Emmanuelle Ducros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Emmanuelle Ducros
Naissance
Loire[1]
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Journaliste
Spécialité Économie
Médias
Pays Drapeau de la France France
Média Presse écrite et radio
Presse écrite L'Opinion

Emmanuelle Ducros est une journaliste française. Depuis 2013, elle travaille pour le journal L'Opinion[1] où elle est chargée des questions des transports, de l'agriculture et de l'alimentation[2].

Parcours[modifier | modifier le code]

Petite-fille d'agriculteurs, elle entre à l'Institut d'études politiques de Grenoble en 1995 et en sort diplômée trois ans plus tard. Elle effectue une année de licence d'histoire et étudie à l'École supérieure de journalisme de Lille[3] . Journaliste financière pendant dix ans[1], elle collabore pour les journaux Investir et Le Revenu et assure des chroniques sur Radio Classique, RFI et le journal éco de TV5 Monde. Elle travaille ensuite pour iTélé où elle présente l'émission Le rendez-vous de l’éco[4].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Glyphosate[modifier | modifier le code]

Iconoclaste et se présentant comme une adepte de la science et de la rationalité, elle dénonce les « discours alarmistes » sur le glyphosate, notamment à la suite d'un sujet sur l'herbicide dans l'émission Envoyé Spécial, diffusée le sur France 2[5]. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel estime qu'il n'y a rien à reprocher au reportage[6]

Agriculture biologique[modifier | modifier le code]

Elle estime que la généralisation du bio à l'échelle de la planète, « aux rendements très inférieurs, conduirait à une déforestation massive et au retour à des travaux agricoles asservissants ».

Elle affirme également que « le bio n’apporte pas de bénéfices de santé » et il crée une « ségrégation » « puisque beaucoup de familles ne peuvent pas se permettre financièrement une alimentation 25 à 30 % plus chère[2]. » Elle accuse les associations antispécistes de vouloir « purement et simplement l’abolition de l’élevage »[7]. Ses prises de position lui valent « des attaques répétées », selon le journal libéral Contrepoints, qui dénonce « l’information délivrée au lectorat d’une presse en crise [qui] se veut alarmiste et détachée des recommandations de la science »[8].

France Culture soutient qu'elle « défend des thèses libérales et l’agriculture productiviste » et la décrit comme « héroïne pour les uns, troll pour les autres »[9]

Lobbying industriel[modifier | modifier le code]

Le service de vérification de faits de Libération, Checknews, relève qu'elle est rémunérée par des groupes industriels de l'agro-alimentaire, via une société privée qui porte son nom[10].

Libération révèle notamment qu'elle a touché de l'argent pour organiser des débats, notamment en février 2019, lors de sa participation à la réunion annuelle de l’Union des industries de la protection des plantes (UIPP), qualifiée de « lobby national des pesticides » par Checknews. Emmanuelle Ducros se défend d'avoir été rémunérée au cours de cette journée. Dans un échange audio réalisé début mars entre l'UIPP et une personne se faisant passer pour Emmanuelle Ducros, celle-ci aurait réclamé un devis d'un montant de 2 000 à 3 000  auprès de l’UIPP pour sa prestation, selon des sources industrielles qui ont raconté le contenu de l'échange à CheckNews. À la suite de cet enregistrement, Emmanuelle Ducros porte plainte pour usurpation d'identité[11].

Après la parution de l'article de Libération, le patron de l'Opinion, Nicolas Beytout, interpelle Laurent Joffrin, directeur général de la rédaction de Libération, en déplorant des méthodes « indignes ». Laurent Joffrin lui répond en argumentant que « la journaliste concernée n’a demandé ni rectificatif ni droit de réponse sur les faits rapportés »[12].

Faux compte twitter[modifier | modifier le code]

Le , Libération publie un article dans lequel il révèle qu'Emmanuelle Ducros utilise un faux compte Twitter, qui s'en prend à plusieurs personnes ayant eu affaire à elle, et notamment au journaliste de Checknews Robin Andraca, l'auteur de l'article publié en juin sur les supposées conférences rémunérées d'Emmanuelle Ducros[13].

Le pseudonyme sur Twitter lance des rumeurs sur un possible licenciement du journaliste. L'équipe de Libération tente alors d'identifier la personne derrière le compte Twitter, et obtient des éléments (numéro de téléphone et une adresse mail) qui relient clairement ce compte anonyme à Emmanuelle Ducros[14].

À la suite de la publication de cet article, Ali Bodaghi, un trader londonien opérant habituellement sous le compte « @zebodag », également en conflit avec CheckNews, affirmera ensuite qu'il est le détenteur du faux-compte attribué à Emmanuelle Ducros « depuis plusieurs semaines » et qu'il l'aurait utilisé « pour vérifier si l'objectif de CheckNews était de détruire Emmanuelle Ducros »[15].

Récompense[modifier | modifier le code]

En 2018, Emmanuelle Ducros est lauréate du prix Citi - Columbia University de New York de l’excellence journalistique[4]

2021, elle est finaliste du Prix du Meilleur Article Financier co-attribué par la Banque de France, l'AJEF et Lire la Société[16].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Emmanuelle Ducros : “Une ségrégation alimentaire nous menace” », sur lagri.fr, (consulté le )
  2. a et b Stéphane Brunerie, « Emmanuelle Ducros « Il faut respecter la complexité des sujets agricoles et agro-alimentaires » », sur stripfood.fr, (consulté le )
  3. « L’interview : Emmanuelle Ducros, diplômée de Sciences Po Grenoble », sur lessciencespoetmoi.fr/, (consulté le )
  4. a et b « Télé : ces femmes journalistes et expertes en économie et finance », sur cafedelabourse, (consulté le )
  5. Thomas Mahler, « Géraldine Woessner et Emmanuelle Ducros, le cauchemar d'Élise Lucet », sur Le Point, (consulté le )
  6. « « Envoyé Spécial » sur le glyphosate : le CSA n’a rien à reprocher au documentaire de France 2 », sur Nouvel Obs,
  7. « Emmanuelle Ducros dans le champ médiatique de l’agriculture », sur Réussir, (consulté le )
  8. Ludovic Delory, « Emmanuelle Ducros révèle le malaise du journalisme en France », sur Contrepoints, (consulté le )
  9. Guillaume Erner, « Etes-vous pour ou contre Emmanuelle Ducros ? », sur France Culture, (consulté le )
  10. « Ducros payée par le lobby de la boulangerie (Checknews) », sur Arrêt sur Images,
  11. Robin Andraca, « La journaliste Emmanuelle Ducros a-t-elle été rémunérée par des lobbys de l'industrie agro-alimentaire ? », sur liberation.fr/checknews, (consulté le )
  12. « Glyphosate et « ménages » d’Emmanuelle Ducros : Laurent Joffrin répond point par point à Nicolas Beytout », sur Nouvel Obs, (consulté le )
  13. Laurent Telo, « Emmanuelle Ducros, Marine Le Pen, Lorànt Deutsch… Le masque et le tweet », sur Le Monde, (consulté le )
  14. Cédric Mathiot, « Une journaliste de «l'Opinion» harcèle-t-elle un confrère de «Libé» derrière un faux compte Twitter », sur Libération, (consulté le )
  15. David-Julien Rahmil, « Emmanuelle Ducros V.S. Libération : comment des journalistes règlent leurs comptes sur Twitter », sur ladn.eu, (consulté le )
  16. www.lirelasociete.com/evenement-prix-du-meilleur-article-financier