Roxane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Roxanne.
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Roxane (prénom).
Pietro Antonio Rotari, Alexandre le Grand et Roxane (1756).

Roxane ou Rhoxane (en grec ancien Ῥωξάνη / Rôxánê, du persan Rochanak ou Rochaniâ « la lumineuse »), née vers 345 av. J.-C., morte en 310, est la première épouse d'Alexandre le Grand et la mère de son fils posthume Alexandre IV.

Biographie[modifier | modifier le code]

Épouse d'Alexandre[modifier | modifier le code]

Fille de l'aristocrate bactrien Oxyartès, Roxane est capturée en 327 av. J.-C. par les troupes d'Alexandre au cours de la conquête de la Sogdiane[1]. Arrien écrit à ce sujet [2] : « Roxane, nubile depuis peu était la plus distinguée des beautés de l'Asie, après la femme de Darius. Alexandre en est épris, et loin d'user des droits du vainqueur sur sa captive, il l'élève au rang de son épouse, action bien plus digne d'éloge que de blâme ». Il l'épouse peu après, au printemps 327, selon le rite perse. En Inde, elle lui donne un premier fils qui meurt très rapidement.

Quelques semaines après la mort d'Alexandre en juin 323, elle donne naissance à un fils posthume, Alexandre IV. De concert avec Perdiccas, elle fait étrangler Stateira, fille de Darius III et seconde épouse d'Alexandre depuis les noces de Suse en 324. Elle fait alors reconnaître son propre fils comme héritier du trône sous le nom d'Alexandre IV[3].

Durant les guerres des diadoques[modifier | modifier le code]

Elle s'allie ensuite avec la reine-mère Olympias contre Philippe III et son épouse Eurydice, puis se place sous la protection de Polyperchon, successeur d'Antipater à la régence de Macédoine. Elle se réfugie avec son fils dans Pydna pour échapper à Cassandre[4]. Après la prise de cette ville et le meurtre d'Olympias en 317 av. J.-C., elle est enfermée avec son fils dans la citadelle d'Amphipolis[5]. Cassandre, « stratège d'Europe » depuis le traité de paix de 311, les fait mettre à mort en 310.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Quinte-Curce, Histoire d'Alexandre, VIII, écrit que le roi fait sa connaissance lors d'un banquet
  2. Arrien, IV, 7
  3. Diodore, XVIII, 2, 4 ; Justin, XIII, 4.
  4. Diodore, XIX, 11.
  5. Diodore, XIX, 16.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]