Reid Hoffman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Reid Hoffman
Description de cette image, également commentée ci-après
Reid Hoffman en 2011.
Nom de naissance Reid Garrett Hoffman
Naissance (50 ans)
Stanford, Californie
Nationalité américaine
Diplôme
Activité principale
Formation

Reid Hoffman, né le 5 août 1967 à Stanford en Californie, est un homme d'affaires et capital risqueur américain. Il fait partie des fondateurs du réseau social professionnel LinkedIn.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Reid Hoffman grandit à Berkeley. Il est le fils d'un couple d'avocats. Jugeant ses résultats scolaires médiocres, il s'inscrit lui-même à la Putney School (en), un internat situé dans le Vermont. Hoffman intègre l'université Stanford, où il fait la connaissance de Peter Thiel. Les deux amis sont élus au conseil étudiant (student senate)[1]. Hoffman étudie les neurosciences et choisit les systèmes symboliques (symbolic systems) comme matière principale[2]. Il obtient une licence (bachelor of science) en 1990 et bénéficie d'une bourse Marshall (en) afin de poursuivre ses études au Royaume-Uni. En 1993, il obtient une maîtrise (master of arts) en philosophie de l'université d'Oxford[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Alors qu'il semble promis à une carrière universitaire, Hoffman décide de se lancer dans le monde de l'entreprise[2]. En 1994, il est recruté par Apple et travaille au sein du groupe dédié à l'expérience utilisateur. Deux ans plus tard, il souhaite acquérir de l'experience en matière de gestion de produits et rejoint Fujitsu. En 1997, Hoffman assemble une équipe et fonde le site web de rencontre SocialNet, qui est racheté en 2001 par son concurrent MatchNet. L'homme d'affaires siège au conseil d'administration de Confinity, une société cofondée par Peter Thiel travaillant sur un système de paiement en ligne. Il décide de quitter SocialNet dès 2000 afin de rejoindre Confinity. La société fusionne avec X.com et donne naissance à PayPal. Hoffman occupe le poste de vice-président exécutif et gère les relations extérieures de l'entreprise, notamment avec Visa et MasterCard. En 2002, eBay fait l'acquisition de PayPal[1],[3].

Hoffman cofonde LinkedIn en 2003 et reste chief executive officer (CEO) jusqu'en 2007. Il assume ensuite la présidence du conseil d'administration. En 2009 il rejoint Greylock Partners, une firme de capital risque, qui participe au financement de startups[1].

En 2011, il siège au conseil d'administration de huit sociétés, dont Zynga et Mozilla Corporation[2].

Il participe à la réunion du Groupe Bilderberg de 2014, 2015, 2016 et 2017[4],[5],[6],[7],[8],[9],[10],[11].

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 2011, Reid Hoffman et Jeff Weiner reçoivent le prix « entrepreneur de l'année » parrainé par le cabinet d'audit financier Ernst & Young[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) David Rowan, « For LinkedIn Founder Reid Hoffman, Relationships Rule the World », Wired,
  2. a, b et c (en) Evelyn M. Rusli, « A King of Connections Is Tech’s Go-To Guy », The New York Times,
  3. (en) Jessica Guynn, « Business card? He has your profile », Los Angeles Timue skdjdw didw disvd sjszj dis wjsbs s dks dk es,
  4. Katrina Bishop, « Spies, CEOs and politicians arrive at Bilderberg », sur CNBC, (consulté le 7 juin 2017)
  5. (en) Charlie Skelton, « Bilderberg Group at 60: still keeping the things that matter private », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  6. « A Telfs-Buchen, en Autriche - Le monde selon Bilderberg », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « Bilderberg members: Who's going to the 2015 secret summit? », Telegraph.co.uk,‎ (lire en ligne)
  8. Josh Sanburn, « The World’s Most Powerful and Secret Group, Explained », sur Time (consulté le 7 juin 2017)
  9. (en) Charlie Skelton, « Bilderberg: still powerful but perhaps a bit more anxious this year », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  10. (es) « Albert Rivera debuta ante el Club Bilderberg », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  11. (es) « El Club Bilderberg vigilará de cerca a Trump en sus discusiones secretas », La Vanguardia,‎ (lire en ligne)
  12. Patricia Salentey, « Palmarès: les 40 entreprises américaines les plus innovantes », L'Entreprise,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :