Rallye de Grande-Bretagne 1973

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rallye de Grande-Bretagne 1973
12e manche du championnat du monde des rallyes 1973
Généralités
Édition 29e édition du Rallye RAC
Pays hôte Royaume-Uni
Lieu Angleterre, Pays de Galle, Écosse
Date du 17 au 21 novembre 1973
Spéciales 70 (sur 80 prévues) (502,2 km)
Surface terre
Équipes 198 au départ, 91 à l'arrivée
Podiums
Classement pilotes
1. Drapeau : Finlande Timo Mäkinen
2. Drapeau : Royaume-Uni Roger Clark 3. Drapeau : Finlande Markku Alén
Rallye de Grande-Bretagne

Le Rallye de Grande-Bretagne 1973 (29th Daily Mirror RAC Rally), disputé du 17 au 21 novembre 1973[1], est la douzième manche du championnat du monde des rallyes 1973 (WRC), inauguré cette même année.

Contexte avant la course[modifier | modifier le code]

Le championnat du monde[modifier | modifier le code]

1973 est la première année du Championnat Mondial des Rallyes pour Marques, qui a succédé au 'Championnat d'Europe des Rallyes pour Marques', disputé de 1968 à 1972. Constitué de treize épreuves internationales, il est réservé aux voitures des catégories suivantes :

  • Groupe 1 : voitures de tourisme de série
  • Groupe 2 : voitures de tourisme spéciales
  • Groupe 3 : voitures de grand tourisme de série
  • Groupe 4 : voitures de grand tourisme spéciales
Article détaillé : Groupes numérotés de la FIA.

Le rallye RAC constitue l'avant-dernière épreuve d'une saison nettement dominée par Alpine-Renault, à qui le titre mondial ne peut plus échapper, son principal adversaire Fiat comptant plus de quarante points de retard. Officiellement, le titre n'est cependant pas acquis pour le constructeur français, les résultats de l'épreuve autrichienne étant suspendus à une décision de la FIA, à la suite d'une réclamation du constructeur allemand BMW, après disqualification l'ayant privé de la victoire dans cette manche.

L'épreuve[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rallye de Grande-Bretagne.
Jeep
L'édition 1972 fut remportée par Roger Clark sur Ford Escort RS (ici lors d'une épreuve historique).

Créé en 1932, tout d'abord épreuve de maniabilité et d'orientation, le rallye de Grande-Bretagne (communément appelé rallye RAC car organisé par le Royal Automobile Club) n'est devenu une véritable épreuve de vitesse qu'au début des années 1960. La compétition automobile étant interdite sur le réseau routier anglais, celui-ci n'est utilisé que pour le parcours de liaison, les épreuves spéciales étant disputées dans des parcs ou sur des chemins privés[2]. Le parcours est tenu secret, les concurrents ne découvrant l'itinéraire qu'au moment du départ, et les reconnaissances sont donc impossibles. Cette spécificité avantage les concurrents disputant régulièrement les rallyes nationaux britanniques, empruntant souvent les mêmes chemins. Les favoris sont donc les pilotes locaux, ainsi que les pilotes finlandais et suédois qui courent régulièrement outre-manche. La victoire de l'Anglais Roger Clark sur Ford Escort en 1972 a mis fin à la domination exercée par les Scandinaves depuis 1960.

Le parcours[modifier | modifier le code]

York
La cité de York, point central du rallye RAC.
  • départ : 17 novembre 1973 de York
  • arrivée : 21 novembre 1973 à York
  • distance : 3 580 km dont 502,2 km sur 70 épreuves spéciales (80 épreuves initialement prévues, soit 540,02 km)
  • surface : terre
  • Parcours divisé en trois étapes[1]

Première étape[modifier | modifier le code]

  • York - York, 1710 km (Angleterre et Pays de Galle), du 17 au 18 novembre
  • 32 épreuves spéciales, 217,29 km (37 épreuves initialement prévues, pour un total de 230,96 km)

Deuxième étape[modifier | modifier le code]

  • York - York, 1600 km (Angleterre et Écosse), du 19 au 20 novembre
  • 30 épreuves spéciales, 201,21 km (35 épreuves initialement prévues, pour un total de 225,36 km)

Troisième étape[modifier | modifier le code]

  • York - York, 270 km (Yorkshire), 21 novembre
  • 8 épreuves spéciales, 83,7 km

Les forces en présence[modifier | modifier le code]

Près de deux-cents équipages vont participer à cette épreuve où s'affrontent un grand nombre de constructeurs :

  • Ford

Vainqueur l'année précédente, Ford a engagé trois Escort RS1600 groupe 2 (2000 cm3, 235 ch à 8200 tr/min[3], environ 800 kg[4]) pour Roger Clark, Hannu Mikkola et Timo Mäkinen. Ces voitures sont, avec les BMW et les Datsun, les plus puissantes du plateau et données favorites de cette course. En plus des trois voitures d'usine, on compte un grand nombre d'Escort privées (les Ford représentent près de la moitié des engagés !), dont celles de Markku Alén, Andrew Cowan, Russell Brookes, Drew Gallacher ou Barry Lee, également très bien préparées et pouvant jouer les premiers rôles.

  • Alpine-Renault

Le RAC n'était initialement pas au programme du constructeur français, virtuellement champion du monde, qui a néanmoins engagé deux berlinettes A110 groupe 4 (1800 cm3, 175 chevaux, 710 kg[4]) pour Jean-Luc Thérier et Jean-Pierre Nicolas, quelques points supplémentaires pouvant s'avérer cruciaux dans le cas où le tribunal d'appel de la FIA annulerait le résultat de l'épreuve autrichienne. Les pilotes visent donc avant tout une place d'honneur. On note également la présence au départ de Pat Moss-Carlsson, sur une berlinette privée.

  • BMW
BMW 2002
La BMW 2002 groupe 2 (ici lors d'une course historique), une des principales concurrentes des Ford Escort.

Les 2002 groupe 2 engagées par l'usine disposent d'un moteur deux litres seize soupapes développant plus de 220 chevaux, dont le principal atout est la souplesse. Elles sont confiées à Björn Waldegård et Achim Warmbold. Malgré leur poids relativement important (1100 kg[5]), elles peuvent se montrer très efficaces sur les chemins forestiers. Avec les Saab, ce sont les principales concurrentes des Ford Escort dans cette épreuve.

  • Datsun

En plus des trois puissants coupés 240Z groupe 4 (moteur 2400 cm3 à injection) pilotés par Tony Fall, Harry Källström et Chris Slater, l'usine a engagé un coupé Sunny groupe 2(1300 cm3, 125 chevaux[1]) pour le Kényan Shekhar Mehta.

  • Fiat

Forfait lors de l'épreuve précédente, le constructeur italien a engagé deux spiders 124 rallye groupe 4 (1750 cm3, 170 ch, 960 kg[1]) pour Sergio Barbasio et Maurizio Verini. Ces voitures ne sont pas assez rapides pour jouer la victoire, d'autant que leurs pilotes ne sont pas spécialistes de l'épreuve britannique. Leur fiabilité peut néanmmoins leur permettre d'obtenir un classement correct.

  • Lancia

La Scuderia Lancia a engagé un seul équipage pour cette épreuve, pour Amilcare Ballestrieri. Il dispose d'une Fulvia HF(1600 cm3, 160 ch, 870 kg[4]), une voiture qui a remporté le RAC à deux reprises en 1969 et 1970 avec Harry Källström mais qui ne peut plus espérer figurer aux avant-postes face à des concurrentes bien plus puissantes.

  • Opel

Avec 24 voitures au départ, Opel est le constructeur le plus représenté après Ford. Parmi les équipages les plus en vue, on trouve les trois Ascona groupe 2 préparées par Irmscher (2 litres, 180 chevaux, 1050 kg[1]) et confiées à Rauno Aaltonen, Walter Röhrl et Lars Carlsson. Opel-Suède a également engagé deux Ascona groupe 2 pour Ove Eriksson et Anders Kulläng. Parmi les privés, Gunnar Blomqvist dispose d'une voiture identique, d'un niveau de préparation égal. Opel est aussi bien représenté en groupe 1, avec notamment les deux Commodore GSE engagées par le Greder Racing, pilotées par Henry Greder et Marie-Claude Beaumont.

  • Saab
V4
Les Saab 96 groupe 2 disposent d'un moteur Ford V4 de 165 chevaux.

Le constructeur suédois a engagé trois Saab 96 groupe 2 (moteur Ford V4 de 1850 cm3, 165 chevaux, environ 1100 kg[1]) pour Stig Blomqvist, Per Eklund et Simo Lampinen. Ces robustes voitures se sont toujours montrées très à l'aise sur les chemins britanniques, en particulier dans les ornières. Tapio Rainio, engagé à titre privé, dispose d'un modèle identique.

  • Toyota

Le TTE a engagé deux coupés Celica groupe 2 à moteur double arbre (1600 cm3, 160 ch[3], 1100 kg[1]) pour Ove Andersson et Leif Asterhag.

  • Volvo

Engagé à titre privé, le pilote suédois Per-Inge Walfridsson dispose d'une Volvo 142 S groupe 2 bénéficiant d'une préparation usine.

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

En raison de la crise pétrolière due à l'embargo de l'OPEP, les organisateurs ont, sur les conseils du gouvernement, amputé le parcours de dix épreuves spéciales, l'objectif étant de réduire les dépenses de carburant d'environ 10 %[6].

Première étape[modifier | modifier le code]

Les 198 équipages s'élancent de York le samedi 17 novembre à partir de neuf heures du matin, en direction de Northampton. Cette première étape les emmène au Pays de Galle, en passant par Birmingham, avant de les ramener à York par le même chemin. Le parcours étant tenu secret jusqu'au départ, les concurrents découvrent l'itinéraire au dernier moment.

Vainqueur l'année précédente, le Britannique Roger Clark (Ford Escort) attaque dès les premières spéciales et s’empare du commandement, juste devant son coéquipier Markku Alén, mais les écarts sont très faibles en ce début de course, les dix premiers n'étant séparés que par une poignée de secondes. Le Finlandais Timo Mäkinen, également sur Escort, porte une première estocade dans le troisième tronçon chronométré et prend la première place. Clark résiste et reprend de peu l'avantage dans la spéciale de Sutton Park, où bon nombre de concurrents se font piéger dans un virage qui suit une longue ligne droite de la forêt de Leicester. C'est tout d'abord Jean-Luc Thérier qui arrive trop vite et ne peut éviter la sortie de route. L'Alpine a peu souffert et le pilote normand peut repartir avec l'aide des spectateurs, nombreux en cet endroit. Hannu Mikkola (Ford Escort) n'a pas cette chance : sorti plus violemment, il doit abandonner, un doigt cassé à cause du retour de volant. Tony Fall quitte également la piste, brisant la direction de sa Datsun 240Z. Alén, qui effectue un brillant début de course, endommage également sa voiture à cet endroit, mais peut repartir, ayant perdu plus de cinq minutes et plongé de la troisième à la cent dix-septième place du classement général[3]. Au total vingt pilotes ne pourront éviter la sortie de route dans ce virage[6] ! Mäkinen compte alors neuf secondes de retard sur Clark, ils sont talonnés par Stig Blomqvist (Saab 96) et Björn Waldegård (BMW 2002).

Alors que Thérier abandonne rapidement (distributeur), Mäkinen se rapproche de Clark ; le Finlandais va se montrer régulièrement le plus rapide dans les forêts galloises, repassant en tête et laissant Clark, Waldegård et Blomqvist se disputer la seconde place. Grippé, Clark va perdre du terrain sur ses adversaires au cours de la nuit. Alors qu'il s'est installé en seconde position, ayant dépassé Waldegård, Blomqvist va percuter une souche. Ayant perdu peu de temps, il peut repartir mais la suspension a souffert et le pilote Saab va devoir renoncer quelques spéciales plus tard. Waldegård ne relâche pas la pression sur Mäkinen, prenant même brièvement la tête lorsque son adversaire part à la faute dans la seizième spéciale. Le pilote Ford reprend aussitôt l'avantage, qu'il va garder jusqu'au terme de cette première étape, rejoignant York le dimanche soir avec une avance de plus de trois minutes. Après un sérieux passage à vide durant la nuit, Clark, un moment devancé par l'Opel Ascona d'un brillant Walter Röhrl, a récupéré la troisième place lorsque l'Allemand a connu quelques soucis d'accélérateur et de freins. Alén, quant à lui, a effectué une impressionnante remontée et achève cette première partie du parcours en treizième position.

