SNCASE SE.1210

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

SNCASE SE.1210
Constructeur Drapeau : France SNCASE
Rôle Hydravion expérimental
Statut projet abandonné
Premier vol
Nombre construits 1
Équipage
3
Motorisation
Moteur Renault 6Q de 6 cylindres inversés
Nombre 4
Type moteur en ligne
Puissance unitaire 220
Dimensions
Envergure 21,75 m
Longueur 16,60 m
Hauteur 4,83 m
Surface alaire 45,83 m2
Masses
À vide 4 511 kg
Maximale 5 461 kg

Le SE.1210 était un hydravion à coque, conçu en France par la SNCASE (Sud-est Aviation). Monoplan à aile haute, il était la maquette volante du SE.1200, un hydravion géant qui ne dépassa pas le stade du projet. Un seul exemplaire du SE.1210 fut construit[1].

Conception[modifier | modifier le code]

Les anciens du bureau d’études Lioré et Olivier de la SNCASE avaient conçu juste avant la Seconde Guerre mondiale un projet encore plus ambitieux que le SE.200, en proposant à Air France un très grand hydravion à coque de 140 tonnes, le SE.1200. Ce géant, véritable « paquebot de l’air », devait être propulsé par :

  • huit moteurs Gnome et Rhône 18 R de 2 200 ch
  • ou six moteurs Gnome et Rhône 28 T de 3 200 ch
  • ou encore quatre moteurs 36 T de 4 000 ch à l’étude à la SNECMA dans les années 1946-1947.

Cet hydravion aurait transporté 80 passagers sur l'océan Atlantique Nord à la vitesse de plus de 400 km/h. Les ballonnets d’aile auraient été escamotables pour lui conférer une meilleure finesse[2].

L’étude date de 1943. En 1947, à Marignane, la SNCASE construit une maquette au 1/5e, le SE-1210, propulsé par quatre moteurs Renault 6Q de 300 ch. Le polytechnicien et pilote d'essai Jacques Lecarme effectue le premier vol du SE.1210 le sur l’Étang de Berre. L’affaire n’a aucune suite, malgré les qualités du prototype, car les hydravions géants n’intéressent plus personne. La compagnie française, nationalisée en 1945, en a définitivement terminé avec les hydravions transatlantiques qui lui ont coûté si cher inutilement[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bruno Parmentier, « S.N.C.A.S.E. SE-1210 », sur aviafrance, (consulté le 18 octobre 2017).
  2. a et b Gérard Hartmann, « Les réalisations de la SNCASE ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :