Saint-Laurent-de-la-Barrière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Laurent.
Saint-Laurent-de-la-Barrière
L'entrée ouest du village.
L'entrée ouest du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Rochefort
Canton Saint-Jean-d'Angély
Intercommunalité Communauté de communes des Vals de Saintonge
Maire
Mandat
Marie-Véronique Charpentier
2014-2020
Code postal 17380
Code commune 17352
Démographie
Gentilé Saint-Laurentais
Population
municipale
103 hab. (2014)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 02′ 10″ nord, 0° 42′ 01″ ouest
Altitude Min. 9 m – Max. 45 m
Superficie 8,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-la-Barrière

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-la-Barrière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-la-Barrière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-la-Barrière

Saint-Laurent-de-la-Barrière est une commune du sud-ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine). Ses habitants sont appelés les Saint-Laurentais et les Saint-Laurentaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette petite commune rurale du canton de Saint-Jean-d'Angély est une des moins peuplées de son canton et une des seules à recenser moins de 100 habitants.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Laurent-de-la-Barrière[2]
Vandré Chervettes
Genouillé Saint-Laurent-de-la-Barrière[2] Puyrolland
Annezay

Histoire[modifier | modifier le code]

La rivière Devise, dans le hameau de Beauroux.

Prenant sa source sur la commune voisine de Chervettes, la Devise est un cours d'eau qui servait autrefois de frontière entre l'Aunis et la Saintonge. Il y avait sur la commune un octroi faisant office de péage pour les transports effectués entre ces deux pays[3]. La commune était donc au Moyen Âge « le » Saint Laurent de la barrière comme il y avait "le" Saint-Laurent-de-la-Prée (prairie). De nombreux clochers étant dédiés à ce saint très populaire et il était alors nécessaire de préciser de quel "saint Laurent" on parlait.

L'article a fini par disparaître du langage oral au fur et à mesure que les différents clochers attribués à Saint Laurent s'intégraient dans des villages de noms bien différents.

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Saint-Laurent-de-la-Barrière.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2014 Gérard Massé SE  
2014 en cours Marie-Véronique Charpentier    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 103 habitants, en augmentation de 9,57 % par rapport à 2009 (Charente-Maritime : 3,21 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
154 118 110 134 175 187 169 234 172
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
195 213 227 226 230 201 172 156 136
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
122 133 142 135 118 127 106 112 131
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
110 95 90 83 70 73 90 102 103
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint Laurent restaurée.
Le portail du logis de la Bastière.
  • L'église du XIIe siècle, classée à l'inventaire des monuments historiques le 9 décembre 1948[8]. Une tempête en fit tomber le clocher en 1936. L'édifice se délabra dès lors, jusqu'aux travaux de rénovation entrepris dans les années 2000 (les travaux de rénovation se sont achevés en 2005)[9].
  • Le logis de la Bastière, datant du XVIIe siècle. Reconverti en chambres d'hôtes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime, t. II, Flohic éditions, , 1151 p. (ISBN 2-84234-129-5), p. 1108
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Fiche PA00105195 de la Base Mérimée.
  9. Fiche explicative consultable sur la façade de l'église.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :