Relation entre les Noirs et les Juifs aux États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La relation entre les Noirs et les Juifs aux États-Unis, mêlant coopération et conflits a été l'objet d'études universitaires depuis les années 1970[1],[2],[3]. L'aspect le plus important de cette relation est la coopération qui exista entre les deux groupes au sein du Mouvement des droits civiques visant à la fin de la ségrégation raciale. Mais des conflits et controverses portant sur des sujets tels que le Black Power, le sionisme, l'affirmative action et le rôle des Juifs dans la traite des Noirs ont aussi marqué les rapports entre ces deux groupes.

Début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Marcus Garvey (1887–1940), un leader politique noir d'origine jamaïcaine fut l'un des père fondateurs du panafricanisme et dirigea la Universal Negro Improvement Association and African Communities League visant à l'amélioration du sort des Noirs et au retour des Afro-Américains en Afrique. Ces positions conduisirent de nombreux Juifs américains à le comparer aux leaders du sionisme[4]. Un des exemples illustrant ce parallèle est la volonté de Garvey que l'ancienne colonie d'Afrique orientale allemande soit octroyée aux Noirs à l'occasion de la conférence de paix de Paris (1919)[4]. Il est à noter cependant que Garvey, dans les colonnes de son journal, le Negro World critiquait régulièrement les Juifs, les accusant de vouloir nuire à la population noire de l'Amérique[5].

La médiatisation du lynchage de Leo Frank, un Juif de Géorgie en 1915 par des émeutiers sudistes contribua à rendre les Juifs plus sensibles au sort des Noirs dans le Sud et à la similarité entre leurs situations, créant un sentiment de solidarité entre ces deux populations[6], mais le procès eut aussi pour conséquence de dresser les Juifs contre les Noirs, les avocats défendant Frank ayant pointé l'implication dans l'affaire d'un gardien noir, Jim Conley qualifié de « nègre sale, dégoûtant, noir, ivrogne et menteur »[7].

On note dans les publications juives américaines du début du XXe siècle une sensibilité particulière face à la violence exercée contre les Noirs. Elle est souvent comparée aux pogroms exercés contre les Juifs en Europe de l'Est. Le rejet de ces actes est motivé par des principes de justice et le désir d'abolir le racisme institutionnel dans ce pays[8]. Durant les premières décennies du XXe siècle, les leaders de la communauté juive usèrent de leur influence et de leur pouvoir économique, appuyant les œuvres philanthropiques en direction de la population noire et exerçant un lobbying pour que soit garantie l'égalité des droits. L'historienne Hasia Diner souligne « qu'ils firent en sorte que leurs actions soient bien relayées dans les médias »[Note 1], ceci dans le cadre d'une stratégie visant à asseoir l'influence politique croissante des Juifs[9]. Julius Rosenwald, un philanthrope juif, consacra une large part de sa fortune au financement de l'éducation des noirs du Sud[10]. Les Juifs jouèrent un rôle majeur dans la fondation de la National Association for the Advancement of Colored People, une association qui joua un rôle historique dans la lutte pour l'égalité des droits des Afro-Américains. Parmi les Juifs qui en ont été membres, Joel Spingarn, son premier président, Arthur Spingarn, Henry Moskowitz, et plus récemment Jack Greenberg[11].

Relations économiques[modifier | modifier le code]

Après la guerre de Sécession, des commerçants et des propriétaires juifs entrèrent en relation commerciale avec des clients et des locataires noirs, répondant ainsi souvent àune demande non traitée par les autres entrepreneurs blancs. Cela fut le cas aussi bien dans les villes du Nord telles New York que dans la plupart des régions du Sud. Les commerçants juifs avaient tendance à être plus courtois avec la clientèle noire, les traitant avec plus d'égards que leurs concurrents[12]. Ainsi, les Noirs avaient souvent plus de contacts avec les Juifs qu'avec les autres Blancs[13].

En 1903, l'historien noir W. E. B. Du Bois indiquait que les Juifs étaient dans le Sud les successeurs des magnats esclavagistes : « Le Juif est l'héritier du magnat esclavagiste à Dougherty [Géorgie] ; et quand l'on va vers l'ouest, s'étendent à perte de vue champs de maïs et vergers luxuriants de pêches et de poires, on voit de tous côtés, à l'intérieur du périmètre de la forêt sombre une terre de Canaan. Cà et là, des contes de projets lucratifs, nés durant la période mouvante de la Reconstruction, sociétés de "rénovation", négociants en vin, minoteries et usines ; presque tous échouèrent, et le Juif en hérita »[14][Note 2].

Le romancier noir James Baldwin (1924–1987), qui a grandi à Harlem, a exprimé une opinion des Juifs représentative de celle de nombreux Noirs d'Harlem de cette époque : « [...] à Harlem [...] nos [...] propriétaires étaient des Juifs, et nous les détestions. Nous les détestions car ils étaient de mauvais propriétaires et ne prenaient pas soin des immeubles. Le propriétaire de l'épicerie était un Juif [...] Le boucher était un Juif et, oui, nous payions certainement plus pour de mauvais morceaux de viande que d'autres citoyens new-yorkais, et très souvent, nous rapportions des insultes à la maisons en même temps que notre viande [...] et le préteur sur gage était un Juif, peut être celui que nous détestions le plus[13],[15] » [Note 3].

Martin Luther King a souligné que l'un des aspects permettant d'expliquer l'antisémitisme noir est lié à la relation propriétaire-locataire : « Quand nous travaillions à Chicago, nous avons mené de nombreuses grèves de loyer dans le West Side, et il est malheureusement vrai que, dans la plupart des cas, les personnes contre qui nous avions à mener ces grèves étaient des propriétaires juifs [...] Nous vivions dans un appartement insalubre, appartenant à un Juif, comme bien d'autres, et nous avons dû rentrer en grève de loyer. Nous payions $94 pour quatre chambres délabrées et décrépites, et [...] nous découvrîmes que les Blancs [...] payaient seulement $78 par mois. Nous payions une taxe de 20 pour cent. Le Noir finit ainsi par payer une taxe de couleur, et cela est survenu dans des situations où les Noirs affrontaient des Juifs en tant que propriétaires et commerçants. Les affirmations irrationnelles qui ont été faites sont le résultat de ces confrontations »[16].[Note 4]

Industrie du spectacle[modifier | modifier le code]

Les producteurs juifs produisirent de nombreuses œuvres traitant de la thématique afro-américaine pour l'industrie du cinéma, Broadway et l'industrie musicale. Beaucoup de ces représentations des Noirs étaient bienveillantes, mais l'historien Michael Rogin pointe le fait que certaines de ces représentations pouvaient relever de l'exploitation[17].

Rogin traite aussi des situations lors desquelles des acteurs juifs tels Al Jolson interprétaient des personnages noirs en se grimant selon la technique du blackface. Rogin indique que de telles représentations n'étaient pas la manifestation d'un racisme ouvert, mais simplement un reflet des usages de cette époque, les Noirs ne pouvant en ce temps tenir des rôles principaux : « Les blackface des Juifs ne dénotaient pas un racisme juif distinctif, pas plus qu'elle ne produisirent un antisémitisme noir distinctif »[18] [Note 5]

L'historien Jeffrey Melnick souligne que des artistes juifs tels Irving Berlin et George Gershwin (compositeur de Porgy and Bess, un opéra traitant de la vie des Noirs) suscitèrent le mythe selon lequel ils étaient les interprètes idoines de la culture noire « poussant ainsi de côté les "véritables" Noirs américainsdans l'intervalle » [Note 6]. À contrecourant de l'opinion des musiciens noirs et des critiques selon lesquels les Juifs dans l'industrie musicale jouèrent un rôle pionnier pour l'adoption de la musique noire par le grand public, Melnick déclare que « bien que les Juifs comme les Africains-Américains aient nourri le discours sur l'affinité musicale, les fruits de ce travail revenaient exclusivement à ces derniers »[19],[20],[21] [Note 7]

Mouvement des droits civiques[modifier | modifier le code]

La coopération entre organisations juives et afro-américaines a culminé dans la période d'après-guerre, au point que l'on parle à ce propos d'âge d'or des relations judéo-afroaméricaines[22]. À cette époque, les dirigeants des deux groupes ont unis leurs force dans la lutte pour les droits civiques, mouvement visant à instaurer une véritable égalité entre personnes de toutes origines aux États-Unis. Les Juifs ont fondé et dirigé plusieurs des organisations qui se sont illustré dans ce combat[23]. Le point d'orgue de cette coopération est survenu lorsque le Civil Rights Act de 1964 a rendu illégale toute discrimination religieuse ou raciale à l'école ou dans les lieux publics et que le Voting Rights Act adopté en 1965 a mis fin aux limites touchant le vote des Noirs.

Cet engouement des Juifs pour la cause noire s'explique à la fois par la résonance spécifique que l'esclavage a dans la culture juive ainsi que par l'intérêt propre que les Juifs avaient à voir le sort des Noirs s'améliorer. Selon les termes de l'historien Greenberg, « Il est significatif que [...] un nombre disproportionné d'activistes blanc du mouvement des droits civiques aient aussi été Juifs. Les associations juives s'impliquèrent aux côtés de leurs homologues africaines-américaines d'une manière bien plus profonde et engagée que ce que firent d'autres organisations blanches principalement parce que leurs membres, leur interprétation des valeurs juives et l'intérêt personnel des Juifs les poussaient en ce sens »[24][Note 8].

Black power[modifier | modifier le code]

À partir de 1966, la collaboration entre Juifs et Noirs tend à s'effacer. Les Juifs opèrent une transition vers la classe moyenne et la bourgeoisie et se distancient de ce fait des Noirs. Dans le même temps, de nombreux leaders noirs, dont ceux du Black power deviennent plus insistants dans leurs demandes pour une plus grande égalité, critiquant souvent des Juifs parmi d'autres cibles blanches[25].

En 1966, la Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC) vote l'exclusion des Blancs au sein de sa direction, ce qui a pour conséquence le départ d'un certain nombre de dirigeants juifs de l'association[23][26].

L'intellectuel afro-américain Harold Cruse critique dans The Crisis of the Negro Intellectual paru en 1967 l'activisme des Juifs. Il leur reproche d'étouffer l'émergence d'une « conscience ethnique afro-américaine » précisément en raison de leur trop forte identification avec la cause des Noirs. Pour cet auteur, ainsi que pour d'autres activistes noirs, le rôle de médiateurs des Juifs américain entre les Noirs et la société blanche est « porteur de danger pour toutes les parties concernées » et les Noirs doivent eux-mêmes mettre fin à cette situation[27].

Les Hébreux noirs[modifier | modifier le code]

Les Hébreux noirs sont un ensemble de groupes d'origine afro-américaine, apparus au XIXe siècle et XXe siècle[28], affirmant être les descendant des tribus d'Israël et donc de former le peuple élu choisi par Dieu[29]. Les Hébreux noirs adhèrent, à des degrés divers, aux us et coutumes du judaïsme traditionnel. Leur judéité n'est généralement pas reconnue par les tenants du judaïsme rabbinique. Par ailleurs, nombreux sont les Hébreux noirs qui considèrent être les seuls véritables descendants des anciens Isrélites, niant donc la judéité des autres groupes se réclamant de cet héritage[30]. Certains groupes s'auto-désignent comme Israélites hébreux, d'autre comme des Hébreux noirs ou simplement comme Juifs[31][32],[33][34].

Elijah Muhammad, le fondateur de Nation of Islam soulignait que les Noirs, et non les Blancs ou les Juifs européanisés, formaient le peuple élu[35]. L'actuel dirigeant de cette association, Louis Farrakhan, rejette l'idée que les Juifs sont le peuple élu. Il affirme au contraire que ce statut revient aux Afro-américains. Dans un discours datant de 1985, il formule ainsi cette opinion : « J'ai un problème avec les Juifs [...] parce que je déclare à l'humanité qu'il ne sont pas le peuple choisi par Dieu. [...] Vous, peuple noir d'Amérique et de l'émisphère occidentale [l'êtes] »[36][Note 9].

Politique de discrimination positive[modifier | modifier le code]

De nombreux Noirs soutiennent la politique d'affirmative action mise en place à partir des années 1960 pour combler le fossé entre le niveau socio-économique des Noirs et des Blancs aux États-Unis tandis que nombre de Juifs désiraient s'en tenir à des principes méritocratiques. Cette différence de vues est l'un des facteurs expliquant la détérioration des relations entre les deux communautés dans les années 1970[23][37],[38]. Ce conflit naissant entre les deux communautés s'explique aussi par l'incapacité du mouvement des droits civiques à réaliser l'idéal de l'égalité des noirs ce qui a pour conséquence une recrudescence de l'engagement militant au sein de la population noire, ceci provoquant en retour une montée de l'anxiété et du ressentiment au sein de la population juive[25].

Une étude des actions en justice relatives à l'affirmaive action indique que les organisations juives s'opposaient généralement aux programmes de discrimination positive[39]. L'un des exemples les plus connus de cet antagonisme est l'affaire Regents of the University of California v. Bakke survenue en 1978, dans laquelle organisations juives et noires soutinrent des camps opposés[40].

Antisémitisme noir[modifier | modifier le code]

Certains leaders de la communauté afro-américaine ont tenu en public des propos antisémites reflétant plus largement l'existence de ce type de sentiments au sein d'une partie de la communauté noire. Ces propos concernaient l'hyper-agressivité supposée des Juifs, leur allégeance à Israël plutôt qu'aux USA, leur participation à la traite esclavagiste, leur domination économique oppressive[41]. Certains analystes estiment que cet antisémitisme noir est la conséquence d'un sentiment de jalousie et de rancune à l'égard d'une communauté autrefois défavorisée qui a réussi son ascension sociale[42].

L'activiste noir Sufi Abdul Hamid fut dans les années 1930 accusé d'antisémitisme. Cette personnalité assez fantasque mena en 1935 des boycotts contre des commerces de Harlem dont les propriétaires étaient souvent juifs, les accusant de discrimination à l'égard des Noirs[43],[44].

La confrontation entre Juifs et Noirs augmenta d'intensité dans les années 1980 suite aux propos antisémites de Jesse Jackson, alors candidat à l'élection présidentielle, en 1984, et à ceux de l'ancien ambassadeur aux Nations-unies Andrew Young[23],[45],[46].

Durant les émeutes de Crown Heights En 1991, à Brooklyn l'antisémitisme noir se traduit par le lynchage de Yankel Rosenbaum, un Juif orthodoxe du quartier[47].

Dans les années 1990, un nombre important d'incidents antisémites trouvent leur origine dans les campus universitaires, sous le prétexte de la prétendue domination juive dans la traite esclavagiste[48]. Le professeur Leonard Jeffries du City College of New York joue un rôle important dans la diffusion de cette thèse.

Nation of Islam[modifier | modifier le code]

Louis Farrakhan, le leader de la Nation of Islam a tenu plusieurs propos considérés comme étant antisémites par l'Anti-Defamation League

Nation of Islam, une organisation afro-américaine a été accusée à plusieurs reprises de propager un discours antisémite. Le fondateur de ce groupe, Elijah Muhammad incluait les Juifs dans ses attaques contre les Blancs accusés d'avoir eu une attitude raciste envers les Noirs, cependant il ne les considérait pas comme ayant eu un parti-pris plus négrophobe que l'ensemble des Blancs[49].

En revanche, d'autres responsables de Nation of Islam ont tenu des propos plus explicitement antisémites. Ainsi le porte-parole de l'organisation Khalid Abdul Muhammad a qualifié les Juifs de « suceurs de sang » dans l'un de ses discours en 1993. L'actuel président du groupe, Louis Farrakhan, a tenu un certain nombre de propos que l'Anti-Defamation League et d'autres organisations tiennent pour antisémites. Il a ainsi qualifié le judaïsme de « religion sale »[50] tandis qu'il indiquait que Hitler était un « très grand homme »[51],[52]. Farrakhan a cependant souligné qu'ils considérait que ces propos n'étaient pas de nature antisémite[53],[54],[55].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adams, Maurianne, Strangers & neighbors: relations between Blacks & Jews in the United States, 2000.
  • Bauman, Mark K. The quiet voices: southern rabbis and Black civil rights, 1880s to 1990s, 1997.
  • Berman, Paul, Blacks and Jews: Alliances and Arguments', 1995.
  • Cannato, Vincent The ungovernable City, 2002.
  • Diner, Hasia R. In the almost promised land: American Jews and Blacks, 1915–1935
  • Dollinger, Mark, « African American-Jewish Relations » dans Antisemitism: a historical encyclopedia of prejudice and persecution, Vol 1, 2005.
  • Forman, Seth, Blacks in the Jewish Mind: A Crisis of Liberalism, 2000.
  • Franklin, Vincent P., African Americans and Jews in the twentieth century: studies in convergence and conflict, 1998.
  • Friedman, Murray, What Went Wrong?: The Creation & Collapse of the Black-Jewish Alliance, 1995.
  • Friedman, Saul, Jews and the American Slave Trade, 1999.
  • Greenberg, Cheryl, Troubling the waters: Black-Jewish relations in the American century, 2006.
  • Hacker, Andrew (1999) « Jewish Racism, Black anti-Semitism », dans Strangers & neighbors: relations between Blacks & Jews in the United States, Maurianne Adams (Ed.). Univ of Massachusetts Press, 1999.
  • Kaufman, Jonathon, Broken alliance: the turbulent times between Blacks and Jews in America, 1995
  • Martin, Tony The Jewish Onslaught: Despatches from the Wellesley Battlefront, 1993
  • Melnick, Jeffrey Paul, A Right to Sing the Blues: African Americans, Jews, and American Popular Song, 2001.
  • Melnick, Jeffrey, Black-Jewish Relations on Trial: Leo Frank and Jim Conley in the New South, 2000.
  • Nation of Islam, The Secret Relationship Between Blacks and Jews, 1991.
  • Pollack, Eunice G, « African American Antisemitism », dans l'Encyclopedia of American Jewish history, Volume 1, Stephen Harlan Norwood.
  • Salzman, Jack and West, Cornel, Struggles in the promised land: toward a history of Black-Jewish relations, 1997
  • Salzman, Jack (Ed.) Bridges and Boundaries: African Americans and American Jews, 1992
  • Shapiro, Edward, Crown Heights: Blacks, Jews, and the 1991 Brooklyn Riot, 2006.
  • Webb, Clive, Fight Against Fear: Southern Jews and Black Civil Rights, 2003.
  • Weisbord, Robert G., and Stein, Arthur Benjamin, Bittersweet encounter: the Afro-American and the American Jew, Negro Universities Press, 1970
  • West, Cornel, Race Matters, 1993.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Greenberg, p. 1–3
  2. Webb, p. xii
  3. Forman, p. 1–2
  4. a et b Hill, Robert A., "Black Zionism: Marcus Garvey and the Jewish Question", in Franklin, p. 40–53
  5. Friedman, Saul S., 1999, Jews and the American Slave Trade, p. 1–2
  6. Diner, p. 3.
  7. Melnick, Jeffrey (2000). Black–Jewish Relations on Trial: Leo Frank and Jim Conley in the New South Univ. Press of Mississippi, 2000, p. 61. En anglais : « "dirty, filthy, black, drunken, lying, nigger." »
  8. Diner, Hasia R. "Drawn Together by Self-Interest", in Franklin, p. 27–39.
  9. Diner, p. 237
  10. Friedman, Saul, Jews and the American Slave Trade, p. 14
  11. Kaufman, p. 2
  12. Golden, Harry, "Negro and Jew: an Encounter in America", in Adams, p. 571
  13. a et b Cannato, p. 355
  14. DuBois, W.E.B. (1903) The Souls of Black Folk cité par Andrew Hacker dans Adams, p. 18
  15. James Baldwin, cité par Andrew Hacker, dans Adams, p. 19
  16. Martin Luther King, A Testament of Hope: The Essential Writings and Speeches of Martin Luther King, Jr., James Washington (Ed.), HarperCollins, 1990, p. 669
  17. Michael Rogin, "Black sacrifice, Jewish redemption", in Franklin, p. 87–101.
  18. Michael Rogin, Blackface, White Noise: Jewish Immigrants in the Hollywood Melting Pot, p. 68
  19. Melnick discussed in Forman, p. 14
  20. A Right to Sing the Blues: African Americans, Jews, and American Popular Song by Jeffrey Paul Melnick (2001), p. 196.
  21. A Right to Sing the Blues: African Americans, Jews, and American Popular Song de Jeffrey Paul Melnick (2001), p. 196.
  22. Greenberg, p. 2
  23. a, b, c et d Dollinger, p. 4–5
  24. Greenberg, p. 4
  25. a et b Greenberg, p. 13
  26. Carson, Clayborne. "Blacks and Jews in the Civil Rights movement: the case of SNCC", in Bridges and Boundaries (Salzman, Ed), p. 36–49.
  27. Forman, p. 11–12.
  28. (en) Yvonne Chireau, Black Zion: African American Religious Encounters with Judaism, New York, Oxford University Press,‎ 2000 (ISBN 0-19-511257-1), « Black Culture and Black Zion: African American Religious Encounters with Judaism, 1790–1930, an Overview »
  29. Finley, Stephen C., 2009, African American Religious Cultures, ABC-CLIO, p. 111–116, esp. p. 113.
  30. Adams, Maurianne (Ed). (1999), Strangers & neighbors: relations between Blacks & Jews in the United States. Voir partie II: "African-Americans as the Chosen People", notamment p. 84–101
  31. Ben-Jochannan, p. 306.
  32. Sholomo Ben Levy, « The Black Jewish or Hebrew Israelite Community », Jewish Virtual Library (consulté le 2007-12-15)
  33. « Black Hebrews », dans Black Hebrews, Franklin Park, N.J., Foreign Media Group,‎ 2006 (ISBN 1-60136-000-2)
  34. Tara Bahrampour, « They're Jewish, With a Gospel Accent », The New York Times,‎ 26 juin 2000 (lire en ligne)
  35. Muhammad , Elijah, 1973, The Fall of America, BooksGuide, p. 133
  36. Chireau, Yvonne Patricia, Black Zion: African American Religious Encounters with Judaism, Oxford University Press, 2000, p. 111
  37. Kaufman, p. 2.
  38. Forman, p. 21–22.
  39. Hill, Herbert "Black-Jewish Conflict in the Labor Context", in Franklin, p. 286
  40. Greenberg, pp, 13, 236–237
  41. Singh, Robert (1997), The Farrakhan Phenomenon: Race, Reaction, and the Paranoid Style in American, Georgetown University Press, p. 246
  42. West, p. 77
  43. McDowell, Winston C., "Keeping them 'In the same boat together'?" in Franklin, p. 208–236.
  44. Russell, Thadeus, "Sufi Abdul Hamid" in Harlem Renaissance lives from the African American National Biography, Henry Louis Gates (Ed.), 2009, p. 235–236.
  45. Kaufman, p. 3.
  46. « Jesse Jackson's 'Hymietown' Remark – 1984 », The Washington Post,‎ 1998-07-21 (lire en ligne)
  47. West, p. 75
  48. "African American Antisemitism in the 1999s" in Encyclopedia of American Jewish history, Volume 1 (Stephen Harlan Norwood, Eunice G. Pollack, Eds) p. 195
  49. Chireau, Yvonne Patricia, Black Zion: African American religious encounters with Judaism, Oxford University Press, 2000, p. 94
  50. E. R. Shipp, « Tape Contradicts Disavowal of 'Gutter Religion' Attack », The New York Times,‎ 29 juin 1984, A12
  51. Minister Farrakhan rebuts fraudulent "Judaism is a Gutter Religion" canard.
  52. « Letter from Louis Farrakhan » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 2014-10-06.
  53. Black Zion: African American Religious Encounters with Judaism, Yvonne Patricia Chireau, Nathaniel Deutsch, 2000, p. 91–113
  54. Kaufman, p. 1
  55. Dollinger, Mark. "Nation of Islam", in Antisemitism: A Historical Encyclopedia of Prejudice and Persecution, Volume 2, p. 484