classement à l'issue de la première étape
Pos. Pilote Copilote Voiture Temps Écart Groupe
1 Drapeau : Finlande Timo Mäkinen Drapeau : Royaume-Uni Henry Liddon Ford Escort RS1600 2 h 58 min 47 s 2
2 Drapeau : Suède Björn Waldegård Drapeau : Suède Hans Thorszelius BMW 2002 Tii 3 h 02 min 21 s + 3 min 34 s 2
3 Drapeau : Royaume-Uni Roger Clark Drapeau : Royaume-Uni Tony Mason Ford Escort RS1600 3 h 02 min 41 s + 3 min 54 s 2
4 Drapeau : Allemagne Walter Röhrl Drapeau : Allemagne Jochen Berger Opel Ascona 3 h 03 min 34 s + 4 min 47 s 2
5 Drapeau : Finlande Simo Lampinen Drapeau : Suède Sölve Andreasson Saab 96 V4 3 h 04 min 07 s + 5 min 20 s 2
6 Drapeau : Suède Per Eklund Drapeau : Suède Bo Reinicke Saab 96 V4 3 h 04 min 41 s + 5 min 54 s 2
7 Drapeau : Suède Per-Inge Walfridsson Drapeau : Royaume-Uni John Jensen Volvo 142 S 3 h 05 min 02 s + 6 min 19 s 2
8 Drapeau : Royaume-Uni Barry Lee Drapeau : Royaume-Uni John Gittins Ford Escort RS1600 3 h 06 min 46 s + 7 min 59 s 2
9 Drapeau : Royaume-Uni Andrew Cowan Drapeau : Royaume-Uni Johnstone Syer Ford Escort RS1600 3 h 07 min 09 s + 8 min 22 s 2
10 Drapeau : France Jean-Pierre Nicolas Drapeau : France Claude Roure Alpine A110 1800 3 h 07 min 22 s + 8 min 35 s 4

Deuxième étape[modifier | modifier le code]

Les équipages rescapés repartent de York le lundi matin à 8 heures, cette fois en direction de Manchester. Ils vont ensuite rejoindre Carlisle, puis l'Écosse. Walter Röhrl n'ira toutefois pas si loin, l'axe de pompe à huile de son Opel ayant cassé alors qu'il occupait une belle quatrième place. Les pilotes britanniques Barry Lee et Andrew Cowan (tous deux sur Ford Escort et classés dans les dix premiers) doivent également abandonner en début d'étape, l'un sur sortie de route, le second sur problème mécanique. Confortablement installé en tête, Timo Mäkinen (Escort) se contente de contrôler son avance sur la BMW de Björn Waldegård et sur la seconde Escort de Roger Clark. La nuit écossaise est très froide et le verglas va piéger quelques concurrents, dont Clark (qui perd toutefois peu de temps), Maurizio Verini (Fiat) et Per Eklund (Saab), ce dernier perdant plus de cinq minutes et chutant de la cinquième à la huitième place.

Cette deuxième étape permet à Markku Alén d'effectuer un véritable festival au volant de son Escort : il remporte près de la moitié des épreuves spéciales et lorsque le rallye quitte l'Écosse pour regagner York, il est remonté en cinquième position, ayant réduit de deux minutes son retard sur les leaders, et se montre désormais menaçant pour Simo Lampinen (Saab), à moins d'une minute devant lui.

classement à l'issue de la deuxième étape
Pos. Pilote Copilote Voiture Temps Écart Groupe
1 Drapeau : Finlande Timo Mäkinen Drapeau : Royaume-Uni Henry Liddon Ford Escort RS1600 5 h 41 min 43 s 2
2 Drapeau : Suède Björn Waldegård Drapeau : Suède Hans Thorszelius BMW 2002 Tii 5 h 45 min 41 s + 3 min 58 s 2
3 Drapeau : Royaume-Uni Roger Clark Drapeau : Royaume-Uni Tony Mason Ford Escort RS1600 5 h 47 min 22 s + 5 min 39 s 2
4 Drapeau : Finlande Simo Lampinen Drapeau : Suède Sölve Andreasson Saab 96 V4 5 h 49 min 12 s + 7 min 29 s 2
5 Drapeau : Finlande Markku Alén Drapeau : Finlande Ilkka Kivimäki Ford Escort RS1600 5 h 50 min 03 s + 8 min 20 s 2
6 Drapeau : Suède Per-Inge Walfridsson Drapeau : Royaume-Uni John Jensen Volvo 142 S 5 h 53 min 33 s + 11 min 50 s 2
7 Drapeau : France Jean-Pierre Nicolas Drapeau : France Claude Roure Alpine A110 1800 5 h 55 min 21 s + 13 min 38 s 4
8 Drapeau : Suède Per Eklund Drapeau : Suède Bo Reinicke Saab 96 V4 5 h 56 min 09 s + 14 min 26 s 2
9 Drapeau : Suède Lars Carlsson Drapeau : Suède Peter Peterson Opel Ascona 5 h 56 min 51 s + 15 min 08 s 2
10 Drapeau : Suède Gunnar Blomqvist Drapeau : Suède Ingelov Blomqvist Opel Ascona 5 h 57 min 54 s + 16 min 11 s 2

Troisième étape[modifier | modifier le code]

La dernière partie du rallye se déroule le mercredi matin, à partir de sept heures. Cette courte boucle dans le Yorkshire ne compte que 80 kilomètres de tronçons chronométrés, mais les chemins verglacés vont cependant bouleverser des positions qui semblaient acquises. Les Ford Escort de Timo Mäkinen, Roger Clark et Markku Alén sont équipées d'un nouveau type de pneus particulièrement efficaces dans ces conditions, contrairement à la BMW de Björn Waldegård, beaucoup moins à l'aise. Ce dernier, qui ne peut inquiéter Mäkinen pour la victoire, cherche avant tout à préserver sa seconde place, menacée par Clark qui a retrouvé tout son mordant. Dans l'avant-dernière spéciale, le Suédois, qui compte encore une minute d'avance sur le Britannique, se fait surprendre dans un virage très glissant suivant un dos d’âne : arrivé trop vite, il sort de la route et effectue un demi tonneau. L'équipage va perdre une demi-heure avant de reprendre la course, chutant de la seconde à la septième place. Alén, qui était remonté en quatrième position après la mise hors-course de la Saab de Simo Lampinen (perte d'une roue), sort également de la route en cet endroit : il effectue un tonneau complet mais peut repartir presque aussitôt, ayant perdu peu de temps, seule la carrosserie de l'Escort ayant été endommagée. La course s'achève sur un triplé des Escort, Mäkinen l'emportant devant Clark et Alén. Auteur d'une course très régulière malgré trois remplacements de boîte de vitesses sur sa Volvo[1], Per-Inge Walfridsson prend une méritoire quatrième place, devant l'Alpine de Nicolas.

Classements intermédiaires[modifier | modifier le code]

Classements intermédiaires des pilotes après chaque épreuve spéciale[1].

Classement général[modifier | modifier le code]

Escort RS Mk1
Succès total pour les Ford Escort RS (ici lors d'une course historique), qui enlèvent les trois premières places.
Pos No  Pilote Copilote Voiture Temps Écart Groupe
1 13 Drapeau : Finlande Timo Mäkinen Drapeau : Royaume-Uni Henry Liddon Ford Escort RS1600 6 h 47 min 08 s 2
2 1 Drapeau : Royaume-Uni Roger Clark Drapeau : Royaume-Uni Tony Mason Ford Escort RS1600 6 h 52 min 23 s + 5 min 15 s 2
3 18 Drapeau : Finlande Markku Alén Drapeau : Finlande Ilkka Kivimäki Ford Escort RS1600 6 h 55 min 26 s + 8 min 18 s 2
4 31 Drapeau : Suède Per-Inge Walfridsson Drapeau : Royaume-Uni John Jensen Volvo 142 S 7 h 01 min 13 s + 14 min 05 s 2
5 8 Drapeau : France Jean-Pierre Nicolas Drapeau : France Claude Roure Alpine A110 1800 7 h 03 min 08 s + 16 min 00 s 4
6 21 Drapeau : Suède Gunnar Blomqvist Drapeau : Suède Ingelov Blomqvist Opel Ascona 7 h 05 min 44 s + 18 min 36 s 2
7 4 Drapeau : Suède Björn Waldegård Drapeau : Suède Hans Thorszelius BMW 2002 Tii 7 h 06 min 14 s + 19 min 06 s 2
8 29 Drapeau : Suède Lars Carlsson Drapeau : Suède Peter Peterson Opel Ascona 7 h 09 min 19 s + 22 min 11 s 2
9 37 Drapeau : Royaume-Uni Tony Fowkes Drapeau : Royaume-Uni Bryan Harris Ford Escort RS1600 7 h 09 min 46 s + 22 min 38 s 2
10 19 Drapeau : Italie Sergio Barbasio Drapeau : Italie Gino Macaluso Fiat 124 Rallye 1800 7 h 10 min 14 s + 23 min 06 s 4

