Série 55 (SNCB)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
SNCB série 55
Description de cette image, également commentée ci-après
La 5517 en livrée jaune remorquant un train de marchandises
Identification
Exploitant(s) SNCB
Type locomotive
Motorisation Diesel
Construction 1961-1962
Constructeur(s) BN
No  de série 205.001-205.042 (1961) 5501-5542 (1971)
Effectif 42
Affectation Voyageurs, marchandises
Caractéristiques techniques
Disposition des essieux Co'Co'
Écartement standard
 Cylindres 16
Moteur thermique 1 General Motors 567C
Moteurs de traction 6 moteurs de traction ACEC
Transmission Électrique
Puissance continue 1 360 kW
Effort de traction 272 kN
Capacité en carburant 4 m3
Masse en service 110 t
Longueur 19,55 m
Largeur 2,9 m
Hauteur 4,25 m
Vitesse maximale 120 km/h

La série 55 est une série de 42 locomotives diesel commandées par la SNCB au début des années 1960. Elle forme, avec la série 51, la deuxième génération de motrices diesel du parc SNCB (la première étant constituée des séries 52, 53 et 54). Dans l'ancienne numérotation utilisée par la SNCB, la série 55 correspond au type 205.

Histoire[modifier | modifier le code]

Genèse et construction[modifier | modifier le code]

Les locomotives de la série 55 ont été mises en service entre 1961 et 1962.

Tout comme celles des séries 52 et 53, les motrices de la série 55 sont équipées d’un moteur EMD 567 (en) conçu par General Motors. Cependant, elles sont munies d'une caisse construite par BN (et non par AFB). Par rapport au modèle précèdent, elles ne possèdent plus de nez ronds, trop sensibles à la corrosion, au profit d’une caisse anguleuse, plus facile à assembler

Vingt machines de cette série furent livrées en 1963 et 1964 aux Chemins de fer luxembourgeois. Revêtues de la livrée des CFL bordeaux et jaune, elles sont connues sous le nom de [[[Série 1800 (CFL)|Série 1800]] (lb).

Les locomotives Série 62 seront fortement inspirées par les Série 55 mais ces machines, moins puissantes et ne comportant que quatre essieux moteurs, seront surtout destinées aux lignes faciles et aux trains plus légers.

Transformations[modifier | modifier le code]

Pour assurer le chauffage des voitures à voyageurs de dernière génération uniquement munies de chauffage électrique, notamment sur des trains internationaux entre Maastricht et Luxembourg via une section non électrifiée (Lignes 42 et 43), il fut décidé de munir plusieurs locomotives de Série 55 d’un générateur électrique haute tension installé à la place de la chaudière à vapeur, solution qui avait déjà été essayée sur le prototype 5001. En effet, les fourgons-générateurs employés à cette tâche ne donnaient pas entière satisfaction et accusaient un âge déjà respectable. Face au succès de cette formule, plusieurs autres série 55 (5505, 5510, 5515, 5519, 5523, 5529, 5531) furent converties de la sorte[1]. Elles seront dénommées "55 Bleues" à cause de leur livrée.

En 1996, six locomotives sont équipées de la TVM 430 (5501, 5506, 5509, 5511, 5512 et 5514) pour pouvoir circuler sur la LGV entre Bruxelles et le Nord de la France. Elles sont désormais désignées 55 TVM et sont utilisées comme locomotives de secours pour pouvoir dépanner les trains à grande vitesse[2].

5 autres sont équipées de la TVM en 2001 (5507, 5517, 5523, 5526 et 5533) afin d’assurer du trafic marchandises vers l'Allemagne et les Pays-Bas via le Rhin d’Acier[3]. La 5523 perdit à cette occasion son générateur électrique. Cet équipement leur sera retiré en 2008 et installé à la place sur cinq locomotives Série 77[2].

Carrière et services effectués[modifier | modifier le code]

Ces locomotives ont été étudiées pour pouvoir remorquer des trains de voyageurs (par exemple, les internationaux vers Cologne) comme les trains de marchandises[4]. Leur carrière en tête de trains de voyageurs sur les lignes 42 et 43 qui ont finalement été électrifiées a pris fin en 2003 et elles ont été uniquement affectées aux trains de marchandises[5].

En trafic marchandises, on pouvait les voir sur plusieurs dessertes

  • Trains de conteneurs
  • Trains de coke
  • Trains de chaux
  • Trains d'hydrocarbures
  • Trains de charbon pour le Luxembourg
  • Trains de voitures Ford (Genk - Suisse)
  • Gremberg - Anvers
  • Gremberg - Wembley
  • Novarak - Genk-Goederen

En trafic voyageurs, elles assuraient notamment plusieurs dessertes et furent rapidement regroupées sur les lignes non électrifiées les plus difficiles (Ligne 42 et Ligne 43)

  • Trains internationaux Maastricht - Genova entre Maastricht et Luxembourg
  • Intercity Liers - Liège - Jemelle
  • Trains auto-couchettes pour la France (St Raphaël, Narbonne)
  • Interregio Liège - Luxembourg

Elles ne sont désormais plus utilisées que sur des trains de chantier et pour les dépannages sur LGV et une partie de la flotte a déjà été radiée et démolie.

Livrées[modifier | modifier le code]

  • Lors de leur mise en service, elles portaient une livrée vert foncé et jaune identique à celle des locomotives série 62. La caisse était peinte en vert foncé avec deux bandes jaunes. Une bande médiane sur les flancs disposée sous les hublots de la salle des machines puis descendant jusqu’aux phares avant de remonter en pointe au milieu des nez et une bande supérieure courant sous les grilles d’aération et les fenêtres latérales des cabines.
  • Avec la renumérotation de 1971, les machines encore en livrée d’origine perdront leur motif en forme de pointe sur les nez au profit d’une bande horizontale surplombée par le matricule à quatre chiffres
  • La 205.027, en cours de réparation après un accident, reçut en 1970 la livrée "vert 1970" avec petits matricules à six chiffres, angles de la grosse bande jaune arrondis et simples phares. Elle conservera ses phares jusque 1975[6].
  • Ces locomotives recevront toutes la livrée "vert 1970" à doubles phares entre 1971 et 1976 sauf deux qui possédaient encore leur livrée d’origine en 1977.
  • Quelques machines présentaient des variantes de cette livrée : la 5532 avait également des angles arrondis comme la 5527 et la 5501 ne possédait pas de fine ligne jaune sur les faces avant.
  • La 5540 vit sa fine ligne jaune repeinte en orange en 1976 quand elle fut équipée d’un générateur électrique pour le chauffage des trains.Cette ligne fut rapidement repeinte en bleu ciel et la 5542 fut également affublée d’une telle livrée.
  • Entre 1977 et 1999, toutes revêtiront la livrée jaune de la SNCB, sauf celles munies du chauffage électrique.
  • Les locomotives munies du chauffage électrique reçurent une livrée bleu et jaune sans bandes diagonales au lieu de la livrée jaune et ont gardé cette livrée après la fin de leur utilisation en trafic voyageurs.
  • Les six 55 TVM ont reçu une variante de la livrée jaune avec la fine ligne verte repeinte en rouge et ont récemment reçu la livrée 'new look' de la SNCB.

À l’origine, elles ne possédaient que deux feux à chaque extrémité. Pour obtenir un feu rouge, il fallait disposer un film rouge transparent dans les coquilles de phares. Par la suite, elles recevront des coquilles de phare doubles avec feux blancs et rouges disposés côte à côte[7].. Afin de circuler aux Pays-Bas ou en Allemagne, elles reçurent pour cela un troisième feu blanc sur les faces avant, disposé sous les cabines de conduite.

Numérotation[modifier | modifier le code]

Toutes étaient initialement numérotées 205.001 à 205.042. En 1971, elles furent renumérotées 5501 à 5542. Il n’y eut jamais de 5516 car la 205.016 fut radiée après un grave accident à Sclaigneaux en 1969.

À partir des années 1990, les locomotives qui avaient perdu leur installation de chauffage pour trains de voyageurs reçurent un point (surnommé "boule") devant leur matricule pour les distinguer de celles encore équipées.

Modélisme[modifier | modifier le code]

Cette locomotive a été modélisée par B-Models depuis 2011 à l'échelle HO. Parmi les numéros modélisés, on peut citer la 5515 en livrée bleue et sonorisée. Ainsi que les 5509, 5514, 5511, 5506 ou encore 5537 dans leur livrée jaune et verte[8].

Liens[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Locomotives de la série 55 (type 205) », (consulté le 6 janvier 2018)
  2. a et b André Grouillet, « Les 55 de la SNCB robustes et fiables ! », Objectif Rail, no 58,‎ , p. 85-86
  3. « Informations sur le matériel roulant SNCB », (consulté le 6 janvier 2018)
  4. André Grouillet, « Les 55 de la SNCB robustes et fiables ! », Objectif Rail, no 58,‎ , p. 82-93
  5. « Informations sur le matériel roulant SNCB », (consulté le 6 janvier 2018)
  6. « La livrée verte "1970". 3ème partie : la série 55 », En Lignes, 50,‎ , p. 10-17
  7. « Traintamarre - Info », sur traintamarre.tassignon.be (consulté le 3 janvier 2018)
  8. « Les 55 de B-Models réussite 5 sur 5 ! », Objectif Rail, no 58,‎ , p. 94-96

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Matériel roulant de la SNCB