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En anglais : "they made sure that their actions were well publicized".
  2. The Jew is the heir of the slave-baron in Dougherty [Georgia]; and as we ride westward, by wide stretching cornfields and stubby orchards of peach and pear, we see on all sides within the circle of dark forest a Land of Canaan. Here and there are tales of projects for money getting, born in the swift days of Reconstruction­, -'improvement' companies, wine companies, mills and factories; nearly all failed, and the Jew fell heir.
  3. "... in Harlem.... our ... landlords were Jews, and we hated them. We hated them because they were terrible landlords and did not take care of the buildings. The grocery store owner was a Jew... The butcher was a Jew and, yes, we certainly paid more for bad cuts of meat than other New York citizens, and we very often carried insults home along with our meats... and the pawnbroker was a Jew—perhaps we hated him most of all."
  4. "When we were working in Chicago, we had numerous rent strikes on the West Side, and it was unfortunately true that, in most instances, the persons we had to conduct these strikes against were Jewish landlords... We were living in a slum apartment owned by a Jew and a number of others, and we had to have a rent strike. We were paying $94 for four run-down, shabby rooms, and .... we discovered that whites ... were paying only $78 a month. We were paying 20 percent tax. The Negro ends up paying a color tax, and this has happened in instances where Negroes actually confronted Jews as the landlord or the storekeeper. The irrational statements that have been made are the result of these confrontations."
  5. "Jewish blackface neither signified a distinctive Jewish racism nor produced a distinctive black anti-Semitism".
  6. "elbowing out 'real' Black Americans in the process."
  7. "while both Jews and African-Americans contributed to the rhetoric of musical affinity, the fruits of this labor belonged exclusively to the former".
  8. « It is significant that ... a disproportionate number of white civil rights activists were [Jewish] as well. Jewish agencies engaged with their African American counterparts in a more sustained and fundamental way than did other white groups largely because their constituents and their understanding of Jewish values and Jewish self-interest pushed them in that direction. »
  9. « "I have a problem with Jews ... because I am declaring to the world that they are not the chosen people of God. ... You, the black people of America and the Western Hemisphere [are]." »