Hommes de tête[modifier | modifier le code]

Vainqueurs d'épreuves spéciales[modifier | modifier le code]

Résultats des principaux engagés[modifier | modifier le code]

No  Pilote Copilote Voiture Groupe Classement général Class. groupe
1 Drapeau : Royaume-Uni Roger Clark Drapeau : Royaume-Uni Tony Mason Ford Escort RS1600 2 2e à 5 min 15 s 2e
2 Drapeau : Suède Stig Blomqvist Drapeau : Suède Arne Hertz Saab 96 V4 2 ab. dans la première étape (suspension endommagée dans ES19) -
3 Drapeau : France Jean-Luc Thérier Drapeau : France Michel Vial Alpine A110 1800 4 ab. dans ES7 (distributeur) -
4 Drapeau : Suède Björn Waldegård Drapeau : Suède Hans Thorszelius BMW 2002 Tii 2 7e à 19 min 06 s 6e
5 Drapeau : Suède Harry Källström Drapeau : Suède Claes Billstam Datsun 240Z 4 14e à 27 min 28 s 3e
6 Drapeau : Finlande Hannu Mikkola Drapeau : Royaume-Uni John Davenport Ford Escort RS1600 2 ab. dans ES6 (accident) -
7 Drapeau : Suède Per Eklund Drapeau : Suède Bo Reinicke Saab 96 V4 2 ab. dans ES77 (perte d'une roue) -
8 Drapeau : France Jean-Pierre Nicolas Drapeau : France Claude Roure Alpine A110 1800 4 5e à 16 min 00 s 1er
9 Drapeau : Suède Ove Andersson Drapeau : Royaume-Uni Geraint Phillips Toyota Celica 2 12e à 24 min 09 s 10e
10 Drapeau : Finlande Rauno Aaltonen Drapeau : Royaume-Uni Paul Easter Opel Ascona 2 ab. dans la première étape (moteur) -
11 Drapeau : Allemagne Achim Warmbold Drapeau : France Jean Todt BMW 2002 Tii 2 15e à 28 min 50 s 12e
12 Drapeau : Suède Ove Eriksson Drapeau : Suède Björn Cederberg Opel Ascona 2 ab. dans la première étape (moteur) -
13 Drapeau : Finlande Timo Mäkinen Drapeau : Royaume-Uni Henry Liddon Ford Escort RS1600 2 1er 1er
14 Drapeau : Finlande Simo Lampinen Drapeau : Suède Sölve Andreasson Saab 96 V4 2 hors-course après ES78 (hors-délais) -
15 Drapeau : Suède Anders Kulläng Drapeau : Suède Donald Karlsson Opel Ascona 2 ab. dans la première étape (accident) -
16 Drapeau : Italie Amilcare Ballestrieri Drapeau : Italie Silvio Maiga Lancia Fulvia HF 4 ab. dans la troisième étape (accident) -
17 Drapeau : Royaume-Uni Tony Fall Drapeau : Royaume-Uni Mike Wood Datsun 240Z 4 ab. dans ES6 (accident) -
18 Drapeau : Finlande Markku Alén Drapeau : Finlande Ilkka Kivimäki Ford Escort RS1600 2 3e à 8 min 18 s 3e
19 Drapeau : Italie Sergio Barbasio Drapeau : Italie Gino Macaluso Fiat 124 Rallye 1800 4 10e à 23 min 06 s 2e
20 Drapeau : Royaume-Uni Andrew Cowan Drapeau : Royaume-Uni Johnstone Syer Ford Escort RS1600 2 ab. dans la deuxième étape (demi-arbre) -
21 Drapeau : Suède Gunnar Blomqvist Drapeau : Suède Ingelov Blomqvist Opel Ascona 2 6e à 18 min 36 s 5e
22 Drapeau : Royaume-Uni Chris Slater Drapeau : Royaume-Uni Martin Holmes Datsun 240Z 4 ab. dans ES29 (accident) -
24 Drapeau : Finlande Tapio Rainio Drapeau : Finlande Klaus Lehto Saab 96 V4 2 ab. dans la deuxième étape (moteur) -
26 Drapeau : Allemagne Walter Röhrl Drapeau : Allemagne Jochen Berger Opel Ascona 2 ab. dans la deuxième étape (pompe à huile) -
27 Drapeau : Kenya Shekhar Mehta Drapeau : Royaume-Uni Keith Wood Datsun Sunny 2 37e à 1 h 08 min 06 s  ?
28 Drapeau : Italie Maurizio Verini Drapeau : Italie 'Ninni' Russo Fiat 124 Rallye 1800 4 19e à 38 min 54 s 4e
29 Drapeau : Suède Lars Carlsson Drapeau : Suède Peter Peterson Opel Ascona 2 8e à 22 min 11 s 7e
30 Drapeau : Suède Bror Danielsson Drapeau : Suède Ulf Sundberg BMW 2002 1 16e à 32 min 22 s 1er
31 Drapeau : Suède Per-Inge Walfridsson Drapeau : Royaume-Uni John Jensen Volvo 142 S 2 4e à 14 min 05 s 4e
33 Drapeau : Kenya Vic Preston Jr Drapeau : Royaume-Uni Paul White Ford Escort RS1600 2 ab. dans la première étape (joint de culasse) -
36 Drapeau : France Henry Greder Drapeau : Royaume-Uni Peter Jopp Opel Commodore GSE 1 48e 5e
37 Drapeau : Royaume-Uni Tony Fowkes Drapeau : Royaume-Uni Bryan Harris Ford Escort RS1600 2 9e à 22 min 38 s 8e
39 Drapeau : France Marie-Claude Beaumont Drapeau : France Christine Giganot Opel Commodore GSE 1 ab. dans ES77 (pression d'huile) -
41 Drapeau : Royaume-Uni Barry Lee Drapeau : Royaume-Uni John Gittins Ford Escort RS1600 2 ab. dans ES44 (accident) -
44 Drapeau : Royaume-Uni Donald Heggie Drapeau : Royaume-Uni George Dean Ford Escort RS1600 2 18e à 38 min 02 s 14e
45 Drapeau : Royaume-Uni Colin Malkin Drapeau : Royaume-Uni Brian Coyle Hillman Avenger 2 17e à 33 min 14 s 13e
46 Drapeau : Royaume-Uni Drew Gallacher Drapeau : Royaume-Uni Ian Muir Ford Escort RS1600 2 13e à 25 min 29 s 11e
47 Drapeau : Royaume-Uni Pat Moss-Carlsson Drapeau : Royaume-Uni Elizabeth Crellin Alpine A110 4 ab. dans la première étape (accident) -
48 Drapeau : Royaume-Uni Russell Brookes Drapeau : Royaume-Uni John Brown Ford Escort RS1600 2 ab. dans ES6 (accident) -
51 Drapeau : Norvège Erik Aaby Drapeau : Norvège Egil Moreite Opel Ascona 2 11e à 23 min 42 s 9e
60 Drapeau : Royaume-Uni Andy Dawson Drapeau : Royaume-Uni Peter Valentine Hillman Avenger 2 24e à 50 min 54 s 17e
65 Drapeau : Royaume-Uni Christopher Beynon Drapeau : Royaume-Uni Lyn Andrews Ford Escort TwinCam 2 ab. -
71 Drapeau : Royaume-Uni Kevin Videan Drapeau : Royaume-Uni Peter Rusforth Datsun 240Z 4 21e à 45 min 47 s 5e
111 Drapeau : Royaume-Uni Chris Wathen Drapeau : Canada Brian Hillis Ford Escort RS1600 2 ab. -
120 Drapeau : Pologne Marek Gierowski Drapeau : Royaume-Uni John Taylor Porsche Carrera RS 4 ab. -
145 Drapeau : Royaume-Uni Peter Doughty Drapeau : Royaume-Uni Richard Shelmerdine Ford Escort Mexico 1 ab. -
150 Drapeau : Royaume-Uni Graham Taylor Drapeau : Canada Brian McLean Ford Escort RS1600 2 ab. -

