Ray Kroc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ray Kroc
Description de l'image Ray_kroc_1976.jpg.
Naissance
Oak Park, Illinois
Décès (à 81 ans)
San Diego, Californie
Nationalité Drapeau des États-Unis américaine
Profession
Homme d'affaires, propriétaire de McDonald's.

Ray Kroc ( à Oak Park - (à 81 ans) à San Diego) est un pianiste, puis vendeur, devenu le milliardaire du hamburger en rachetant à 58 ans en 1961 la chaîne McDonald's aux deux frères Richard et Maurice McDonald.

Biographie[modifier | modifier le code]

La réplique du premier restaurant McDonald's.

Ray Kroc est le fils de Rose Mary (Hrach) et d'Alois "Louis" Kroc, famille d'origine tchèque[1]. Peu doué pour les études, il quitte définitivement l'école sans diplôme en 1917, et ment sur son âge lorsqu'il s'engage comme brancardier pour la Croix-Rouge sur le front français pendant la Première Guerre mondiale[2].

Après avoir exercé de nombreux métiers, Kroc crée une société de distribution pour vendre des machines à milk-shake de la marque Prince Castle et va faire preuve, d'après Peter Drucker, de sérendipité à l'âge de 52 ans[3]. Alors que les ventes de ces machines sont en baisse, il est intrigué par la grosse commande de huit de ses appareils du restaurant principal des frères McDonald en 1954. Kroc leur rend visite et découvre, dans leur fast-food de San Bernardino, en Californie, qu'ils ont inventé un procédé de fabrication de hamburgers à la chaîne. Impressionné par l'amabilité du service et la rentabilité de leur huit magasins drive-in, il devient leur agent exclusif chargé de développer leur franchise. En 1961, alors que la chaîne compte 228 restaurants, les désaccords stratégiques s'accumulent entre Kroc et les deux frères aux ambitions plus limitées. Souhaitant privilégier leur style de vie, ils acceptent en 1961 de revendre leur entreprise à Kroc pour 2,7 millions de dollars et 1,9 % de royalties sur les bénéfices[4]. Conscient que la standardisation des opérations est la clef du succès, il s'attache à la réduction des coûts (calibration au millimètre près de la taille des morceaux de viande, des tranches de pain et même des frites, utilisation de main-d'œuvre étudiante), et grâce au recours systématique au marketing, développe la franchise. Il crée en 1963, une université du hamburger (en) à Chicago. Tous les franchisés doivent y suivre une formation à l'issue de laquelle ils reçoivent un diplôme en « hamburgerologie »[5]. Kroc qui désormais s’autoproclame fondateur de la marque, consacre le restant de sa vie à agrandir son empire[6].

À la mort de Kroc en 1984, McDonald's compte 8.300 restaurants répartis aux États-Unis et à travers 34 pays[7]. En 1983, la chaîne a alors un chiffre d'affaires de 8 milliards de dollars, et la fortune personnelle de Kroc se monte à 600 millions de dollars.

Kroc achète l'équipe des Padres de San Diego en Ligue majeure de baseball le 25 janvier 1974 et en est le propriétaire jusqu'à sa mort en 1984[8].

Ses dictons[modifier | modifier le code]

Ce qui reste de plus évocateur de Ray Kroc ce sont ses centaines de dictons : « Aucun d'entre nous n'est aussi bon que tous ensemble », « Si deux gestionnaires d’une même entreprise ont les mêmes idées, l’un d’eux est inutile », ou encore « Tant que vous êtes vert, vous grandissez, dès que vous êtes mûr vous commencez à pourrir ».

Son instinct d'homme d'affaires impitoyable et sans remord resurgissait encore par ce dicton : « Un contrat, c'est comme un coeur, c'est fait pour être brisé ».

Le travail représentait pour Ray Kroc l’essentiel de sa vie : « Si vous avez du temps pour vous reposer, vous avez du temps pour nettoyer », « Le travail est le steak du hamburger de la vie », « Si vous pensez que la formation coûte cher, songez au prix de l'ignorance[9] ».

Cinéma[modifier | modifier le code]

En 2016, il est incarné par Michael Keaton dans Le Fondateur de John Lee Hancock[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1922, il épouse Ethel Fleming, la fille d'un propriétaire d'un hôtel au Michigan[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Paul Westman, Mary Molina, Ray Kroc. Mayor of McDonaldland, Dillon Press, , p. 5-6.
  2. (en) Paul Westman, Mary Molina, Ray Kroc. Mayor of McDonaldland, Dillon Press, , p. 15.
  3. Peter Drucker, Les Entrepreneurs, Pluriel, 1985, p. 41 et 45-46.
  4. John Love, McDonald's: Behind The Arches, Bantam, 1986, p. 38-42.
  5. Tristan Gaston-Breton, « Ray Kroc », sur lesechos.fr, .
  6. (en) Paul Westman, Mary Molina, Ray Kroc. Mayor of McDonaldland, Dillon Press, , p. 45.
  7. « 16 - Ray Kroc - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 28 août 2018)
  8. (en) Padres Hall of Fame, site des Padres de San Diego. Consulté le 15 juillet 2017.
  9. Maxime énoncée par Abraham Lincoln [1]
  10. (en) Peter Bradshaw, « The Founder review: Michael Keaton supersizes McDonald's and births Trump's US », sur the Guardian, (consulté le 28 août 2018)
  11. (en) Joanne Mattern, Ray Kroc: McDonald's Restaurants Builder, ABDO, (ISBN 9781616135591, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ray Kroc, L'Empire Mc Donald: la fabuleuse aventure du milliardaire du hamburger, Stanké, 1978, 279 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]