Saint-Gouéno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Saint-Gouëno redirige ici.

Saint-Gouéno
Saint-Gouéno
Drapeau de Saint-Gouéno
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Dinan
Canton Plénée-Jugon
Intercommunalité Communauté de communes du Mené
Code postal 22330
Code commune 22297
Démographie
Gentilé Gouénovais, Gouénovaise
Population 689 hab. (2013)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 06″ nord, 2° 34′ 02″ ouest
Altitude Min. 149 m
Max. 313 m
Superficie 20,08 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Le Mené
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 15.svg
Saint-Gouéno

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 15.svg
Saint-Gouéno

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Gouéno

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Gouéno

Saint-Gouéno [sɛ̃ gweno] (ou Saint-Gouëno) est une ancienne commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne, devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle du Mené.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Gouéno (Sant-Gouenoù en breton) est située au pied du mont "Bel Air", point culminant du département des Côtes-d'Armor (339 mètres) au cœur du Mené région du massif armoricain. La commune de Saint-Gouéno fait partie du canton de Plénée-Jugon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Parochia de Seint Goinou en 1279 et en 1282, Ecclesia de Sancto Godenevo vers 1330, Saint-Goueno en 1426, Saint Guenno en 1451, Saint Gouenou en 1468, Saint Gouezno en 1469, Sainct Goueno en 1480 et en 1513, Sainct-Gouem en 1536, Sainct-Gueno en 1569[1].

Le nom de la commune vient de saint Gouéno ou saint Goueznou, qui aurait fondé un monastère à Gouesnou dans le Finistère[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune conserve dans un champ une pierre dans laquelle est gravée l'empreinte du saint. La légende raconte que le saint voulant édifier un sanctuaire au beau milieu de ce champ, des lavandières l'en auraient chassé à coup de pierres. S'enfuyant il aurait laissé l'empreinte de son sabot et de son baton incrustée dans la pierre dorénavant bien nommée par les habitants "Le Pas De Saint Gouéno".

Un acte de l'abbaye de Bosquen fait référence à la paroisse de Saint-Gouéno en 1279, issue du démembrement de celle de Plessala.

Les habitants de la commune s'engagent activement dans la chouannerie pendant la Révolution sous la conduite de Legris-Duval de Bosny.

Le , le projet de création d'une commune nouvelle en remplacement de la Communauté de communes du Mené est approuvé par les conseils municipaux des sept communes concernées. La nouvelle entité baptisée Le Mené doit voir le jour le 1er janvier 2016[2]. L'arrêté préfectoral du a officiellement créé la nouvelle commune[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1804   Mathurin Robert    
1808   Guillaume Aignel    
1816   Pierre Plesse    
1826   Jean-Marie Plesse    
1830   Guillaume Aignel    
1838   Jean-Marie Louail    
1864   Louis Louail    
1882   Pierre Presse    
1889   Louis Carro    
1892   Pierre Presse    
1896   Louis Louail    
1919   Pierre Presse    
1925 1966 Eugène Louail    
1966 1980 Jean Baptiste Latouche    
1980 1987 Augustin Évin    
1987 2001 Lucien Aignel    
2001 2015 Jacky Aignel PS Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 689 habitants, en augmentation de 5,67 % par rapport à 2008 (Côtes-d'Armor : 1,65 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9819021 0661 0191 3611 4331 4261 5561 602
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5421 5421 5011 5011 5671 5581 5381 4911 560
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6731 7131 7081 5071 5061 3781 2561 2181 029
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
1 023901831751721640652689-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
  • Évolution démographique annuelle moyenne de 1990 à 1999 : -1,31 %
  • Pyramide des âges:
HommesClasse d’âgeFemmes
10 
75 ans et plus
23 
60 à 74 ans
22 
40 à 59 ans
25 
20 à 39 ans
20 
0 à 19 ans

.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Gouéno datant de 1862 de l'architecte Alphonse Guépin.
  • La chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs (1893-1908), dominant Saint Gouéno, située au sommet de la colline du Tertre abrite en son sein une statue en bois de la Vierge Marie transpercée de sept glaives représentant les sept douleurs endurées par la Sainte au cours de sa vie. Celle-ci provient de l'ancienne chapelle.
  • Le chemin de Quatorze croix de granit et un Calvaire édifié en 1867 par les familles les plus aisées de Saint-Gouéno relie l'église à la chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs. Les croix sont gravées des noms des donateurs.
  • La croix monolithique à bras courts datant du haut Moyen Âge s'élevant sur le bord du chemin menant au Tertre.
  • La croix de la Ville-Gueury datant du XVIIe siècle.
  • La croix de la Saude (XVIe-XVIIIe siècle).
  • Le manoir du Placis datant du XVIe-XVIIe siècle.
  • Le manoir de la Ville-Delée datant du XVIIIe siècle.
  • L'ancien presbytère datant du XVIIe siècle, maintenant transformé en logements sociaux.
  • L'école de la Saude de 1840.
  • Plusieurs maisons situées au village des Clôtures datant du XVIIe siècle.
  • Le légendaire "Pas de Saint Gouéno" dans lequel est gravée l'empreinte du sabot et du baton du Saint.
  • 5 moulins.
  • Une ancienne allée couverte au-dessus du village des Hautières (Aujourd'hui détruite).
Le pylône du centre émetteur ondes moyennes de Littoral AM
  • Le pylône du centre émetteur ondes moyennes de Littoral AM

Situé à l'extrême nord de la commune, sur la ligne de crête bordée par l'ancienne voie romaine de Fanum Martis (Corseul) à Dardoritum (Vannes) le pylône du centre émetteur de Littoral AM culmine à 307 mètres. Érigé en novembre 2005, sur la parcelle de Tombalon, il diffuse des émissions de radio numérique. La commune de Saint-Gouéno figure parmi les trois communes de Bretagne dotée d'un émetteur de grande puissance après Thourie (35) et Quimerch' (29). À ce titre, l'émetteur de Saint-Gouéno est connu à travers l'Europe comme le premier émetteur numérique régional construit en France.

  • Le circuit de la Course De Côte et son mythique virage en épingle dit du « fer à cheval ».
  • la vue imprenable sur la baie de Saint-Brieuc au lieu-dit Beausoleil sur les crêtes du Méné

Activité locale[modifier | modifier le code]

Le « Fer à cheval »

La commune s'est illustrée par sa « course de côte » : course automobile organisée dans les lacets de la départementale 14 entre « les Hautières » et « les Hauts de l'Hiver » avec le passage du célèbre « fer à cheval », virage en épingle à cheveux. Reconnue au niveau national et européen du Championnat de la Montagne, La course a vu le jour en 1969 jusqu'en 1985, de 1990 à 1993 puis a disparu pour renaître récemment : La finale de la coupe de France de Montagne, 24e édition de la course de côte en 2007, a remporté un franc succès voyant défiler pas moins de 15 000 spectateurs.

La course de côte nationale 2008 voit Le champion de France Lionel Régal remporter cette édition au volant de sa Formule 3000 Nippon.

En 2010, retour du championnat de France de la montagne, avec une nouvelle victoire de Lionel Régal sur F3000 Nippon. À noter que ce dernier a battu le record de la piste (1 min 15 s 779) détenu depuis 1981 par Marc Sourd (1 min 16 s 92).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Saint-Gouéno »
  2. « Le Mené devient la plus grande commune de Bretagne », Ouest-France, 23 mars 2015.
  3. « Commune nouvelle. Le Mené : c’est signé ! », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .