Rallye autrichien des Alpes 1973

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rallye autrichien des Alpes 1973
9e manche du championnat du monde des rallyes 1973
Généralités
Édition 44e édition du Österreichische Alpenfahrt
Pays hôte Autriche
Date du 12 au 14 septembre 1973
Spéciales 27 (sur 31 prévues) (310,5 km)
Surface terre
Équipes 74 au départ, 25 à l'arrivée
Podiums
Classement pilotes
1. Drapeau : Allemagne Achim Warmbold
2. Drapeau : France Bernard Darniche 3. Drapeau : Suède Per Eklund

Le Rallye autrichien des Alpes 1973 (44. Österreichische Alpenfahrt), disputé du 12 au 14 septembre 1973[1], est la neuvième manche du championnat du monde des rallyes 1973 (WRC), inauguré cette même année.

Contexte avant la course[modifier | modifier le code]

Le championnat du monde[modifier | modifier le code]

1973 est la première année du Championnat Mondial des Rallyes pour Marques, qui a succédé au 'Championnat d'Europe des Rallyes pour Marques', disputé de 1968 à 1972. Constitué de treize épreuves internationales, il est réservé aux voitures des catégories suivantes :

  • Groupe 1 : voitures de tourisme de série
  • Groupe 2 : voitures de tourisme spéciales
  • Groupe 3 : voitures de grand tourisme de série
  • Groupe 4 : voitures de grand tourisme spéciales
Article détaillé : Groupes numérotés de la FIA.

Cette première édition du championnat se dispute entre les constructeurs Alpine-Renault et Fiat, qui ont prévu de participer à la majorité des épreuves. Avec quatre victoires (Monte-Carlo, Portugal, Maroc et Acropole), Alpine domine la compétition, son adversaire n'ayant remporté qu'une manche en Pologne.

L'épreuve[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rallye autrichien des Alpes.

Disputé pour la première fois en 1910, le Rallye autrichien des Alpes fut longtemps considéré comme l'une des épreuves les plus difficiles. Après la seconde guerre mondiale, pour raisons économiques, il fut également ouvert aux motocyclettes, les voitures ne devenant majoritaires qu'à partir du milieu des années 1960. Avant son intégration au premier championnat du monde des rallyes, l'épreuve compta pour le championnat d'Europe en 1964, puis de 1966 à 1969, ainsi qu'aux trois éditions ultérieures du Championnat international des marques.

Le parcours[modifier | modifier le code]

Lunzer See
Le lac Lunzer (Lunzer See), terme de la deuxième étape
  • départ : 12 septembre 1973 de Baden
  • arrivée : 14 septembre 1973 à Baden
  • distance : 2 265 km dont 310,5 km sur 27 épreuves spéciales (28 épreuves effectivement disputées dont une neutralisée, pour un total de 325,5 km chronométrés[2])
  • surface : terre, à l'exception de la première épreuve spéciale disputée sur asphalte
  • Parcours divisé en trois étapes[3]

Première étape[modifier | modifier le code]

  • Baden - Ottenstein, 1 009 km, du 12 au 13 septembre
  • 11 épreuves spéciales (1 sur asphalte, 10 sur terre), 126,5 km

Deuxième étape[modifier | modifier le code]

  • Ottenstein - Lunzer See, 608 km, du 13 au 14 septembre
  • 8 épreuves spéciales (terre), 98 km

Troisième étape[modifier | modifier le code]

  • Lunzer See - Baden, 683 km, 14 septembre
  • 8 épreuves spéciales (terre), 86 km (9 épreuves disputées, mais résultat de l'épreuve de Freingraben annulé par la CSI)

Les forces en présence[modifier | modifier le code]

  • Alpine-Renault
A110
L'Alpine A110 groupe 4 de 1973

Le constructeur dieppois a engagé deux berlinettes A110 groupe 4 (moteurs 1 800 cm3 préparés par Mignotet, développant 175 chevaux), pour les équipages Bernard Darniche - Alain Mahé et Jean-Pierre Nicolas - Michel Vial. Toutes deux sont équipées d'un pont autobloquant et pèsent environ 710 kg[4]. La voiture de Darniche est neuve, alors que Nicolas dispose de celle pilotée par Jean-Luc Thérier au Rallye de Pologne. Thérier est absent en Autriche, engagé au Tour de France automobile qui se dispute à la même période. Avec un rapport poids/puissance très favorable, les Alpine sont une nouvelle fois parmi les favorites de l'épreuve, leur faible garde au sol pouvant toutefois constituer un handicap sur les chemins à ornières de la première étape[3]. Le pilote local Walter Roser dispose quant à lui d'une version 1 600 cm3, engagée à titre privé.

  • BMW

Comme à l'Acropole, l'usine a engagé deux 2002 groupe 2 à moteur deux litres seize soupapes préparées par Schnitzer et développant près de 220 chevaux pour Achim Warmbold - Jean Todt et Björn Waldegård - Hans Thorszelius. Ces voitures, qui pèsent environ 1 100 kg[5], sont les plus puissantes du plateau et devraient se montrer redoutables sur les rapides pistes autrichiennes.

  • Fiat

Seul à disputer l'intégralité du championnat, le constructeur italien a engagé trois spiders 124 rallye groupe 4 (1 750 cm3, 165 ch, 960 kg[3]) pour Håkan Lindberg (vainqueur ici l'année précédente), Raffaele Pinto et Alcide Paganelli. Moins rapides que leurs principales concurrentes, les Fiat ont pour atout majeur leur fiabilité.

  • Opel
Opel Ascona
Une Opel Ascona groupe 2 (vue ici lors d'une épreuve historique) : 180 chevaux pour les versions les plus affûtées.

Pas de participation usine pour Opel, mais la filiale de GM peut toutefois compter sur la présence de Walter Röhrl qui dispose d'une Ascona groupe 2 préparée par Irmscher (2 litres, 180 chevaux, 1 050 kg[3]). Au volant d'une voiture engagée par Hella, Gunnar Blomqvist peut également viser une place d'honneur.

  • Porsche

L'Autrichien Klaus Russling dispose d'une Carrera groupe 4 engagée par l'écurie Leru.

  • Saab

L'épreuve autrichienne convient bien aux Saab 96, très à l'aise dans les chemins à ornières malgré leurs 1 100 kg. Deux voitures ont été engagées pour Stig Blomqvist et Per Eklund. Leur moteur Ford V4 de 1 850 cm3 développe maintenant 165 chevaux[3], une puissance équivalente à celle des Fiat.

  • Toyota

Ove Andersson, vainqueur de l'épreuve en 1971, dispose d'une Toyota Celica groupe 2 à moteur double arbre (1 600 cm3, plus de 150 ch, 1 100 kg[3]) engagée par le TTE.

  • Volkswagen

Trois 1303 S groupe 2 (1 600 cm3, plus de 130 ch, boîte 5 vitesses, 920 kg) préparées par Porsche-Autriche[3] sont au départ, pilotées par Tony Fall, Harry Källström et Günther Janger. Le jeune espoir autrichien Franz Wittmann dispose d'une voiture identique, semi-officielle[6].

  • Citroën

Z Team a engagé une DS 23 groupe 2 (2 495 cm3, 185 ch, 1 400 kg) pour le pilote autrichien Richard Bochnicek[2].

Déroulement de la course[modifier | modifier le code]

Première étape[modifier | modifier le code]

Sur 96 équipages inscrits, seuls 74 équipages prennent le départ de la ville thermale de Baden[6], à environ 25 kilomètres au sud de Vienne. La première épreuve spéciale, longue de onze kilomètres, est la seule se disputant sur asphalte. D'emblée, le pilote allemand Achim Warmbold exploite la puissance de sa BMW pour dominer ses adversaires, prenant une seconde au kilomètre aux meilleurs d'entre eux emmenés par Bernard Darniche (Alpine) et Walter Röhrl (Opel). Les épreuves suivantes, sur terre, comportent de longues lignes droites et permettent à Warmbold de conforter son avance. Darniche perd plus de deux minutes à cause d'une sortie de route (manquant de garde au sol, la berlinette a décollé sur une ornière et s'est posée sur le talus), cédant la seconde place à Röhrl. Les Saab se montrent également très rapides, et Stig Blomqvist, après un début de course prudent, remonte rapidement à la troisième place. Warmbold se construit une avance de plus d'une minute, avant de lever un peu le pied en fin d'étape, étape que Blomqvist finit en trombe, arrachant la seconde place à Röhrl. Ce dernier va d'ailleurs devoir abandonner sur le parcours routier quelques kilomètres avant l'arrivée à Ottenstein, différentiel cassé, permettant à la seconde Saab pilotée par Per Eklund de prendre la troisième place.

Saab 96
Une Saab 96 groupe 2. Très efficace sur les pistes autrichiennes, ce modèle permet à Blomqvist et à Eklund de se positionner aux avant-postes de la course.
classement à l'issue de la première étape
Pos. Pilote Copilote Voiture Temps Écart Groupe
1 Drapeau : Allemagne Achim Warmbold Drapeau : France Jean Todt BMW 2002 Tii 1 h 28 min 35 s 7 2
2 Drapeau : Suède Stig Blomqvist Drapeau : Suède Arne Hertz Saab 96 V4 1 h 29 min 46 s 0 + 1 min 10 s 3 2
3 Drapeau : Suède Per Eklund Drapeau : Suède Bo Reinicke Saab 96 V4 1 h 30 min 17 s 4 + 1 min 41 s 7 2
4 Drapeau : France Jean-Pierre Nicolas Drapeau : France Michel Vial Alpine A110 1800 1 h 30 min 55 s 0 + 2 min 19 s 3 4
5 Drapeau : Suède Björn Waldegård Drapeau : Suède Hans Thorszelius BMW 2002 Tii 1 h 31 min 03 s 1 + 2 min 27 s 4 2
6 Drapeau : France Bernard Darniche Drapeau : France Alain Mahé Alpine A110 1800 1 h 31 min 54 s 7 + 3 min 19 s 0 4
7 Drapeau : Italie Alcide Paganelli Drapeau : Italie ‘Ninni’ Russo Fiat 124 Rallye 1800 1 h 32 min 07 s 7 + 3 min 32 s 0 4
8 Drapeau : Autriche Klaus Russling Drapeau : Autriche Wolfgang Weiß Porsche Carrera 1 h 32 min 13 s 0 + 3 min 37 s 3 4
9 Drapeau : Suède Håkan Lindberg Drapeau : Italie Helmut Eisendle Fiat 124 Rallye 1800 1 h 32 min 20 s 7 + 3 min 45 s 0 4
10 Drapeau : Suède Ove Andersson Drapeau : Suède Gunnar Häggbom Toyota Celica 1 h 33 min 06 s 0 + 4 min 30 s 3 2

Deuxième étape[modifier | modifier le code]

Les concurrents reprennent la route après seulement trois heures de repos. Aux avant-postes, Warmbold et Blomqvist continuent à assurer le spectacle. Touchant une borne kilométrique en début d'étape, Warmbold a endommagé le train arrière de sa BMW, mais son assistance parvient à réparer dans les délais et le pilote allemand conserve l'avantage. Menant sa Saab à la cravache, Blomqvist parvient à revenir à une trentaine de secondes de son adversaire, mais doit bientôt abandonner, différentiel cassé. Warmbold compte désormais trois minutes d'avance sur la Saab de Per Eklund, qui connaît quelques soucis de moteur (joint de culasse). Nicolas (Alpine) et Waldegård (BMW) se disputent la troisième place, à quatre minutes de l'homme de tête qui semble avoir la situation bien en main au terme de cette deuxième étape.

classement à l'issue de la deuxième étape
Pos. Pilote Copilote Voiture Temps Écart Groupe
1 Drapeau : Allemagne Achim Warmbold Drapeau : France Jean Todt BMW 2002 Tii 2 h 39 min 48 s 9 2
2 Drapeau : Suède Per Eklund Drapeau : Suède Bo Reinicke Saab 96 V4 2 h 42 min 49 s 6 + 3 min 00 s 7 2
3 Drapeau : France Jean-Pierre Nicolas Drapeau : France Michel Vial Alpine A110 1800 2 h 43 min 46 s 4 + 3 min 57 s 5 4
4 Drapeau : Suède Björn Waldegård Drapeau : Suède Hans Thorszelius BMW 2002 Tii 2 h 43 min 57 s 8 + 4 min 08 s 9 2
5 Drapeau : France Bernard Darniche Drapeau : France Alain Mahé Alpine A110 1800 2 h 44 min 37 s 8 + 4 min 48 s 9 4
6 Drapeau : Suède Håkan Lindberg Drapeau : Italie Helmut Eisendle Fiat 124 Rallye 1800 2 h 45 min 31 s 4 + 5 min 42 s 5 4
7 Drapeau : Autriche Klaus Russling Drapeau : Autriche Wolfgang Weiß Porsche Carrera 2 h 46 min 14 s 3 + 6 min 25 s 4 4
8 Drapeau : Italie Alcide Paganelli Drapeau : Italie ‘Ninni’ Russo Fiat 124 Rallye 1800 2 h 46 min 14 s 5 + 6 min 25 s 6 4
9 Drapeau : Suède Ove Andersson Drapeau : Suède Gunnar Häggbom Toyota Celica 2 h 48 min 55 s 5 + 9 min 06 s 6 2
10 Drapeau : Autriche Günther Janger Drapeau : Autriche Harald Gottlieb Volkswagen 1303 S 2 h 49 min 32 s 2 + 9 min 43 s 3 2

Troisième étape[modifier | modifier le code]

La dernière étape, qui doit ramener les concurrents à Baden, se déroule sur un terrain favorable aux Alpine. Si Darniche, qui compte près de cinq minutes de retard sur la BMW de Warmbold, ne se fait aucune illusion quant à la possibilité de victoire à la régulière, il peut encore espérer viser la deuxième place, détenue par la Saab de Per Eklund. Il s'y emploie activement, et remporte les trois premières spéciales, reprenant environ vingt-cinq secondes à Eklund, Nicolas et Waldegård qui le précèdent. En tête, Warmbold se contente d'assurer, d'autant que le train arrière de sa BMW lui donne quelques inquiétudes. En milieu d'étape, profitant d'un raccourci découvert lors des reconnaissances de la course, l'équipage Warmbold-Todt rejoint l'assistance BMW, le temps gagné permettant une intervention des mécaniciens sans encourir de pénalité. La BMW de tête regagne ensuite le parcours officiel, mais se présente au contrôle horaire no 52 en sens inverse de la course ! C'est la mise hors-course immédiate. Arguant que le contrôle horaire no 52 avait été déplacé et que le raccourci emprunté figurait sur l'additif du road-book, BMW fait toutefois appel de cette décision et c'est dans la confusion la plus complète que l'équipage Warmbold-Todt poursuit sa route. La situation est d'autant plus confuse qu'en signe de protestation, Jacques Cheinisse, directeur sportif d'Alpine, fait bloquer l'itinéraire bis reliant les contrôles 52 et 53 pour obliger les concurrents à emprunter l'itinéraire officiel[7]. Ces incidents assombrissent la fin de course, marquée par la remontée de Darniche qui pour un peu plus d'une seconde arrache à seconde place à Eklund. Seconde place qui se transforme d'ailleurs en victoire sur le tapis vert, les organisateurs confirmant l'exclusion de la BMW de Warmbold. Ce n'est que six mois plus tard que l'appel du constructeur munichois sera entendu par le tribunal de la FIA, redonnant la victoire à BMW[8].

Classements intermédiaires[modifier | modifier le code]

Classements intermédiaires des pilotes après chaque épreuve spéciale[3].

Classement général[modifier | modifier le code]

BMW 2002
Première victoire (controversée) en championnat du monde pour la BMW 2002 (vue ici lors d'une course historique)
Pos No  Pilote Copilote Voiture Temps Écart Groupe
1 8 Drapeau : Allemagne Achim Warmbold Drapeau : France Jean Todt BMW 2002 Tii 3 h 58 min 55 s 5 2
2 2 Drapeau : France Bernard Darniche Drapeau : France Alain Mahé Alpine A110 1800 4 h 00 min 10 s 1 + 1 min 14 s 6 4
3 15 Drapeau : Suède Per Eklund Drapeau : Suède Bo Reinicke Saab 96 V4 4 h 00 min 11 s 2 + 1 min 15 s 7 2
4 16 Drapeau : Suède Björn Waldegård Drapeau : Suède Hans Thorszelius BMW 2002 Tii 4 h 01 min 10 s 5 + 2 min 15 s 0 2
5 11 Drapeau : France Jean-Pierre Nicolas Drapeau : France Michel Vial Alpine A110 1800 4 h 01 min 25 s 8 + 2 min 30 s 3 4
6 3 Drapeau : Suède Håkan Lindberg Drapeau : Italie Helmut Eisendle Fiat 124 Rallye 1800 4 h 06 min 15 s 9 + 7 min 20 s 4 4
7 5 Drapeau : Autriche Klaus Russling Drapeau : Autriche Wolfgang Weiß Porsche Carrera 4 h 06 min 38 s 3 + 7 min 42 s 8 4
8 9 Drapeau : Suède Ove Andersson Drapeau : Suède Gunnar Häggbom Toyota Celica 4 h 09 min 05 s 8 + 10 min 10 s 3 2
9 17 Drapeau : Autriche Herbert Grünsteidl Drapeau : Autriche Georg Hopf BMW 2002 4 h 10 min 02 s 2 + 11 min 06 s 7 2
10 12 Drapeau : Royaume-Uni Tony Fall Drapeau : Royaume-Uni Mike Wood Volkswagen 1303 S 4 h 11 min 16 s 9 + 12 min 21 s 4 2
  • Note : le classement officiel n'a été entériné qu'au début de l'année 1974, après décision du tribunal d'appel de la FIA suite à la réclamation de BMW au sujet de la mise hors-course de l'équipage vainqueur par les organisateurs pour non-respect du parcours officiel. La FIA a jugé recevable la réclamation de BMW, officialisant la victoire de l'équipage Warmbold - Todt[8].

Hommes de tête[modifier | modifier le code]

Vainqueurs d'épreuves spéciales[modifier | modifier le code]

Avertissement : Certaines spéciales annulées lors de la première étape ont été réintégrées à la troisième étape, entraînant une renumérotation de ces épreuves dans la plupart des articles de presse d'alors ; c'est le cas des ES 3 et 8, que certains comptes-rendus ont toutefois nommés ainsi malgré le bouleversement de la chronologie initiale.

Résultats des principaux engagés[modifier | modifier le code]

no Pilote Copilote Voiture Groupe Classement général Class. groupe
1 Drapeau : Autriche Günther Janger Drapeau : Autriche Harald Gottlieb Volkswagen 1303 S 2 ab. dans ES27 (sortie de route) -
2 Drapeau : France Bernard Darniche Drapeau : France Alain Mahé Alpine A110 1800 4 2e à 1 min 14 s 6 1er
3 Drapeau : Suède Håkan Lindberg Drapeau : Italie Helmut Eisendle Fiat 124 Rallye 1800 4 6e à 7 min 20 s 4 3e
4 Drapeau : Allemagne Walter Röhrl Drapeau : Allemagne Jochen Berger Opel Ascona 2 ab. après ES14 (différentiel) -
5 Drapeau : Autriche Klaus Russling Drapeau : Autriche Wolfgang Weiß Porsche Carrera 4 7e à 7 min 42 s 8 4e
6 Drapeau : Suède Harry Källström Drapeau : Suède Claes Billstam Volkswagen 1303 S 2 11e à 12 min 53 s 0 7e
7 Drapeau : Suède Stig Blomqvist Drapeau : Suède Arne Hertz Saab 96 V4 2 ab. dans ES21 (différentiel) -
8 Drapeau : Allemagne Achim Warmbold Drapeau : France Jean Todt BMW 2002 Tii 2 1er 1er
9 Drapeau : Suède Ove Andersson Drapeau : Suède Gunnar Häggbom Toyota Celica 2 8e à 10 min 10 s 3 4e
10 Drapeau : Italie Raffaele Pinto Drapeau : Italie Arnaldo Bernacchini Fiat 124 Rallye 1800 4 ab. dans ES6 (sortie de route) -
11 Drapeau : France Jean-Pierre Nicolas Drapeau : France Michel Vial Alpine A110 1800 4 5e à 2 min 30 s 3 3e
12 Drapeau : Royaume-Uni Tony Fall Drapeau : Royaume-Uni Mike Wood Volkswagen 1303 S 2 10e à 12 min 21 s 4 6e
14 Drapeau : Italie Alcide Paganelli Drapeau : Italie ‘Ninni’ Russo Fiat 124 Rallye 1800 4 ab. dans ES25 (sortie de route) -
15 Drapeau : Suède Per Eklund Drapeau : Suède Bo Reinicke Saab 96 V4 2 3e à 1 min 15 s 7 2e
16 Drapeau : Suède Björn Waldegård Drapeau : Suède Hans Thorszelius BMW 2002 Tii 2 4e à 2 min 15 s 0 3e
17 Drapeau : Autriche Herbert Grünsteidl Drapeau : Autriche Georg Hopf BMW 2002 2 9e à 11 min 6 s 7 5e
19 Drapeau : Autriche Walter Roser Drapeau : Autriche Erich Bazalka Alpine A110 1600 4 ab. dans la deuxième étape (radiateur percé) -
21 Drapeau : Autriche Richard Bochnicek Drapeau : Autriche Sepp-Dieter Kernmayer Citroën DS 23 2 ab. en fin de deuxième étape (carter d’huile cassé) -
24 Drapeau : Suède Gunnar Blomqvist Drapeau : Autriche Gerhard Kalnay Opel Ascona 2 13e à 21 min 21 s 6 8e
25 Drapeau : Autriche Franz Wittmann Drapeau : Autriche Hans Siebert Volkswagen 1303 S 2 12e à 15 min 40 s 3 7e

Classement du championnat à l'issue de la course[modifier | modifier le code]

  • attribution des points : 20, 15, 12, 10, 8, 6, 4, 3, 2, 1 respectivement aux dix premières marques de chaque épreuve (sans cumul, seule la voiture la mieux classée de chaque constructeur marque des points)
  • seuls les huit meilleurs résultats (sur treize épreuves) sont retenus pour le décompte final des points[9]. Fiat doit donc décompter les trois points acquis en Finlande.
Classement des marques
Pos. Marque Points Drapeau : Monaco
M-C
Drapeau : Suède
SUE
Drapeau : Portugal
POR
Drapeau : Kenya
SAF
Drapeau : Maroc
MAR
Drapeau : Grèce
ACR
Drapeau : Pologne
POL
Drapeau : Finlande
FIN
Drapeau : Autriche
AUT
Drapeau : Italie
SAN
Drapeau : États-Unis
PRE
Drapeau : Royaume-Uni
RAC
Drapeau : France
COR
1 Alpine-Renault 107 20 12 20 - 20 20 - - 15
2 Fiat 72 (75) 4 8 10 3 6 15 20 (3) 6
3 Saab 42 - 20 - - - - - 10 12
4 Ford 36 10 - 2 - - 4 - 20 -
5 Citroën 33 - - 12 - 15 6 - - -
6 BMW 24 - 4 - - - - - - 20
6= Porsche 24 - - 8 - - - - 12 4
8 Datsun 22 2 - - 20 - - - - -
9 Volvo 19 - 2 - - 2 - - 15 -
10 Wartburg 15 - - - - - - 15 - -
10= Volkswagen 15 - 6 - - - 8 - - 1
12 Peugeot 13 - - - 12 1 - - - -
12= Lancia 13 3 10 - - - - - - -
12= Opel 13 - 1 4 - - - - 8 -
15 Polski Fiat 12 - - - - - - 12 - -
16 Toyota 5 - - - - - 2 - - 3
17 Mitsubishi 4 - - - 4 - - - - -
18 Škoda 3 - 3 - - - - - - -
19 Audi 1 - - - - - 1 - - -
  • À noter : le classement ci-dessus intègre le reclassement de la BMW no 8, initialement disqualifiée par les organisateurs, à la première place de l'épreuve autrichienne. Les résultats du rallye autrichien des Alpes ne furent entérinés qu'au premier trimestre 1974. Ci-dessous les positions provisoires du championnat effectives après la disqualification de BMW, telles que publiées en 1973 :
  1. Alpine-Renault : 112 points
  2. Fiat : 74 points
  3. Saab : 45 points
  4. Ford : 36 points
  5. Citroën : 33 points
  6. Porsche : 26 points
  7. Datsun : 22 points
  8. Volvo : 19 points

etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'année automobile n°21 (1973/1974) - éditeur : Edita, Lausanne
  2. a et b Revue Scratch n°10 - novembre 1973
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Christian Vella, Champion du monde des rallyes, PAC éditions, , 333 p.
  4. Revue Moteurs-courses n°99 - 15 mars 1973
  5. a et b Revue Sport Auto n°142 - novembre 1973
  6. a et b Revue L'Automobile n°330 - novembre 1973
  7. Revue Moteurs-courses n°102 - 15 décembre 1973
  8. a et b Revue L'Automobile n°335 - avril 1974
  9. Revue Sport Auto n°144 - janvier 1974