrés[4],[5]. La découverte à Peniche (Portugal) du fossile d'un animal marin bilatérien montrant des caractères ultérieurement présents chez les mollusques et chez les vertébrés démontrerait, selon Morris, l'existence d'un « dessein intelligent » prouvant que l'évolution est l'œuvre de Dieu[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chen, J.-Y., Huang, D.-Y., Li, C.-W. (1999). An early Cambrian craniate-like chordate. Nature 402: 518—522. Abstract
  2. Article (NATURE 18 October 2002)
  3. Head and backbone of the Early Cambrian vertebrate Haikouichthys sur OLDEST FOSSIL FISH CAUGHT, November 4, 1999]
  4. On a enfin décrit Pikaia gracilens sur La Recherche, no 471, janvier 2013, page 54
  5. Les fossiles de Burgess et les interprétations militantes de l'évolution, in Laurence Roussillon-Constanty, Philippe Murillo (Ed.), Science, Fables and Chimeras: cultural encounters, Cambridge (UK), Cambridge Scholars Publishing, 2013, p. 69-80
  6. Jurassic Sea Worm Fossil (en, pt) - sur PENICHE FOSSIL

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :