Rollin' Stone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Rollin' Stone

Single de Muddy Waters
Face B Walkin' Blues
Sortie 1950
Enregistré Février 1950[1],[2],[3]
Chicago
Durée 3 min 05
Genre Blues, blues électrique[4]
Format Disque phonographique
Producteur Leonard Chess, Phil Chess
Label Chess (Cat. No. 1426)

Singles de Muddy Waters

Rollin' Stone est une chanson de blues enregistrée par Muddy Waters en 1950. Il s'agit d'une adaptation de Catfish Blues, un blues traditionnel du Mississippi des années 1920[5], enregistrée par Robert Petway en 1941. La chanson a connu diverses formes et différents titres au cours de son histoire.

La chanson a remporté un Grammy Hall of Fame Award[6] et a été classée 459e parmi les « 500 plus grandes chansons de tous les temps » par le magazine Rolling Stone[7], qui lui doit son nom[8], de même que le groupe de rock britannique The Rolling Stones[8]. Les titres Catfish Blues de Robert Petway et Rollin' Stone de Muddy Waters sont tous deux intronisés au Blues Hall of Fame de la Blues Foundation dans la catégorie « Enregistrement classique du Blues — Single », respectivement en 2014[9] et 2019[10].

Premières versions[modifier | modifier le code]

En 1928, Jim Jackson enregistre Kansas City Blues, Parts 3 et 4, une suite à son succès Jim Jackson's Kansas City Blues Parts 1 and 2. Les paroles comprennent le vers :

I wished I was a catfish swimming down in the sea
I'd have some good woman fishing after me

Plusieurs autres chansons anciennes explorent également des variations sur le thème du poisson-chat et/ou de la pêche. En 1941, Tommy McClennan et son partenaire occasionnel, Robert Petway, enregistrent chacun des versions pour Bluebird Records[11]. Celle de Petway, enregistrée le , est la première intitulée Catfish blues (Bluebird B8838). Elle est parfois citée comme la base du Rollin' Stone de Muddy Waters[12]. Au contraire, selon un biographe « ils chantaient Catfish Blues depuis des années dans le Delta, mais cela ne ressemblait jamais à Rollin 'Stone »[13]. La version de McClennan, intitulée Deep Sea Blues, est enregistrée le (Bluebird B9005)[11].

Rolling Stone[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, l'ancienne expression populaire « Rolling Stone », datant du début du XVIIe siècle, désigne « un randonneur, un vagabond, un bon à rien ». Elle est dérivée du dicton « Pierre qui roule n'amasse pas mousse », que l'on trouve dans un couplet de Five Hundred Points of Good Husbandry de Thomas Tusser (1573)[14] :

The stone that is rolling can gather no moss ;
For master and servant oft changing is loss.

Dans le blues, on retrouve ces mots dans de les paroles de Dad's Blues de Sylvester Weaver (1927), dans le titre Rolling Stone (part 1 & 2) enregistré par Robert Wilkins en 1928[14] et dans My Heart's A Rolling Stone de Jesse "Babyface" Thomas (1930). Auparavant, elle est déjà utilisée dans les titres d'autres genres musicaux comme A Rollicking Rolling Stone de Peter Dawson (1919), Carolina Rolling Stone de Vernon Dalhart (1921), I am Just a Rolling Stone d'Earl Burtnett (1927)[15] ou A Rolling Stone de Tex Morton (1949).

Muddy Waters[modifier | modifier le code]

Rollin 'Stone a été identifiée (avec Walkin' Blues, la face B du single) comme l’une des premières chansons que Muddy Waters ait appris à jouer, et une de ses préférées à ses débuts[8].

Qualifié de « morceau monocorde sombre et peu coloré » (a brooding, minor-hued drone piece)[8], Rollin' Stone est un blues au tempo modéré, voire lent, à quatre mesures (4/4), en clef de mi[16]. Bien que la section instrumentale utilise les accords IV et V, les sections vocales restent sur l'accord I[16], donnant à la chanson une qualité modale souvent présente dans les chansons de Delta blues. Muddy Waters ajoute les paroles suivantes aux vers traditionnels de Catfish blues :

Well my mother told my father just before I was born
I got a boy child comin', gonna be, gonna be a rollin' stone
Sho' enough he's a rollin' stone

Contrairement à la plupart de ses premiers enregistrements, qui ont un accompagnement de basse ou d'autres instruments, Rollin' Stone est une performance solo de Muddy Waters au chant et à la guitare électrique. Elle comporte « beaucoup d'espace vide... empreint du pouvoir d'une pause, de laisser la note suspendue dans l'air, dans l'attente de la suivante »[13].

Rollin' Stone est le premier disque de Muddy Waters édité par Chess Records, et le deuxième en tout pour ce label (les précédents étaient sur Aristocrat Records)[1],[17]. Il s'est vendu à 70 000 exemplaires[17].

Still a Fool[modifier | modifier le code]

Bien que Rollin' Stone se soit suffisamment vendu pour que Muddy Waters puisse quitter son emploi[13], la chanson n'entre pas dans les classements des meilleures ventes de disques. En 1951, il utilise le motif de guitare de Rollin' Stone pour Still a Fool[18]. Cette chanson rencontre plus de succès, se classant numéro 9 dans les charts rhythm & blues[5]. Plutôt qu'un jeu en solo, Muddy Waters (guitare et chant) est ici accompagné de Little Walter (seconde guitare) et de Leonard Chess (grosse caisse). Les versions suivantes de Rollin' Stone ou Catfish Blues utilisent souvent des paroles de Still a Fool (parfois appelées Two Trains Running après le premier couplet).

Influence et reconnaissance[modifier | modifier le code]

Le groupe anglais The Rolling Stones et le magazine Rolling Stone empruntent leurs nom au titre de cette chanson[8]. En 2000, elle est récompensée d'un Grammy Hall of Fame Award[6]. En 2004, elle est classée 459e dans la liste des « 500 plus grandes chansons de tous les temps » du magazine Rolling Stone[7], avec trois autres titres de Muddy Waters.

Catfish Blues de Robert Petway est intronisée au Blues Hall of Fame de la Blues Foundation en 2014 dans la catégorie « Enregistrement classique du Blues — Single »[9]. Rollin' Stone par Muddy Waters y fait son entrée en 2019[10].

Autres interprétations[modifier | modifier le code]

En 1966, sur sa reprise de Cat’s Squirrel de Doctor Ross, Cream enregistre une partie instrumentale avec le thème de Catfish Blues joué a l'harmonica, sur le LP Fresh Cream[11].

En 1967, Jimi Hendrix utilise Rollin' Stone (ainsi que Still a Fool) pour son Catfish Blues en hommage à Muddy Waters, chanson intégrée dans les albums BBC Sessions et Blues. Deux des morceaux emblématiques d'Hendrix, Voodoo Chile et Voodoo Child (Slight Return), sont développés à partir de ce Catfish Blues[19].

Johnny Winter a donné à la chanson un traitement comparable pour son album de 1968 The Progressive Blues Experiment.

Sur son premier album en 1969, le groupe Taste joue une version de la chanson simplement intitulée Catfish.

Humble Pie a repris la Rollin' Stone pour ses albums de 1971, Rock On (en) et Performance Rockin' the Fillmore.

En 1993, Paul Rodgers l’enregistre avec Jeff Beck pour Muddy Water Blues: A Tribute to Muddy Waters.


Parmi nombreux les artistes ayant interprété cette chanson, sous une forme ou une autre, on peut citer également :

Catfish blues[modifier | modifier le code]

Rollin' Stone[modifier | modifier le code]

Fishin' After Me[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Phil Wight et Fred Rothwell, « The Complete Muddy Waters Discography », Blues & Rhythm, no 200,‎ , p. 39
  2. (en) Robert Palmer, Muddy Waters : The Chess Box (notes du livret), MCA/Chess, , p. 28
  3. Rolling Stone magazine donne une date de sortie incorrecte : 1948.
  4. (en) Bill Dahl, « Muddy Waters », AllMusic (consulté le 3 juillet 2012)
  5. a et b (en) Gérard Herzhaft, Encyclopedia of the Blues, University of Arkansas Press, , 513 p. (ISBN 1-55728-252-8, lire en ligne), p. 442
  6. a et b (en) « Grammy Hall of Fame Awards », The Recording Academy, (consulté le 17 mars 2011)
  7. a et b (en) « 500 Greatest Songs of All Time », Rolling Stone, (consulté le 17 mars 2011)
  8. a b c d et e (en) Robert Palmer, Deep Blues, Penguin Books, , 310 p. (ISBN 0-14-006223-8), p. 104
  9. a et b (en) « “Catfish Blues” – Robert Petway (Bluebird 1941) », sur The Blues Foundation (consulté le 28 octobre 2018)
  10. a et b (en) « “Rollin’ Stone” – Muddy Waters (Chess, 1950) », sur blues.org, (consulté le 21 septembre 2019)
  11. a b et c Old_Debris, « Catfish blues », Au Pays du Blues (forum), (consulté le 29 août 2018)
  12. (en) Robert Palmer, Blues Masters Volume 8 : Mississippi Delta Blues (notes du livret). Various Artists., Los Angeles, Rhino Records, , p. 8
  13. a b et c (en) Robert Gordon, Can't Be Satisfied : The Life and Times of Muddy Waters, New York, Little, Brown and Company, , 408 p. (ISBN 0-316-32849-9, lire en ligne), p. 101
  14. a et b (en) Stephen Calt, Barrelhouse Words : A Blues Dialect Dictionary, University of Illinois Press, , 286 p. (ISBN 978-0-252-07660-2, lire en ligne), p. 203
  15. (en) « Search for rollin+stone », sur Discography of American Historical Recordings (consulté le 4 novembre 2020)
  16. a et b (en) Hal Leonard, The Blues, Milwaukee, Hal Leonard Corporation, (ISBN 0-7935-5259-1), « Rollin' Stone », p. 176
  17. a et b (en) Steve Chapple et Reebee Garofalo, Rock 'n' Roll Is Here to Pay : The History and Politics of the Music Industry, Chicago, Nelson Hall, (ISBN 978-0-88229-437-7), p. 37
  18. Chess 1480
  19. (en) Michael J. Fairchild, Jimi Hendrix : Blues (notes de CD), Universal City, Californie, MCA Records, , p. 22

Notes[modifier | modifier le code]