Classement du championnat à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

  • attribution des points : 20, 15, 12, 10, 8, 6, 4, 3, 2, 1 respectivement aux dix premières marques de chaque épreuve (sans cumul, seule la voiture la mieux classée de chaque constructeur marque des points)
  • seuls les huit meilleurs résultats (sur treize épreuves) sont retenus pour le décompte final des points[6]. Fiat doit donc décompter les trois points acquis au Safari, les trois points acquis en Finlande et le point acquis en Grande-Bretagne.
Alpine A110
À l'issue de l'épreuve britannique, Alpine est définitivement assuré de remporter le titre mondial, même en cas d'annulation de son résultat en Autriche.
Classement des marques
Pos. Marque Points Drapeau : Monaco
M-C
Drapeau : Suède
SUE
Drapeau : Portugal
POR
Drapeau : Kenya
SAF
Drapeau : Maroc
MAR
Drapeau : Grèce
ACR
Drapeau : Pologne
POL
Drapeau : Finlande
FIN
Drapeau : Autriche
AUT
Drapeau : Italie
SAN
Drapeau : États-Unis
PRE
Drapeau : Royaume-Uni
RAC
Drapeau : France
COR
1 Alpine-Renault 135 20 12 20 - 20 20 - - 15 20 - 8
2 Fiat 84 (91) 4 8 10 (3) 6 15 20 (3) 6 15 - (1)
3 Ford 66 10 - 2 - - 4 - 20 - - 10 20
4 Volvo 44 - 2 - - 2 - - 15 - - 15 10
5 Saab 42 - 20 - - - - - 10 12 - - -
6 Datsun 34 2 - - 20 - - - - - - 12 -
7 Citroën 33 - - 12 - 15 6 - - - - - -
8 BMW 28 - 4 - - - - - - 20 - - 4
9 Toyota 25 - - - - - 2 - - 3 - 20 -
10 Porsche 24 - - 8 - - - - 12 4 - - -
11 Opel 21 - 1 4 - - - - 8 - 2 - 6
12 Polski Fiat 18 - - - - - - 12 - - - 6 -
13 Lancia 16 3 10 - - - - - - - 3 - -
14 Wartburg 15 - - - - - - 15 - - - - -
14= Volkswagen 15 - 6 - - - 8 - - 1 - - -
16 Peugeot 13 - - - 12 1 - - - - - - -
17 Mitsubishi 4 - - - 4 - - - - - - - -
18 Škoda 3 - 3 - - - - - - - - - -
19 Audi 1 - - - - - 1 - - - - - -
  • À noter : le classement ci-dessus intègre le reclassement de la BMW de l'équipage Warmbold-Todt, initialement disqualifiée par les organisateurs, à la première place de l'épreuve autrichienne. Les résultats du rallye autrichien des Alpes ne furent entérinés qu'au premier trimestre 1974[7]. Ci-dessous les positions provisoires du championnat effectives après le Rallye de Grande-Bretagne, prenant en compte la disqualification de BMW en Autriche, telles que publiées en 1973 :
  1. Alpine-Renault : 140 points
  2. Fiat : 86 points
  3. Ford : 66 points
  4. Saab : 45 points
  5. Volvo : 44 points
  6. Datsun : 34 points
  7. Citroën : 33 points
  8. Toyota et Porsche : 26 points

etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Christian Vella, Champion du monde des rallyes, PAC éditions, , 333 p.
  2. Michel Morelli et Gérard Auriol, Histoire des rallyes : de 1951 à 1968, Boulogne-Billancourt, ETAI, , 208 p. (ISBN 978-2-7268-8762-2)
  3. a, b et c Revue L'Automobile n° 332 - janvier 1974
  4. a, b et c Revue Moteurs-courses n°99 - 15 mars 1973
  5. Revue Sport Auto n°142 - novembre 1973
  6. a, b et c Revue Sport Auto no 144 - janvier 1974
  7. Revue L'Automobile no 335 - avril 1974