Saw 3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saw III)
Saw 3
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film
Titre québécois Décadence III
Titre original Saw III
Réalisation Darren Lynn Bousman
Scénario Leigh Whannell
basé sur une histoire écrite par lui et James Wan
Acteurs principaux
Sociétés de production Twisted Pictures
Evolution Entertainment
Saw 2 Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film d'horreur
Durée 108 minutes
Sortie 2006

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Saw 3 ou Décadence III au Québec (Saw III), est un film d'horreur américain réalisé par Darren Lynn Bousman, sorti en 2006. C'est le troisième volet de la série de films Saw.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En guise d'introduction, le film commence directement après les événements du précédent film, alors qu'Eric Matthews vient d'être enfermé dans le noir par Amanda dans la salle de bains. Après avoir tenté de couper la chaîne retenant l'une de ses chevilles à la tuyauterie avec une scie à métaux, il prend pleinement conscience de l'endroit où il se trouve grâce à sa mini-lampe torche et comprend, en voyant le pied amputé et décomposé du docteur Gordon, ce qu'il doit faire pour sortir. Toutefois, ne parvenant pas à se résoudre à scier son propre pied, il choisit une solution moins radicale en se brisant la cheville, lui permettant de donner à son pied un angle qui le libère de la chaîne.

Six mois se sont écoulés depuis la disparition de Matthews. Allison Kerry, sa collègue et ancienne amante, redoute à chaque découverte d'un nouveau meurtre attribué au tueur au Puzzle que le corps de la victime ne soit celui de Matthews. Le sentiment de culpabilité qu'elle éprouve pour ne pas avoir pu empêcher sa disparition lui fait désormais oublier toute vie sociale. Daniel Rigg, leur partenaire et ami, ne sait quoi penser de qu'il lui est advenu. Ils se retrouvent dans la salle de classe d'une école primaire, où un nouveau piège a eu lieu. Le détective Mark Hoffman, un de leurs collègues déjà sur place, leur apprend que la victime n'est pas Matthews mais un homme du nom de Troy. Ce dernier a été piégé car malgré les nombreux avantages qu'il a eu dès la naissance, il a passé la plus grande partie de sa vie en prison, enchaînant les condamnations à chaque sortie. Hoffman leur explique comment s'est déroulé le jeu d'après les premiers éléments de l'enquête : Troy devait se libérer des chaînes enfoncées dans sa chair et sa mâchoire et sortir de la pièce avant qu'une bombe n'explose. Rigg est étonné que le tueur au Puzzle ait pu mettre en place le piège, le sachant mourant lors de la tentative d'interpellation de ce dernier. Kerry soumet alors à Hoffman et Rigg sa théorie selon laquelle il ne serait pas l'organisateur du piège. En effet, au-delà de l'état de santé connu de Jigsaw qui tend à invalider l'hypothèse qu'il soit l'unique artisan du piège, un autre détail révélé par l'enquête vient corroborer la théorie de Kerry : le fait que la porte de la salle de classe était soudée et aurait donc empêché Troy de quitter la pièce pour survivre à son épreuve, même s'il avait retiré toutes ses chaînes. Cette façon de faire est en effet contraire au mode opératoire du tueur, ce dernier laissant toujours au moins une chance de survie à ses victimes.

Le soir, après avoir une nouvelle fois eu des visions de Matthews, Kerry analyse la bande vidéo du jeu de Troy, miraculeusement épargnée par l'explosion. Alors que la bande s'achève, les images changent et Kerry se rend compte au bout de quelques secondes que les nouvelles images ne sont autre que celle de sa chambre en direct, filmée depuis la porte entrouverte de sa penderie. Après avoir tiré dans le meuble, elle ouvre ce dernier mais ne trouve personne. C'est alors que la personne qui s'est infiltrée dans son appartement arrive derrière elle et l'enlève alors qu'elle tente de trouver la caméra. À son réveil, elle est attachée au-dessus du sol avec un appareil autour de la poitrine. Une vidéo du tueur au Puzzle lui explique qu'elle est ici du fait de s'être comportée comme un mort-vivant en négligeant toute vie sociale à force de travailler sur des cadavres et qu'à ce titre, Jigsaw estime qu'il est préfère qu'elle rejoigne ces fameux morts, sa "vraie" famille. Il lui laisse le choix entre continuer à vivre en plongeant sa main dans un bocal rempli d'acide pour y trouver la clé qui la libérera de l'attirail ou d'attendre une minute que ce dernier s'active et lui arrache la cage thoracique. Elle réussit à récupérer la clé au prix d'une intense douleur et l'utilise pour ouvrir l'appareil mais reste attachée. Juste avant de mourir elle aperçoit une personne qu'elle semble connaître venue regarder sa mise à mort par la machine.

Dans un hôpital, le docteur Lynn Denlon est enlevée peu après une opération au cours de laquelle elle a sauvé un enfant blessé grièvement à la suite d'un accident de la route. Elle se réveille dans une usine au moment où Amanda revient avec de la nourriture en provenance d'un fast-food. Après lui avoir fait promettre d'être sage, Amanda l'emmène dans une pièce où se trouve John Kramer, très mal en point. Pendant qu'Amanda le nourrit avec une boisson rapportée avec la nourriture, il lui explique la raison pour laquelle elle se trouve ici : son absence de compassion et sa froideur vis-à-vis de ses patients. John lui rappelle pour l'exemple le ton sur lequel elle lui a parlé le jour où son cancer lui a été annoncé. Il annonce que sa volonté à maintenir quelqu'un en vie va être testée. Amanda lui installe alors un collier sur lequel se trouvent plusieurs cartouches de fusil orientées vers le visage de Lynn et, tout en armant les cartouches, lui explique les règles de son jeu : maintenir John en vie jusqu'à ce qu'un autre participant réalise l'intégralité des épreuves qui lui ont été préparées. Si elle échoue et que John meurt, son collier (relié au moniteur cardiaque de Jigsaw) explosera.

Pendant ce temps, Jeff (l'autre personne testée) se réveille dans une caisse en bois et trouve un message de Jigsaw. Rongé par son obsession de venger la mort de son fils Dylan, tué par un chauffard lors d'un accident trois ans auparavant, Jeff en a oublié son couple et sa fille, et le tueur au Puzzle veut lui apprendre le pardon. Il lui annonce une immense souffrance durant les épreuves qu'il va devoir subir mais lui promet également qu'il le mettra face à l'homme qui a tué Dylan. Une fois sorti de sa prison de bois et après s'être remémoré comment il a été enlevé chez lui peu après avoir fait une nouvelle crise devant sa fille Corbett, il progresse et trouve dans une petite boîte une clé et un morceau d'une photo où il figure, datant d'avant la mort de son fils. Il arrive à sa première épreuve, dans une chambre froide, où il trouve une femme nue, les mains enchaînées au plafond. Après avoir vainement tenté de la libérer avec la clé trouvée précédemment, il trouve un magnétoscope qui lui apprend que cette femme enchaînée face à lui est Danica Scott, unique témoin de la mort de Dylan mais ayant refusé de témoigner. Jigsaw propose à Jeff de la punir de sa lâcheté en la laissant mourir de froid pour réaliser sa vengeance, ou bien de la sauver en récupérant une clé qui se trouve derrière des tuyaux gelés. C'est alors que Danica est aspergée d'eau glacée par les arroseurs se trouvant autour d'elle. Malgré les regrets et les excuses exprimés par Danica, Jeff, par animosité, ne parvient pas à se résoudre à récupérer la clé durant les premières minutes mais décide finalement de le faire devant les supplications et les cris de souffrance de Danica. Il se voit donc contraint de coller son visage aux tuyaux gelés pour récupérer la clé. L'écart de température entre sa peau et le métal fait qu'il s'entaille la joue en voulant se retirer après avoir enfin obtenu la clé. Mais il constate qu'il est déjà trop tard : Danica a entre-temps été entièrement recouverte d'eau glacée, entraînant sa mort par hypothermie. En sortant de la chambre, il trouve une nouvelle petite boîte contenant une balle et la partie de la photo où se trouve Dylan.

De son côté, Lynn découvre que la tumeur de John prend maintenant trop de place dans son crâne, d'où ses maux de tête, et tente de convaincre Amanda de l'emmener à l'hôpital, jouant sur l'amour paternel que cette dernière éprouve pour John. Dans un accès de rage, Amanda est à deux doigts de sortir son arme avant que John ne l'arrête. C'est alors que le vieil homme vomit du sang et fait une crise durant laquelle son cœur s'emballe. Lynn arrive à stabiliser son état et Amanda accepte que John soit opéré mais impose que l'opération se fasse dans le bâtiment et par Lynn elle-même. Elle ordonne de lui donner la liste de tout ce dont elle a besoin pour l'opération. Jeff arrive à sa seconde épreuve dans laquelle il trouve un homme attaché par le cou dans le fond d'une cuve qui se révèle être le juge Halden, qui a jugé le meurtrier de Dylan en le condamnant à une légère peine de prison, ce qui avait scandalisé Jeff. Ce dernier a le choix entre laisser mourir Halden noyé dans des morceaux de porcs broyés à la chaîne et qui remplissent la cuve progressivement ou activer un incinérateur qui brûlera tous les souvenirs qui restent de Dylan mais laissera parmi les cendres la clé pour libérer Halden. En larmes, Jeff allume l'incinérateur et regarde les peluches et photos de son fils brûler jusqu'à ce que la clé tombe dans le récupérateur de cendres et qu'il puisse libérer Halden à temps.

Lynn pratique une opération du cerveau sur Kramer, de façon à réduire la pression intracrânienne provoquée par sa tumeur, en retirant un morceau de crâne. Malgré les conditions difficiles, l'opération est un succès mais John fait une nouvelle crise et a des visions d'une femme. Alors que Lynn vient de le stabiliser, John, encore sous le coup des hallucinations, lui déclare son amour devant Amanda, plongeant celle-ci dans une colère noire. À la suite de cette scène, Amanda s'isole et se remémore les débuts de sa collaboration avec John : comment elle a aidé à la mise en place du jeu du docteur Gordon et d'Adam puis comment elle a achevé le photographe quelques heures plus tard. Dans la pièce de l'entrepôt qui lui sert de coin lit, elle trouve une lettre à son attention, la lit avant de s'effondrer en larmes et de se scarifier les cuisses.

Le juge Halden et Jeff arrivent devant une nouvelle salle où se trouve une nouvelle petite boîte. Cette fois, Jeff récupère le troisième morceau de la photo qui montre Corbett et un chargeur de pistolet. Il met la balle dedans et après avoir écouté sans grande conviction les explications d'Halden sur le jugement rendu pour le meurtrier de son fils et la nécessité de pardonner pour se libérer d'une vengeance qui, à terme détruit intérieurement, défonce violemment la porte qu'il n'arrivait pas à ouvrir. Dans la pièce, ils trouvent, comme promis par Jigsaw, Timothy Young, le jeune étudiant en médecine responsable de la mort de Dylan. Il est attaché à une machine qui menace de lui tordre les bras, puis les jambes et enfin la nuque. La cassette que Timothy a autour du cou explique que le seul moyen de le sortir du mécanisme est de récupérer une clé dans une boîte en verre. La clé est toutefois reliée à un fil lui-même relié à la détente d'un fusil qui tirera une charge de chevrotine en direction de celui qui l'enlèvera, exposant ainsi celui qui récupérera la clé à être touché. Alors que Jeff savoure initialement le moment qu'il a attendu si longtemps, il commence à éprouver des doutes face aux remontrances d'Halden et la souffrance du jeune homme. Il finit par se résoudre à prendre la clé mais alors qu'il l'a récupérée, le fait de retirer le poids de la clé relâche le fil, ce qui déclenche le tir. Bien que Jeff ait retiré sa main, Halden, en essayant de libérer manuellement Timothy en observant la mécanique, s'est mis sans s'en rendre compte sur la trajectoire du tir qu'il reçoit en pleine tête. Sous le choc, Jeff tente néanmoins de libérer Timothy mais ne parvient toutefois pas à trouver l'endroit où utiliser la clé. La mort du jeune homme étant imminente, il supplie à la caméra de la salle d'arrêter le mécanisme en hurlant qu'il accorde son pardon à Timothy. En vain, ce dernier meurt sous ses yeux.

