SDHI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

SDHI est un sigle qui désigne les inhibiteurs de la succinate déshydrogénase[1] (en anglais succinate dehydrogenase inhibitor), des fongicides, une sous-classe de pesticides, utilisés dans l'agriculture. Les SDHI bloquent la respiration des cellules de champignons affectant les cultures (céréales, pomme de terre, agrumes, vignes, semences entre autres)[réf. souhaitée].

Plusieurs études tendent à démontrer la toxicité des SDHI sur les vers de terre, les pollinisateurs comme les abeilles, les poissons, les grenouilles ou encore l'être humain[2],[3],[4]. Un collectif de chercheurs a lancé une alerte sur les SDHI en 2018, en demandant un moratoire sur ces produits. L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail a saisi un groupe d'experts et a conclu le à l'absence d'alerte sanitaire sur ces fongicides[5], un avis réitéré le . Les chercheurs maintiennent toutefois leur alerte, estimant que le risque est bien réel et « qu’il s’agit vraiment là d’un cas d’école pour appliquer le principe de précaution. Il ne faut pas attendre pendant des années et risquer de se retrouver un jour avec des malades ou des morts. C’est une folie[6] ».

Commercialisés depuis 1966 (avec l'ancêtre des SDHI, la carboxine) par les géants de la chimie tels que Bayer, Monsanto, BASF, Syngenta et DuPont, les fongicides SDHI sont, en France, utilisés à grande échelle depuis 2009 sur près de 70 % des surfaces de blé tendre, 80 % des surfaces d’orge, de maïs, colza, la vigne et servent également pour la conservation des fruits et graines[7]. Certains SDHI sont aussi vendus comme nématicides, pour tuer les petits vers blancs (nématodes) qui jaunissent les terrains de golf, de sport, et pelouses. Le premier SDHI autorisé en France pour le traitement des pelouses a été mis sur le marché en 2018[8].

Selon les documents de l'Anses, 12 substances actives SDHI sont approuvées actuellement en Europe (benzovindiflupyr, bixafen, boscalid, carboxine, fluopyram, flutolanil, fluxapyroxad, isofetamid, isopyrazam, penthiopyrad, penflufen, sedaxane), la plupart ont été approuvées après 2013[9]. Le marché mondial des SDHI est important pour le secteur agrochimique : il représentait en 2017 plus de 2 milliards d'euros et, avec une croissance annuelle de 20 %, pourrait atteindre les 6,5 milliards en 2024[10].


Controverse[modifier | modifier le code]

Alerte de chercheurs[modifier | modifier le code]

Le , une tribune de chercheurs CNRS, INRA, INSERM est publiée dans Libération[11] appelant à une suspension de leur utilisation. Ces scientifiques, spécialistes réputés des maladies mitochondriales, toxicologues, cancérologues, pédiatres, sont très inquiets des conséquences possibles de ces pesticides sur la santé des êtres humains et sur l'environnement[12].

Ils ont constaté en laboratoire que les molécules SDHI tuent les cellules humaines en culture et agissent sur l'enzyme SDH en l'inhibant aussi bien sur le ver de terre, l'abeille, Botrytis cinerea (une cible présumée) et l'Homme, avec des différences faibles, du même ordre de grandeur[13]. L'enzyme SDH est universelle et assure la respiration des cellules de quasiment toutes les espèces vivantes, « les plantes, les animaux, jusqu’aux hommes », les plantes possèdent en plus la photosynthèse et une chaine respiratoire avec des déshydrogénases en plus. Les SDHI peuvent donc agir sur bien d'autres cellules que celles des champignons. Une respiration défectueuse des cellules provoque de graves maladies chez l'Homme[14] (tumeurs, maladies neurologiques…).

En , l’ONG POLLINIS relaie l’alerte des scientifiques en lançant une campagne d’information citoyenne sur les risques posés par les SDHI, et une pétition demandant le retrait immédiat de ces fongicides en application du principe de précaution. La pétition rassemble plus de 360 000 signatures en [15]. L'association diffuse également une vidéo-interview[15] des lanceurs d’alerte Pierre Rustin, directeur de recherche au CNRS-Inserm, et Paule Bénit, ingénieure de recherche à l’Inserm[16].

Le , plusieurs associations militantes menacent l'Anses de saisir le tribunal administratif de Lyon si autorisation de mise sur le marché de certains fongicides SDHI n'est pas abrogée[17].

Le , Pierre Rustin et Paule Bénit sont auditionnés devant l'OPECST afin de défendre leur alerte et réaffirmer leurs arguments auprès des sénateurs[18].

Avis de l'ANSES[modifier | modifier le code]

L'ANSES rend un avis rassurant en , elle conclut que « les informations et hypothèses évoquées n’apportent pas d’éléments en faveur d’une alerte sanitaire pour la santé humaine et l’environnement en lien avec l’usage agricole de ces fongicides qui pourrait justifier la modification ou le retrait des autorisations de mise sur le marché. Pour autant, l’Anses considère que le dossier n’est pas clos et poursuit les investigations[19] ». Cet avis est critiqué[6],[20].

Le , l'ONG POLLINIS et les chercheurs Pierre Rustin, et Paule Bénit adressent une pétition au Parlement européen[21], demandant une réévaluation d’urgence des SDHI et l'application du principe de précaution. Le Bureau des pétitions valide la conformité de cette requête[22].

Le , l’ANSES publie un nouveau communiqué[23] dans lequel elle affirme qu’« aucun nouvel élément n’est venu confirmer l’existence d’une alerte sanitaire qui conduirait au retrait des autorisations de mise sur le marché en vigueur, conformément aux règlements nationaux et européens relatifs aux produits phytopharmaceutiques ».

Gérard Lasfargues, interviewé par le magazine Le Point, déclare : « Nous n'avons pas reçu de données sur la toxicité de SDHI en particulier sur des effets cancérogènes. Les données de la littérature scientifique ainsi que celles exigées dans les dossiers d'autorisation de mise sur le marché ne permettent pas aujourd'hui de démontrer un risque sanitaire pour les populations potentiellement exposées. Nous n'avons pas d'éléments suffisants pour retirer immédiatement ces produits du marché[24],[23] ».

En , l'avis de l'ANSES continue de nourrir une controverse[25]. Le , le quotidien Le Monde publie une tribune demandant l'application du principe de précaution pour les SDHI[26].

Interrogée, l'Anses répond qu'elle s'est saisie de ces sujets et « mobilise les collectifs d'experts dans l'objectif de passer en revue les données de la littérature les plus récentes et d'en tirer d'éventuels enseignements nouveaux par rapport à l'expertise menée en 2018[27] ».

Roger Genet, directeur général de l'Anses, est également auditionné par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) le . Pour lui, le danger potentiel des SDHI est maîtrisé par un usage et un dosage précis et encadrés de ces derniers[18].

le , le directeur de l'Anses, Roger Genet, a indiqué à Agra Presse que son agence « aura certainement des propositions à faire au niveau européen pour renforcer le dispositif » d'évaluation de la toxicité mitochondriale pour les autorisations de mise sur le marché (AMM).

SDHI et organismes dans l'environnement[modifier | modifier le code]

Selon l'ANSES, il n’existe pas non plus « de données indiquant un impact de ces fongicides sur des organismes dans l’environnement »[23]. Pourtant certains SDHI sont homologués par l'ANSES et commercialisés pour tuer les vers nématodes[28], comme le Velum de Bayer, qui contient du fluopyram - ce qui confirme que ces molécules ne sont pas spécifiques aux champignons.

Plusieurs études concluent également à une toxicité de molécules SDHI sur des organismes non cibles. Le boscalid, un SDHI, inhibe la croissance et provoque des dommages aux reins et au foie du poisson-zèbre à des doses retrouvées dans l'environnement[29]. Le boscalid est aussi toxique pour les abeilles, qui sont exposées sur la durée à cette molécule très persistante[30]. L'isopyrazam et le bixafen, autres molécules SDHI, entrainent des effets létaux et des malformations sur des embryons d'amphibiens[31]. Le bixafen provoque des dommages de l'ADN dans les cellules humaines[32].

Livre-enquête sur les SDHI[modifier | modifier le code]

Un livre de Fabrice Nicolino, Le crime est presque parfait[33], sorti le , enquête sur les dangers des pesticides et, plus spécifiquement, les SDHI[34]. Fabrice Nicolino en appelle à la dissolution de l'ANSES[35] en , vu les liens décrits avec les lobbys industriels. L'ANSES répond par son directeur général délégué du pôle sciences, Gérard Lasfargues en maintenant que les éléments connus sur les SDHI sont insuffisants pour demander leur retrait du marché et rappelle que « tous les risques potentiels sont pris en considération ».

Selon Pierre Rustin du CNRS, l'un des lanceurs d'alerte, le groupe d'experts mandaté par l’Anses « a montré son ignorance des données scientifiques sur le sujet SDHi. Par exemple, il nous a été demandé de montrer l’effet des SDHi sur l’enzyme des mammifères… effet connu et rapporté dans une publication accessible depuis 1976 ! »[36].

Une étude indépendante confirme la non spécificité des SDHI[modifier | modifier le code]

Le , une étude indépendante sur la toxicité des fongicides SDHI pour les abeilles, les vers de terre et les cellules humaines est publiée dans la revue PLOS ONE[37]. L’étude met en évidence que « huit molécules fongicides SDHI commercialisées en France ne se contentent pas d’inhiber l’activité de la SDH des champignons, mais sont aussi capables de bloquer celle du ver de terre, de l’abeille et de cellules humaines, dans des proportions variables restant dans le même ordre de grandeur[38] ». Selon le site du CNRS, cette étude montre également que « les conditions des tests réglementaires actuels de toxicité masquent un effet très important des SDHI sur des cellules humaines : les fongicides induisent un stress oxydatif dans ces cellules, menant à leur mort[38] ». Selon le professeur Pierre Rustin, « avec ce type de fongicides, on provoque probablement une catastrophe écologique et sanitaire, car ils tuent tout, pas seulement les champignons » ; il ajoute que « on ne peut se permettre, comme l'Anses, d'attendre la catastrophe[39] ».

La Commission nationale cnDAspe confirme une alerte[modifier | modifier le code]

Une saisine de la Commission nationale de la déontologie et des alertes en matière de santé publique et d'environnement (cnDAspe) amène une audition de responsables de l'ANSES[40], en 2019. Le , la cnDAspe, commission indépendante, a estimé que « les données scientifiques présentées par l’équipe de chercheurs sur les dangers des fongicides SDHI sont de qualité et posent un doute sérieux sur des dangers qui ne sont pas actuellement pris en compte dans les procédures de toxicologie appliquées selon la réglementation européenne concernant la mise sur le marché des produits phytosanitaires ». La cnDAspe a informé les ministres chargés de l'environnement, de la santé, de la recherche, de l'agriculture, des sports que le signalement reçu sur les dangers des SDHI est constitutif d'une alerte[41] ».

Des avis partagés sur l'alerte des chercheurs[modifier | modifier le code]

Certaines personnalités politiques, scientifiques et médiatiques se positionnent de façon plus nuancée sur la question des SDHI. C'est le cas du député LREM et scientifique Jean-Luc Fugit qui déclare ne pas mettre en cause la sincérité des alertes mais souhaiterait « être sûr que leurs inquiétudes relèvent de la science. On peut en douter. »[42].

Le , le journal Le Point publie un article intitulé « Pesticides SDHI : vrai scandale ou fausse alerte ? », qui veut nuancer les inquiétudes des chercheurs et rappeler le rôle de l'Anses en tant qu'agence indépendante[43].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fongicides, Les SDHI : une nouvelle famille pour protéger les céréales | INRA » [PDF], sur www.perspectives-agricoles.com (consulté le ).
  2. (en) Qian et al., Toxic effects of boscalid in adult zebrafish (Danio rerio) on carbohydrate and lipid metabolism. Environmental pollution. 2019 DOI:10.1016/j.envpol.2019.01.054.
  3. (en) S. Wu et al., Single and mixture toxicity of strobilurin and SDHI fungicides to Xenopus tropicalis embryos. Ecotoxicology and environmental safety. DOI:2018 10.1016/j.ecoenv.2018.01.045.
  4. (en) V. Graillot et al., Evidence of the in vitro genotoxicity of methyl-pyrazol pesticides in human cells. Mutat Res. 2012. DOI:10.1016/j.mrgentox.2012.05.014 lire en ligne[PDF].
  5. « Point sur les SDHI | Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail », sur www.anses.fr (consulté le ).
  6. a et b « Les fongicides SDHI sont « un cas d’école pour appliquer le principe de précaution » », sur Libération.fr, Libération, (consulté le ).
  7. Les fongicides SDHi sur le banc des accusés, www.usinenouvelle.com.
  8. « Des fongicides « sans impact sur l'environnement » vendus pour tuer les vers ? », sur Pollinis (consulté le ).
  9. « AVIS de l’Anses relatif à « l’évaluation du signal concernant la toxicité des fongicides inhibiteurs de la succinate déshydrogénase (SDHI) » | Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail », sur www.anses.fr (consulté le ).
  10. Simon Chodorge, « Les fongicides SDHI, énorme marché potentiel pour l'agrochimie, accusés de toxicité », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Une révolution urgente semble nécessaire dans l’usage des antifongiques », sur Libération.fr, (consulté le ).
  12. « Alerte sur des pesticides qui entrainent la mort par asphyxie », sur www.bioaddict.fr (consulté le ).
  13. (en) Paule Bénit, Sylvie Bortoli, Laurence Huc et Manuel Schiff, « A new threat identified in the use of SDHIs pesticides targeting the mitochondrial succinate dehydrogenase enzyme », bioRxiv,‎ , p. 289058 (DOI 10.1101/289058, lire en ligne, consulté le ).
  14. « Une révolution urgente semble nécessaire dans l’usage des antifongiques », sur Libération.fr, (consulté le ).
  15. a et b GoodPlanet, « Comprendre le danger des fongicides SDHI et se mobiliser pour leur retrait », sur Magazine GoodPlanet Info, (consulté le ).
  16. POLLINIS, « #STOPSDHI : Les fongicides SDHI sont une bombe à retardement pour notre santé et l’environnement », (consulté le ).
  17. « Après l’alerte des scientifiques, un recours en justice pour interdire les pesticides SDHI », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. a et b « Pesticides SDHI : la prochaine catastrophe sanitaire ? », sur Public Sénat, (consulté le ).
  19. « Fongicides inhibiteurs de la succinate déshydrogénase (SDHI) : l’Anses présente les résultats de son expertise | Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail », sur www.anses.fr (consulté le ).
  20. « Lettre ouverte au président de l'Anses - end sdhi », sur end sdhi, (consulté le ).
  21. « POLLINIS présente une pétition au Parlement européen sur les fongicides SDHI », sur Pollinis (consulté le ).
  22. « Accueil | PETI | Commissions | Parlement européen », sur petiport.secure.europarl.europa.eu (consulté le ).
  23. a b et c « SDHI : l’Anses fait le point sur les travaux lancés suite à l’avis de | Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail », sur www.anses.fr (consulté le ).
  24. « Pesticides : l'Anses répond aux « élucubrations » de Fabrice Nicolino », Le Point,‎ (lire en ligne).
  25. Stéphane Foucart, « Pesticides SDHI : une audition devant les députés relance la controverse », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « Pesticides SDHI : 450 scientifiques appellent à appliquer le principe de précaution au plus vite », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. Sandy Dauphin, « Fongicides SDHI : 450 scientifiques réclament la fin de leur usage au nom du principe de précaution », sur www.franceinter.fr, (consulté le ).
  28. « ENTRETIEN AVEC PIERRE RUSTIN, EN PLEIN BRAS DE FER AVEC L’ANSES SUR LES FONGICIDES SDHI », sur Pollinis (consulté le ).
  29. (en) Le Qian, Jie Zhang, Xiangguang Chen et Suzhen Qi, « Toxic effects of boscalid in adult zebrafish (Danio rerio) on carbohydrate and lipid metabolism », Environmental Pollution, vol. 247,‎ , p. 775–782 (ISSN 0269-7491, DOI 10.1016/j.envpol.2019.01.054, lire en ligne, consulté le ).
  30. (en) Noa Simon-Delso, Gilles San Martin, Etienne Bruneau et Louis Hautier, « Time-to-death approach to reveal chronic and cumulative toxicity of a fungicide for honeybees not revealed with the standard ten-day test », Scientific Reports, vol. 8, no 1,‎ , p. 1–11 (ISSN 2045-2322, DOI 10.1038/s41598-018-24746-9, lire en ligne, consulté le ).
  31. (en) Siyu Wu, Lili Lei, Mengting Liu et Yang Song, « Single and mixture toxicity of strobilurin and SDHI fungicides to Xenopus tropicalis embryos », Ecotoxicology and Environmental Safety, vol. 153,‎ , p. 8–15 (ISSN 0147-6513, DOI 10.1016/j.ecoenv.2018.01.045, lire en ligne, consulté le ).
  32. (en) Vanessa Graillot, Florence Tomasetig, Jean-Pierre Cravedi et Marc Audebert, « Evidence of the in vitro genotoxicity of methyl-pyrazole pesticides in human cells », Mutation Research/Genetic Toxicology and Environmental Mutagenesis, vol. 748, no 1,‎ , p. 8–16 (ISSN 1383-5718, DOI 10.1016/j.mrgentox.2012.05.014, lire en ligne, consulté le ).
  33. Fabrice Nicolino, Le crime est presque parfait : L'enquête choc sur les pesticides et les SDHI, Paris, Les liens qui libèrent, , 224 p. (ISBN 979-10-209-0742-4).
  34. « SDHI - Nous Voulons des Coquelicots », sur Nous Voulons des Coquelicots, appel.des.coquelicots (consulté le ).
  35. https://reporterre.net, « Fabrice Nicolino : « L’Agence nationale de sécurité sanitaire fait partie du lobby des pesticides » », sur reporterre.net, https:reporterre.net (consulté le ).
  36. Stéphane Foucart, « Pesticides SDHi : les autorités sanitaires dans la tourmente », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. (en) Paule Bénit, Agathe Kahn, Dominique Chretien et Sylvie Bortoli, « Evolutionarily conserved susceptibility of the mitochondrial respiratory chain to SDHI pesticides and its consequence on the impact of SDHIs on human cultured cells », PLOS ONE, vol. 14, no 11,‎ , e0224132 (ISSN 1932-6203, DOI 10.1371/journal.pone.0224132, lire en ligne, consulté le ).
  38. a et b « Les fongicides SDHI sont toxiques pour les cellules humaines | CNRS », sur www.cnrs.fr (consulté le ).
  39. « Fongicides SDHI : « On ne peut se permettre, comme l’Anses, d’attendre la catastrophe » », sur Libération.fr, (consulté le ).
  40. « Pesticides : les SDHI rejoignent la tourmente - Journal de l'environnement », sur www.journaldelenvironnement.net (consulté le ).
  41. « SDHI Une commission indépendante alerte plusieurs ministères », sur Terre-net (consulté le ).
  42. « SDHI : la nouvelle lubie du lobby anti-pesticides », sur l'Opinion (consulté le ).
  43. Géraldine Woessner, « Pesticides SDHI : vrai scandale ou fausse alerte ? », sur Le Point, (consulté le ).