John, opéré avec succès par Lynn, discute avec cette dernière et commence à lui demander de lui parler de sa famille tout en lui faisant des remontrances sur son comportement discutable en tant que mère, provoquant sa colère. C'est alors qu'Amanda arrive et apprend à John que leur deuxième victime a passé sa dernière épreuve. Affirmant à Lynn qu'elle a remporté son jeu, il demande à Amanda de la libérer mais son apprentie refuse, arguant qu'il n'a pas totalement terminé. La tension monte, Amanda sort son arme et la pointe vers Lynn. John lui apprend qu'il savait qu'elle sabotait les nouveaux pièges pour empêcher ses victimes de s'enfuir (faisant allusion aux pièges ayant entraîné la mort de Troy et Kerry sans laisser à ces derniers la moindre chance de survivre) et qu'il est également au courant de la mise à mort d'Adam. Malgré tout, il lui a pardonné ces écarts et l'implore de laisser Lynn en vie, dans son intérêt. Mentionnant également Eric Matthews, elle lui répond que ce dernier n'avait rien appris à son test, en lui rappelant comment il l'avait violemment passé à tabac après être sorti de la salle de bains et qu'elle l'avait neutralisé d'extrême justesse.

Entre-temps, Jeff a trouvé une dernière petite boîte contenant un pistolet et l'ultime morceau de sa photo de famille dont la personne figurant dessus se révèle être Lynn. Utilisant la clé trouvée au début de son jeu, il arrive dans l'entrepôt où se trouve la salle d'opération où sont Lynn, John et Amanda. Entendant les voix, il s'approche et au moment où il appelle Lynn qui se rend compte de sa présence, Amanda tire dans le dos de cette dernière, qui s'effondre dans les bras de Jeff. Furieux, ce dernier finit de rentrer dans la salle et tire sur Amanda, l'atteignant à la carotide. Kramer apprend alors à Amanda que Jeff et Lynn étaient mariés, ce qu'elle ignorait. John lui révèle également que lorsqu'il avait dit vouloir tester la volonté de maintenir quelqu'un en vie, il ne s'adressait pas uniquement à Lynn mais voulait aussi tester celle d'Amanda. En tirant sur Lynn, elle a échoué à son test et s'est condamnée elle-même à mourir de la main de Jeff, d'où l'intérêt pour John de ne pas lui avoir révélé leur filiation : le mari névrosé et voulant se venger, la femme dépressive et infidèle tandis que leur fille et unique enfant restant se retrouvait négligée à la suite de la mort de son frère. Amanda s'effondre sans vie des suites de son hémorragie alors que John déclare la partie finie.

Jigsaw dit à Jeff qu'il peut faire venir une ambulance pour que Lynn soit prise en charge mais il doit passer un dernier test : lui pardonner pour ce qu'il leur a fait subir ce soir. Jeff, faisant au départ croire à son pardon, se saisit d'une scie circulaire et dans un mouvement de fureur, tranche la gorge de John en affirmant ironiquement qu'il lui pardonne. Alors que son rythme cardiaque faiblit, John déclenche un dernier magnétophone, informant Jeff de son échec et qu'il va payer le prix pour n'avoir vécu que pour la vengeance. La porte de la salle se ferme brusquement, et la cassette l'informe qu'il y avait une raison pour laquelle il ne fallait pas tuer John : le fait qu'il détienne également sa fille Corbett dans une salle qu'il est le seul à connaître[1] et que s'il veut la récupérer, il devra jouer à un nouveau jeu. Quand l'électrocardiogramme annonce l'arrêt du cœur de Jigsaw, le collier de Lynn s'enclenche, la tuant sur le coup.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre original : Saw III
  • Titre français : Saw 3
  • Titre québécois : Décadence III
  • Réalisation : Darren Lynn Bousman
  • Scénario : Leigh Whannell, d'après une histoire de Leigh Whannell et James Wan
  • Montage : Kevin Greutert
  • Photographie : David A. Armstrong
  • Décors : David Hackl
  • Costumes : Alex Kavanagh
  • Musique : Charlie Clouser
  • Production : Gregg Hoffman, Mark Burg et Oren Koules
    • Production exécutive : Daniel Jason Heffner, James Wan, Leigh Whannell, Stacey Testro, Peter Block et Jason Constantine
  • Sociétés de production : Twisted Pictures, Evolution Entertainment, Saw 2 Productions
  • Sociétés de distribution : Lionsgate et Twisted Pictures
  • Budget de production (estimation) : 12 000 000 $
  • Pays d'origine : Drapeau des États-Unis États-Unis
  • Genres : horreur, thriller, policier, torture porn
  • Durée :
    • 108 minutes (version cinéma)
    • 114 minutes (Director's cut)
    • 121 minutes (Director's cut Extreme)
  • Dates de sortie :
  • Classification : Interdit aux moins de 18 ans lors de sa sortie en France.

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
80 238 724 $[4] 7
Drapeau de la France France 767 340 entrées[5] 4
Alt=Image de la Terre Mondial 164 874 275 $[4] 28

  • Nombre d'entrées en France : 767 340
  • Recettes États-Unis : 80 238 724 $
  • Recettes mondiales : 164 874 275 $

Autour du film[modifier | modifier le code]

Interdiction aux moins de 18 ans[modifier | modifier le code]

Le 21 novembre, le ministre français de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, qui a visionné le film, a décidé de suivre l'avis de la commission de classification des œuvres cinématographiques qui avait recommandé d'interdire le film aux mineurs. Le film est interdit en France aux moins de 18 ans (16 ans au Québec) en raison de sa violence. L'interdiction aux moins de 18 ans d'un film autre qu'à caractère pornographique, est une décision rare. Elle a été rétablie en 2000 pour le film Baise-moi de Virginie Despentes et appliquée depuis à une poignée de longs métrages, essentiellement en raison de scènes à caractère sexuel[6]. Il avait été saisi par plusieurs organisations professionnelles du cinéma et avait demandé à la commission de classification des œuvres cinématographiques une seconde délibération qui a confirmé le premier avis rendu interdisant le film aux moins de 16 ans.

Après avoir visionné le film Saw 3, Renaud Donnedieu de Vabres estime que la violence et le sadisme incessant et insoutenable de scènes s’apparentant explicitement à des tortures physiques et morales justifient pleinement cette décision d’interdiction. L’interdiction du film aux moins de 18 ans n’interdit pas sa distribution dans les salles mais nécessitera cependant lors de sa possible diffusion télévisée, un cryptage et un contrôle parental[7].

Lors de sa diffusion sur la chaîne cryptée Ciné-cinémas frissons, le film a été diffusé entre minuit et 5 heures du matin, avec double cryptage et saisie du code parental. C'est-à-dire avec les mêmes contraintes que pour un film pornographique. Ce film sera finalement un des deux de la franchise (Saw 3) à écoper de cette interdiction.

Les pièges[modifier | modifier le code]

Les jeux ou pièges sont étudiés par le machiavélique criminel qui impose à ses victimes des choix sadiques pour s'en sortir, ici encore dans ce nouvel opus nous en retrouvons une série.

  • Les chaînes : au Lionsgate Film Panel de 2006 à San Diego a été diffusée une scène montrant un homme seul et enchainé dans une salle de classe. Son jeu : sortir de la pièce avant que la bombe remplie de clous posée à côté de lui n'explose. Pour cela, il doit arracher les chaines accrochées à sa peau, mais il ne peut pas sortir car la salle est fermée et meurt dans d'atroces souffrances.
  • « L'ange de la Mort » : Allison Kerry est suspendue dans un appareil dont les griffes sont accrochées à son plexus. Devant elle, un bac rempli d'acide dans lequel une clef est en train de se dissoudre. Son jeu : plonger sa main dans le bac d'acide afin de récupérer la clef avant que celle-ci ne soit dissoute et avant que la machine ne se déclenche, arrachant ainsi toutes ses côtes, ce qui finirait par la tuer par asphyxie ou par hémorragie.
  • Lynn, une médecin qui néglige son mari et ses enfants, et qui ne se préoccupe plus beaucoup de ses malades, est enlevé par Amanda qui l'emmène au chevet de Jigsaw. Elle se retrouve avec un collier autour du cou relié au moniteur cardiaque du tueur et devra veiller à ce que celui-ci vive le temps de voir son dernier jeu s'accomplir. S'il meurt ou si elle s'enfuit, son collier explose.
  • Jeff, un homme dont le fils a été tué par un chauffard qui n'a écopé que d'une peine de prison légère, devra subir une série d'épreuves et à chaque fois devra faire le choix de souffrir et de pardonner ou tuer ceux qui sont à l'origine de sa peine :
  • Douche froide : un des pièges révélés dans l'accroche montre une femme suspendue nue dans une chambre froide. Elle aurait pu aider Jeff par son témoignage dans l'accident et ainsi envoyer le chauffard en prison pour plusieurs années, mais elle a fait le mauvais choix de s'enfuir et de ne pas témoigner. Autour d'elle, une structure qui projette de l'eau sur son corps, un acte de torture similaire à celui conçu par Elizabeth Bathory. Jeff devra choisir entre se brûler au froid pour récupérer la clef qui la libérera ou la laisser mourir gelée dans la glace qui recouvre son corps.
  • Noyade : le juge qui a prononcé la peine légère de prison est enchaîné au fond d'une cuve qui va progressivement se remplir d'entrailles de porcs. Jeff devra faire le choix de brûler toutes les affaires de son défunt fils pour récupérer la clef qui le libérera ou le laisser se noyer.
  • "Le Chevalet’’ (« La Tordeuse » au Québec.) : le chauffard qui a écrasé le fils de Jeff est accroché sur une structure qui va lui tordre tous les membres du corps. La clef pour le libérer est reliée à un fusil ; Jeff devra choisir entre recevoir une décharge de chevrotine pour le libérer ou le regarder mourir disloqué dans la machine.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Une affiche « sang pour sang »

Les équipes marketing de LionsGate ont bouleversé les attitudes avec une idée originale : une affiche a été imprimée - après avoir obtenu l'accord du comédien et les recommandations de la Santé Publique - à partir du sang de l’acteur Tobin Bell (John Kramer, le « jigsaw » ou « tueur au puzzle »). Une campagne de don du sang a accompagné la sortie de ce nouvel opus.

Avec ce mélange comportant de l'encre rouge et du véritable sang, l'affiche obtenue a été vendue aux enchères au profit de la Croix-Rouge américaine.

Incohérence liée à l'affiche du film

Dans le commentaire audio du DVD, le réalisateur explique que le personnage de Troy devait initialement être enchaîné par les dents, au lieu de l'être par la chair de tous ses membres. C'est pourquoi l'affiche originale du film (des dents qui pendent à des fils de fer) ne correspond à aucune scène du film, mais correspondait au story-board original.

Jeff Reinhart

Le nom de Reinhart comme nom de famille de Jeff n'a jamais été indiqué officiellement. Un internaute avait modifié le nom sur IMDb à l'époque et finalement ce nom a été repris par la suite. Néanmoins à la lecture de la distribution avant de voir le film, on ne peut déduire que Jeff est le mari de Lynn (Denlon), ce qui constitue une partie de l'intrigue du film. Après avoir vu le film, on peut penser que Lynn avait choisi de garder son nom de jeune fille après s'être mariée à Jeff.

Obi Tate

Alors que Lynn Denlon fait l'opération à John, on peut voir au moment du souvenir dans lequel il y a Jill, Obi Tate marcher sur le chemin (Obi Tate - Saw 2)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Saw 3 été nommé trois fois, en 2007 :

  • 16e édition des MTV Movie Awards, pour le meilleur méchant (Tobin Bell) ;
  • 9e édition des Teen Choice Awards, pour le prix du Meilleur Film d'Horreur/Thriller ;
  • 33e édition des Saturn Awards - Academy of Science Fiction, Fantasy & Horror Films, pour le meilleur film d'horreur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On apprendra au début de Saw 5 que la jeune Corbett n'est pas morte et a été délivrée par l'agent Hoffmann.
  2. Carton de doublage.qc.ca consulté le 9 juin 2012
  3. Site officiel de Joëlle Morin
  4. a et b (en) « Saw 3 », sur Box Office Mojo (consulté le 2 novembre 2016)
  5. « Saw 3 », sur JP's Box-Office (consulté le 23 novembre 2016)
  6. Source : « Le Quotidien Permanent » du Nouvel Observateur, 21/11/2006.
  7. Communiqué du ministère de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]